vendredi 20 mars 2009

Etudiants en solde!


Je me souviens, quand j'étais jeune diplômée et en stage... il y avait un truc que je trouvais hallucinant lorsque je regardais un peu les offres d'emploi destinées aux jeunes sans expérience: la moitié était en fait... des offres de stage! Tous les postes d'assistants machin ou truc, et même des postes à part entière, étaient donc rémunérés bien moins que le SMIC, et évidemment échappaient totalement au droit du travail (pas de vacances, pas de préavis de rupture du contrat, aucun droit pour le stagiaire, corvéable à merci pour quelques tickets-resto).
Eh ben là, je vois le "Challenges" de cette semaine: Julie Coudry, la nana sympa à la casquette, présidente de la Manu, fait plein de choses bien pour rapprocher un peu la fac des entreprises. Résultat: Plein d'offres de stage! à la pelle!
Alors, oui, c'est bien de faire un stage pendant ses études pour se frotter au monde du travail, et d'ailleurs c'est plus facile de dire ça quand on est sorti de l'engrenage. Mais quand les entreprises usent et abusent de ce "contrat", et remplacent carrément de vrais postes par des stages, juste pour contourner le code du travail et avoir de la main d'oeuvre gratos à portée de main, ça devient carrément gerbant (voir Génération Précaire) Lorsqu'on voit que dans des cabinets de ressources humaines, on est parfois recruté par des stagiaires, ou que des postes de commerciaux sont occupés par des étudiants à 380 € par mois, alors qu'ils génèrent un chiffre d'affaires conséquent, il y a de quoi se poser des questions.
Le stagiaire qui ose demander à être rémunéré, ou à ce que son contrat, 3 fois renouvelé, soit requalifié en CDD, est regardé comme un petit morveux qui se prend pour Paris Hilton. "Quoi, déjà qu'on lui offre l'opportunité de travailler, il va pas en plus demander à être payé, ce p'tit con!".
Alors ok, c'est pas si simple, ce n'est pas en supprimant les stages qu'on créera tout de suite plein d'emplois. Mais en attendant, on a vraiment l'impression que les jeunes diplômés doivent passer par cette case obligatoire, "pour leur bien", depuis quelques années.
Ben oui, en fait, si vous êtes stagiaire, votre employeur est là pour vous ouvrir les yeux: Non, on n'a pas tout tout-cuit, petits jeunes de merde, il faut se bouger et même si vous avez un loyer à payer, c'est pas ses affaires. Travailler, il faut vous le mettre dans la tête, ça doit devenir une activité normale de la vie, comme respirer ou manger. A-t-on jamais vu quelqu'un se faire payer pour faire ses besoins ou dormir 8 heures par nuit? Ben voilà, cqfd. Comme pour une démarche psychanalytique, il va falloir dépenser; votre boss vous guidera vers l'ascension sociale, mais à condition que vous soyiez désintéressés. C'est tellement vulgaire, de parler argent, voyez-ça avec sa secrétaire! Et en attendant, au taf!

5 commentaires:

  1. Rhaa oui, tu as raison, tellement marre des stages ! Je vais être diplômée en juin d'une école de commerce (j'ai choisi la bonne année...), j'ai fait 18 mois de stage en tout au cours de mes études, dont une année de césure. Et là je cherche un emploi, et tout ce que trouvent à me dire les recruteurs d'une worldco où j'ai passé un entretien récemment c'est "vous êtes sûre que vous voulez un emploi ? un stage ce serait pas négociable ?". Je ne saurai jamais si c'est à cause de ça qu'ils ne m'ont pas prise...

    RépondreSupprimer
  2. Complètement d'accord ! Je trouve ça totalement révoltant ! Une amie à moi à travaillé six mois à la fin de ses sept ans études (elle était dans les faits déjà diplômée...) pour 300€ par mois à Paris - même pas de quoi se payer une chambre... Quant à moi, je suis "indépendante" et insidieusement remplacée chez mes deux employeurs par des stagiaires... C'est un cercle vicieux. Les nouveaux entrant ont besoin de bouffer et on ne leur propose que des stages ou assimilés, les plus chevronnés se retrouvent sur le carreau parce qu'ils coûtent trop chers. Dur dur...

    RépondreSupprimer
  3. A l'époque, j'avais été payé 1/3 du Smic pendant mon Stage ... c'était déjà pas mal face à ceux qui n'avaient rien du tout mais c'est clair que c'est révoltant !

    RépondreSupprimer
  4. Aïe, quand je pense que je vais peut-être me remettre dans cet engrenage, j'ai un peu peur... C'est tellement douillet la fonction publique!
    Enfin... quand on est titulaire car je vous raconte pas le nombre de vacataires, sous payés, qui font plus d'heures que les titulaires mais pour les mêmes postes! Exemple: un agrégé fait 15h de cours devant ses élèves et est payé plus qu'un certifié, qui en fait 18h, qui est payé plus qu'un vacataire qui peut faire autant d'heures qu'il veut (souvent plus de 20 pour arriver à un salaire décent, qui ne lui sera versé que semestriellement bien sûr).
    Mais la France est championne du monde pour dire que l'argent, c'est secondaire, ce qui compte, c'est l'épanouissement... Mouais, avec des raisonnements pareils, on bouffe pas à la fin du mois!

    RépondreSupprimer
  5. @ Marie: Bienvenue! allez courage, tu es toute jeune... c'est sûrement pour ça que tu mets un peu de temps, mais on finit toujours par trouver!

    @ Ficelle: Oui! les seniors, dans certains cas, sont en compétition avec les stagiaires! c'est les enchères par le bas!

    @ Miss Brownie: 1/3 du smic, c'est le minimum légal... Ben merci, la loi! c'est cool d'avoir pensé que 314 € ça allait nous permettre de vivre!

    @ Céline: t'inquiète, il y aussi des avantages à être dans le privé!

    RépondreSupprimer