vendredi 19 novembre 2010

Causette, le magazine bimestriel plus féminin du cerveau que du capiton

billet même pas sponsorisé!

"Je suis une femme normale mais pas banale. Je rêve, mais pas de paillettes ni de défilés. D'amour simple, d'un quotidien riche de rencontres, d'amitiés, d'enrichissement personnel.
Je veux être bien informée, en dehors des ornières qui tracent la route du stéréotype de la bobonne du 21ème siècle : fine, bonne, fashion victim, qui ramène du fric à la maison mais le fait en plus des tâches ménagères.
Alors j'aime les sarcasmes intelligents sur les puissants, les infos qui dénotent les incohérences du monde, les petits trucs qui remettent les hommes à leur place.
J'aime être aimée par ceux que j'ai choisis, supporte plus ou moins complaisamment ceux que je n'ai pas choisis.
J'aime plaire sans être greluche, être belle sans être bardée de gadgets accessoires qui me transforment en pigeon-porteur de ce qu'une élite à la pointe de la mode a désigné comme beau, me se sentir bien dans des sapes pas trop chères."

Qui ne se reconnait pas dans cette description?
C'est la description de la femme selon Causette, le (premier?) magazine féminin intelligent créé par un homme, Grégory Lassus-Debat.
il a pris le pari que cette catégorie de femmes existait, pour lancer son magazine:
"Une femme un peu rock'n roll, qui aime bien déconner autour d'une table avec ses copines, tout en matant le serveur et en refaisant le monde. Une fille curieuse, touche-à-tout, rigolote, qui s'assume sans être bégueule. Une petite Cosette qui aurait grandi, fait des études, et qui serait revenue taper un brin de causette à ses copines restées au village"
(article dans le Nouvel obs de cette semaine, p. 110)

C'est bon de voir qu'on peut être une femme, aimer s'informer (et même parfois réfléchir) sans entrer forcément dans le segment "connasse à it-bag", chers à nos bon vieux féminins pourris (les torchons people à 1€ qui s'assument, bien sûr, mais aussi ce qui se veulent plus classe et intello (qui commencent sérieusement à me fatiguer). Vous savez, ceux qui nous pondent un "spécial rondes en taille 38 (pouah, les mochetés!)" une fois l'an et qui nous vendent de l'anorexique à 1 neurone les 51 autres semaines, ou qui nous expliquent que cet hiver il faut porter de la veste en peau retournée à 1000€ et acheter des sex-toys fluo (es-sen-tiel, voyons!) pour se libérer (?), juste après une toute petite page sur les retraites ou la guerre dans le monde, pour faire engagé.
Et qui ne manquent pas, au passage, de nous refourguer la même came cosmétique, (pas fous: à chaque fois dans un emballage différent, pour faire plus sérieux, parce qu'on le vaut bien.)

Un magazine féminin, tout simplement, parce que "féministe" n'est pas forcément un gros-mot, et qu'il faudrait arrêter de commencer ses phrases par "je ne suis pas féministe mais..."
Ça fait du bien, non?



5 commentaires:

  1. Tu m'as convaincue, je vais aller l'acheter ! Dommage que l'article ne soit pas sponsorisé, tu aurais pu toucher ta comm' :)

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, je ne connaissais pas ce magazine (j'en suis pas encore à la page 110 du Nouvel Obs de cette semaine, faut dire ;-), mais tu as aiguisé ma curiosité, à tester donc !

    RépondreSupprimer
  3. Idem, je commence à en avoir ma claque de "Elle" et ses articles de plus en plus déconnectés de toute réalité...
    Vais essayer.
    Puis j'aime bien le titre!

    RépondreSupprimer
  4. Je lis ce magazine et je fais part de mes lectures à chéri-chéri, c'est mieux que "haaaaaan, qu'est ce que tu penses du dernier vernis Chanel?"

    RépondreSupprimer
  5. "Causette" ou "les pétroleuses" ???????

    Bah les deux, non ?

    RépondreSupprimer