lundi 2 août 2010

Retour de vacances...

(en photo: "Ah oui au fait... j'ai retrouvé chez mes parents les poupées de mon enfance... elles donnent envie, hein? En tous cas ma fille les a adoptées!")

Coucou mes lecteurs

Ce matin, après un mois de fermeture de la crèche pour les vacances d'été, je me suis pointée à la première heure, pour la réouverture, avec la joie de savoir que j'allais pouvoir enfin leur laisser ma fille (que j'aime d'amour à la folie, entendons-nous bien) et SOUFFLER.
Parce que faut l'avouer, un mois de vacances avec un enfant et un ventre à la circonférence impressionnante, qui bouge comme un fou (jour et nuit, bien sûr), je ne vous cache pas que c'est exténuant, et que Jean-Chou et moi, on est sur les rotules. (bon, je sais, c'est pas la mine, non-plus)

(Mes aïeux, qu'est-ce qu'on a eu raison de profiter de la vie pendant de longues années avant d'enfanter! les voyages, les cuites, les week-ends en vadrouille, les soirée plage en appartement parisien en plein mois de janvier, les paris à la con où l'on finit à poil sur le boulevard Montparnasse à faire des films débiles à 3heures du matin, les soirées à 30 dans un 40 m2, les grasses mat' à ne plus savoir qu'en faire, les heures passées à bouquiner dans un bain, les "tiens j'me ferais bien un ciné", les restos, les bons petits plats mitonnés le soir après le boulot... bref, la vie d'avant!)

Bref. Loin de moi l'idée de vouloir noircir le tableau. Ce mois de vacances en famille, malgré l'aspect un peu fatigant du concept, fut surtout un véritable bonheur: On a profité intensément de notre fille, qui a apprécié la présence de ses parents pour elle toute seule! Elle a fait des progrès de langage impressionnants, et devenue propre il y a 10 jours sans qu'on lui ai jamais mis la pression, a été adorable et s'est laissé entraîner un peu partout sans broncher, en Italie, chez les uns, chez les autres, à la plage le soir, etc... et nous a dit "je t'aime papa" et "je t'aime maman, tu sais" pour la première fois... (avec un petit "snif" parental de rigueur, là)

Bon. Pour en revenir à ce matin, j'étais bien décidée à profiter à fond de quelques heures de liberté pour faire ENFIN tout un tas de trucs pour moi (RDV médicaux, courses, administratif, rédaction de billets, tout un tas de trucs sérieux, trouver enfin un moment pour faire ma valise de maternité, et accessoirement... me reposer).
Eh bien quelle ne fut pas ma surprise, avec les autres parents dépités, de voir les grilles de la crèche fermées!
Eh oui! les dames de l'accueil administratif étaient là, pour nous dire: "mais non, l'ouverture finalement a été repoussée au 3 aout, vous n'êtes pas au courant? ça a été affiché pourtant. Faut lire les panneaux, hein!"
Voilà. Elles ont osé. Encore une fois, je n'ai pas été assez parano. Je n'aurais pas imaginé qu'un affichage puisse être mis PENDANT le mois de fermeture de la crèche (son taux de lecture par les personnes concernées a du approcher les 5%!). Et j'aurais du, donc, appeler PENDANT LES VACANCES pour bien vérifier que la date d'ouverture restait inchangée.

Je suis donc rentrée à la maison, sans même avoir la force d'être énervée, avec ma fille (chérie d'amour que j'aime fort fort fort), et surtout une dent certaine contre la crèche. Il ne me laisseront finalement que 2 jours pour moi cette semaine, j'ai intérêt à en profiter à fond pour que foetussio daigne s'accrocher encore quelques semaines et que mon dos ne me lâche pas tout de suite!

En fait, la crèche, c'est vachement bien, sauf quand il y a grève (1 ou 2 jours par mois minimum) ou, comme aujourd'hui, "fermeture inopinée..."

Allez, à bientôt les amis. (et puis je sais, y a pire, hein. C'est beau la vie quand-même)

2 commentaires:

  1. 1 mois de fermeture ! outch ! ben oui, ils n'en ont pas eu assez alors ils font un peu de rab ! en tous cas, pas cool pour l'organisation et surtout les parents qui devaient reprendre le boulot !

    pour le reste : tout pareil (sauf que moi j'ai rusé et usé du centre aéré et des grands-parents pour me reposer un peu !).

    a bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Aïe! Pas cool!
    En même temps, faut les comprendre. Si elles s'entraînent pas à faire grève, elles sauront plus faire le jour de la rentrée... Quoi je sors?

    RépondreSupprimer