lundi 15 juin 2009

La séance d'abdos-fessiers du cerveau


Un de mes hobbies, dans la vie, est de me poser tout un tas de questions existentielles, et ce, à toute heure de la journée.
Par exemple, l'autre jour que j'étais allongée à côté d'une folle permanentée aux cuisses de footballeur et aux pectoraux gonflés à l'hélium, qui suait comme un bœuf et qui avait l'air d'aimer ça, la dingue, eh bien je me posais des questions psy (Faut dire que moi aussi j'étais allongée à côté d'elle, en faisant, bêtement, des abdos-fessiers).

En ce moment, je fais la découverte de Françoise Dolto. Avant d'avoir un enfant, je m'en moquais bien, des nains, mais maintenant j'ai envie de parfaire ma culture générale dans ce domaine (on sait jamais, si je croise Finkielkraut, Schopenhauer, Marcel Ruffo ou un quelconque khâgneux aux cheveux mi-longs grisonnants et lunettes demi-lune au Fitness Club, mieux vaut avoir un peu de conversation). J'ai donc commencé "Les étapes majeures de l'enfance", de la génitrice de feu Carlos.

Ca m'intéresse beaucoup, et ça permet de se remettre un peu les idées en place sur tout ce qu'on dit sur elle, les soit-disant excès qui ont découlé de ses théories (le fameux enfant-roi), mais aussi de mesurer à quelle point cette femme a beaucoup apporté à la compréhension des enfants en tant que personnes. Bon, parfois, je trouve qu'elle exagère, la Françoise, et même qu'elle prône des discours bien trop réalistes et violents à tenir à des enfants. Par exemple, de mémoire: "oui, je sais que tu te sens lésé par rapport à ton frère, mais c'est comme ça, la vie n'est pas juste et on n'aime pas tous ses enfants pareil. Un jour peut-être tu tireras profit de cette injustice, en partant à l'étranger pour faire tes études, par exemple, plus facilement que ton frère". (Wouah quelle claque pour le môme d'entendre un truc aussi froid!). Mais si on n'oublie pas de se remmettre dans le contexte des années, 50, c'est vraiment intéressant.

Et donc, allongée sur ma serviette (on est passés au stretching, là, faut suivre), je me suis souvenue d'une émission sur l'Afrique sur France Inter (le dimanche à 18h), dans laquelle un homme nous expliquait que les enfants africains issus d'hommes polygames avaient bien du mal à s'attacher à leur père, puisque jamais là et toujours dans d'autres lits, et que l'unique référence parentale, là-bas, est bien souvent la mère, encore plus sacrée que chez nous.

Et c'est là que je me suis dit: C'est passionnant toutes nos théories psy occidentales, avec par exemple ce "rôle du père", importantissime, mais comment font-ils, les gens, dans les civilisations où les systèmes de pensée et la famille sont extrêmement différents?
La psychologie, la psychanalyse, sont propres aux pays développés, mais dans quelle mesure ces théories peuvent-elles être universelles? J'aimerais bien savoir ce qu'il y a dans leurs petites caboches, aux autres, dans le monde, et comment ils font face aux difficultés, aux frustrations, etc.
Ben oui, quoi, j'aime bien savoir ce qui se passe dans la tête des autres, et je m'intéresserai encore plus aux théories psy si on me donnait des exemples et des références autres qu' occidentales.
Aujourd'hui, lundi, vous voyez, c'est branle-bas de combat dans ma cervelle, hein? Etant une adepte de l'écriture sur tout et n'importe quoi, ça signifie bien que je ne suis spécialiste en rien. Je pose des questions, plutôt que d'apporter des réponses, donc.
Alors, si vous connaissez des bouquins là-dessus, d'anthropologues, de psy ou d'historiens, ben ça m'intéresserait!
J'avais lu un essai passionnant il y a quelques années, d'Elisabeth Badinter, "l'amour en plus". Elle s'efforçait de démontrer, en tant qu' historienne et philosophe, qu'il n'y a pas d'instinct maternel, au sens d'instinct animal, chez l'humaine, et j'étais plutôt séduite par sa thèse. Mais tout ça, ça attise ma curiosité, sur les conséquences psychologiques chez les enfants, hors de nos pays développés ou de notre époque.

Et puis, sinon, dans un autre genre: j'ajoute que j'aime bien lire un blog, "Comment se marier quand on est con et pleurnichard": Une fille tient un blog pour raconter les péripéties de l'organisation de son mariage, mais bien souvent en utilisant un angle d'économie comportementale, de théories statistiques et mathématiques, ce qui est plutôt original (par exemple, comment découper une pièce montée de la manière la plus équitable possible, en tenant compte des goûts et appétits de chacun des 100 invités?).
Oui, oui, je vous avais dit que le p'tit vélo dans ma tête n'arrêtait pas de tourner... Manifestement faire du step avec des hystériques en marcel thermorégulant a juste achevé de mélanger tout ça et n'a rien arrangé.

à très vite pour des billets bien plus reposants, les amis!

4 commentaires:

  1. Premièrement je tenais à te dire: chapeau pour les abdos! Quel courage! Personnellement, je n'arrive pas encore à passer le cap d'arrêter la perfusion de chocolat, alors me motiver pour aller suer en rythme avec des femmes qui ont 2 fois mon âge et qui ne sont même pas essoufflées pendant l'exercice, c'est encore trop me demander!

    Deuxièmement, pour répondre à ton interrogation, je pense que la psychanalyse au sens où nous l'entendons vaut surtout pour nos cultures occidentales, et j'ai presque envie de rajouter judéo-chrétienne. C'est un modèle historique et culturel plus qu'universel à mon sens car dans nombre de pays, le schéma papa-maman-bébé n'est pas forcément la norme (je pense aux pays d'afrique où la polygamie se pratique par exemple).
    Loin de moi l'idée de prétendre être dans le vrai là-dessus, disons que c'est plutôt une interprétation personnelle. Je pense qu'il n'y a pas qu'un seul modèle de fonctionnement des cellules familiales et c'est d'ailleurs pour ça que je suis pour l'adoption des parents homosexuels par exemple.
    Pour moi, les rôles du Père et de la Mère sont davantage des fonctions symboliques qui ne sont pas forcément liés au sexe des parents. C'est pourquoi il y a des enfants parfaitement équilibrés qui ont été élevés par un seul parent, ou 2 parents du même sexe, ou 2 parents de sexes opposés, selon un schéma plus traditionnel. Je pense qu'un enfant a besoin de repères adultes que plein de personnes sont à même de leur fournir.
    De manière générale, j'ai l'impression que les gens des pays développés se posent beaucoup plus de questions qu'ailleurs et se rendent un peu malheureux tous seuls à force de touiller leurs questions. Etant moi-même une grande adepte du tournage en boucle sur des questions aussi existentielles que "pourquoi suis-je moi?" "où vais-je?" "où cours-je?" "dans quel état j'erre?"...

    RépondreSupprimer
  2. je suis du même avis que toi sur l'homo-parentalité, et pour les mêmes raisons.
    J'ai même tendance à penser qu'en France, on parle peu du "bien-être de l'enfant" dans le cas de la polygamie (on parle surtout de la femme qui subit cette situation), alors que dans le débat sur l'homoparentalité, on ne parle que de ça. L'homo-parentalité n'est pas encore acceptée car pas "naturelle" biologiquement... mais l'adoption non plus n'est pas "naturelle", ni la parentalité en solo
    . Celà n'empêche pas que l'enfant puisse être très heureux...
    Et pour la psychologie, c'est clair que c'est culturel... j'aimerais bien savoir s'il y a d'autres formes de psy qui se développent ailleurs. En Chine, les psy commencent à se développer... mais est-ce qu'ils font comme chez nous?

    RépondreSupprimer
  3. L'existence ou pas d'un instinct maternel, je m'étais déjà posé la question, je ne voyais pas comment une telle chose serait possible, mais autour de moi tout le monde en paraissait convaincu...
    Pour la psychanalyse et la famille, je pense qu'un autre cas intéressant doit être les familles "clans" où toutes les générations vivent ensemble, enfants, parents et grands-parents. Mais je ne peux pas te renseigner là-dessus, je ne connais pas de bouquins sur le sujet.
    Et merci d'avoir parlé de mon blog !

    RépondreSupprimer
  4. ah, vaste sujet que ce sacro-saint "instinct maternel"... j'en ferai un billet un jour, car le bouquin d'Elisabeth Badinter met un bon coup de pied dans la fourmillière... c'est un point de vue tranché, mais plutôt interessant...

    RépondreSupprimer