lundi 4 octobre 2010

Je suis jeune maman bis et je m'éclate

Embarquez à bord du roller-coaster qui n'en finit jamais! Futurs parents, attachez votre ceinture!


Comment ça va la vie, les jeunes?

Aujourd'hui, c'est le point "je suis une jeune maman bis et je m'éclate".
Ou comment vous résumer en quelques lignes les sensations et expériences de la multipare que je suis fraîchement devenue...


Alors, j'aurais bien aimé vous pondre un post à la manière de Marie, la super blogueuse des Mamans Testent, chaque fois plus hilarant que le précédent... (je suis envieuse de son style malicieux et percutant, oui, j'avoue)... -lisez sa série sur le comparatif primipare-multipare par exemple, c'est exquis-
Mais je ne suis pas de taille à soutenir la comparaison, en ce moment.

Alors, après avoir réfléchouillé 5 minutes à l'angle d'attaque, j'ai décidé de vous narrer mes aventures et de vous donner des nouvelles sous forme de formule mathématique, que voici:

Joie et bonheur de l'enfantement =

4 ou 5 heures de sommeil par nuit -pas d'affilée, les heures, hein- + bébé qui se réveille toutes les 2 heures pour boulotter + pas 5 minutes pour moi depuis 3 semaines + toujours ce p***** de congé mat' qui ne vient pas + grosse laryngite et aphone depuis 3 jours + effet gueule de bois tous les matins, même sans absorption d'alcool + 10 de tension + vertiges + journées intenses, week-ends intensifs de 7h à 23h + une petite montée de lait surprise en bonus, pour pimenter le week-end + sensation de panique à chaque fois que je dois me rendre, à l'heure, à un RDV + sensibilité à fleur de peau + trouver le temps de prendre une douche, sans parler de l'audace ultime: se laver les cheveux + le casse-tête du bébé qui ne se couche jamais et de la grande qui se lève à 7h + la larme à l'oeil devant la moindre pub sentimentale + un couple bouleversé + penser à rééduquer son périnée + le petit-déjeuner à débarasser alors qu'il est 17h + de belles petites crises de "j'yarriverai jamaaaais je suis trop crevéééée persoooooonne ne me comprend mais comment elles font les autrrrrres au secooooours je vais mouriiiiiir d'épuisemeeeeeent!"

Heureusement, l'équation s'équilibre grâce à:

Plein d'amour + des cadeaux par Colissimo tous les jours dans la boîte aux lettres + une gniaque d'enfer, qui me permet d'appeler la sécu, même sans avoir de voix (oui, je sors tout droit de la série "heroes") + un couple bouleversé, oui, mais enrichi, aussi + le plaisir de voir qu'on peut quand-même profiter des moindres minutes à notre disposition pour nous retrouver, malgré la fatigue + des oreilles attentives + une copine qui vient aussi d'avoir son 2ème et qui me déculpabilise pas mal + un gynéco génialissime + la tête qui tourne au bout d'une coupe de Champagne et demi, c'est plutôt rigolo + la ligne que je retrouve assez vite, finalement (entre faire la sieste et déjeuner, je choisis la proposition n°1!) + une étonnante résistance à la fatigue et à la contrainte (l'être humain est bien fait, vraiment) + le bonheur de me découvrir chaque jour pas si incompétente que ça, finalement + une relation encore plus intéressante avec ma fille + un bébé trop chou, qui va bien et c'est bien là l'essentiel + le bonheur de les regarder tous les deux, et même parfois l'envie (folle, l'idée, pourtant) de recommencer!

Franchement, en devenant parent on débarque sur une autre planète. Et c'est pas comme si on pouvait vraiment l'imaginer avant. Et pour la vie, en plus. On a intérêt à assurer, car on sait qu'on n'a plus le choix. Quand je repense à notre vie sans enfants, j'ai besoin de me pincer pour croire que ça a existé.
C'est fou, c'est une des choses les plus difficiles qui soient, mais aussi une des plus belles.
J'aime le mouvement, la passion, l'intensité, les sentiments exacerbés, les sensations fortes, la remise en cause des certitudes et des habitudes. Je n'ai jamais été aussi bien servie.

5 commentaires:

  1. Faut continuer à nous raconter tout ça !!
    Bon courage et bonnes mini-siestes ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas encore maman bis mais je suis complètement d'accord avec ton dernier paragraphe :) Une bonne synthèse à transmettre à nos copains sans enfants qui se demandent comment on fait !

    RépondreSupprimer
  3. Eh oué, c'est trop bien, les ch'tites n'enfants ! J'ai récemment eu l'occasion de m'occuper de ma nièce de 4 ans et de son frère de 2 ans. Comment dire ? Ce fut un vrai bonheur et ça m'a rappelé tous les bons souvenirs de quand mes lardons étaient petits. Snif !

    RépondreSupprimer
  4. Tu as oublié de parler du nombre de lessives qui s'accroit de jour en jour du fait des régurgitations du bébé et de l'apprentissage de l'autonomie du grand frère + les copines qui te tournent le dos car elles ne sont pas d'accord avec ton mode d'éducation et surtout ton manque de disponibilité + ton mari qui est en manque de contact physique...mais qui ne veut plus te sortir au restaurant car on est si bien à la maison + les remarques toujours vexantes de la belle-mère MAIS aussi une amitié plus forte avec une copine qui vit la même chose + une relation plus adulte avec son ainé qui a grandi d'un coup + l'admiration des gens dans la rue et de toute la famille + de gros seins + plus de temps passé chez nos médecins préférés + on ne s'ennuie jamais + on se fait des nouvelles copines au parc + une nouvelle chambre à décorer + ...

    RépondreSupprimer
  5. Raaaah il a perdu mon comm' (si doublon tu supprimes!)

    En même temps, disais-je, la vie sans enfants, au millénaire dernier en ce qui me concerne tellement ça me semble loin et incongru, me paraît bien fade à côté du rollercoaster permanent (jolie métaphore) qu'est la vie 2.3 (2 adultes, 3 enfants, 1 job à temps plus que plein loin).

    Les deux premiers mois sont durs, le troisième on trouve son équilibre, ensuite, c'est fingers in ze nose (même si c'est pas poli).

    RépondreSupprimer