vendredi 10 juillet 2009

L'incroooooyable histoire du dé à coudre.

(en photo, un dé à coudre décoré, datant de longtemps avant Jésus-Christ)

Bonjour tout le monde!

Afin de calmer un peu les esprits échauffés par le post précédent, revenons à un billet moins polémique, moins subjectif, et bien plus intéressant:
Aujourd'hui, je vais vous raconter l'incroyable aventure du dé à coudre, de sa création à nos jours.

Soyez attentifs, il n'est pas impossible que je vous programme un petit quizz pendant mon absence. A part peut-être les manchots, qui pourraient m'en vouloir beaucoup-beaucoup-beaucoup après cet article, je ne vois pas trop ce qui pourrait déranger l'auditoire. Accrochez-vous, ça va être super!

(source: Wikipedia) Un dé à coudre est un petit objet souvent cylindrique dans lequel on insère le bout du doigt qui pousse l'aiguille à coudre, généralement le majeur ou l'annulaire. En couture, il sert d'étui afin de protéger le doigt lors de l'utilisation d'une aiguille à coudre et permet ainsi de pousser l'aiguille dans le tissu avec facilité. Les dés à coudre sont généralement en métal et piquetés sur la face extérieure. Mais il existe diverses sortes de dés à coudre dans divers métaux, en cuir, en céramique, en porcelaine, en caoutchouc, en bois, en verre ou en plastique. Les dés à coudre peuvent être plus ou moins travaillés, peints, gravés ou ciselés. Ils peuvent couvrir complètement le doigt avec une forme tronconique ou cylindrique ou n'être pas plus larges qu'une bague et se porter comme un anneau sur le bout du doigt. Du fait de cette diversité, ils sont parfois collectionnés ; les collectionneurs s'appellent des digitabuphiles, digitabuphilistes ou digiconsuériphiles.
C'est fou, non? Quelle histoire extraordinaire! Mais saviez-vous aussi que:
Le dé à coudre le plus ancien a été retrouvé à Pompéi, il était en bronze. Les dés à coudre les plus anciens étaient en os, corne ou ivoire. C'est au XIVe siècle qu'ils commencent à être décorés. Si les dés à coudre étaient originellement utilisés pour la couture, ils eurent par la suite d'autres usages : dans les années 1800, ils furent utilisés comme mesure pour les spiritueux et il subsiste nombre d'expressions héritées de cet usage « juste un doigt » ou « un dé à coudre de... ». Jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, les fossettes sur le côté extérieur étaient façonnées à la main avec des poinçons. La mécanisation a aussi supprimé l'aspect bombé du dessus. Les dés à coudre les plus anciens sont remarquables par trois éléments : l'épaisseur irrégulière du métal, l'aspect bombé du dessus et l'irrégularité des fossettes du côté extérieur.
Maintenant que j'ai fait sortir le Eric Zemmour qui est en moi, grâce à ce petit billet promotionnel, dont, je le répète, le contenu vient de l'honorable site Wikipedia, je me sens apaisée. Si vous êtes intéressés par de plus amples descriptions du dé à coudre, si vous cherchez des adresses où en acheter, ou si vous souhaitez participer à des cours de maniement du dé, n'hésitez pas à me contacter, je me ferai un plaisir de vous aiguiller dans les méandres du petit monde de la couture.
Si vous vous tenez bien, vous aurez peut-être la chance de voir sur ce blog, bientôt, la biographie du regretté Alain Gillot-Pétré, mais aussi la narration du fabuleux parcours d'Earl Tupper, le créateur de la boîte Tupperware, ou encore la belle fable du scrapbooking, petit artisanat d'un charme fou développé par d'impétueuses américaines, qui consiste à coller des petites vignettes enrubannées ou des gomettes à paillettes autour de photos de chats, en buvant du thé dans un mug.

Faites-moi savoir lequel de ces sujets trépidants vous aimeriez aborder, faites-moi des propositions (si vous êtes au bureau et que vous n'avez que ça à faire, par exemple), et d'ici-là, protégez-vous bien du soleil, n'exagérez pas avec les glaces à la crème (hi hi hi vous risqueriez de ne plus rentrer dans votre pantalon hi hi hi!), n'oubliez pas que la vie, c'est super, et faites toujours passer le bien de votre prochain avant vous!
Can't Wait, vos commentaires vont être passionnants!
Bisous.

1 commentaire: