mercredi 15 décembre 2010

Bri-tif Hair-ways





La discipline de coiffure sur poulpe, pratiquée de tous
temps par les femmes des marins-pêcheurs de l'Yonne, est encore trop peu répandue de par chez nous.
Et c'est regrettab'.



Dans la vie, on est tous plus ou moins stressés par des trucs cons du quotidien. Enfin je suppose. Pas vous?

Moi, je vous le dis, en ce moment, un truc m'angoisse. Ça fait des années que ça me travaille, je n'en ai jamais vraiment parlé, mais ça monte, ça monte, je ne sais pas jusqu'où ça va aller.

Ça risque d'exploser un jour et de faire de sacrés dégâts. Faut que j'arrive à calmer mes nerfs. Ou à me trouver une autre angoisse pour oublier. Franchement, ça me libère d'en parler avec vous. Je sais que c'est assez intime, de se dévoiler ainsi, mais je crois qu'il va falloir que j'apprenne à demander de l'aide, et à lâcher prise. Et puis je vous fais confiance, mes lecteurs, je sais que vous n'irez pas crier ça sur tous les toits. On est entre nous. Je sais que je n'ai pas à avoir honte.

Voilà mon souci: Si j'arrive dans une ville que ne connais pas encore, j'ai ce réflexe: vite, vérifier les devantures des salons de coiffure. Pfff.... J'en peux plus. (attendez je respire). -Je fais une petite pause, c'est assez dur d'exprimer ce que j'ai au fond de moi. Voilà, ça va mieux-
Bon, je continue...
Oui, les devantures de salons de coiffure me tétanisent. Je ne vous parle pas des photos de brushings années 80 des petits salons familiaux, ou des têtes en plastiques munies de perruques du plus bel effet, pourtant passablement stressantes elles-aussi.

Non, je vous parle des noms de ces salons. Pourquoi, mais pourquoaaaaaaa ces devantures sont-elles toutes à base de "Hair" ou de "Tif"?
Je vous l'ai dit, je craque. Ces jeux de mots me sortent par les yeux, c'est limite si je ne fais pas de l'eczema maintenant, lorsque je croise un store imprimé d'un de ces deux mots moches.
La coiffeuse juste en bas de chez moi par exemple... elle a l'air gentille avec ses mèches, sa french et ses faux seins. Et puis elle me voit régulièrement passer avec ma nouvelle coupe, elle doit se demander pourquoi je ne viens pas chez elle. (les coiffeurs me rendent un tantinet parano)
Mais non, c'est catégorique: je ne peux pas me résigner à entrer dans son salon. Ce serait prendre le risque de finir aux urgences psychiatriques. Ça ne vaut pas le coup.
Tout plutôt que d'entrer dans son Evolu 'tif.

J'envisage, à terme, d'intenter une class-action contre ce phénomène terrible qui veut qu'un coiffeur fasse forcément des jeux de mots sur sa devanture.
En attendant, je continue de collecter les preuves, les indices... en espérant que la justice entendra un jour mon cri d'alarme. Et reconnaisse les dégâts causés par ces agressions humoristiques sauvages. Il n'est jamais trop tard.
Quelqu'un veut me suivre?

Accrochez-vous, c'est pas toujours beau à voir:

















5 commentaires:

  1. MDR, je suis prête à cotiser pour offrir une palme au"Faudra tif Hair" qui présage des réussites capilaires des plus contestables.
    Au moins c'est signe qu'il subsiste des salons indépendants, ou les coiffeuses n'ont pas subit un lavage de cerveau trimestriel leur imposant d'infliger à leurs clientes l'une des 3 coiffures de la saison. Ici la grande majorité des salons sont des chaines. Moi je tente de résister en allant chez "Evelyne". Le nom ne présage en rien du salon top classe: bois miroirs et lumière avec fauteuil massant au bac à shampoing (1 sur les 3 bacs donc faut avoir de la chance mais quand même!)

    RépondreSupprimer
  2. "faudra Tif Hair" !! c'est bien trouvé !!
    Moi je pensais à "diminu'Tif" pour être dans le sujet !
    Vas dans une grande chaine au moins tu ne te feras plus de cheveux blancs (le jeu de mots c'est cadeau !).
    Moi j'y vais samedi faire ma coupe de reprise du boulot ! mon salon JPG coiffure (me demande pas pourquoi !!) !
    Bon brush !

    RépondreSupprimer
  3. S'il y avait que les capilliculteurs pour s'illustrer dans l'enseigne à jeu de mots nunuche ! Le Bar à Thym, ou un restau s'appelant Les Thyms Sels. Un chinois à l'enseigne "Vien Dong"( dîner à la maison) ! J'ai oublié les meilleurs. C'est vrai que c'est énervant !

    RépondreSupprimer
  4. Si au moins les coiftifs ne se sentaient pas obligés de nous faire en plus la conversation pendant qu'ils nous massacrent...
    Heureusement, j'ai trouvé ma perle, Emmanuel... Aaaah! Emmanuel!

    RépondreSupprimer
  5. Moi, je vais chez " Le Coiffeur". Bon, déjà ça permet de dédramatiser la chose... Et puis,y'a ....... ANGELIQUE !!! qui est la seule à comprendre mes :" un peu comme ça...mais pas trop, et j'voudrais qu'ça fasse naturel et pas je-sors-de-chez-l'coiffeur-et-ça-se-voit,et pis, et pis...". Elle ne me propose pas le dernier shampoing, après-shampoing,fixateur( J'EN VEUX PAS ! B.....L ).et ne m'arrache pas le cuir chevelu,ne me fait pas un massage dudit cuir chevelu qui ressemblera à du cuir tanné à force de ... qui ne me brûle pas le cuir ch... (vous savez de quoi je parle )avec son sèche-cheveux. MAIS L'Angélique est en congé maternité en ce moment, et c'est franchement pas normal que les Coiffeuses aient des nains lors des fêtes de fin d'année où il faut que nous soyons à notre top capillaire. Fin de mon accès d'humeur biliaire. Bonnes fêtes de fin d'année :-))

    RépondreSupprimer