jeudi 19 août 2010

Silence, ça pousse!

(Titre choisi en hommage à l'émission botanique sur France 5, animée par le fabuleux Stéphane Marie et la non-moins fascinante Noëlle Breham, tout droit descendue de l'espace)

Juste pour vous dire que depuis cet été, ma fille est propre.
Et que je kiffe grave cette petite parenthèse enchantée, ces espèces de vacances où ni Pampers, ni Huggies ne pointent plus le bout de leur nez.

Oh, non pas qu'on en ait fini de toutes ces joyeusetés gastriques... (faut bien vider le pot, ensuite), mais c'est vrai que c'est assez agréable de voir notre fille grandir , et nous libérer un peu par la même occasion. Et puis, c'est con un parent, mais qu'est-ce que ça peut être fier, dans des étapes pareilles!
Ah, parce que depuis 2 ans et des poussières, on n'a jamais parlé autant de caca-pipi à la maison, ça, c'est sûr.

Donc, je disais: on profite! Encore quelques semaines tranquilles, et ensuite, on se replongera avec énergie, et néanmoins bonheur, dans le rythme stakhanoviste des 6 à 8 couches par jour!

2 commentaires:

  1. Chère Marine, félicitations pour la propreté de votre fille. Pour le petit à naître, dites vous bien que ce sont des moments délicieux et qu'arrivera bien assez tôt une période curieuse et inquiétante, quand vos enfants iront tous seuls aux cabezingues depuis fort longtemps, et que vous vous rongerez les sangs pour vos parents. Mon père mort en janvier, je vois ma mère pleine d'inquiétude pour sa propre fin qu'elle imagine toute proche, tant souvent elle est fatiguée. Et en te lisant, Marine, je me rappelle avec nostalgie ces moments où jeunes parents, nous souhaitions voir grandir nos chers petits plus vite que la musique...

    RépondreSupprimer
  2. @ Queen Mom:
    oui, c'est vrai qu'on se dit tous les jours que le temps passe à toute allure, et que ça a qqch d'effrayant, d'ailleurs... c'est pour ça qu'on a conscience qu'il faut en PRO-FI-TER.
    Mais ton commentaire me le fait réaliser encore plus, c'est sûr... je pense que, à mon tour, je relirai mes textes avec nostalgie, dans quelque temps.

    RépondreSupprimer