mardi 26 mai 2009

Prix d'interprétation féminine


Dimanche, entre deux zappings sauvages sur Roland Garros, j'ai regardé la fin de la cérémonie de remise de la Palme d'Or. Chaque année, je trouve ces cérémonies un peu froides, carton-pâte et artificielles, même si je me passionne pour tous ces films. Je ne sais pas comment je vais faire, d'ailleurs, maintenant, pour trouver le temps d'aller les voir au ciné (en plus, "Y", notre baby-sitter carriériste, demande 10 € de l'heure!). Je pense que je vais devenir experte en "commentaires de films que je n'ai pas vus".
Je suis de plus en plus circonspecte et distante concernant toutes ces actrices (surtout françaises) qui viennent se la péter sur la Croisette en faisant mine d'être bien au dessus de tout ça, MAIS: il y a eu une petite exception hier, un moment très gracieux pendant cette cérémonie. Outre qu'Isabelle Huppert, que j'aime beaucoup, avait mangé un iceberg, Charlotte Gainsbourg a reçu le prix d'interprétation féminine (Sans blague, Sophie Marceau et Monica Bellucci repartent encore sans rien? nan j'déconne), et son discours m'a émue aux larmes. (à un instant où je m'y attendais le moins, puisque c'était la balle de match de Simon et que je mangeais du saumon).
Savez-vous pourquoi? Depuis longtemps, cette fille, pour moi, c'est l'élégance même. Elle est discrète, intervient à chaque fois pour de bonnes raisons (un film à défendre, par exemple!), est une actrice excellente, une femme naturelle et très sexy. Par rapport à toutes les starlettes bodybuildées sous leur robe de bal en satin rose, qui montrent qu'elles ont mis 4 heures à se maquiller, ou à certaines jeunes actrices françaises du 6ème arrondissement qui minaudent comme Fanny Ardant et qui adooooooorent la librairie Ladurée et les macarons la Hune pour montrer que ce sont des intellectuelles, eh bien elle a la classe, tout simplement.
(et même si elle aussi a mis 4 heures pour mettre son gloss, ça ne se voit pas).
Et je dis pas ça parceque j'ai été élevée dans le culte de Gainsbourg et que j'ai failli m'appeler Charlotte. J'ai mon libre arbitre, moi, merde!

Ca me fait penser à une digression (j'aime bien ça): Hier, sur la plage, avec mon beau-père (l'homme parfait qui a commis l'être idéal avec qui je vis), on matait les nanas. Ben oui, il est célibataire, et moi observatrice, on était bien obligés de mater.
Tout ça pour en arriver à cette constatation que sur la plage, beaucoup de femmes, pas si vieilles que ça, avaient des faux seins. Elles étaient toutes faites sur le même modèle: très minces, plutôt musclées, avec deux énormes boobs qui leur remontaient sous le menton. Et mon beau-père d'ajouter: "Te refais jamais faire les seins, Marine, ces filles-là sont trop vulgaires, on dirait des femmes de taulards". Eh bien c'est vrai. Elles répondaient parfaitement aux canons de beauté actuels: abdos de mecs, jambes de travelos, bras maigres (avec veine apparente sur biceps) et poitrine immense et rigide. Le résultat c'est que ces filles ressemblent à tout sauf à des femmes, à mon avis, avec leur démarche de cow-boy, leur tatouage dans le bas du dos et leurs abdos à la Victoria Beckham. Il y avait une femme enceinte, de 5 ou 6 mois, sur les transats, et c'était elle la plus jolie: des formes douces, des cuisses, des hanches. J'ai trouvé que sa beauté était émouvante, contrairement à toutes les autres, qui avaient perdu toute élégance en exhibant, comme un logo, leur postiche mammaire sur un corps d'athlète anorexique et camé.
Je crois que c'est ça que je trouve beau chez Charlotte Gainsbourg: elle a une grâce, une élégance, une simplicité, que l'on n'a plus lorsqu'on fait tout pour correspondre aux canons de la beauté, à coup de chirurgie, de mèches blondes, d'accessoires, de bijoux de peaux et de séances de bronzage.
En tous cas, si un jour Charlotte Gainsbourg décide de passer au 95 D, je vais foutre le feu à l'appart de son père, rue de Verneuil, et la forcer à venir animer un dîner littéraire chez moi avec Loana et Diana de l'île de la Tante-à-fion, tous les lundi, jusqu'à sa mort.

C'est un point de vue féminin sur la beauté, donc... qui reste encore assez ambigü puisque je suis la première à faire attention à ma ligne et à constater que mes abdos ne sont plus très visibles en ce moment... Je ne sais pas ce que la plupart des hommes en pensent. Ceux de mon entourage ont une opinion qui me parait intelligente et saine, mais faut dire que je suis entourée que de mecs au top, fins, cultivés et pleins d'esprit, donc je ne suis pas sûre que leur avis soit représentatif.
En tous cas, z'avez vu, on réfléchit, à la plage, hein?

5 commentaires:

  1. Alors, là, bien d’accord avec toi! J’étais également en séance d’observation ce weekend avec mon Om… je ne sais pas si cette constatation est propre à nos plages du sud, mais tout le monde, à très peu d’exceptions près, avait un tatouage. Certains peuvent être faits avec goût (si, si, ça peut arriver), mais les diablotins rouges, dauphins bleus, et autres signes chinois partout sur le corps… j’espère qu’ils peuvent au moins justifier ça par une nuit d’ivresse entre copains parieurs! Et pour les faux seins, notre voisine de serviette ce jour là en avait justement. Je ne suis pas du tout contre, si c’est bien fait et de taille raisonnable, mais là, appuyée contre le dos de son mari, on aurait dit les poches de glaces qu’on se met sur les joues après s’être fait arracher les dents de sagesse. Allongée sur le dos, ils ressemblaient plutôt à deux demi-melons immobiles, tendus comme des ballons. A sa place, j’hésiterais presque à mettre ça au soleil, de peur que sa fonde ou que ca explose...

    RépondreSupprimer
  2. Quel manque de charité chrétienne Marine! Sais-tu quel désespoir, quel mal-être profond, quel absurde désir de plaire (d'être aimée en fait) pousse ces femmes à passer leur corps au bistouri?
    Ce sont des victimes, oui, je n'ai pas peur des mots! Victimes des magazines qui osent titre "Assumer ses rondeurs en taille 38" et afficher des mannequins anorexiques et cokées entre 2 pubs pour les glaces Haagendazs. Victimes de ces mêmes actrices qui mettent 10h à préparer leur look pour les 30 secondes de montage de marches sur les feux des photographes, pervers déguisés en artistes, qui leur beuglent de leurs voix gouaillardes et saliveuses: "Monicaaaaa! OUais, c'est ça bébé! Tourne toi! Fais l'amour à la caméra!". Tout ça pour finir en couverture de Closer avec zoom sur la cellulite de leurs cuisses.
    Ouais, je suis de bonne humeur!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai un peu de mal avec la chirurgie plastique même si je peux comprendre les motivations derrière....Mais si plein de femmes se font charcuter de la sorte c'est qu'il y a un mal être profond véhiculé par ces tapis rouges et magazines à la noix ...
    Sinon j'aime bien Charlotte Gainsbourg et j'aime bien aussi Fanny Ardent !

    RépondreSupprimer
  4. Je l'aime bien Charlotte pour les mêmes raisons que toi sauf que des fois on dirait ca mère et ca me saoule.
    ce que j'aime bien chez charlotte aussi, c'est son mari !!!
    Bon puis pour les seins, c'est vrai c'est pas beau tout ses seins identiques, mais quel est donc le truc miracle pour leur donner un peu de peps ??? (question pour Josiane )

    RépondreSupprimer
  5. Ce prix d'interprétation féminine est très réjouissant. D'abord parce que Charlotte Gainsbourg a un sacré charisme cinématographique et une personnalité tout à fait singulière. Je n'ai pas vu son discours de remise de prix mais je vais tenter de le trouver sur le net. Cette fille a une grâce et une présence solaire qui tient du miracle. Et elle a carrément réussi à supplanter l'aura de sa mère. C'est d'ailleurs ce qui me gênait au début chez elle, cette impression qu'elle clonait Jane Birkin. Pour ce qui concerne son physique, t'exagère un peu. Elle est parfaite ! du coup, la chirurgie esthétique ne pourrait rien pour elle, puisqu'il n'y a rien à retoucher...

    RépondreSupprimer