mardi 2 juin 2009

Et le 2ème, c'est pour quand?

(photo: "eux, au moins, ils sont débarrassés". M'enfin, ces chaussettes blanches sous les sandales, c'est vraiment obligé?)

A chaque période de la vie ses petits inconvénients rigolos, et ses questions associées.
En ce moment, après être passée par le rite de la grossesse, des commentaires sur le futur sexe du bébé, de son futur prénom, de mon futur lait ou de ma future épisiotomie qui-déchire-sa-race-et-c'est-pas-qu'un-jeu-de-mots-tu-verras-bien-quand-t'y-passeras, puis de l'arrivée de l'enfant tant attendu, et des conseils toujours avisés sur la façon dont il vaut mieux allaiter, "c'est les dents", la mort subite à éviter et les retours de couche-alors-tu-saignes-toujours-beaucoup?-fais-gaffe-t'as-peut-être-une-hémorragie-comme-ma-tante-qui-y-est-restée, je vis une nouvelle période, que j'appellerai la période-où-les-inconnus-s'amusent-à-se-prendre-pour-mon gyné-coach-et-agenda-personnel.
Je m'explique: Ma fille a un an, et je suis confrontée à une question, qui part d'un bon sentiment évidemment, mais qui se fait de plus en plus fréquente: "Et alors, le 2ème, c'est pour quand?". Certains membres de la famille, de l'entourage, mais aussi pas mal d'inconnus, et c'est plus étonnant. Sous-entendu: "Alors les jeunes, faudrait voir à pas se relâcher, hein, j'espère que chez vous c'est toujours ambiance Macumba sous la couette 14 jours avant les ragnagnas! Pour être plus clair, la moyenne de deux enfants par française, elle se fait pas par l'opération du Saint-Esprit, si vous voyez ce que je veux dire!" (sourire cochon).
Bon. Est-ce qu'on demande à quelqu'un (quelqu'une, surtout, parceque je ne pense pas qu'on demande ça aux hommes, en général) qui n'a pas d'enfant s'il va bientôt se décider à se bouger le c.. pour procréer? Ben non. Alors pourquoi l'arrivée du premier enfant provoque-t-elle autant de questions indiscrètes (qui ne me choquent pas venant de mes proches, hein, soyons clairs, mais qui me sidèrent de la part de l'épicier du coin) sur la remise en fonctionnement de mes organes génitaux? Je leur en pose, des questions, moi, au vendeur de melons (à 6,90€ l'unité, en plus, faut pas déconner), ou à la voisine du 1er, sur leur future opération du poireau sur la joue ou sur les effets secondaires gastriques de la pilule de régime Alli? Nan mais c'est dingue, ça, quand-même.

Bon, et il y a autre chose, aussi, à laquelle je ne sais jamais quoi répondre; c'est le conseil: "Je serais vous, je ferais un 2ème DANS LA FOULEE, au moins je serais DEBARASSEE".
Quand on lit et relit l'argument, franchement, y a de quoi se poser des questions. Est-ce qu'on fait un autre enfant "pour être débarassé"? ou "parceque c'est plus pratique"? ou "au moins on sera crevés pendant quelques années et ensuite se sera derrière nous"? ou encore, "pour que le 1er ait quelqu'un avec qui jouer, une sorte de jouet-vivant, quoi"?
Quitte à faire dans le pratique, autant ne pas faire d'enfant du tout, à mon avis. Et dans le genre "faire un petit frère pour l'ainée le plus vite possible", heuh, ça va, j'ai une petite sœur hyper rapprochée et je crois pas que ça m'ait procuré plus de joie qu'aux autres qui ont 3 ans d'écart.
Donc, pour résumer: Pourquoi se mettre, déjà, cette pression superflue du "2ème"? Sommes-nous des machines à reproduire, à peine fini, on recommence, et tant pis si c'est épuisant? Est-ce qu'on fait un 2ème pour faire plaisir au premier? (qui soit dit en passant à autre chose à faire en ce moment que de penser à me demander un petit frère, de toute façon elle ne sait pas parler)
En fait la réponse est simple: J'aimerais beaucoup un 2ème enfant, oh que oui, mais je veux profiter de ma "première", avoir du temps pour elle, pour ses débuts, jusqu'à ce qu'elle prenne un peu d'autonomie. Je ne veux pas jongler entre deux nounous, m'arracher les cheveux avec mes futurs employeurs, courir, enceinte jusqu'aux yeux, derrière ma fille qui fait à peine ses premiers pas, ne plus avoir une minute pour moi. J'ai à peine l'impression de me remettre physiquement, enfin, du premier accouchement, j'aimerais ne pas remettre le couvert tout de suite, et attendre quelques mois. Et surtout, je ne parlerai pas de mes projets aux passants, parce que ça ne les regarde pas.
Pour résumer, je ferai le 2ème quand je serai prête, quand ça viendra, et quand mon corps l'aura décidé. Pas juste "parcequ'il FAUT peu d'écart entre les enfants" ou "comme ça c'est réglé".
Voilà. Tout ça est un peu de mauvaise foi, je l'avoue, et évidemment, les gens posent la question mais au fond, s'en foutent, et moi non plus, ça ne me traumatise pas, rien de grave.
Mais c'est vrai quoi, arrêtons de sans cesse nous mettre la pression sur un-plus-grand-appart'-une-monospace-un-deuxième-des-vacances-au-Club-une-3ème-chambre, sinon tout ça devient de l'obligation de "consommer"! Et puis pour ce qui est de l'image de famille idéale avec papa, maman, frère et soeur blonds comme les blés qui s'aiment d'amour et qui leur feront des bisous jusqu'à la mort parcequ'ils ne remercieront jamais assez leurs parents de les avoir faits avec seulement un an et demi d'écart, accompagnés de leur animal de compagnie "pour les sociabiliser", c'est bon, mais vous pouvez repasser, ça ne me parle pas plus que ça.

Au fait, aucun rapport, mais je souhaite un très joyeux anniversaire à un ami qui est aussi fidèle lecteur de mon blog (eh oui, j'ai découvert que des hommes peuvent s'intéresser à ma rubrique "maternitude", j'en suis ravie!), et qui doit me lire, à l'heure qu'il est, de son bureau vers Montparnasse!

6 commentaires:

  1. 6,90€ le melon ? A ce prix j'espère qu'il est bon !
    C'est marrant, tes voisins/boulangers/connaissances indiscrètes, j'ai les mêmes... Par exemple, dans une soirée entre amis, il y a selon moi 2 façons bateau d'entamer la conversation : 1. "et toi, comment tu connais [l'hôte de la soirée] ?", qui ouvre en général une histoire marrante sur le CP2 de 1994-1995 ; et 2. "tu fais quoi dans la vie ?"
    Et là, c'est le drame. Si je dis "je finis mes études", ça enchaîne sur "mais t'as quel âge, tu veux pas refaire un master ou deux, t'es jeune pour bosser". Si au contraire je dis que je cherche un emploi, ils veulent tout savoir, dans quel secteur, pourquoi, mais c'est pas cohérent avec ta formation et tes stages ça... de la vraie graine de DRH ! Ou, version "gentille" (hmm, ça reste à prouver), ils m'abreuvent de conseils, alors que bon, à la base, on est là pour se détendre...

    Quant à un deuxième enfant, a priori ton chéri et toi êtes assez grands pour décider ça tout seuls...

    RépondreSupprimer
  2. Rassure-toi Marine, ces questions aussi indiscrètes qu'insupportables sont posées à tout le monde. Quand tu es en couple: "Et le mariage, c'est pour quand?", quand tu viens de te marier (et là, je parle de quand les gens viennent te féliciter à la sortie de l'église): "Bon, maintenant va falloir vous y mettre, hein (clin d'oeil entendu)?"...
    Et quand, 2 ans après, toujours pas de tête blonde à l'horizon, il y a toujours ceux qui n'ont rien compris et qui se sentent obligés de t'expliquer que "quand même, faire un bébé tant que tu es jeune (moins de 30 ans), c'est mieux. Et puis, c'est hyper égoïste de vivre que pour soi." En général, je rétorque que je suis stérile. Ca glace l'atmosphère mais ça fait du bien!

    Non, sérieusement, la plupart du temps, les gens ne pensent pas à mal mais c'est dingue de voir à quel point ils sont accrochés à une certaine vision de la famille. Ca doit se passer comme ça et pas autrement. Le papa, la maman, et les 2 enfants (une fille et un garçon). Bah oui parce que si tu as 2 filles ou 2 garçons, tu peux être sûre qu'un petit génie va te demander "bah, vous allez bien faire le/la 3ème quand même? Vous allez pas rester comme ça???!". C'est vrai que c'est horrible d'avoir 2 enfants du même sexe.

    Ca me rappelle cette émission que j'ai vue sur ces femmes qui ont 4 filles ou 5 garçons et qui vont en Espagne faire une FIV avec sélection du sexe pour avoir enfin un enfant du sexe opposé. C'est une véritable obsession pour ces femmes qui sont prêtes à suivre des régimes débiles censés orienter le choix du sexe lors de la conception. On s'écarte du sujet, mais je trouvais ça dingue...

    RépondreSupprimer
  3. eh ben les filles, on n'est pas dans la M... à ce que je vois.
    M'enfin, on survivra! Merci pour vos commentaires!

    RépondreSupprimer
  4. De toute facon si on fait le deuxieme dans la foulée, on se paie quand meme ce genre de reflexion "et ben ils ont pas perdu de temps..."
    don ca va jamais...

    RépondreSupprimer
  5. si ça peut te rassurer la question apparait aussi pour le petit 3eme.J ai un garçon de 4ans et demi et une poupée de 2ans et on me demande quasiment tout le temps si on compte en faire un petit dernier ( pourquoi dernier d ailleurs !! peut être j en veux 15 !!)
    Allez courage et faîtes comme vous voulez !!!

    RépondreSupprimer
  6. On a 6ans d'écart avec ma petite soeur & on s'attend très bien !

    RépondreSupprimer