lundi 22 novembre 2010

Rester zen aux toilettes avec bébé: la leçon japonaise

(Le pays des singes de la sagesse pense décidément à tout)

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'un sujet hautement essentiel, casse-tête suprême s'il en est: aller aux toilettes avec bébé.

(Ne soyez pas obtus, je ne peux pas vous parler tout le temps uniquement de trucs qui volent haut. N'oubliez pas que je suis juste humaine.)

Je vous laisse imaginer: vous êtes seul(e) avec bébé (pire, vous avez un autre nain à vos côtés), vous voulez aller aux toilettes.
Avec la poussette: pas possible.
Laisser la poussette dehors avec bébé dedans? jamais de la vie.
Laisser la poussette dehors et prendre bébé dans ses bras? Mouais, moyennement envie de se faire piquer les trucs qu'on y a rangés, et puis, ça ne règle pas le problème de: qu'est-ce que je fais de mon bébé?
Avoir pris le porte-bébé, et se débrouiller pour faire pipi en gardant bébé sur le ventre? Ok, mais en partant du principe que dans les wa-wa de notre beau pays, il ne vaut mieux pas s'assoir sur la lunette, il va donc vous falloir assez de muscles dans les cuisses pour tenir en suspension au dessus de la cuvette, tout en portant quelques kilos remuants sur le ventre. Et puis, allez refermer votre jean, ensuite. Pfiou... je suis crevée rien que d'y penser.

Que faire, alors? Toujours avoir sur soi un petit matelas à langer de voyage, pliable, de façon à pouvoir allonger le nain par terre pendant que vous faites votre petit pissou?
Moui. Parfois, selon l'hygiène des lieux, c'est juste impossible d'imaginer allonger votre merveille sur un sol plus que douteux. Et puis le matelas est tout cra-cra après, pas cool.
Scotcher la prunelle de vos yeux au mur, bien immobilisée grâce à une bonne dose de chatterton? Ou pendre bébé à la patère (s'il y en a!) accrochée derrière la porte? D'accord, mais il faut de l'équipement (scotch, crochets, sangles, bandoulières, mousqueton...), ça peut être lourd.

Franchement, autant arrêter de boire quand on sort avec les enfants, se retenir et attendre de rentrer à la maison! Pourquoi pas porter des couches, aussi, tant qu'on y est.

Mais voilà. Des membres de ma famille viennent tout juste de rentrer du Japon (pas moi, je vous rappelle que je ne fais plus de vols longs courriers depuis que je suis mèèèèère)
Et donc, après les traditionnels "on a mangé du thon rouge/ les temples c'est trop beau/ qu'est-ce qu'ils picolent, les mecs, là-bas, quand-même/ j'ai gagné 7 ans de vie en mangeant des oeufs cuits dans les eaux brûlantes du mont Fuji (gné???)/ ils ont des TGV superbes là-bas, et puis qu'est ce que c'est propre chez eux/ j'ai kiffé Tokyo/ mais bon quand-même un bon verre de rouge, ça manque, au bout de dix jours", mes proches m'ont fait part d'une de leurs plus incroyables découvertes: j'ai nommé, les chiottes japonaises.

Outre le fait que tout est y tellement clean qu'on pourrait manger par terre, qu'on a le cul-cul tout net grâce aux différents jets d'eau incorporés, et qu'on ne fait jamais de queue là-bas, parce qu'il y a PLEIN de toilettes, pas comme chez nous. (Mon dieu ça me fait penser à la file d'attente pour les toilettes femmes au tournoi de Roland Garros... un cauchemar), eh bien ces toilettes ont un truc en plus:

Le siège pour bébé, fixé au mur à côté des toilettes. Voilà ce qui nous manque en France! N'est-ce pas l'allégorie absolue de l'intelligence humaine poussée à son paroxysme?
(photo ci-contre, trouvée sur ce blog)
Les Etrangers ont beau être Nuls, comme le dit Pierre Desproges, et en particulier les japonais (sans parler de la japonaise, la pauvre, qu'est-ce qu'elle prend!), il faut bien reconnaître que, sur ce point, les nippons nous dépassent.

Voilà. Sur ces considérations relativement intellectuelles, je l'avoue, je vous laisse méditer.
Et pourquoi pas me donner votre avis. Si vous en avez un bien entendu, ce qui n'est pas forcément évident, je vous l'accorde.

Bon début de semaine.

3 commentaires:

  1. Effectivement c'est une situation qui en fait n'a pas du m'arriver de devoir trouver des toilettes tout en étant encombrer d'un bébé. Faut dire que j'avais déjà du mal à aller aux toilettes chez moi parceque bébé ne voulait pas me lacher que du coups au départ je n'ai même pas imaginé que ton article évoquait les toilettes hors de chez toi ;-)
    Je dois avoir une bonne vessie, pas tellement eu besoin de toilettes publics avant que les enfants ne soient en age d'en avoir besoin (de façon urgente, dans des lieux qui ne s'y prète pas du tout c'est plus rigolo)
    En attendant chapeau au japonnais qui une fois de plus, sont au top du top!

    RépondreSupprimer
  2. pas de méditation pour moi, juste un sourire en me souvenant de deux heures passées dans la salle d'attente du pédiatre, avec mon nouveau-né d'un mois et du grand, très grand moment de solitude quand j'ai réalisé que je ne pouvais pas assouvir une envie très pressante et les longues minutes avant de rentrer à la maison , presque à en pleurer !!
    Après ça ,je me suis toujours arrangée pour connaitre d'avance les magasins ou endroits dans la ville, avec toilettes handicapés ( permettant d'y entrer une poussette !)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais pas compris au début de ton texte que tu parlais des toilettes hors de chez toi. Je me disais "bah quand même, elle peut laisser le bébé dans son lit et son aînée jouer 5 minutes". :)
    Effectivement, c'est un problème que je n'avais jamais envisagé! Mais comment tu fais???
    Des couches? une vessie artificielle? confier tes enfants à un inconnu?
    Quoi je sors?

    RépondreSupprimer