mardi 9 décembre 2008

Je viens du sud...


A la fin du mois de novembre, après avoir rendu mon ordinateur, mon téléphone portable, ma voiture... (ça allège!), pour le dernier jour dans la société dans laquelle je travaillais, j'ai pris le taxi (p'tit plaisir! il faisait trop froid, trop dur de prendre le métro) pour rentrer chez moi. J'étais assise au fond du taxi, bien emmitouflée, les pensées vagabondes. Alors que nous étions sur les quais, je voyais les tours de la Défense défiler, se découpant sur un ciel blanc. A la radio: "Je viens du sud". Ce clin d'oeil était pour moi!

Areva, Gan, Dexia... ces noms de divinités mythologiques ou de fées de pays lointains, apposées sur ces tours de verre terrifiantes, je ne les reverrai plus d'aussi près pendant très longtemps, et j'ai envie de dire: "ouf!". Je n'ai jamais pu comprendre ce quartier. Ni pour m'y orienter (au secours, le GPS ne connait pas!!!! ). Point de "rue du Général Leclerc" ou de "chemin des terres-chaudes", mais un boulevard circulaire, sur lequel sont placées, à équi-distance les unes des autres, des sorties aux doux noms mathématiques. Sortie 4, sortie 5... Une logique imparable, à laquelle les lobes, pourtant exceptionnellement compétents, de mon cerveau n'ont jamais réussi à s'adapter.

A chaque fois que je mettais un pied dans ce coin (rarement, il faut bien le dire, mais c'était déjà trop), je m'interrogeais sur les êtres humains qui avaient concocté ce programme architectural assez douteux. Une espèce de bouffée d'angoisse me surprenait, qui ne cessait qu'à la fin de la journée, une fois payé le parking souterrain (hors-de-prix!), signe que j'allais m'extirper enfin de cet enfer.

Habituellement, je n'aime pas utiliser l'imparfait, mais pour ce billet, c'est un vrai plaisir!

1 commentaire:

  1. Il ne faut jamais sous-estimer l'imparfait. C'est le temps de la fixation, de la pose. Ca fait un beau tableau et ça permet de visualiser.
    J'aime bien l'imparfait.
    A quand le billet au subjonctif imparfait?
    Tiens, une idée comme ça: peut-être pourrais-tu fixer des défis littéraires avec des impératifs stylistiques?
    Ca pourrait être rigolo!
    Et merci de m'avoir publiée!
    Céline

    RépondreSupprimer