mercredi 28 avril 2010

Cours de sushis au Hi-Hotel



Bonjour!

Aujourd'hui, j'hésitais entre vous parler des fondamentalistes religieux musulmans, ou des japonais.
Vu que pour les premiers, l"Arabe" le fait déjà très bien, (d'ailleurs vous pouvez allez lire son message au mari de la femme en niqab dans son article sur son blog)
... je vais me rabattre sur les japonais, thème nettement moins casse-gueule et bien plus zen.


Il y a quelques jours, avec des copines, j'ai pris un cours de sushis.
C'était au Hi-Hotel, à Nice, lieu hype s'il en est, décoré par la designer Matali Crasset.
Après une petite bronzette au Hi-beach, nous
sommes allées rejoindre le maître sushi Kazuomi Ota qui nous a donné notre petite leçon.

(c'est lui:)

Eh ben, vous voulez que je vous dise, c'était vaaaaachement bien. Le cours dure environ 2h, pour 65€ par personne. Les produits sont excellents, et, malgré nos bien piètres talents de cuisinières nippones, nous nous sommes plutôt bien débrouillées.

A la maison, ça faisait un bout de temps qu'on ne m
angeait plus trop de sushis. Déjà, mon état ne me le permet pas, et puis ce n'est pas si évident de tomber sur des restos livrant à domicile qui soient de qualité.
Nous avons pour repère, plutôt exigeant, nos souvenirs dans la rue Sainte-Anne, à Paris, que nous avons beaucoup fréquentée. Les restos japonais n'y proposent pas de sushis, un peu trop faits pour les occidentaux, mais plutôt les vrais plats de là-bas comme les ramen (soupes de nouilles au bouillon de viande et de poisson, succulentes), les brochettes de viande, etc.
J'adore expérimenter plein de recettes de ramen à la maison.

Mais là, j'ai retrouvé le plaisir de manger des sushis délicieux. Je me suis prise de passion pour les couteaux japonais, j'ai bien écouté le maître quand il nous a expliqué comment rouler les makis (voir ici un site de produits japonais qui explique tout bien), j'ai trempouillé bien comme il faut la pointe de mon couteau avant de trancher mes rouleaux.
La classe, quoi. Et je crois, que, à la fin, j'étais heureuse.

Et en plus, Kazu nous a envoyé par mail le récapitulatif des recettes, avec un petit point spécial sur la manière d'obtenir un riz parfait, lorsqu'on n'a pas de rice-cooker:

Pour laver le riz: le rincer au moins 4 fois La bonne mesure: 1 quantité de riz, 1.3 quantité d'eau (ne me demandez pas de vous expliquer)


Dans une grande casserole: Laissez reposer le riz une demi-heure dans l'eau froide, puis laissez chauffer l'eau tranquillement jusqu'à ébullition. Laissez le cuire jusqu'à évaporation de l'eau et réduisez la température au minimum, puis laissez le riz gonfler dans l'eau pendant 40 minutes. Mélangez le riz (shi) avec le vinaigre (su)

recette pour le vinaigre de sushi
(2 personnes), pour 300 ml de riz non-lavé:
6 cuillères de vinaigre de riz (Mizkan, par exemple) 4-5 cuillères de sucre 1-2 cuillères de sel éventuellement du mirin
(saké sucré)

Merci, Kazu!

2 commentaires:

  1. Oh comme ça doit détendre ! Bon, et la dégustation à la fin, c'est pas mal non plus.

    En sushis livrables, tu as Sushi Shop, même si, à ce qu'il paraît, ça n'a rien à voir avec de vrais sushis (mais moi j'adore :))

    RépondreSupprimer
  2. sushishop vient tout juste de s'implanter en centre ville, pas tres loin de nice etoile.

    ils vont commencer a livrer que la semaine prochaine mais franchement je conseille a tous d'y aller

    RépondreSupprimer