mardi 29 septembre 2009

Une simple affaire de "moeurs" ?


Il faut aussi que je m'exprime à ce sujet:

L'ensemble de la communauté artistique, et nombre de politiques, comme Frédéric Mitterrand ou Jack Lang, prennent la défense de Roman Polanski, mouillé dans une "affaire de moeurs" avec une jeune fille de 13 ans.

En d'autres termes, Polanski a fait souffrir une enfant, en la droguant et en la contraignant à des rapports sexuels. Cela s'appelle, et la presse française parait bien frileuse à employer le mot, un VIOLEUR, pas loin du pédophile, même.

Le viol est le pire des crimes, juste après le meurtre. Que les faits aient été commis il y a 30 ans ou hier, que la victime ait au moment des faits "l'air d'avoir 25 ans" (dixit Costa gavras lundi matin sur Europe 1) ou qu'elle ait eu déja des expériences sexuelles auparavant n'en fait pas forcément une fille facile méritant ce qui s'est passé. Une plainte pour viol a été déposée. peu importe que la victime ne souhaite plus que son violeur soit importuné. C'est le droit qui doit s'appliquer, seuls les juges américains peuvent décider si les faits sont prescrits.
Les "gens du cinéma" ayant signé la pétition l'ont-ils bien réalisé? Qu'est-ce qui justifie que Roman Polanski n'ait jamais purgé de peine?

N'importe qui prendrait 20 ans pour une affaire comme celle-ci.
Mais les artistes, comme les réalisateurs, bénéficient manifestement d'une "immunité cinématographique".
Je suis très choquée que, parce que l'on a réalisé des chefs d'œuvres, qu'on a eu une enfance difficile, ou qu'on a vécu des choses atroces dans sa jeunesse, et surtout parce qu'on est connu, on soit au dessus des lois. Et évidemment très étonnée par la position de la presse française et de ses intellectuels.

Il ne manque plus que l'avis de Cohn-Bendit, tiens.

7 commentaires:

  1. D'accord avec vous. D'ailleurs, moi aussi j'ai râlé sur mon blog.

    Et si j'extrapole Costa Gavras, toute fille de 25 ans doit ouvrir les jambes devant un cinéaste ? Qu'elle dise non est sans importance ? Qu'elle ne les ouvre que pour échapper à la violence est sans importance ?

    PS : il manque aussi l'avis de Ségolène....

    RépondreSupprimer
  2. En te lisant je pensais justement à Cohn-Bendit .
    Je n' ai pas tellement suivi cette affaire Polanski . Je vais aller y mettre mon nez .
    J' aime beaucoup le terme "immunité cinématographique" .
    Bonne journée .

    RépondreSupprimer
  3. je suis complètement d'accord avec toi. (je crois aussi que Segolene devrait demander pardon en son nom)
    nan sérieusement, ça me fait halluciner cette immunité comme tu dis. un violeur c'est un viokeur point barre. ya pas à tergiverser sur les details. EN TAULE !

    RépondreSupprimer
  4. Ce que je trouve le plus répugnant dans cette histoire, c'est les gens qui affirment "de toute façon elle avait déjà eu des relations sexuelles avec son petit ami de 17 ans, donc c'est pas une victime, c'est une sale pute !" -- comme par exemple cet article de Paris Match de l'époque, sur lequel je viens de tomber : http://www.parismatch.com/People-Match/Cinema/Actu/Roman-Polanski.-Une-Lolita-de-13-ans-a-fait-de-lui-un-maudit-131594/

    Et tous ceux qui prennent prétexte du fait qu'elle ait retiré sa plainte (30 ans après, alors que ces événements ont ruiné sa jeunesse et l'ont traumatisée) pour affirmer que ça ne devait pas être si grave.

    Evidemment, on ajoute au viol d'une gamine la lâcheté du type qui fuit la justice pendant plus de 30 ans... Comme tu le dis, son histoire personnelle douloureuse et son talent n'excusent rien. Je suis moi aussi très choquée par cette histoire.

    RépondreSupprimer
  5. Aucune jeune fille ne devrait subir de telles atrocités, ça marque la chair et l'âme pour de trop nombreuses années.
    Mais comme tu le dis très justement, le fait d'être connu le place au dessus des lois.
    Je repense à Bertrand Cantat, dont j'aime indéniablement la musique, mais il faut pas oublier qu'il a quand même tapé sur sa copine et qu'elle en est morte. Pourquoi tant de gens on pris sa défense?

    RépondreSupprimer
  6. et dire que les violeurs d'enfants, le coiffeur de la prison leur coupe l'oreille à leur entrée, en signe distinctif de bienvenue.... et que ce sont eux qui "prennent le plus cher" dans les douches....
    Tu m'étonnes qu'il ait fui la justice!

    RépondreSupprimer
  7. Evidemment, quand le criminel est célèbre, on cherche à culpabiliser la victime. Elle n'avait que 13 ans mais elle était formée (moi aussi j'avais des seins et mes règles à cet âge-là), elle avait déjà eu des rapports sexuels (et alors, les viols c'est pas que sur les vierges!), elle était consentante (est-on vraiment en mesure de consentir à quoi que ce soit quand on a 13 ans face à un réalisateur célèbre et beaucoup plus âgé?)... Et puis, elle a retiré sa plainte, ça veut bien dire, qu'à postériori, elle y a trouvé du plaisir la garce!
    Qu'il ait été arrêté, même si tard, n'est que justice. Maintenant, il ne sera peut-être effectivement pas condamné à une peine de prison car il y a prescription, mais ce n'est certainement à lui, ni aux médias bien-pensant et autres lèche-bottes d'en décider, mais bien à la justice!

    RépondreSupprimer