jeudi 17 septembre 2009

La rubrique de Josiane revient!


"Amis hommes, la rubrique de Josiane a aussi besoin de vous! n'hésitez pas à nous envoyer vos questions!"


Bonjour mes lecteurs! la rubrique de Josiane refait parler d'elle! Face à la montagne de cartes postales reçues (dont certaines un peu cochonnes) j'ai du en effet consacrer plusieurs mois à me cultiver pour pouvoir vous répondre intelligemment, honnêtement, et en vous apportant un conseil à réelle plus-value.
Mes chéris, nous allons y aller pas à pas. Suivez-moi.


- Chère Josiane. Bonjour. J'ai fait un rêve. Un rêve où les gens se tiendraient tous par la main. Où la solidarité s'étendrait sur le monde. Où toutes les premières dames seraient en short. Où Martine Aubry serait née au Bouthan. Où les suicides au travail ne seraient pas à la "mode". Où les gens m'aimeraient. Mais voilà, je me suis réveillée. Que faire? (Domitille, Paris 7ème)
Bonjour Domitille! J'entends bien ta question. Mais ce que je vois surtout, c'est un profond mal-être. Me trompé-je lorsque je sens en toi une femme incomprise, dont le profond besoin de reconnaissance, la soif de vérité, restent inassouvis? Tu es dotée d'une rare sensibilité. Tu nourris un violent rejet de toute forme d'injustice, et c'est tout à ton honneur. Les personnes comme toi sont une richesse pour notre société. Permets-moi de te dire que j'ai la solution: Aucune préparation de ta part n'est exigée, ta question seule est la preuve de ta compatibilité avec nos méthodes. Rends-toi sur le site désirsd'endives.com, ferme les yeux, respire un grand coup et entre dans l'espace prévu à cet effet les chiffres nécessaires à ton entrée dans un monde à ta mesure. N'oublie pas les 3 derniers chiffres de sécurité, placés au verso de ta carte. A bientôt ma grande.
- Chère Josiane. Voilà. J'ai un peu honte de t'écrire ça, mais en même temps, c'est vraiment important. Voilà: je crois que je déteste... les italiens. D'abord mes vacances à Nice: J'ai cru qu'ils nous avaient envahis! Ils sont bien trop près de la frontière, non? Et puis cette manière de parler fort, avec les mains... et ces pantalons rouges, et ces pieds-nus dans les mocassins... Et ces tomates-mozza insipides... rien que d'y penser, mes poils se hérissent. Sans parler de leurs enfants; des petits rois. Ensuite, Berlusconi. Et maintenant, Flavio Briatore. Je crois que ça a été la goutte d'eau. Tous des tricheurs! (Stacy, Saint-Ouen)

Ma chère Stacy. Tu ne pouvais pas mieux tomber. Je pense être suprêmement compétente pour calmer ton courroux: je partage ma vie avec un rital! C'est pour dire...
Je comprends ton agacement. Effectivement, les italiens sont des gens épuisants. Toujours à boire de la San Pé ou du Chianti (ah, ça, on voit qu'ils n'ont jamais gouté de Bordeaux), à hurler des "va f'enculo" en veux-tu en voilà, à surveiller la cuisson des pâtes comme des psychopathes, à traîner la nona partout dans sa chaise roulante, jusqu'aux matchs de calcio... C'est vrai que c'est insupportable. Et puis cette compétition, perdue d'avance, pour nous dépasser en terme de raffinement! Nous, on a Versailles, eux, ils ont le marché de Vintimille, imagine un peu. Et puis ce Berlusconi, je te l'accorde...et les femmes! les bien-roulées ont le choix entre animer des émissions de la Rai ou devenir ministre! Alors, dis-moi un peu, qu'est-ce qu'il leur reste, aux moches? Les italiens, de toutes façons, sont victimes de leurs pulsions, c'est bien connu. Ils appellent ça "avoir le sang chaud", parait-il.
Que veux-tu que je te dise de plus. Il faut peut-être que tu soignes le mal par le mal. Trouve-toi un mari italien (si possible abandonné par sa mère, autant ne pas cumuler les problèmes), tu pourras au moins te défouler sur lui, casser des assiettes, avec une vieille cassette de Ramazotti en fond sonore, et te casser sur sa vespa quand il t'aura trop gonflée.
En fait, tu as peur de ce que tu ne connais pas, au fond. La confrontation avec un spécimen de là-bas te fera le plus grand bien, au final, tu verras. Et tu auras même peut-être envie de te mettre à la langue des signes. Bacci.

- Josiane, ma chère Josiane. j'ai entendu chez Taddeï (tiens, un corse?) une intervention de Mathieu Kassovitz: Dans laquelle il affirme, à propos des attentats du 11 septembre: "Plus les mensonges sont gros, plus ils passent". Il a d'ailleurs fait une savante réflexion; il a trouvé que la concommitance entre ces attentats et l'invasion de l'Afghanistan était une curieuse coïncidence. J'ai trouvé ça brillant.
Ma question est la suivante: j'aime bien quand les célébrités comme lui, ou comme Marion Cotillard, ou bien Bigard, nous donnent des avis géo-politiques. C'est essentiel. Pourquoi n'y en a t-til pas plus sur les plateaux télé? (foufoune42SupaLOL)

Bonjour Foufoune42SupaLOL. C'est vrai que c'est agréable, quand un type qui fait l'acteur a une double casquette, comme par exemple "spécialiste du Moyen-Lorient", expert ès "Diplomatie et théories du complot", ou "ambassadeur de Montcuq". Personnellement, j'aime bien l'idée que ces types représentent l'intelligentsia 2ème génération. Une sorte de Web 2,0 de la culture. Je trouve surtout que ça fait gagner quelques point de plus à la belle Idée de la Grandeur de la France. Je pense, de toutes façons, qu'on en a par dessus la caboche des politiciens, des BHL, des journalistes, des universitaires qui se croient meilleurs que nous, juste parce qu'ils sont meilleurs que nous. Les acteurs comme Marion Cotillard ou Mathieu Kassovitz nous le prouvent en intervenant aussi pertinemment. Et puis, Mathieu Kassovitz porte tellement bien la doudoune... c'est quand-même plus agréable à l'oeil qu'un vieux shnock à lunettes, aussi bourré de diplômes soit-il.
Et puis, OK, l'Afganistan a été attaqué EN REACTION aux attentats, et pas CONCOMITTEMMENT... Mais bon, Kassovitz ne peut pas être parfait partout, il n'a pas forcément pu étudier tous les détails pendant la séance maquillage, faut pas lui en vouloir.

Enfin, des questions sexo ont été posées la dernière fois. Cliquez ici pour en voir le détail. Rien que de les relire, j'en rougis.
Je ferai durer le suce-pence et vous répondrai dans très, très peu de temps, mes chats. Pour vous faire tenir d'ici là, je distillerai 2 ou 3 conseils pour retenir votre homme, espèces de gourgandines: Le dévouement, la patience, la douceur toujours, sans oublier d'être une oreille attentive: jouer la carte de la créativité, tout en lui laissant toujours le beau-rôle. Et puis quelques BIP, BIP et BIP sur la BIP, vous verrez, ça le fera BIP comme jamais il n'a BIP de sa vie, et il vous en redemandera encore, cette espèce de BIP.
Vous m'en direz des nouvelles!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire