lundi 13 décembre 2010

Mes nuits avec Patrick Sébastien: Suite et fin

"ça fait plaisir!"

Jeunes parents, et surtout pour le premier enfant, on en entend, des conseils.
De la grossesse aux épreuves du Bac du nain, à mon avis, on en prend dans les oreilles, des inepties;
"c'est les dents, vous le couvez trop, vous ne l'avez pas allaité c'est normal, faut pas trop le prendre dans les bras il va s'habituer (et donc?),
je serais vous j'arrêterais de travailler, je serais vous je reprendrais le travail très vite, franchement de nos jours les nounous sont irresponsables, à mon avis votre enfant couve quelque chose, j'ai un ami qui a un ami qui est pédiatre et qui ne serait vraiment pas d'accord avec vos pratiques, etc etc."

J'écoute mes amies proches, les mamans équilibrées autour de moi, et surtout mon instinct. Et puis je fais mon petit mélange, et ça donne des solutions pas trop mauvaises à chaque fois. (Avec des plantages parfois, sinon ce serait trop facile, évidemment)

Le dernier avis qu'on m'ait donné, c'était il y a quelques dizaines d'heures. Il vient de mon pédiatre préféré, mon vénéré Dr Dad, celui que je peux écouter les yeux fermés (oui cette expression ne veut rien dire, et alors?)
Et bien je crois pouvoir affirmer que je vais le mettre dans le top 5 des meilleurs conseils qu'on m'ait donnés depuis ma découverte de la maternité:
Vous vous souvenez de mon post précédent? Celui dans lequel je vous racontais par le menu une de nos nuits trépidantes, celle où nous pétâmes un plomb en subissant les hurlements du nain n°2?

Eh bien il m'a suffit d'entendre cette phrase:
"Tous les jeunes parents ont la même crainte que toi: ils ont peur que les pleurs du bébé réveillent son frère ou sa sœur dans la nuit, ils s'empêchent donc de le laisser hurler et le prennent dans leur chambre systématiquement pour le calmer. Et donc ils se font bouffer, leur bébé comprend bien vite qu'il va pouvoir en profiter, et réclamer toujours plus de câlins chaque nuit. Mon conseil: caresse-le rapidement pour lui montrer que tu es là, dis lui fermement que c'est la nuit et qu'il faut qu'il s'endorme. Et laisse-le pleurer, tu verras, sa sœur se réveillera à peine malgré ses hurlements, si tu lui expliques bien ce qui va se passer avant. Ton bébé va apprendre à se calmer seul, puisqu'il verra que petit à petit il n'a plus intérêt à se réveiller."

Conseil appliqué. Sa sœur s'est réveillée en pleurant évidemment, on l'a rassurée, et son frère s'est calmé en 10 minutes maxi. (au lieu de 1h30 dans les bras!). Résultat: on va pouvoir, peu à peu, se coucher "détendus", et on envisage avec soulagement les nuits à venir, qu'on commençait à sérieusement redouter, là. Bref, ça change la vie.

Et vous, sauriez-vous me dire quel est le meilleur conseil qu'on vous ait donné dans votre vie de jeune ou futur parent? (ou pas parent du tout)
Et le pire?


Allez, pour fêter ça, je vous propose désormais, en lieu et place du sinistre Patrick Sébastien qui peuplait mes nuits jusqu'à aujourd'hui, une bonne petite video hilarante issue du DVD Made-in-Jamel, qui me fait mourir de rire.
Cliquez sur la photo en haut de mon post pour la visionner. (y'en a plein d'autres vachement bien aussi, avec Jamel et Florence Foresti par exemple)

5 commentaires:

  1. Meilleur conseil reçu dans ma vie de nullipare: "Arrête d'y penser, ça viendra tout seul".
    Non je déconne. Le prochain qui me la sort, je le crucifie.
    Je suis néanmoins ravie que tu aies trouvé une solution à tes nuits hachées. :)

    RépondreSupprimer
  2. Lors des crises de coliques nocturnes de maxime à la fin du 1er mois il pouvait hurler 30min avant qu'on arrive à le calmer. ça n'a jamais réveillé son frère à qui, de toutes façons, on avait expliqué que s'il entendait maxime pleurer la nuit il ne fallait pas qu'il se lève qu'on s'en occupait.

    pas de conseils pour moi où alors je ne les ai tellement pas écoutés que je ne m'en souviens plus !!

    bonnes prochaines nuits !!

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de « conseil », mais dans le bouquin de Philippe Grandsenne (« Bébé, dis moi qui tu es »), j'ai retenu une « philosophie » qui dit plus ou moins « vous allez apprendre à être mère au contact de votre enfant, et lui va apprendre à être un être humain à votre contact ». Ça aide beaucoup à se détendre, de se dire que non, on ne fait peut-être pas les choses parfaitement, mais qu'on fait ce qu'on peut, et que c'est ce qu'il faut à notre enfant.

    À propos de cette histoire du sommeil des « seconds », ce n'est pas la première fois que je lis ou j'entends que les aînés ne seront pas plus gênés que ça par les pleurs du second. J'ai même une connaissance qui m'a confié récemment avoir attendu près d'un an avant de se rendre compte que si si, il pouvait faire dormir la petite dans la même chambre que la grande, et qu'au contraire, c'est comme ça que les nuits finiraient par se faire :) J'espère réussir à m'en souvenir quand le mien sera là :)

    RépondreSupprimer
  4. Le conseil d'amie que j'ai reçu une fois : "si un jour ton bébé commence à faire du bruit en respirant (et accessoirement que tu lui as enlevé toutes ses crottes de nez sêches lol), mets un gros oignon blanc coupé en deux sous son lit. Certes le lendemain ça fouette la tartiflette dans sa chambre, mais tu auras au moins le mérite d'avoir éloigné le rhume de ton petit grâce aux vertus antiseptiques de l'oignon"
    Parce que finalement, quand on leur donne de l'Allium Cepa en granules homéopathique, ce n'est que le terme latin pour dire oignon !

    RépondreSupprimer
  5. Surtout pas un conseil, mais des paroles qui enlèvent la culpabilité. Mon médecin de famille( un Saint )qui connaissait assez bien le désespoir de parents qui n'en peuvent plus de ne pas dormir la nuit, car lui-même avait un fils ( bof) mais ensuite des triplés( bonne pioche !!!)nous avait dit :" Oui, c'est vrai, il y a des moments où on a envie de les f... par la fenêtre ...". Un médecin qui dit ça ! de plus un homme capable, en pleine nuit, de prendre ma fille, et sa mère, dans sa voiture et tous phares allumés, de filer à l'hôpital pour une détresse respiratoire impressionnante.Nous n'avons pas eu besoin d'ouvrir la fenêtre tout est rentré dans l'ordre. Ces paroles résonnent encore à mes oreilles.Brave Dr Ph. M.

    RépondreSupprimer