mardi 7 juillet 2009

"Une Chambre à Moi" entre en mode "heure d'été"

( en photo: l'américaine au maillot bleu, tout en bas de la pile, a du bien mériter sa punition)

Bonjour les amigosses!

Veuillez accepter mes excuses les plus plates, j'ai fait preuve d'inconsistance, voire de légèreté, dans la gestion de ce blog depuis une semaine, puisque depuis mon envolée sur la burqa, j'ai eu besoin de me reposer un peu les neurones.
(Même Michael Jackson n'a pas pondu un chef-d'œuvre par jour, hein). Donc, l'effet de la cause, c'est un manque de respect caractérisé à l' égard de vous, mes lecteurs.

La vérité, je suis surbookée par les vacances. Dans la famille, on est plutôt juilletistes (j'irai même plus loin, on pense que les aoutiens sont des connards), donc en ce moment c'est branle-bas de combat: Et vas-y que je fais ma valise, et celle de ma fille (et à peu près aussi celle du chef de famille), pour partir en week-end, et vas-y que je te les défais, pour ensuite les refaire, pour un autre week-end. Et puis vas-y que je t'enchaîne les visites des potes parisiens. Et puis ensuite, ce sera la vraie semaine de vacances, loin du stress de la Méditerranée (sic), là où qu'on voit des vaches, qu'on boit du Génépi et qu'on va au Spa en même temps (une sorte de spâturages, en somme -Non, pas dans la Somme, vous etes pas fous????-). Ca, et puis la famille à aller voir, des résultats médicaux pas très drôles à attendre (a y est, c'est en train de se régler), ma fille à admirer, les serviettes de plage à faire sécher (un éternel recommencement, ces serviettes, l'horreur, pour résumer), les cigales à écouter, les cubis de rosé à remonter du Monop'. Je suis limite à nous faire une burnoute, si vous préférez.

Et puis la gestion de nos nouveaux voisins nous prend pas mal de temps, aussi. L'aut' jour, le monsieur, à minuit, s'est penché sur notre balcon, car il voyait de la lumière, pour nous demander un tournevis. Outre le fait qu'on était à moitié à poil sur notre canapé à regarder Secret Story (je ne sais pas de quoi, dans cette situation, on doit avoir le plus honte, d'ailleurs) et à fêter ça (ne me demandez pas ce qu'on fêtait, je me souviens plus), le concept même de l'angoisse du voisin relou a commencé à m'effleurer l'esprit. Dans le mille, puisque le lendemain matin, alors que je mangeais ma tartine sur la terrasse, en déshabillé en fourrure (enfin presque), il a passé sa petite tête de fouine (mignonne, la fouine, hein, pas le genre fouine-thon, non-plus) par la barrière et s'est excusé pour la veille. Je lui ai répondu, affablement, comme à mon habitude (sic), bien que terriblement ennuyée de me payer ce gars au réveil: "Oh, mais pas de problème, j'espère que votre fuite d'eau est réparée, j'aurais fait pareil à votre place!". Bien inspirée, moi! Voilà qu'il me sort: "Ah, bon, alors, vous n'auriez pas une agrafeuse?". Je passe sur le fait qu'ils ont deux enfants adoraaaaaables mais bruyants, et qu'on ne peut décemment pas s'énerver à ce sujet (Qui sait si notre fille ne sera pas une terreur vocale dans quelques années). Mais le coup de devoir faire des amabilités avec un voisin qui m'"utilise" simplement parce qu'il a besoin d'agrafer ses déclarations d'impôts, pardonnez-moi mais c'est un truc qui m'énerve. (C'est peut-être dans le top 5 des trucs qui m'énervent, d'ailleurs, juste après la dance music portugaise).

Vous constatez donc, vu l'état de billet complètement décousu, voire délabré, que ce mois de juillet sera totalement farfelu au niveau de la création littéraire, et que le blog "Une Chambre à Moi" va en payer un peu le prix. Je compte donc sur votre fidélité (et ça, je sais que vous l'êtes, fidèles, mes statistiques ne mentent pas, elles!), pour venir voir régulièrement où j'en suis, me laisser des commentaires pour me réveiller un peu si besoin, telles de petites cartes postales. Vous me direz comment se passent vos vacances, votre mois de juillet au bureau, ou ailleurs, que sais-je, soyez accrocheurs! Ca devra me donner envie de lever mes fesses de ma serviette de plage pour venir vous écrire, c'est dire! Je pense donner signe de vie une ou deux fois par semaine, hein, pas de panique. Mais c'est important, je compte sur vous, ne m'oubliez pas! Ne me laissez pas tomber comme on abandonne une vieille petite chaussette de merde, au bord du périph, porte de Clignancourt. Vous êtes tout ce qui me reste dans ce monde peuplé d'enflures, d'âmes corrompues et de tueurs de bébé-phoques (enfin presque, j'exagère juste un peu pour vous prouver mon attachement). Et puis, ne pleurez pas, je reviens vite!

Votre dévouée,
Love, Marine qui a la bougeotte en ce moment.

3 commentaires:

  1. Chere rédactrice de "une Chambre à moi", c'est une aoutienne qui vous écrit (enfin, je deviens aoutienne à cause de mon nouveau boulot, avant j'étais meme septembrienne meme si ca n'existe pas). Cela signifie que tous le mois de juillet, je serai devant mon poste, fidelement. Deja cette semaine fut longue, car je consulte vos articles lors de ma pause café du matin (en ce moment quoi) et depuis quelques jours rien!!!(enfin si j'ai visité vos blogs et sites que je trouve pas mal du tout) alors pensez à moi s'il vous plait, mettez un petit mot pour les pauvres comme moi qui seront au bureau pendant que vous remonterez vos cubis du monop ou que votre voisin agraphera ses impots...
    Une aoutienne qui s'assume (enfin presque)

    RépondreSupprimer
  2. Bon, en tant que juilletaoutienne, je serais compréhensive sur ce relâchement créatif, étant moi-même débordée par l'amplitude de la vacuité de mes journées.
    Car être prof, ça a du bon, mais c'est surtout une grosse excuse pour mon aôutien de mari de me refiler toutes les tâches à la con ("bah oui parce que t'as que ça à faire, t'es en vacances"). Mon programme de juillet tourne donc autour des tâches ménagères (planquer les moutons sous le canapé, passer un coup d'éponge sur le sol de la cuisine, tirer la chasse d'eau...), du rangement (nouvel appart oblige, on a un max de saloperies dont on ne sait que faire), des allers-retours au supermarché, mais aussi de zapping sur des émissions éducatives (Secret Story, Les Vacances de l'Amour... Et oui, depuis que j'ai la TNT, je m'instruis!), de testages de recettes de Elle à Table, de shopping chez Maje...
    Ce n'est qu'en août que je prendrais des vacances bien méritées. Et ne t'inquiète pas, je peux encore en faire moins que ça!
    Tout ça pour dire que je comprends tout à fait tes priorités, que je trouve que rien faire de ses journées, c'est un travail à plein temps.
    Pour ce qui est de ton voisin, moi je poserais les limites tout de suite car si ça continue il va vous inviter à prendre l'apéro ou pire, vous allez sympathiser! Quelle horreur!
    Moi mes voisins, je les engueule quand ils font du bruit (bon, faut dire que la mémé qui met sa radio à donf le dimanche matin à 7h parce qu'elle est sourde comme un pot et qu'elle ne se rend pas compte que ça résonne à mort pourrait éveiller des envies de meurtre chez le Dalaï Lama!).
    Donc ne t'inquiète pas, on est au rendez-vous car tu nous fais toujours autant rigoler!

    RépondreSupprimer
  3. De toute façon ce qui compte ce n'est pas la fréquence des articles mais leur qualité -- je prêche pour ma chapelle, vu la fréquence de mes propres billets, mais bon.
    Tant mieux si tu as des vacances, profites-en bien. Et si tu t'ennuies j'ai un tag qui t'attend sur mon blog :)

    RépondreSupprimer