mercredi 3 juin 2009

Ma chronique "Roland Garros"

(le deuxième prénom de ma fille, c'est Nelsonne)

Dîtes, les gens, c'est Roland Garros en ce moment. Je dis ça parceque chez nous, c'est pareil à une Grand Messe. Déjà que toute mon enfance, j'ai vu ma mère tenue en haleine devant France Télévisions, deux semaines par an, manquant à chaque fois de laisser un plat brûler dans le four ou une chemise sous le fer brûlant, et que celle-ci s'est mariée un jour de finale de Wimbledon et m'a dit qu'à cause de ça elle n'avait pas vu une partie des invités pendant la soirée. Maintenant, j'ai mon tennisman de salon à moi, et tous les ans c'est la même chose. La télé allumée du matin au soir. Je dis rien parceque moi aussi j'adore ça, et c'est pas laid ce rectangle lumineux rouge terre-battue sur les murs blancs du salon. Faut dire qu'il est fortiche, mon gars. Il a fait sport-études tennis, il a gardé plein de raquettes de son adolescence et des tonnes de photos de joueurs dédicacées. Il a même fait un match contre Llodra, il y a quelques années, c'est pour dire la bête que c'est.

D'ailleurs, il m'en a fait faire des progrès (moi qui ai pris, comme beaucoup, une heure de cours de tennis hebdomadaire règlementaire toute mon enfance). Il m'a appris deux trois trucs qui font mouche à chaque fois, d'ailleurs. Et rien qu'à regarder les matches avec lui, mine de rien, je peux constater les progrès sur le terrain. Allez, je vous donne ses trucs (bon, si vous savez jouer au tennis, vous pouvez passer direct au paragraphe d'après):
- Systématiquement sautiller sur place exactement au moment où l'adversaire tape dans la balle, ça permet de rebondir du bond côté super vite. Ne jamais rester immobile.
- Attaquer la balle lorsqu'elle monte, jamais lorsqu'elle commence à retomber. Ca permet de ne presque pas forcer, mais juste de profiter de la puissance de l'adversaire.
-Avoir toujours une très grande amplitude.
- Et enfin, toujours aller vers l'avant sur la balle, être agressif et ne pas la laisser nous dominer.
Ben croyez moi ou pas, les ignares, ces méthodes ont changé mon style à jamais.
Je suis passée du niveau tennistique proche de zéro à un niveau de bluff très correct (oui, parceque soyons clairs, au fond, je suis restée une petite merde en jupette qui bluffe et qui râle sur le cours).

Dans nos années parisiennes, on est allés souvent à Roland-Garros. C'est sympa, mais quand-même, je ne suis pas assez passionnée pour apprécier les 10 heures consécutives assise sur un siège en plastique. Faut dire que là-bas, la moitié des gens y vont pour la frime, les RP ou parcequ'ils ont des invit'. Y en a pas mal qui n'en ont pas grand chose à faire, du jeu. En gros, aller à Roland Garros, c'est comme aller à Courch' tous les hivers et revenir avec la trace du bronzage sur le visage, c'est un peu une obligation quand on habite les beaux quartiers parisiens. Moi je suis à moitié comme ça. J'adore ça mais je me déconcentre vite. J'ai vite besoin de diversifier mes activités, de regarder les stands (la 207 Roland Garros vert bouteille, les serviettes de plage, les robes Lacoste), de chercher Afflelou dans la foule, bref, de passer le temps. (j'ai pas un super bon mental, si vous préférez). Et puis la file aux toilettes Dames! Mazette que c'est long! (la dernière fois j'avais prétendu que j'étais enceinte depuis 2 heures pour passer devant tout le monde, mais ça n'avait pas convaincu). M'enfin y a un truc qui me botte, là-bas, quand-même, c'est l'ambiance. La hola, les "Paulo! Paulo!" et les "Boooooouh l'arbitre!", quel spectacle!
Maintenant on est plutôt Open de Monte-Carlo... c'est bien aussi, ils vendent des beaux produits dérivés, dans les allées.
Bon, là, quand-même, la messe 2009 est un peu en deuil, avec ce foutu départ de Nadal (qui nous a montré qu'il est juste humain, au fond). Mon chéri était vraiment désemparé, rapport au fait qu'il le trouve super sympa, et qu'il a le meilleur mental de tous. Mais finalement ça laisse ça chance aux autres, c'est pas plus mal.

Rayon filles, ben je suis tombée à la radio sur Nelson Montfort et d'autres collègues journalistes sportifs qui nous disaient qu'Ivanovic et Sharapova étaient de "formidables ambassadrices du tennis". En gros, les jolies filles font du racolage léger pour attirer le public vers les joueurs, les vrais, les couillus, les Federer, Monfils et Tsonga (on vous aime, les gars). Merde, on n'a pas d'autres commentaires à faire sur les joueuses que de discuter de leurs tenues sur le court? (même si je l'avoue, à la fin de chaque match j'ai qu'une envie c'est de foncer chez Go Sport pour m'acheter la même robe que la fille à la télé. Je suis une faible fille, avec peu de principes solides, en voici une preuve supplémentaire, si c'était nécessaire)

En tous cas, moi, il y a quelquechose que j'aime plus que d'être dans les gradins à me déshydrater en plein soleil et à me luxer le coccyx sur les sièges minuscules, en risquant le torticoli à force d'observer les gens du public avec leurs portables, leurs panamas et leurs lunettes mouches: c'est mater Roland-Garros à la télé, des heures durant, en maillot de bain, cheveux mouillés, affalée par terre sur le carrelage frais, Laurent Luyat en fond sonore, en bouffant des cerises jusqu'à l'indigestion.
Pour moi Roland Garros, c'est une ambiance: l'arrivée de l'été, les jours les plus longs de l'année, l'approche des vacances et l'arrivée prochaine des cigales.
Vous voyez, je suis tout sauf une journaliste sportive. Si Golovin me montre la balle, je ne vois que la bagouse sur son doigt.

5 commentaires:

  1. Gael ou Rodgeur ? je n'ai toujours pas choisi mon camp.. :D

    RépondreSupprimer
  2. Pour moi Roland Garros ca sera toujours les exams. Que ce soit la finale 99 en train de reviser la philo pour le bac ou encore la finale 2002 en train de reviser la soutenance de deuxieme année et quelques années plus loin la finale en révisant les derniers partiels de ma vie... Cette année ne fait pas exception à la règle, ce sera la finale en révisant ma conf... Ce que j'aimerais que les cigales émigrent sur Glasgow... ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Pfff, dire que j'ai raté le match Federer-Monfils...
    Chaque année, je rate tout Roland Garros, alors que j'adore ça!
    Moi c'est le bruit de la balle frappée par la raquette qui me met en transe. Je pourrais regarder l'écran pendant des heures, juste bercée par ces "pan!", parfois interrompu par un "FAAAAUUUUTEEEEE!" hystérique ou un "ALLEEEEEEEZ!" agaçant. Alors je trépigne contre les imbéciles du public qui sont incapables de la boucler quand les joueurs doivent se concentrer, ou contre les commentaires plus du tout sportifs quand ce sont les femmes qui jouent, mais je ne baisse même pas le volume de mon écran. Je suis prête à tout tolérer pour le bruit de la balle et le glissement de la basket sur la terre battue...
    Limite je pourrais couper l'image...

    RépondreSupprimer
  4. Je te suis sur l'ambiance d'été de Roland Garros, à fond, pour c'est l'été, les vacacnes, la fin de 'lannée, mais à part ça je trouve ça ennuyeux... c'est trop frime, et puis je n'aime pas ce sport... Non, mais j'adore cette époque, c'est surtout ça !!!

    RépondreSupprimer
  5. Tennisman de Marine désespéré par le départ de Nadal ?
    Peut-être nous sommes nous croisées là-bas ? Marichéri et moi y étions pour la première finale gagnée par Nadal.
    Pour le reste, je suis d'acord avec tous ces billets : sur place, l'ambiance, c'est mieux que les matchs et pour les matchs c'est mieux à la TV.
    PS : Marichéri est RUGGGGBY, donc moi c'est plutôt, Trinations, Tournoi des six nations, etc.
    Finalement, vachement chouette aussi !

    RépondreSupprimer