mardi 30 juin 2009

Les fiches-cuisine de Tante Mildred: Aujourd'hui, les pâtes à la roquette et au bacon.


(en photo:
l'inénarrable Nathalie de l'Amour est dans le pré, et qui a sa page Facebook)

Bonjour, c'est votre bien-aimée Tante Mildred qui vous parle. Hier soir, que j'étais couch-potatoe sur mon sofa à fleurs rose, j'ai été toute émoustillée devant le programme d'M6, là où y a des paysans subventionnés qui ont tous une toile cirée dans la cuisine.
Une des dames avait revêtu, pour sortir en discothèque et danser sur "Les lumières d'Alexandrie", la jupe de secrétaire, les escarpins, le tatoo de cheville. Sa copine ressemblait à un bonhomme de neige belge; elle avait des paillettes blanches plein les yeux. Heureusement que c'était pas elle qui conduisait. Et le paysan, il a failli faire une attaque tellement il avait la libido en feu. Il lui bavait dessus à son invitée. Il avait faim, c'était le loup de Tex-Avery. C'en était presque gênant. Heureusement, pile au moment du rapprochement canapesque, le bonhomme de neige est sorti de sa chambre (oui, elle boudait) pour les rejoindre. Pas fous, sur M6, c'est un programme familial.
Et j'ai tout de suite pensé, d'abord à mon mari, John-David (qui sait ce qu'il est en train de faire, à St Traupe, à l'heure qu'il est? Il a du bien changer, en tous cas, depuis tout ce temps), mais ensuite aux techniciens de l'émission. Les cameramen, ils devaient être chauds comme la braise devant ces post-pubères qui rêvaient de se galocher comme des sixièmes. Et puis, les preneurs de son, j'ai observé leur sale boulot durant toute la durée de l'émission. Va prendre un son correct dans ces pavillons sans meubles, tous les mêmes, qui résonnent avec leur carrelage blanc et leurs fenêtres sans rideaux. On n'entendait rien, c'était ignoble.

Et donc j'ai fait une autre constatation importante: Les paysans, sur leur toile cirée, ils font tous des pâtes à la carbonara. C'est l'émission de la cuisine au beurre, du gras et de l'empiffrage. Pour le régime méditerrannéen, faudra revenir. Mais faut les comprendre, aussi, ils ont besoin de prendre des forces, eux, qui font un vrai travail. Pas comme nous qui tapotons sur un ordinateur toute la journée en faisant mine d'être débordés, et qui nous contentons d'une pauvre salade à 340 kcal.. Mais j'ai eu une frayeur: j'ai bien vu que leurs pâtes étaient trop cuites, et que leur sauce à la carbonara était trop sèche.

J'ai donc repensé à une de mes recettes de pâtes, très originale, simple et succulente, que je vous conseille de refaire chez vous au plus vite: Les pâtes à la roquette

Ingrédients:
Des pâtes, d'une bonne marque italienne (Barilla, De Cecco, etc...)
Des pignons
Du bacon en tranches.
De l'ail (facultatif)
De la salade de roquette
Le jus d'un citron
Sel, poivre, huile d'olive

Pendant la cuisson des pâtes, faites griller les lamelles de bacon, réservez-les.
Puis faites griller les pignons, et mettez-les aussi de côté.
Faites de même avec un peu d'ail, c'est vous qui voyez, c'est différent mais aussi bon avec que sans.
Dans un saladier, disposez au fond une bonne dose de salade de roquette (arrivant à mi-hauteur du saladier, par exemple).
Préparez le jus du citron: ajoutez-y un peu d'huile d'olive, du sel, du poivre.
Une fois les pâtes cuites et égouttées, versez les sur le lit de roquette, puis ajoutez le bacon, les pignons, l'ail. Arrosez le tout du jus de citron.
Mélangez. Sous l'effet de la chaleur, la roquette va se ramollir, comme des pousses d'épinard, et c'est ça qui donnera toute la fraîcheur au plat de pâtes.

Voilà! Pendant que j'ai eu cette idée, j'ai aussi eu celle d'éteindre cette émission stupide. On s'ennuyait trop, et puis la candidate de l'année dernière, Nathalie, était manifestement indépassable. Et je me suis aperçue que j'étais seule, moi aussi, dans mon salon (mon mari part souvent pour affaires, il travaille dans le vin et dans le Sussex.) Et je me suis prise d'une envie de ferme, de poules, de vaches et de débats enflammés sur le prix du lait. Qui sait, peut-être un jour un agriculteur, sur son tracteur blanc, viendra me chercher, dans mon salon... Je lui préparerai son Nescafé, je lui confectionnerai de jolis napperons à mettre sous sa télé, et il me montrerait enfin c'est qui papa...

Bon. Rêver ne sert à rien... Et comme dit André Gide,"Le bonheur de l'homme ce n'est pas la liberté, c'est l'acceptation d'un devoir".
A bientôt mes chéris, pour d'autres conseils cuisine hot hot hot!

3 commentaires:

  1. Ah Tante Mildred! You're back!

    La recette a l'air sympa, je vais l'essayer! Par contre, cette année, mon cerveau ne pouvant supporter qu'une seule émission de télé-réalité débile, j'ai regardé "Secret Story". C'est très instructif. On apprend beaucoup sur l'espèce humaine, c'est une vraie leçon de compassion et de charité où l'on apprend notamment que "c'est pas parce que j'ai l'air d'une bimbo que j'ai pas de cerveau", que Léo est un "sadique-cynique-mysanthrope qui s'assume" depuis qu'une fille lui a brisé le coeur en 4ème B, que parmi les candidats se cache un trans' et que tout le monde a peur de sortir avec par inadvertance et que donc c'est beaucoup moins chaud cette année (bien joué TF1), qu'il existe une femme sosie de Paris Hilton qui a à la fois un accent du Nord et qui parle comme une caille-ra et qui doit supporter sa pire ennemie c'te bouffonne qui lui piqué son keum et que ça s'fait trop aps, c'te pute.
    Bref, tu l'auras compris Tante Mildred, entre les bouseux et leurs affaires de coeur et les dégénérés du bulbe et leurs histoire de fesses, j'ai choisi ... :)

    RépondreSupprimer
  2. Appétissant cette petit recette... j’ai malheureusement raté cette émission « nature et découvertes », mais je suis étonnée que la chaîne trouve encore des volontaires prêts à étaler leurs tentatives d’accouplement et, le plus souvent, à être tournés en ridicule.
    Pour rester dans les histoires d’amour sur lit de foin, « Le mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti, très drôle, sur le thème : La traite des vaches suédoises et les napperons en dentelle sont-ils compatibles avec les cafés en terrasse, les livres de philosophie et l’opéra...

    RépondreSupprimer
  3. J'aime particulièrement les grands moments de convivialité autour de l'assiette à la carbonara où pas un mot ne s'échange et que l'on entend que le bruit des fourchettes et de la mastication fébrile. Sinon, j'aime aussi le parti pris "des femmes à la cuisine qui se crêpent le chignon", pendant que l'agriculteur sirote son apéro et compte les buts. M6, une télé qui bouscule tous les à priori sexistes !

    RépondreSupprimer