mardi 8 septembre 2009

l'accouchement à domicile m'a tuer

(photo: écotidien.fr)

"Une naissance « sans violence » donnerait davantage au nourrisson l’envie d’exister, selon les défenseurs de l’accouchement à domicile"
C'est dans écotidien.fr, et c'est la phrase la plus con que j'aie entendue depuis des lustres.

Selon ces défenseurs de l'accouchement à domicile, donc, la "violence", c'est l'épisio, le monitoring, un obstétricien pro mais pas assez "à l'écoute", et les perfusions.

En revanche, les hémorragies, les placentas qui restent bloqués, les évanouissements, les cordons enroulés autour du cou de bébé, les césariennes d'urgence impossibles, ou la mort, ça, c'est "la nature", donc c'est bien. Allez, tant pis si on y laisse sa peau, c'est tellement dans l'air du temps de dire que les maternités occidentales, c'est des usines, et que donc, c'est le Mal.

Franchement, vous préférez une vague doula (fausse sage-femme new-age) à votre écoute, qui vous passe une musique d'ambiance pendant que vous souffrez le martyr sur une peau de bête au coin du feu, mais qui ne sera pas foutue de vous apporter le sang compatible nécessaire en cas d'hémorragie, ou bien un VRAI médecin, compétent, professionnel, qui vous sauvera la vie si besoin? (et tant pis s'il ne vous cocoone pas comme une seconde mère)

Les filles, faut se réveiller. Etre écolo, faire l'amour dans le foin, aimer les fleurs, le tofu et le retour aux sources, tout ça, c'est bien gentil, mais il faudrait veiller à ne pas être INDECENT, rapport aux millions de femmes qui meurent en couche dans le monde (avec leur môme en même temps, bien souvent).
Et profiter de la chance qu'on a de vivre en France.
La grossesse et l'accouchement, ce n'est pas qu'un rite initiatique fantasmé, il ne prend pas "plus de valeur" dans la douleur, ni dans la difficulté. (sauf pour celles qui veulent une médaille, peut-être?)
On le voit assez, lors de nos visites mensuelles à l'hopital pendant 9 mois, et toutes les complications possibles, que les femmes enceintes sont des bombes à retardement, et que tout accouchement peut mal se dérouler. (eh oui, prévoir le sang compatible éventuellement nécessaire pour le jour J, prévoir les problèmes de mutation de son groupe sanguin en pleine grossesse, prévoir tout ça.... c'est vital, et fréquent!)
On a toutes signé, avec l'anesthésiste, les décharges pour le jour J, dans lesquelles les statistiques de décès en couche nous sont précisées, avec une émotion certaine, non?

Accoucher à la maternité ne fait pas de vous une "mauvaise femme occidentale". Stop à cette culpabilisation latente... s'il vous plait!
Ce sujet de l'accouchement à domicile me révolte (je précise, au cas où vous ne l'ayez pas assez senti en me lisant)

24 commentaires:

  1. Oui, ce sont les mêmes qui te diront que l'épidurale fausse les sensations. Ce sont d'ailleurs bien souvent des hommes, les mêmes qui pensent qu'ils vont mourir dès qu'ils ont un rhume...
    Bref, je n'épiloguerai pas non plus sur ces déclarations bien pensantes mais inutiles. Et qu'on arrête de me servir les conneries du "traumatisme psychologique" intense qu'est la naissance. On est tous traumatisés alors. Sans parler de quand on arrête l'allaitement (1 an de thérapie pour s'en remettre), puis quand l'enfant fait sa 1ère dent (6 mois pour se remettre de la violence du choc), ou quand on force l'enfant à être propre (ah ce refoulement anal! 10 ans sur un divan, au bas mot!)... Bref, les ayatollas du tout naturel ou du tout psychologique devraient réfléchir un peu avant d'ouvrir leur bouche.
    Après, chacun fait ce qu'il veut. S'il y a des femmes qui préfèrent prendre le risque de l'accouchement à domicile parce que 3 jours à l'hosto, c'est la mer à boire, je ne les juge pas. Je ne les comprends pas, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  2. On trouvera toujours des propos extrémistes et passionnés qui malheureusement nuisent aux plus beaux des combats.
    Personnelement j'estime que l'hopital pourrait faire quelques efforts: les chiffres sont là: les nb de césarienne, d'épisio qui gonflent dans certaines maternités et pas dans d'autres pour des résultats similaires et qui reflètent tout un ensemble de pratique moins respectueuses.
    Subir la violence de certains actes c'est comme de continuer à accepter le martinet pour éduquer les enfants: c'est pour notre bien on n'en est pas mort alors on continue...

    Pour ma part j'ai eu de la chance j'avais une petite maternité sympa, je me suis informée. Quand les douleurs ont commencé à me rendre folle, une SF est venu me soutenir, et je me suis refocalisé correctement sur ma respiration et ça marche et finalement j'ai pu me passer de la péri comme je le souhaitais et j'ai pu ressentir dans ma chair le plaisir intense de l'expulsion, pas tout à fait la jouissance, dont certaines parlent carrément, mais pas loin. Du coup je n'ai absolument pas senti la déchirure naturelle qui s'est faite au passage de ma puce. alors que j'avais bien senti la brulure de la lame lors de l'épiso pour fiston pourtant sous péri. Et comme je l'avais lu dans tous les ouvrages sur le sujet, la déchirure s'est très bien et très vite cicatrisée en 2 semaines alors que la cicatrice de l'épiso me génait encore sérieusement lors des rapports 6 mois après.

    Peut-être faudrait-il que tu t'interroges sur le pourquoi ce sujet te révolte autant? C'est souvent quand on se sent en terrain mouvant qu'on se montre le plus agressif

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui me choque, ce sont les propos, la culpabilisation qu'il y a derrière, et le message de plus en fort qui voudrait nous dire: "les medecins sont là pour vous faire du mal".

    Evidemment qu'il y a des médecins moins sympas que d'autres, evidemment que dans toute situation, il y a une part d'ombre.
    Evidemment qu'il y a des accidents, des décès, aussi à l'hopital. Seulement, dire que l'accouchement à domicile est sans danger quand la grossesse est sans risque, c'est une ineptie!

    S'il y a de plus en plus d' AAD, bien sûr qu'il y a une raison, et c'est bien expliqué dans l'article d'Ecotidien: Les femmes recherchent autre chose. Je ne juge pas ça, ni ce choix de l'accouchement à la maison...

    Ce qui m'indigne, c'est le discours presque intégriste, qui voudrait que pour le bien de l'enfant, il faudrait lui "éviter le passage par le milieu médical".
    Je suis en total désaccord avec cette idée, je la trouve dangereuse et irresponsable.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis d'accord avec vous deux à la fois.
    Marine, bravo pour cette sainte colère.
    Le discours babacool écolo est une vaste fumisterie. L'humanité n'a pas cessé de chercher des progrès pour se sortir des corvées du babacool écolo du bon vieux temps.
    C'est mieux d'avir un lave linge que de faire sa lessive au lavoir une fois par trimestre avec les copines.
    C'est mieux d'avoir des anesthésies pour se faire retirer l'appendice plutôt que de mourir d'une infection.
    Etc.
    Et notre mère nature, vous parlez d'une marâtre!
    C'est quand même elle qui a inventé la cigüe, l'arsenic, les incendies, les tempêtes, les innondations .... Et je ne veux pas qu'on m'emmerde avec le naturel : on boufferait encore du gruau de blé au lieu de pain levé et on n'aurait pas de chauffage central. Alors bien sur nos ancètres étaient plus résistants que nous : mais faut dire aussi que les fragiles mourraient vite.
    Et puis c'est pas tant la naissance qui est un traumatisme, c'est la vie et la mort.
    Cleanette, vous avez raison aussi. Il est vrai que certains médecins dans certains établissements (bizarre d'ailleurs, vers Neuilly et dans le 16ème) font plus de césariennes que dans d'autres établissements. C'est vrai aussi que dans ces établissements particulièrement respectueux du Code du travail, il n'y a guère de naissances le dimanche et les jours fériés.
    Question : sont-ce les médecins qui ne veulent pas travailler certains jours ? Sont-ce les femmes de ces quartiers qui sont plus fragiles et qui ne sont pas faites pour accoucher par les voies naturelles ? Probablement les deux.
    Je pense qu'il vaut mieux que l'enfant vienne au monde lorsque la grossesse est terminée et non pas lorsque cela arrange la mère ou le médecin.
    Je suis d'accord avec Cleanette pour les épisio.
    Lorsque l'enfant passe, il déchire les chairs fragiles qui s'ouvrent du coup sans difficulté et qui effectivement, cicatrisent parfaitement, très rapidement.
    Lorsque le médecin fait l'épisio, il la fait rectiligne, là où la suture sera facile à faire pour lui. Et l'entrée du vagin n'est pas un endroit où une femme a envie d'avoir une cicatrice douloureuse !

    PS : pour qu'il n'y ait pas de malentendu : je vis et je travaille dans le 16ème. Je ne règle donc pas mes comptes avec les "beaux quartiers".

    RépondreSupprimer
  5. Je suis plutôt d'accord avec ce que tu dis, que celles qui préfèrent souffrir grand bien leur fasse, c'est d'ailleurs la même culpabilisation pour l'allaitement d'ailleurs, lorsque tu ne veux pas allaiter tu passes limite pour un monstre, je n'ai pas allaité mes 2 enfants et j'ai eu 2 césariennes pour les mettre au monde (bassin mal fichu, bb coincé) je me sens pleinement leur maman et je suis très présente pour eux, je ne pense pas qu'allaiter ou accoucher à la maison ou sans péridurale fasse de ces femmes de meilleures mères que moi

    RépondreSupprimer
  6. En ce qui concerne la césarienne de convenance, c'est vrai que ces chiffres sont étonnamment élevés à l'Hopital Américain, par exemple, et que la plupart des "grandes de ce monde" (SIC) ne veulent pas accoucher par voie basse, dont la position est bien trop "humiliante": "Too posh to push", disent-elles d'ailleurs.
    Au Brésil, je crois que plus de 90% des mères ont accouché par césarienne!
    Mais bon... ce sont elles-mêmes qui le décident, finalement... donc est-ce qu'on peut comparer ça à l'épisio systématique, qui elle, est subie?

    Bref, moi, je trouve que chacune fait ce qu'elle veut, mais quand ça tourne à l'idéologie bien-pensante, et écolo, par dessus le marché ("bouh! le progrès c'est pas bien!"), ou qu'on trouve encore une raison de dire au femmes qu'elles sont des mauvaises mères, eh bien je trouve ça... pesant.
    Quant aux femmes qui meurent en couche à la maison, comme au 19ème siècle, parce que le SAMU a mis un peu trop de temps à venir pour apporter du sang à cause d'une "complication", et bien je trouve... que c'est une mort con.

    RépondreSupprimer
  7. Les femmes que je connais qui accouchent à domicile ou naturellement (=sans péridurale) ont toutes eu des accouchements "faciles" et "rapides" qui duraient 4h maximum. Je n'ai pas eu cette chance (2 jours de déclenchement puis césarienne pour mon premier, 12h de contractions après la perte des eaux pour mon deuxième). Ce qui m'agace c'est que toutes ces "chanceuses" se placent elles-même en haut du podium de la meilleure mère et laissent bien sous-entendre que nous, avec nos "petits médicaments" sommes inférieures.
    Il n'y a pas de façon d'accoucher meilleure ou moins bien, il y a souvent des impératifs médicaux, une tolérance à la douleur variable d'une femme à l'autre, ...
    Je ne critique pas les femmes qui accouchent à la maison ou sans péridurale aussi, j'aimerais bien que l'accouchement sous péridurale à l'hôpital ne soit pas critiqué non plus.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord avec l'idée d'arrêter de culpabiliser toutes les mamans. Je fais partie de celles qui ont choisi d'accoucher à la maison avec une doula et deux sages-femmes agrées. J'ai une peur panique de l'hôpital et moi c'est le contraire, on a essayé de me faire culpabiliser de ne pas choisir l'accouchement à l'hôpital. La première partie de mon accouchement s'est passée à merveille, très peu de douleur (je fais partie des chanceuses)et une atmosphère très relax. Finalement on m'a transféré à l'hôpital car la tête de mon bébé ne passait pas dans mon bassin trop étroit. J'ai donc fini par avoir une césarienne. Un peu décevant mais tout c'est bien déroulé et J'avoue avoir apprécié le travail tranquille chez moi. Ceci dit j'ai aussi apprécié le professionnalisme de mes sages-femmes qui m'ont transféré dès qu'elles ont identifié le problème et j'ai eu une rachi-anesthésie pour ma césa.Le transfert à l'hôpital avait été prévu à l'avance au cas où et tout était sous controle. Je n'ai donc manqué de rien (ce n'était pas un accouchement sauvage sans assistance, mais préparé avec soin avec mes sages-femmes). J'ai beaucoup d'amies qui ont choisi la péridurale et c'est très bien! Je ne me permettrais jamais de critiquer leur choix, on a toutes finies par avoir des beaux bébés en pleine santé et c'est ce qui compte :-)
    Je remarque que la culpabilisation c'est à tous les niveaux, pour l'allaitement c'est pareil, on culpabilise celle qui n'allaitent pas et on culpabilise celles qui allaitent longtemps. Je crois que ces choix appartiennent à chaque femme et qu'il n'y a pas de bon ou mauvais choix. Nous sommes toutes un peu différentes !

    RépondreSupprimer
  9. eh ben voilà! moi j'adore tous vos commentaires!
    choisir d'accoucher à la maternité, ou chez soi, ça doit relever d'un choix PERSONNEL, et pas d'une idéologie. Ce n'est pas quelquechose qui doit nous mettre dans une case, qu'on doit brandir avec fierté pour essayer de convertir les autres.
    Les principes qui voudraient renvoyer les femmes vers leur "nature", je trouve ça effrayant.

    RépondreSupprimer
  10. Je n'aurais pas pris ce risque..celles qui le font ont souvent déjà accouché à l'hôpital, sans souci particulier, et le bébé se présente bien.

    A l'hôpital en salle d'accouchement parfois glauque et pleine de matériel médical, je peux comprendre que certaines préfèrent l'intimité et le confort de la maison.
    Peu font ce choix aujourd'hui même dans les milieux tradis, en France non ?

    RépondreSupprimer
  11. Eh bien moi contre toute attente c'est ce qui a failli m'arriver pour numéro trois... pour un peu c'était a la maison que ca se passait ...
    heureusement on a eu le temps d'arriver fissa à l'hopital mais meme plus de peridurale, plus le temps elle etait déjà la !
    Mais ce que j'ai été contente d'avoir pu arriver à l'hopital, ce que j'ai été ravie de constater que nous avons été entourées du début à la fin, prises en charge... Ok ça n'a rien a voir du lit douillet chez soi, mais franchement de savoir que si complication il y a, tout le matos nécessaire est dans la salle d'a coté avec le personnel compétent... ca rassure !

    RépondreSupprimer
  12. Je crois que ça rassure toutes ces jeunes mamans avec pour certaines un passif niveau maternité. Ce sont des choses tangibles : l'accouchement, l'allaitement. Alors qu'on est bien plus démunies par exemple devant les pleurs d'un nourrisson.
    Quand on accède à une certaine maturité ou plutôt une certaine expérience, on se rend compte qu'être mère, c'est bien loin de tout ça, bien de loin de mettre au monde un gosse, de lui filer à bouffer.
    On est là dans la perfection, dans le contrôle finalement alors que rien ne se contrôle avec un enfant, que ce soit la naissance ou tout le reste, la naissance étant une étape, rien de plus.

    RépondreSupprimer
  13. Je découvre ton blog. Quel bonheur!!! Cet article resume tellement ma pensée! Sans parler de ton article sur les interviews ecolos !!!
    T'as une nouvelle fan :)

    RépondreSupprimer
  14. @ marion: merci et bienvenue! :-)

    RépondreSupprimer
  15. Si l'accouchement à domicile était si dangereux que ça, pourquoi les taux de mortalité-morbidité aux Pays-Bas sont-ils semblables à ceux de la France, alors que 30 % des naissances se font à la maison dans ce pays ?
    Pourquoi les médecins et sage-femmes anglais acceptent-ils l'accouchement à domicile ?

    http://www.libre-choix-naissance.com/

    RépondreSupprimer
  16. Tu es aussi extrêmiste que les gens que tu combats.

    Les femmes qui accouchent à la maison ne sont pas toutes des babas cools qui veulent accoucher dans le foin sur une musique new age ! Arrête les clichés !

    Et je suis désolée, mais pour moi l'épisio est une mutilation sexuelle, et le monito et les perfs une violence (même si on est d'accord qu'en cas de souci je les accepte).
    Et un accouchement à domicile ne finit pas forcément dans un bain de sang ! lol ! Vive la culpabilisation pour le coup !

    Quand tu dis que c'est hyper dangereux, c'est qu'apparemment tu n'y connais pas grand chose, car il n'y a pas plus de risques d'accoucher à la maison accompagnée d'une sf (et j'insiste sur ce point !) que d'accoucher à l'hôpital.
    Après, si tu accouches seule, tu as sans doute plus de risques. Et encore plus si ça n'était pas programmé, car tu n'es pas préparée.

    Pour le cordon autour du coup, pas de panique ! ça arrive souvent, et la plupart du temps ça n'est pas grave ! J'ai pas dit toujours, hein ! Mais de toute façon, même si ça arrive, si tu es accompagnée d'une sf, elle saura gérer ça : c'est son métier (y a pas que les "obstétriciens pros" dans la vie ^^).

    Et puis, l'AAD est tellement mal vu en France, crois-moi le peu de sf qui le font ne prennent pas de risques inutiles : elles préfèrent refuser un AAD ou te transférer pour rien plutôt que de risquer leur carrière et foutre en l'air leur vie...

    Et pour ce qui est de souffrir pour le plaisir : encore du jugement et de la culpabilisation !
    Si je te dis que j'ai aimé accoucher sans péridurale et que je veux recommencer, tu me prends pour une folle maso ?
    Mais sache qu'il y a beaucoup de choses derrière ce choix (choix perso que j'aimerais qu'on ne juge pas ^^).

    RépondreSupprimer
  17. Ok là vraiment, ça me fait rigoler... Oui je désire accoucher à domicile; et pourtant: je ne suis ^pas croyante, je ne mange pas bio, je ne me ballade pas nue chez moi une pâquerette dans la bouche, et je ne suis pas non plus sous l'emprise d'un quelconque gourou...Et je pense être au corant des "risques" liés à l'accouchement, étant donné que je suis infirmière anesthésisite, et que je travaille régulièrement en maternité niveau 3... Déjà, voilà un petit coup de pieds à tous ces p... de préjugés. Je vais vous étonner, mais mon expérience professionnelle m'a démontré qu'à plusieurs reprises, les complications pendant l'accouchement ou post partum pouvaient aussi être induites par les gestes effectués dans le milieu hospitalier. Alors pour conclure, j'ai envie de dire qu'au lieu de répéter des arguments qu'on a entendu des milliers de fois, renseignez vous sur la prise en charges des parturientes francaises ) l'hôpital; certains obstétriciens étrangers parlent de maltraitance...(non, le mot n'est pas fort); désolée de secouer vos convictions erronées...

    RépondreSupprimer
  18. pas du tout d'accord l'accouchement à domicile encadré est la meilleure des solutions pour un accouchement dit normal . regarder dans les autres pays ... trop de médicalisation en France ... très gros impact pour les enfants ... de même pour l'allaitement ... la france est le pays qui allaite le moins ... quand on voit vos réfléxions on comprend tout de suite ...
    écrit par une maman de 2 enfants nés à la maison et très épanouis ...

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. ouaww , celui qui a ecrit cet article devrait tres clairement se remettre en question et meme mieux se renseigner sur ce qu'est reelement un accouchement a domicile .

    nous vivons dans un monde ou tout n'est que medicalisation et argent et la plupart foncent tete baisse dans ce systeme alors qu'il y a un tas d'autres moyen de vivre et faire vivre .
    libre a toi de penser ce que tu veux , mais ne donne pas une image qui ne reflete pas la realite !

    RépondreSupprimer
  21. Je suis d'accord avec l'auteur de l'article.

    Beaucoup d'occidentaux aujourd'hui pensent que "tout ce qui est naturel est bien", c'est qu'ils n'ont jamais vécu dans des conditions rudimentaires et ont oublié que pendant des dizaines de milliers d'années la nature a été source de crainte et de danger pour l'homme.

    Les femmes qui ont accouché à domicile par choix et qui en gardent un bon souvenir.... et bien tant mieux ! Mais s'il vous plaît ne faites pas de prosélytisme et ne dites pas que "c'est la meilleure chose à faire quand la grossesse se passe normalement". Ce n'est pas la meilleure chose pour moi pour la simple raison que ce n'est pas ce que je veux et que je préfère être dans un environnement médicalisé où on pourra intervenir en cas d'urgence et soulager la douleur par des moyens plus efficaces que des massages et des exercices respiratoires.

    Alors certes, le milieu hospitalier n'est pas toujours très accueillant, il y a des mauvais médecins, incompétents ou au contraire trop sûrs d'eux, mais ce n'est pas une raison pour les diaboliser et dire qu'ils ne cherchent qu'à nous humilier et à nous déposséder de notre corps.

    Quant à ceux qui disent "la douleur favorise l'attachement mère-enfant, la preuve si on met une chèvre sous péridurale elle ne s'occupe pas de son petit"... MON POING DANS LA G***E !

    RépondreSupprimer
  22. J'étais très jeune en 2009 et aujourd'hui je ne connais personne qui ai souhaité une AAD.
    J'ai été surprise de cet article, je me demande aujourd'hui est-ce que tu penses différemment ou non? Et qui culpabilise qui? la TV? les femmes?

    Je suis tombée sur cet article justement parce-que je cherchais des informations sur l'AAD. Non pas comment ça se passait, ni pourquoi certaines faisait ce choix (car déjà trouvé) mais le mauvais côté. Les statistiques de complications,
    les risques d'hémorragie, de déchirure, le soulagement de la douleur etc...Et je suis tombée aussi sur ton article.

    Ce que tu dénonces, j'ai l'impression de le comprendre un peu, sauf que je le vis dans l'autre sens. Je suis, j'ai l'impression l'écolo baba cool.
    Comme je m'interesse aux choses originales voire marginales, je sens que ce sont les autres qui nous agresse lorsqu'ils ne comprennnent pas pourquoi on ne fait pas comme eux et d'ailleurs, ils ne se gènent pas à nous balancer en pleine figure tous les mauvais côtés de nos
    choix, souvent sans réellement se renseigner...et je ne compte pas les qualificatifs moqueurs comme "bisounours", "hippie" et compagnie.

    A part ça, autant je comprends que l'on ne soit pas d'accord avec l'AAD, autant je trouve ça tout aussi indécent d'incriminer une femme qui refuse d'allaiter que de dire que parce-qu'on vit en France, on doive faire comme la majorité ou d'incriminer la césarienne de convenance.
    Je dis ça, parce-qu'en France, (du + courant au - courant, donc, du - choquant au + choquant : ça va de pair)
    il y a quelques un qui décident de vivre sans manger de viande, ou sans lave-vaisselle, ou qui évitent la voiture, ou qui décident de ne pas manger de plat préparés ou de sucre raffinés, ou qui privilégient la médecine traditionnelle, ou qui vivent sans téléphone portable, ou qui font l'instruction en famille ou
    qui vivent quasiment en autarcie.
    Ils le feront tous pour leur bien, voire pour le bien de la société et penseront que ça peut être bien aussi pour l'autre. Peut-on pour autant parler d'indécence?

    Après, je dis ça, sans savoir le contexte d'écriture de cet article, comme je l'ai dit, j'étais aussi jeune en 2009 et on ne vit probablement pas au même endroit. D'où les questions du début de mon roman.

    RépondreSupprimer
  23. Et par rapport aux commentaires un peu extrême :
    Combattre l'extrémisme d'une minorité en tapant sur la majorité, c'est de l'extrémisme : de la discrimination soi-disant justifiée, comme toutes les discriminations.
    Il y a du bon et du mauvais dans la nature, et dans le progrès. En fonction de ce qui est important pour nous, on fait nos choix! Ce qui pèsera le plus dans mon choix ne sera pas la même chose pour l'autre.

    Je ne sais même pas où on peut trouver un écolo réfractaire au progrès. Le progrès, c'est l'évolution dans le bon sens : Le progrès médical éthique, le progrès électronique et informatique respectueux pour la planète, et pour les hommes où qu'ils vivent... ça fait rêver les écolos!

    Le jour ou on vendra une pilule pour rendre immortelle, je crois sincèrement qu'il y en a qui refuseront et préféreront mourir parce-que c'est naturel! Personne ne vous empêchera, j'espère, d'en consommer si vous êtes pas d'accord avec eux! Manquerait plus que ça quoi!

    Et la nature, marâtre ou pas, on a besoin d'elle. C'est pas parce-qu'elle produit du poison naturel que je suis obligée d'en manger!!! J'évite le poison, je mange ce qui est fait pour moi et pis basta! Le poison aussi mortel qu'il puisse être pour moi, lui aussi il absorbe mon CO2 pour le transformer en oxygène.
    C'est à nous de composer avec, on a pas le choix hein! La planète n'a pas été faite pour nous abrité gentiment! La Marâtre naturelle, elle au moins même si elle tue tout le monde, il faut se rappeler que c'est d'elle que tout le monde vient, ça s'équilibre! Mais les kilomètres de plastiques en mer, les pesticides dans les rivières, c'est elle? Le pillage des ressources rare en Afrique et le dépôt des déchets électronique sur les plages du Congo??On fait quoi en contre partie du mal qu'on inflige aux autres êtres vivants, même ceux de notre espèce??

    Alors BRAVO aux femmes qui ont réfléchit et qui par conviction, par crainte, envies, bref par choix, ont décidé d'accoucher à la maison ou non, de faire ou non la péridurale, d'allaiter ou non, d'être mère au foyer ou non, de faire l'instruction à la maison ou non. BRAVO aux femmes qui décident d'avoir un enfant seule, ou qui se battent pour conserver le couple dans leur famille, à celles qui décidés d'accoucher sous X, ou d'abandonner leur enfants. Tous ces gens ont des raisons, valables de leur points de vue, BRAVO de vous être affirmées et battues!

    RépondreSupprimer
  24. Ravie d apprendre que je devrais me balader nue avec une fleur ds la bouche. J espere etre assez cinglée, écolo.... pour avoir un aad . Aad =accompagnement avec une sage femme ( comme à l hopital dis dc ;) ) qui vient, pour des raisons écologiques, en caléche.�� �� . Merci de m avoir fait rire . ( ps : avant d écrire un article, on peut s appuyer sur des études sérieuses, ça fait tt de suite plus cultivé ). Je retourne sur ma peau de mouton. Bonne journée

    RépondreSupprimer