lundi 14 décembre 2009

D&CO

(ce travailleur a vraiment l'air de travailler, lui)

Mes chéris

Pendant quelque temps, je risque de ne pas être au rendez-vous, niveau blog.
En effet, j'occupe mon temps, depuis quelques jours, à travailler de mes mains. (eh ben c'est fatigant, de travailler, ouais ouais.)
Qui de lessiver les murs, qui de faire de l'enduit, qui de décoller du papier peint (orange! beuaaaark!), qui de batifoler dans les caisses à outil, qui de faire le rouleau de printemps dans les bâches, d'apprendre les rudiments de l'électricité (oui môssieur, je sais comment faire une tranchée dans un mur pour faire passer des câbles, maintenant) ou de sautiller dans du Dissoucol.

Va falloir que je pense à m'acheter des fringues pourries, au passage. Je n'ai plus rien à me mettre pour les travaux! (damned)

Ah, j'en apprends, des choses, vous me direz.
Et puis, faut dire que je suis bien entourée: par Jean-Chou, évidemment, et puis par une main d'oeuvre odieuse et bon-marché (pour ne pas dire gratuite), j'ai nommé mon vénérable beau-père.
Celui-là même qui, il y a une demie-heure à peine, m'a dit:
"Quand on a faim, on mange de tout, et surtout n'importe quoi" ou "Elles ne me dérangent pas".
Il parlait de mes lasagnes. Faites avec affection et sacrifice (vous me connaissez), entre deux calins à ma fille, une lessive de jeans pleins de plâtre et deux ou trois soupirs de lassitude.
Jamais contents, les ritals.

Allez, va, on s'amuse bien, au fond. Et puis on n'est pas malheureux, on a notre chez-nous, maintenant!
Et même si mon beau-père squatte la future chambre de ma fille avec ses clopes et son matelas gonflable, et ben, elle est plutôt belle, la vie.
Faut dire que ma mère va se ramener aussi pour nous aider. Et puis une copine enceinte; la folle, qui m'a suppliée de venir m'aider, espérant que les odeurs de solvants calmeraient ses nausées et son manque de nicotine qui se fait de plus en plus criant. Et puis d'autres copains qui sont censés venir dîner la semaine prochaine.
Bref, y a du boulot.

Donc ma littérature, et ben va falloir apprendre à vous en passer, mes chéris, pendant 2 ou 3 jours.
J'espère que vous resterez fidèles au poste.

Je vous fais un bec.

9 commentaires:

  1. M'enfin, Marine, je ne comprends pas. Pendant que tu repeins le plafond tout en mitonnant une daube et en donnant le sein à ta fille, tu voudrais nous faire accroire que tu ne peux blogger ? Tu fatigues ou bien ? Bon, je veux bien passer l'éponge, l'aspiro et la serpillère sur ce séchage de blog, mais pas longtemps, hein ? Sinon, j'ai pas ma dose de ta belle prose, ça me porte sur le cigare pire qu'un sevrage tabagique, et là, je ne réponds plus de rien.

    RépondreSupprimer
  2. bon courage pour les travaux ! trouve quand meme le temps de nous donner des news ;-D

    RépondreSupprimer
  3. Mouais, je trouve que tu abuses complètement. Après tout, tu es une femme moderne, tu devrais pouvoir jongler avec ton rôle de femme, maman, Valérie Damidot, mompreneuse et bloggeuse sans problème...

    Et qu'est-ce que je vais lire moi pendant mes heures de trou? Sur quel sujet vais-je m'esbaudir? T'as intérêt à soigner la chambre d'amis pour te rattraper!

    Allez, bon courage quand même.

    RépondreSupprimer
  4. Ce que je constate, c'est qu'autour de toi, y a pas beaucoup de non fumeurs...

    RépondreSupprimer
  5. Sur ce coup là (bloggeuse qui sait nous fait languir), je ne résiste pas au plaisir de te dire que vraiment, t'es pas une bleue, Marine. (je sais, c'est nul).
    Et Charlie, tu voulais dire quoi là ? Que son beau-père fume, que je fume, que nous fumons ? Eh bien oui, c'est laid, ça schlingue, ça peut tuer, mais une bonne vieille sèche, c'est tellement bon...

    RépondreSupprimer
  6. @ tous:

    ah, je vois que ça papote, ça papote!
    à peine j'ai le dos tourné que Queen Mum se prend de nouveaux pseudos!

    En tous cas, ça me fait penser que j'ai un billet à faire dans quelques temps, sur le thème de Wonderwoman. merci pour l'idée ;-)
    Un déménagement avec bébé, c'est tellement savoureux...

    @ Charlie:
    ouais il reste dans mon entourage quelques irréductibles clopeurs.
    m'enfin, c'est pas maintenant que je vais changer mon beau-père. Et puis ça ne me dérange pas, tant qu'on ne fume pas dans le visage de ma fille...

    à bientôt les web-amis

    RépondreSupprimer
  7. On a du vice mais on sait se tenir !

    RépondreSupprimer
  8. Surtout qu'avoir des vices permet souvent de péter un boulon...

    OK je sors.

    RépondreSupprimer
  9. Ah ça c'est pas des bonnes nouvelles : non seulement on perd ta prose au profit de travaux manuels mais en plus on court le risque de te retrouver transformée en Valérie D., animatrice de télévision de son état, c'est dur ça...
    Par contre, je suis comme Accro et de Titcheur, je ne comprends pas comment tu n'arrives pas à concilier toutes ces activités, c'est si facile et pas fatiguant du tout !!!
    Plus sérieusement, bon courage et à bientôt.

    RépondreSupprimer