lundi 1 juin 2009

La fable du dîner et des 2 Euros.


Hier soir, nous avons diné en famille, cours Saleya. Sur la terrasse, vue sur le Castel et sur les lumières du soleil couchant. Comme d'habitude lorsque l'été commence, tout un tas de petits marchands ambulants défilent. Un Sénégalais nous a proposé à deux reprises (quel carriériste!) une tortue en bois, mise à prix: 80 € (oui, pour marchander, autant commencer à 2 Euros). Une autre dame s'est faufilée entre les clients pour leur proposer des roses ("Non merci, on a déjà baisé", disait justement le grand Alain Chabat dans Gazon Maudit), une autre des petits sachets de lavande et d'herbes de Provence. On retrouve ce défilé dans beaucoup de villes.

Mais le clou du spectacle fut le tour de chant d'une dame, et la réaction délicate d'un client du restaurant. Alors qu'elle entonnait un Piaf ou un truc du même acabit, un type jute à côté de nous lui a balancé: "Et si on te file 2€, tu peux t'arrêter de chanter et te casser ailleurs?" Il a lancé sa prose bien fort, bien clairement, c'est arrivé droit au but. La destinataire a bien reçu le message, et on a vu au visage du type qu'il était assez content de lui.
J'ai bien regardé ce gars, quelle classe. Le type même de celui-qui-a-réussi-et-qui-le-montre-parceque-sinon-ça-sert-à-rien, avec un pote (même profil, CSP+ et classe en -), tous les deux beaux comme Crésus, et deux cagoles en Pucci. J'ai failli lui demander: "Et ta pouffe, tu crois qu'elle reste pour 2€?". La nana en question, manifestement abonnée à Point Soleil, l'a regardé d'un air assez bovin, à peine interloqué, puis à replongé le nez dans son évian. L'autre en face, la pouffe à logos, une sorte de Paris Hilton des Bouches-du-Rhône, a ricané bêtement. Elle avait des mules à talon, c'est bien la preuve. Tous les quatre ont donc fini leur dîner, dans leurs cachemires à col V, béats et pas peu fiers d'avoir expulsé cette odieuse mendiante à coups d'insanités. Du coup, mon beau-père, pris de solidarité coupable (ou de culpabilité solidaire), a filé 5 € à la dame au lieu des 2€ qu'il avait prévus au départ. En un sens il s'est fait arnaquer, mais bon, c'est un autre débat, je m'égare, et c'est pas mon rôle de dire à mon beau-père que sa générosité le perdra (c'est bon je suis pas inconsciente non-plus). D'ailleurs, je suis sûre que si Ségolène Royal avait été là, descendue de Mougins avec son Dédé, elle serait intervenue pour s'excuser en leur nom, cette folle. Pour le coup c'eut été enfin utile, au fond.
Il n'y a pas grand-chose qui me dégoute plus que ce genre de type, ceux qui utilisent l'argent, de gros billets ou quelques piécettes, pour posséder, diriger, neutraliser ou humilier les personnes qui croisent leur chemin. Il n'y a pas beaucoup plus honteux que de jeter de l'argent au visage d'une personne pour lui signifier qu'elle peut aller voir ailleurs, maintenant, le spectacle est fini. Ils sont partis sans laisser de pourboire, en plus, mais surtout sans finir leurs verres de rosé. Quelle manque de savoir-vivre, ces nouveaux-riches. C'est bon moi aussi j'ai une carte Gold, mais c'est ma beauté intérieure, et je m'en suis remise, merde.

Bon, sinon, je vous laisse, je dois aller faire des recherches sur Google, faut que je regarde si la Baronne de Rotschild a publié des préconisations spécifiques concernant la manière de couper le beurre. Oui, c'est passionnant, vous aussi vous trouvez. Ce matin avec mon mec, on se demandait s' il valait mieux le raper au couteau à beurre, sur le dessus (ça c'est MA méthode, ultra-pratique à mon avis), ce qui a un effet soi-disant fâcheux: le "creusage" du haut du beurre, ou s'il faut plutôt se couper des petits morceaux, de haut en bas (ça c'est SA méthode, que je trouve affreusement innéficace et pas plus élégante, et qui nécessite plus de concentration pour ne pas ébranler la motte lorsque sa fin devient proche). J'espère que la Baronne pourra nous aider à tempérer nos futurs petits-déjeuners, je place beaucoup d'espoirs en ses éventuels conseils.
A bientôt mes champignons des bois!

3 commentaires:

  1. J'ai le souvenir cuisant d'un dîner entre copains durant une foire commerciale. Nos voisins de table se sont montrés odieux, nous le leur avons fait remarqué et tout c'est fini en bagarre. sacrés Gaulois!

    RépondreSupprimer
  2. Roo je la connais cette dame =) Elle avait accompagné mon Banana Split d'un la vie en rose sur la terrasse de Fenochio... Tout un poème !!

    Perso, je leur aurai craché dans le café à ces idiots...

    Quand à la problèmatique beurrale, j'achete le beurre en motte et plus en espece de rectangle insipide, comme ca je peux gratter comme je veux et personne m'embete (note que le grattage ca doit etre une histoire de fille!!)

    RépondreSupprimer
  3. Et ce sont les mêmes personnes qui vont te faire la leçon si dans le train, ta gamine de 2 ans parle un peu fort...
    Je me demande comment vous avez pu vous retenir de les casser ces abrutis...
    Y a des c... partout!

    RépondreSupprimer