vendredi 22 mai 2009

Début de week-end


(en photo: ce week-end j'ai vu le fils caché de Grégory Basso et Arno Klarsfeld!)


Ce week-end de l'ascension ("ascension", mot célèbre depuis qu'un certain Jésus da Cunha de Carvalho, fils du charpentier et peintre en batiment José da Cunha de Carvalho, vivant dans le 15ème à Paris, s'était emmêlé les pinceaux en voulant dire "attention, l'ascenseur!") a commencé de manière irresponsable. Une petite soirée bien arrosée entre gens de bonne facture sur la terrasse, et comme une impression d'avoir perdu 100 points de Q.I pendant la nuit.
En effet, certaines soirées ont un effet fâcheux: nous faire presque oublier, à nous, jeunes parents, que nous avions un enfant en bas-âge qui ne dormirait pas éternellement à poings fermés dans sa chambre.

Donc, le lendemain matin, à 7 heures et quart, je me retrouve bêtement assise sur le tapis de jeu de ma fille pour lui rappeler une énième fois: "et la vache? meeeeeuh. elle fait comment la vache? et le cochon? il fait comment? Teuf Teuf Teuf (toux). Heuh, le cochon il fait rrron rrron. Pffff"(soupir).
Le réveil, le week-end. Une horreur. Je suis crevée, j'ai fait quelques excès de trop. j'ai l'impression d'avoir mangé Gainsbourg la veille.

On passe toute la matinée à comater devant Greg le Millionnaire. Pas à la télé, bande d'incultes. En vrai! On est allés à la plage, à Saint-Jean-Cap-Ferrat et je me suis même baignée! mi-mai! (On voit que je suis une ancienne parisienne, tiens.) Sur les transats, il y avait une multitude d'espèces menaçantes: des touristes russes, des grosses plaisancières en maillot panthère, et même des anglaises. N'importe quoi. Et donc on a vu parmi cette faune le fils caché de Greg le Millionnaire et d'Arno Klarsfeld. Une sorte de musclor à mèche, d'intellectuel body-buildé à Ray-Ban Aviator. Il était totalement imberbe, sauf autour des tétons. On n'a pas regretté de s'être levés ce matin.

Le soir, après une sieste et un épisode des Desperate Housewives saison 5 sur la terrasse, on est tombé nez à nez avec Guilaine Chenu et sa copine. Pas en vrai, grâce au ciel, mais à la télé. On n'a toujours pas compris ce qu'elles étaient venues faire à Eze (d'ailleurs, au fond, à droite, on voyait le Cap-Ferrat), puisqu'elle nous présentaient des reportages de fond sur les régimes ratés. Avec les éternelles photos dégeulasses avant-après, sauf que là après c'était encore plus moche qu'avant. Ils font vraiment du bon boulot d'investigation, à Envoyé spécial.
Le doc sur les savons d'Alep était édifiant, la vérité. On a vu un Syrien qui disait qu'il vendait des savons d'Alep, pas pour l'argent, mais pour le plaisir. Il a ajouté qu'il tenait la recette traditionnelle du savon de son père, qui lui même la tient de son père, qui lui-même la tenait de son père, qui lui-même la tenait de son père, qui lui-même la tenait de son père, qui lui-même la tenait de son père, qui, lui, en fait, la tenait de son oncle (qui était aussi, à mon avis, en vrai, sa tante, mais ce serait trop long à développer).
Un historien du savon (ils sont 1 dans le monde) nous a expliqué que le savon de Marseille venait d'Alep. Merci pour l'info. Le contrôleur qualité d'une marque française, lui, s'emploie à vérifier si les savons sont authentiques ou pas (à l'huile d'olive, ou à l'huile de palme, moins noble). Il compare les mousses des savons, en goûtant. Il aurait mieux fait de bosser chez Kronembourg.
L'historien (toujours le même, tu m'étonnes) nous explique que les premiers fabriquants de savon de Marseille ne sont pas les marseillais mais les allemands et ces enfoirés de Chinois! (toujours eux). Tu vas voir qu'un jour les savons chinois vont être fabriqués à Alep. C'est vraiment un truc d'intellectuel, la mondialisation.
Au final on est bien avancé. On sait pas si c'est bien ou pas bien, tout ça. Je suis sûre qu'il y a des sopalins authentiques et d'autres moins bien fabriqués. c'est pas pour ça qu'on va être traumatisés, à mon avis.

Sur ces reflexions, je vous souhaite une bonne suite de week-end. Et une petite pensée pour Jesùs, qui doit être arrivé tout là-haut, à l'heure qu'il est (espérons qu'y soit pas bloqué dans l'ascenseur).

4 commentaires:

  1. J'ai donné aussi aux lendemains où tout semble hallucinations. Courage, c'est bientôt Pentecôte!

    RépondreSupprimer
  2. Et Greg et Arnold, ils étaient ensemble ou pas? Ok, je sors....

    RépondreSupprimer
  3. J’en connais un autre qui m’a réveillée à une heure indécente ce matin (6h20)… mon réveil! Vous me direz, ce n’est pas de sa faute, c’est moi qui l’ai réglé, mais bon, il aurait pu décider de tomber en panne aujourd’hui! Vous l’aurez compris, je ne fais pas le pont. Mais ca ne m’a pas empêchée d’aller voir à quoi ressemblent les soirées d’un Grand Prix de Formule 1 en pleine crise financière (ce qui a rendu le réveil encore plus douloureux). Et bien, bien que certains tarifs aient été « bradés » (réservation d’hôtel de 3 nuits minimum au lieu de 5, places à EUR 500 « encore » disponibles à la terrasse d’un grand hôtel en début de semaine – il faudra qu’on m’explique le plaisir que l’on peut trouver a regarder des voitures tourner en rond sur un circuit, si rapides qu’on les voit 0.5 seconde toutes les minutes et si bruyantes qu’on ne peut pas s’approcher du circuit sans casque), certaines choses ne changent pas vraiment : l’arrivée de vans remplis de jeunes filles aux accents multiples et peu couvertes dont les jambes de 1m25 se terminent pas des talons aiguilles de 15cm (ce format rentre dans tous les véhicules, mais a une prédilection pour les Maseratis, Bentley, Aston Martin et autres voiturettes du même genre), des fêtes très privées sur de grands bateaux lustrés pour l’occasion, les passionnés en total look casquette/t-shirt/blouson Formule 1, les rebelles en Harley qui font crisser leurs pneus devant les officiers de police (quelle provocation!), des Ferraris en pagaille, un sens aigu de l’observation (voir, être vu, se retourner, dévisager), et beaucoup d’alcool. Un monde à part, un peu irréel, mais assez amusant à contempler! Bon, je retourne à mes écrans, avec en bruit de fond, le ronronnement des moteurs…

    RépondreSupprimer
  4. j'adore, j'adore, j'adore le specialiste en savons ^^

    RépondreSupprimer