jeudi 24 juin 2010

"Ce sera un zizi, que j' vous dis!"

(merci à ladépêche.fr pour cette savoureuse photo du Salon de la Voyance en Haute-Garonne)


La grossesse est un moment proche du merveilleux. Je veux dire, au sens propre du terme; elle me fait parfois découvrir un monde magique, dans lequel certaines personnes de l'entourage, ne présentant pas particulièrement d'intérêt en temps normal, se transforment soudain en bonnes fées, sorcières savantes, druides ou autre génies peuplant habituellement la forêt de Brocéliande.
Je vous explique: Je ne compte pas le nombre de femmes (comme la coiffeuse, la vendeuse de socca ou la boulangère), avec qui je revis, indéfiniment, ce dialogue:
    « Vous connaissez le sexe? -Oui, ce sera un garçon -Ah, j'en étais sûre! »
Voilà. Tout le mystère de ces femmes réside dans ce « ah, je le savais ». Cette affirmation a posteriori, que j'entends une fois par jour au moins en ce moment, me laisse, à chaque fois, pantoise. Et puis, faut avouer que c'est d'un cartésianisme et d'une science aussi poussés que la remarque « ah, je pense qu'il va faire mauvais », exprimée par une personne qui voit de gros nuages noirs, bien chargés de pluie, arriver.
J'ai envie de leur demander, à chaque fois: « mais pourquoi vous me posez la question, alors, si vous connaissez la réponse? Vous n'en savez strictement rien, évidemment, sinon vous me l'auriez appris vous-même, non? »
Le dialogue peut être légèrement différent, mon étonnement reste néanmoins le même; parfois, lorsque je réponds en souriant « garçon », j'observe, au contraire, une moue dubitative et déçue chez mon interlocutrice (la plupart du temps une inconnue, bien sûr), qui, lorsqu'elle ne me palpe pas le ventre pour vérifier d'elle-même, commente par un « ah, vous êtes sûre? »

Dans un cas comme dans l'autre, mon incompréhension reste totale. Mais merde! Jamais ça ne me viendrait à l'idée d'aller dire à une femme enceinte dans la rue qu'elle attend un enfant de tel ou tel sexe! D'où vient ce phénomène étrange qui transforme n'importe quelle ménagère du quartier en agrégée d'obstétrique, diplômée de Yale en psychologie maternelle, sage-femme auto-proclamée, dès qu'on la met en contact avec une future mère?
Vous m'imaginez aller voir mon gynéco en lui disant: « Docteur, vous vous êtes sûrement trompé à l'échographie, ma prof de yoga pré-natal prétend que, vu la forme de mon ventre et ma façon de me mouvoir, je ne peux attendre qu'une deuxième fille »
Maintenant, d'ailleurs, je commence à m'amuser à répondre n'importe quoi. Quel délice d'observer la mine satisfaite de la bouchère, lorsque je lui confirme qu'elle voit juste quand elle me prédit une fille! « ah oui, vu la forme de votre ventre, j'avais raison, évidemment », dit-elle en emballant une saucisse.

A ma première grossesse, déjà, les vendeuses au marché, ou même une ou deux collègues, m'avaient assuré: « tu verras, ce sera un garçon. Vu comme tu es épanouie et comme tu portes ton ventre vers l'avant, ça ne peut pas être autrement ». « Oui, c'est ça, mon gynéco y connait que dalle en médecine, remarquez »
Notez la misogynie sous-jacente de l'analyse: un joli ventre, une grossesse sans problème, une mine pas trop fatiguée: c'est un garçon!
Mais d'où viennent ces vieilles croyances de grand-mère? A croire que la simple idée, pour une future maman, de fabriquer une paire de couilles 9 mois durant devrait suffire à l'épanouir pleinement! En revanche, tenez-vous bien: une future petite fille vous posera des problèmes bien avant sa naissance! Elle vous rendra grosse, moche, boutonneuse et aigrie, et ce dès la conception! Une emmerdeuse avec ses hormones, la future gosse, je vous dis!

Franchement, qu'est-ce que j'y peux si, de dos, on ne voit pas que je suis enceinte, et que je ne fais pas particulièrement de gras sur les poignées d'amour? Mon ventre, pendant ma deuxième grossesse, est strictement le même que pour ma première!
Comment, dans un pays plutôt civilisé et éduqué, les bonnes femmes peuvent-elles encore faire des remarques aussi con? Oh, c'est sûrement plus une façon de discuter, par politesse, comme de parler de la météo en rendant la monnaie... mais merde, quoi!
Je ne vous parle même pas de celles qui, audacieuses, me prédisent: « ah, un vierge! Il aura du caractère, sera attiré par le bonheur et aura un profond rejet de toutes formes d'injustices. » C'est à peine si elles ne se risquent pas à me dire qu'il boira beaucoup de lait les premières années de sa vie, qu'il aimera bien jouer au ballon avec son père et qu'il aura vraisemblablement deux bras et deux jambes!
Nan, vraiment, merci pour les conseils, Mâme Michu! Vos visions sont vachement révolutionnaires, je vous assure.

J'attends, maintenant, qu'on me dise qu'il faut absooooooooolument que mon bébé porte un collier d'ambre (à 30€ TTC, tout de même) pour éloigner le mauvais sort (pour qu'il clamse d'étranglement en plein sommeil, surtout, oui!), que, contre la mort subite du nourrisson, il n'y a pas mieux que les infusions d'huiles essentielles au romarin bio... Que manger de l'ail est un remède efficace contre le VIH et que les testicules fraîchement coupés des garçonnets de Soweto font des tisanes anti-panne sexuelle dont l'efficacité n'est plus à prouver.

Franchement, étant issue d'une famille de toubibs, j'en ai entendu, des anecdotes surréalistes de patients, depuis que je suis petite. Ah, le nombre de grand-mères qui viennent en consultation chez les membres de ma famille, avec leurs formules feng-shui et leur recettes alimentaires, pour leur apprendre leur métier! Et ces parents qui disaient à leurs enfants de se mettre à côté de moi en classe, parce que, étant la fille du docteur, ils allaient sûrement guérir plus vite à mon contact!
Mais, même devenue adulte, je reste sidérée par ces remarques. C'est fou comme, à la vue d'un gros ventre, les Femmes Qui Savent, celles qui ont l'Expérience, les diseuses de bonne aventure, se multiplient, pour nous expliquer que nos gynécos se fourrent le doigt dans l'œil et ne servent à rien!
A part « j'en parlerai à mon cheval », je cherche toujours la réponse idéale à ce genre de petit obscurantisme de comptoir, qui m'amuse beaucoup, certes, mais qui me laisse toujours, en même temps, dans un état de stupéfaction assez intense...
(à lire aussi sur le thème des remarques inévitables: "C'est les dents!")

6 commentaires:

  1. Mon Dieu, quelle patience angevine!
    La prochaine fois, je te propose de leur répondre: "Et vous, c'est pour quand?" même si ça se voit qu'elles sont pas du tout enceintes. Ca leur fera les pieds à ces grognasses.
    Ou alors tu leur dis que tu attends un labrador. Au choix...

    RépondreSupprimer
  2. Alors MÊME quand on connait le sexe du futur bébé, on a droit à des théories foireuses ? Je croyais que j'avais entendu toutes ces conneries justement parce que je voulais une surprise et que du coup je ne pouvais pas répondre à l'inévitable question du sexe !

    D'ailleurs, quand les gens n'avaient pas théorie sur le sexe, ils se rattrapaient justement avec l'astrologie… Et j'ai été surprise de voir à quel point les gens étaient atterrés quand, à la phrase « il/elle sera verseau* », je répondais « ah bon ? » au lieu « oui je sais, c'est merveilleux ».

    * je me cogne tellement de l'astrologie qu'avant d'écrire ce commentaire, il a fallu que j'aille vérifier sur Google quel est le signe de mon fils :)

    RépondreSupprimer
  3. (by the way, ton lien en bas d'article renvoie à la photo, pas à l'article sur l'universel « c'est les dents »)

    RépondreSupprimer
  4. @ Clot: merci, j'ai rectifié!
    et puis idem, qu'est-ce que je m'en tape de l'astrologie... pareil, je ne me souviens jamais du signe de ma fille, je n'ai aucune idée de ce à quoi peut ressembler un ascendant. Faut dire que je ne suis pas plus attirée que ça par toutes ces charlataneries!

    RépondreSupprimer
  5. moi en général je ne dis rein parce que je m'en fous comme de mon 1er soutien gorge et que les histoires de grossesses, de bébés etc me gonflent franchement

    RépondreSupprimer
  6. ça ne doit pas être plaisant à entendre, mais que c'est drôle à lire toutes ces bêtises ! J'aime beaucoup l'idée de répondre "j'attends un labrador" juste pour voir les têtes effarées !

    RépondreSupprimer