mercredi 1 avril 2009

Don du sang et de plaquettes

(en photo: Laurette Fugain)

Y'a des jours comme ça. Il fait un peu grisounet, tous vos amis sont partis à Deauville, votre portable n'a plus de batterie et, à cause de la beuverie de la veille, vous avez jeté le chargeur en même temps que votre poubelle. Vous êtes en RTT, comme un seul homme, et vous ne savez pas comment occuper votre journée. De plus, vous n'avez plus une thune et la virée shopping est proscrite.
Et bien, mon cher lecteur, tu pourrais profiter de ton apparente faiblesse pour te dire: C'est le jour idéal pour aller faire une B.A.! J'ai du temps devant moi, en plus j'ai mauvaise conscience à cause d'un sale coup que j'ai fait à un collègue, alors, plutôt que d'aller brûler un cierge, par culpabilité, pour compenser, autant aller sauver quelqu'un, c'est plus pragmatique.

Oui, rien que ça. Ce que je te propose lecteur, c'est d'aller donner, ce jour-là, ton sang ou tes plaquettes. On n'y pense pas assez, mais c'est une activité gratos, qui donne bonne conscience, te permet de manger plein de Justin-Bridou avec du jus de pomme après (à l'oeil) et qui, accessoirement, sauve des vies.
Quessecé ce truc?
Bon. Donner ton sang, ça, tu sais ce que c'est. Tu as déjà vu des camionnettes devant ton école, ta fac, ou ton entreprise, et tu as peut-être déjà participé. Ou alors tu ne l'as pas fait, par peur de la piqûre, manque de temps ou flemme.
Alors voilà, c'est une idée, un truc qui ne mange pas de pain: pourquoi ne pas te fixer ce petit but pour le trimestre à venir? Surtout qu'en région parisienne, il y a un manque cruel de sang, et autant savoir qu'il vaut mieux avoir une hémorragie en province qu'aux Invalides. Tu te dis: "pourquoi moi, puisque d'autres le feront, de toutes façons?" alors qu'en fait, l'EFS a besoin d'avoir des stocks de divers groupes sanguins, et chaque groupe contient plein de sous-groupes, aux anti-corps plus ou moins rares. Transfuser le sang le plus compatible possible, et pas n'importe lequel, c'est primordial.

Et le don de plaquettes, tu sais ce que c'est? C'est quelquechose de super important aussi, puisqu'il permet à des malades de continuer à se battre contre certaines maladies du sang (comme la leucémie, par exemple) qui détruisent les plaquettes.
C'est le même système que le don du sang, sauf que la procédure est plus longue puisque la prise de sang dure un peu moins de deux heures. Alors non, ne t'inquiète pas, on ne te vide pas de ton sang pendant tout ce temps. C'est en fait une succession de phases d'environ 10 minutes chacune: On t'extrait une poche de sang, une machine le centrifuge pour en extraire les plaquettes, puis te le remet dans les veines, et ce, une dizaine de fois.
Ca ne fait pas mal, c'est juste un peu plus contraignant que le don du sang puisqu'il faut prendre rendez-vous dans un centre EFS, être disponible quelques heures, et ne pas avoir prévu un marathon à la sortie. (on est un peu claqué après, normal).

Alors, c'est vrai que le matin, au réveil, on pense à tout sauf à appeler l'EFS pour leur dire: "Vous faites quoi samedi? ça vous dirait que je vienne vous voir, j'ai une furieuse envie de me débarasser de quelques plaquettes?"
Mais si on décide de faire cette démarche, pourquoi pas en amoureux, ou avec des amis, en sachant que cela nous concerne tous (accidents de la route, hémorragies à l'accouchement...etc... et maladies du sang), on réalise quelque chose de très utile, concret. C'est une manière de donner la vie, en quelque sorte, comme le don d'organes.

Tous les détails sur le don de plaquettes sur le site de l'association Laurette Fugain.
Et les explications concernant le don du sang, sur le site de l'EFS.
J'suis pas toubib, non plus!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire