mardi 26 avril 2011

Génération Pouffista













photos: le "Elle" de cette semaine, sur le thème: Les trucs mode à piquer aux ados 
(oui je le lis encore, qu'est-ce que vous voulez, j'y suis encore abonnée...)

Bah putain.
Si, quand elle aura 14 ans, je laisse ma gamine claquer 700€ dans un it-bag qui lui servira de cartable, avoir un abonnement Blackberry pro (forcément es-sen-tiel!) pour papoter épilation intégrale avec ses copines, faire quelques essayages chez Chanel après la cantoche et enchainer sur une sortie aux Bains au lieu d'aller à son RDV chez l'orthodontiste, en lui transmettant les valeurs primordiales telles que: " Rentre les genoux en dedans, mord-toi l'intérieur des joues et tire la tronche sur les photos, pète-là toi grave tu le vaux bien ma princesse, et n'oublie pas que ton apparence est la première -et la seule- de tes qualités"...
Ben je veux bien, en guise de châtiment, me faire interner quelques mois dans un ashram en Slovénie avec Jean-Marc Morandini et Mélanie Laurent pour bouffer du chou matin midi et soir, tiens.

Mon Dieu. Quand je pense qu'au collège (et pareil au lycée), à peu près comme toutes mes copines, je ne me maquillais pas, j'étais en jean Levi's, t-shirt Petit Bateau et en Doc Martins tous les jours... (province oblige!). 
Je sais, je parle comme une vieille... mais, vraiment, que doivent se dire les profs quand ils débarquent dans des classes où leurs élèves encore gamines sont sapées comme des femmes, avec des fringues bien plus chères que ne peuvent leur permettre leurs salaires de l'Education Nationale? Ils arrivent à faire cours à des nanas qui ont pour principale activité extra-scolaire la "customisation de Blackberry"?
Ces enfants doivent dépenser 15 fois plus que moi à leur âge pour entretenir leur image, pour, au final, ressembler aux gars du Carnaval de Dunkerke! Mais que fait la police?


Et ce qui est plus fou encore, c'est que l'article dans "Elle" nous explique que nous, femmes adultes et relativement expérimentées, devrions nous inspirer des ces personnes à peine sorties de l'enfance... en prendre de la graine, quoi!
Sommes nous imbéciles à ce point? je me le demande.

Si c'est pas malheureux.

66 commentaires:

  1. C'est exactement ce qui me choque lorsque je passe devant le lycée Carnot à Cannes, on se croirait devant les pages modes d'un magazine, certes, c'est agréable à regarder...Mais, quelles valeurs inculques les parents à ces enfants ( les garçons ne sont pas en reste...) ?

    RépondreSupprimer
  2. A vouloir faire jeune et "dans le vent" je pense que Elle , s'est trompé de cible, je n'ai absolument pas envie de ressembler ou de m'inspirer de ces gamines, sans personnalité, au fil des photos elles se ressemblent toutes, pas de recherche, juste des copiees collees, sans saveur...
    Juste des acheteuses compulsives en devenir, vont pas etre heureuses plus tard les pauvres gamines....

    RépondreSupprimer
  3. +1 pour le jean plus petit bateau plus docs....

    je ne sais pas ce que cette génération va donner une fois qu'elle sera en age de bosser, voter, fabriquer des lois des idées etc... :/

    RépondreSupprimer
  4. Ptdr , c'est assez révélateur de la nouvelle génération . Une sorte de démission des parents qui ont relayé l'éducation de leurs enfants à leur compte en banque . D'ailleurs tu le vois bien quand tu te promènes dans certains quartiers de Paris ou encore dans le métro quand tu les entends parler comme dans Sex And The City comme si c'était des pouffiasses de longues dates (lol)
    Pars étonnant alors qu'il y ait un fossé qui se creuse dans la société, puisque dès l'école on voit certaines qui ont déjà ce dont toutes les minettes rêvent ... Et encore Elle a oublié de mentionner l'accessoire ultime, la clope, même si je suis mal placée pour en parler ...

    RépondreSupprimer
  5. J'me souviens, un jour, avoir entendu des gamines de 10 ans parler de strings. J'me suis sentie toute grand mère car, bien sûr, ça m'a offusquée.
    Attention les minettes, la génération mini-poufs arrive!!

    RépondreSupprimer
  6. Ma fille va avoir 13 ans, mais je vous assure qu'elle ne ressemble pas à ça et qu'il est hors de question qu'elle y ressemble un jour... par contre pour la garde-robes, c'est vrai que je me bas pour qu'elle arrête de puiser dans la mienne.
    Quitte à vivre sur une ile desserte, mais pitié, n'enlevez pas le cerveau de ma fille quand ses yeux se tourneront sur ce joli garçon!

    RépondreSupprimer
  7. Il y a toujours eu un certain diktat de la mode au lycée et au collège. Rappelle toi: qui n'avait pas de 501 et de de Doc Martens? (à part moi qui était vraiment habillée comme une bouseuse, thanks Mom ;)) Ca n'atteignait pas les proportions que ça a aujourd'hui mais le principe était le même: habille toi comme les autres ou crève (en gros).
    Aujourd'hui, la différence est que le pouvoir d'achat de ces ados (filles commme garçons, il faut les voir moulés dans leurs slims!) est bien supérieur au notre à l'époque (et encore, mes nains à moi ne font pas partie des plus privilégiés) et ils peuvent donc s'offrir des marques qu'effectivement, je te le confirme, je ne pourrai jamais me payer (sauf à arrêter de payer mon loyer).
    Et ceux qui n'ont pas les moyens "trichent" en farfouillant dans les enseignesà bas prix.
    Le plus effarant pour moi, c'est le discours de Elle qui tend à normaliser ce comportement consumériste (oui, à 14 ans avoir un It bag Chanel vintage est tout à fait normal). A les écouter, il n'y a aucun problème à ce que les ados considèrent comme un dû qu'on leur offre des pompes à 400 boules ou qu'elles s'habillent comme leur mère (et non pas l'inverse).

    RépondreSupprimer
  8. Je suis tout aussi choquée que vous, surtout que ma frangine de 15 ans est à fond dans cette mouvance.
    D'après notre génitrice commune (quoique, des fois jme pose des questions), c'est normal parce que la société a évolué. N'empêche que j'aurais pas eu l'idée à cette age de grimper sur des talons vertigineux, de passer 3 plombes dans la salle de bain ou de quémander le dernier Blackberry...Encore maintenant en fait...Je suis pas normale je crois ^^

    RépondreSupprimer
  9. Je suis totalement d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
  10. Merci !!
    Car j'ai eu la même réaction en lisant l'article (les après-midi ensoleillés sont hélas propices à la lecture des magazines féminins dont on ne se vante plus trop)... et je me suis demandée si je serais la seule à être choquée. Je me suis revue au même âge... Choc intergalactique !! Remarque, il faut espérer que nos futures filles rejetteront en bloc tout ce qui fait partie de la génération ringarde de leurs parents... Looks de fashionistas avec. Parions que dans 10 ou 15 ans, les mêmes pages mettront en avant le No Look (on a le droit de rêver non ?).

    RépondreSupprimer
  11. C'est symptomatique de l'évolution de la société de consommation, mais j'espère que ce phénoméne reste peu répandu... Enfin non des fois dans le train j'entends des gamines parler comme des pouffiasses, et ça m'inquiete pour MES filles qui sont encore petites... Et pas seulement pour les fringues. J'espère leur inculquer d'autres valeurs sinon je viens dans ton ashram et on invite aussi Michael Vendetta pour que la loose soit totale.

    RépondreSupprimer
  12. Les jeunes sont obsédés par leur apparence plus encore que les générations précédentes, je partage le constat mais pour ce qui est des blackberry, chanel et zadig et voltaire faut pas pousser, Elle parle encore seulement des gosses de riches c'est pas possible. Je n'ai pas d'enfants et j'ai tjrs aimé la mode, mais je n'ai encore jamais pu mettre plus 100€ dans une paire de shoes alors un tee-shirt !

    RépondreSupprimer
  13. Dans certains lycées, c'est même la course à qui aura le sac le plus cher... Quand j'étais au collège, c'était la mode d'avoir le pull Celio de son père ou de son grand frère. Mais par contre au lycée, il y avait tous les styles et on se mélangeait sans problème.
    Enfin le pire dans tout ça, c'est que, je suis sûre, certains estiment que leurs parents ont le devoir de leur payer des fringues de marque :/.
    Par contre j'aimerai bien connaître la CSP des parents de toutes ces filles ;)

    RépondreSupprimer
  14. Ma petite nièce va avoir 14 ans, ma soeur l'élève seule avec un petit salaire...bien évidemment, ma nièce a envie de s'habiller mode(elle nous a d'ailleurs piqué une crise de nerf dans le centre de la Rochelle quand ma soeur a refusé qu'elle s'achète des chaussures avec un talon trop haut...), et bien elle se paie ses fringues avec l'argent reçu à Noel et son anniversaire, et elle fait un peu de baby-sitting, des échanges avec ses copines et elle sait être raisonnable...je trouve ça plutôt positif, elle apprend que pour avoir ce que l'on veut il faut bosser et patienter parfois. Mon fils de 11 supporte beaucoup moins bien la frustration...

    RépondreSupprimer
  15. Cela dit dans ELLE tous les fringues et accessoires présentés en général sont hors de prix... ELLe nous présente en fait les filles des nanas qui bossent dans le magazine

    RépondreSupprimer
  16. Tu as tout dis. Je suis totalement d'accord avec toi. D'ailleurs je passe souvent devant le lycée Condorcet cité dans la première photo et j'ai l'impression que c'est un blague géante.

    RépondreSupprimer
  17. En même temps, l'argent qu'elles ont pour se payer des fringues pareilles ne tombe pas du ciel, leurs parents cautionnent ça et je trouve ça moche... C'est à eux d'être adultes et responsables...

    RépondreSupprimer
  18. si tu veux savoir ce que les profs en pensent, va voir le site :
    princesse soso en saigne (tape sur google)
    elle fait le MEME constat que toi :)

    RépondreSupprimer
  19. Quand j'ai vu le ELLE dimanche chez mon marchand de journaux, je me suis dit que leurs articles sont de plus en plus pitoyables! Avant j'adorais lire des mag, mais là je trouve que c'est de plus en plus creux.
    On le dit de plus en plus, les ados changent, grandissent beaucoup trop vite. Quand je vois toutes ces gamines qui se comportent comme des femmes de 25 ans, j'ai peur. Alors moi aussi je parle comme une vieille conne, et pourtant je n'ai que 22 ans. "A mon époque", c'est-à-dire il y a quelques années, c'était pas comme ça du tout! Je ne sais pas ce qu'il s'est passé en 4-5 ans pour que la société devienne ainsi.
    Et si en plus ELLE leur donne raison et les érige en modèle ...

    RépondreSupprimer
  20. Encore un article de Elle complètement à côté de la plaque!

    Après, je suis plutôt choquée de voir comment s'habillent les gamines maintenant, parce qu'à mon époque, on s'en foutait un peu de la mode (à part les casquettes kangol/les blousons schott etc...)mais bon, on avait beaucoup moins le choix aussi.
    Puis à l'époque (il y a moins de 10 ans!), on était beaucoup moins dans le culte de l'apparence/ de l'exhibition, il n'y avait pas de facebook, de starac etc...je pense que les jeunes de maintenant se mettent beaucoup "en scène".

    RépondreSupprimer
  21. Bon, Titch, on t'a refilé les fringues de ma frangine mais c'était de la marque classique, mais de la marque quand même ! Costaud et pas rock n'roll, oui bon bin, et alors ?!! Ainsi, tu n'as pas de goût de luxe, surtout pour des nippes. A qui on dit merki ??!! Flashback : d'mon temps, quand j'avions 16 ans, c'était Levis pour les jeans et mode bab chic et pas cher. Plus un galurin de mon pôpa, un manteau 1900, une chemise de nuit brodée et coupée en tunique : bref un look "différent" et surtout, pas cher !! Et si les parents d'aujourd'hui sont crétins, tant pis pour eux et leurs pouffinettes.

    RépondreSupprimer
  22. Et encore les carnavaleux ont ce petit grain de folie et cette pointe de couleur qui met de la joie dans leur tenue ; )

    RépondreSupprimer
  23. Je suis tellement d'accord avec toi, je me fais la réflexion à chaque fois que je vois passer ces minettes... C'est dingue le changement qu'il y a eu entre notre génération et la leur ! Et pourtant on n'est pas des vieilles mamies ! enfin bref, j'espère aussi que l'éducation que je donnerai à ma fille réussira à lui inculquer la valeur des choses... mais vu la vitesse à laquelle ça va, qu'est-ce que ce sera dans 15ans ?!?

    RépondreSupprimer
  24. En même temps, je n'ai rien remarqué de spécial dans leur habillements: sur la photos de groupe, je trouve que les filles sont habillées très normalement: gilets, pantalons, jean, jupette?... Je pense qu'il ne faut pas généraliser non plus: ce ne sont pas toutes les jeunes collégiennes qui peuvent se permettre de s'acheter des sacs à main de luxe.

    La réalité est toute autre, et il ne faut donc pas prendre ce genre de reportage (les magazines féminins ne sont pas des références ) au pied de la lettre non plus.

    Et puis, qui sont les actifs dans ce monde d'adulte? Qui le façonne? Nous sommes aussi responsable à notre niveau, si nous échouons à communiquer avec les jeunes d'aujourd'hui, ou à leur transmettre des valeurs. Perso, je n'ai pas encore d'enfants, mais je m'entends bien avec les adolescents, et je n'ai absolument pas abdiqué à l'idée d'entretenir une compréhension mutuelle. Les ados ne sont pas tous aussi stupides que peuvent le croire certains adultes.

    Après, je me rappelle moi aussi de ma période collège et lycée: j'essayais d'être coquette, et apprenait à jauger ce qui pouvait m'aller le mieux. On s'amuse, on se maquille depuis pas longtemps, il y a des réussites et des ratés...

    Où est le mal d'avoir envie d'être coquette et féminine? Les jeunes filles ont aussi le droit de se faire jolies!

    Justement, il y a des tenues que tu peux porter ou oser, que justement parce que tu es teenager.
    Moi aussi j'ai été gothique au Lycée, et j'ai eu les cheveux fushia!...tout cela est un jeu, pourquoi vouloir prendre cela à tout prix au sérieux?

    Le fait d'avoir "conscience" de l'impact que peut avoir l'apparence ne veut pas forcément dire qu'elles n'ont rien dans la tête. On ne sait pas quelles sont leurs notes à l'école, ce qu'elles aiment en dehors de la mode...en tout cas, j'espère que ce n'est pas tout. Elles vont grandir aussi, ces jeunes filles là.

    Par contre, les clopes, l'arrogance, le langage sms, l'impolitesse sont à bannir, pour sûr.

    RépondreSupprimer
  25. Je suis tellement d'accord avec le commentaire d'Anne Sotte. Les "mentalités" changement tellement vite que cela ne rassure pas forcément pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
  26. @ Aizen:
    les phénomène de mode ne me gênent pas trop, ni l'envie d'avoir du style et d'avoir une apparence sympa (j'en suis!)
    Ce qui est choquant, c'est tout ce fric étalé, ce train de vie de femmes de footballeurs, les valeurs transmises derrière tout ça, pour des gamines de même pas 15 ans.
    C'est ça qui fait de la peine. Comment elles feront, quand elles seront obligées d'avoir un job pour payer leur loyer?
    Devenir pute de luxe pour continuer à se saper comme quand elles étaient gamines?

    j'en connais quelques unes, des ados comme ça... eh ben ça fait peine à voir: complètement perdues, toujours frustrées, toujours en quête d'un nouveau bien de consommation à acheter, jamais satisfaites de rien, pas du tout, mais alors pas du tout sûres d'elles, persuadées qu'il leur faudra trouver un mec très, très riche pour continuer à vivre comme elles le font, à même pas 17 ans.
    Ce sont des valeurs terrifiantes!

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour!
    Comment ne pas être d'accord avec toi?
    Je me pose vraiment des questions quand je vois ces jeunettes (oui, à 29 ans, j'ai sauté la falaise de l'âge adulte...) avec leur Darel au bras, pour les plus softs. De mon temps, je bavais sur un Hervé Chapelier et le saint Graal était Séquoïa voire Longchamp pour l'Everest des sacs...
    Enfin bref, ça fait peur!
    Et pour terminer : le sourire est en option pour ces demoiselles ou c'est trop hype de tirer la gueule? Je demande...

    RépondreSupprimer
  28. Elles ont pas toutes des mamans dans la mode ces Pouffistas...
    J'en croise parfois à Pôle Emploi, avec leurs fringues dernière mode, leurs lunettes de mouche et leurs smartphone dernier cri. Et j'ai envie de les étriper quand elles disent qu'elles ont pas de taf, ou que elles gagnent "que" 900euros par mois, because temps partiel.

    J'avais même pas de Levi's ni de Doc martin's, au collège. Et à ma connaissance, dans ma garde robe, j'ai toujours aucune fringue de marque.
    C'est pas ça qui me rend malheureuse (j'ai d'autres raisons pour ça...^^').

    RépondreSupprimer
  29. je pense qu'il y a du fric à se faire avec ces ado : on devrait lancer un prêt à la consommation à souscrire à partir de 13ans pour qu'elles puissent être au top pour le collège, et elles rembourseraient une fois qu'elles auraient un job. Je suis étonnée que personne ne l'ai fait encore^^

    RépondreSupprimer
  30. perso je n'ai que 22 ans et sa me choque aussi comme dit @Mademoiselle Coquelicot qu'en j'avais 14 ans notre génération n'était pas comme sa du moins ma mère ne m'aurait jamais laisser sortir maquillé et jupe en dessous des fesses !ça c'est sur !!!

    Quand vous pensez que certaines marques de sous vêtements font des strings pour 8 ans, je me demande où va le monde.

    Ce qui est plutôt malheureux pour ces pauvres jeunes filles c'est que plus tard si on ne fait pas attention à elles à leurs physiques ben elles vont souffrir ... c'est triste

    RépondreSupprimer
  31. Ah! Ça fait du bien un petit papier comme celui là... Merci.

    RépondreSupprimer
  32. Je trouve que tu as raison, je me suis souvent dit exactement la même chose que toi. Pourtant j'ai des ados autour de moi qui ne sont absolument pas comme ça du tout (heureusement !). Je ne connais aucune ado qui pourrait se permettre un sac à 600 euros (déjà moi qui travaille ce serait limite, et de toute façon je ne les mettrais pas dans un sac, plutôt dans un chouette voyage, mais bon, chacun ses priorités).

    J'ai toujours été une grande fan du "Elle" que j'achète depuis de nombreuses années mais depuis quelque mois je commence à en avoir doucement marre de leurs articles que je trouve de plus en plus ridicules (je parle de la mode). Je leur ai déjà écrit à ce sujet mais j'ai l'impression de passer pour une vieille ronchon, de toute façon on ne m'a jamais répondu. Avant, ce magazine se démarquait des autres, mais c'est terminé.

    Ce que je trouve particulièrement bizarre, c'est le fait qu'elles sont prêtes à dépenser des fortunes pour des vêtements qui n'ont vraiment rien de spécial et qu'elles pourraient trouver bien moins cher ailleurs. Je comprendrais si elles voulaient acheter un beau vêtement de créateur, mais là, même pas, elles se ressemblent toutes et ça n'a rien d'original.

    Mais bon, toutes ne sont pas comme ça, là on parle de quelques exceptions je crois. Les autres sont plus originales et naturelles, tant mieux.

    RépondreSupprimer
  33. J'ai 19 ans, autant te dire que mes 14 ans ne sont pas si loin. Mais moi (et les filles de mon âge) étions comme toi ! Jeans Levy's, bête t-shirt, chaussures sans prétention et surement pas de hauts talons ! Quand je regarde ces filles qui ont 5 ans de moins que moi, je suis franchement effrayée... Déjà par leur look qui ne colle pas avec leur âge mais aussi par le prix que tout cela coute...

    RépondreSupprimer
  34. J'ai 13 ans et de voir ça ça ne me choque pas tant que ça. Non pas que je m'achète des sac à 500 euros mais c'est juste que j'aime être bien habillée. Après je ne me maquille pas, je ne met pas de talons, et je n'ai jamais dépensé une somme faramineuse pour une paire de chaussures. On peut bien s'habiller sans être riche. On peut aimer la mode à cet âge là sans être une "pouffista" comme vous le dites dans cet article.
    Après il est vrai qu'il y a d'autres priorités dans la vie, mais comme j'ai de bons résultats scolaires ça n'inquiète pas trop mes parents. Je sais rester raisonnable question prix.
    Qui a dit que la mode n'était réservée qu'aux "femmes"?

    RépondreSupprimer
  35. @ Serine:
    je ne suis pas du tout contre la coquetterie, la féminité, le style, la mod, au contraire!
    C'est un des plaisirs des jeunes filles, puis des femmes, qui leur permet de s'affirmer.

    Je pense évidemment qu'il y a plein d'ados géniaux, intéressants et intelligents, qui ne sucent pas jusqu'à la moëlle le portefeuille de leurs parents (du moins pas moins qu'à mon époque). Je ne suis pas une vieille à ce point ;-)
    Alors si tu ne t'es pas sentie visée par mon post, tant mieux pour toi!

    Ce qui est choquant, ce n'est pas ces nanas prises individuellement: je ne les connais pas.
    le plus révoltant est le message qu'on fait passer aux jeunes filles, de plus en plus. Les idéaux consuméristes qu'on leur vend. L'idée que l'apparence est la clé de tout. Avec plein de fric par dessus, quitte à aller le chercher là où il se trouve, cet argent.
    On persuade de plus en plus les jeunes ados que se mettre en scène, s'exposer, sans avoir rien à dire ni rien dans la tête, vouloir être un objet, (voire un objet sexuel, mais je vais en hors-sujet), c'est une ambition respectable, et pourquoi-pas, même, la seule chose qui vaille.

    Allez, regarde autour de toi: ne me dis pas que tu n'en croises pas, des ces filles-là.

    RépondreSupprimer
  36. Merciiiii pour cet article, je ne lis plus la "presse" féminine depuis bien longtemps, justement à cause de ce genre d'article sans queue ni tête. Et je tombe de ma chaise quand je lis que nous devrions nous inspirer de ces "ados fashionistas"... Même en étant active (j'ai 35 ans et ne me considère pas encore comme faisant partie du 3è âge), je n'ai jamais eu les moyens de m'acheter le moindre it-bag ou une pièce de créateur. Mais comment font-elles ? Toutes les mères ne travaillent pas dans la mode. Ce qui m'agace c'est qu'on les érige sur un piédestal, dans le genre de la jeune blogueuse américaine de 13-14 ans dont j'ai oublié le nom et qu'on invite au 1er rang des défilés de mode...

    RépondreSupprimer
  37. @Marine: Mais cela, ce n'est pas seulement la tare de ces adolescentes. Cela s'appelle: le matérialisme et la surconsommation.

    Dans un monde où l'on érige l'argent comme le nouveau dieu planétaire, ou "le sauveur" d'une humanité prisonnière de ses pathétiques conditions, il ne faut pas se demander pourquoi les gens désespèrent si jeunes, au final: ces jeunes filles sont simplement victimes de la propagande de nos sociétés capitalistes.

    Ce ne sont pas ces jeunes filles qui sont en perdition, mais bien la société qui les pousse à ne plus savoir qui elles sont. Il y a un manque radical de spiritualité en ce bas monde, alors il ne faut pas s'étonner que les gens n'aient plus aucuns repères et ne savent plus revenir à l'essentiel ou au minimalisme. Mais cela s'apprend.

    "Comment feront-elles quand elles seront adultes?"

    Justement: c'est peut-être quand elles devront s'assumer entièrement, qu'elles se rendront peut-être compte que le bonheur est tout autre, qu'elle diffère de cette insatiable envie de posséder, ou de s'auto satisfaire d'un égo basés sur des illusions...

    Que dire alors des blogs modes? De toutes ces fille-sandwichs qui citent justement marques sur marques, pour influencer toutes ces petites minettes qui rêvent de pouvoir se perdre dans ces mêmes futilités?

    Toute notre société est basée sur la frustration, et sur l'assouvissement de pulsions inutiles: qui en est responsable? Celui qui dicte les règles ou celui qui les suis aveuglément?
    Les deux le sont sans conteste.

    Moi même j'en lis, des blogs modes, certains sont intéressants, car ils dégagent le charisme et la personnalité de leurs auteurs, certains se concentre à mener un exercice de style...mais combien de blogs sont-ils originaux, et ne sont pas simplement un espace de démonstration du "je possède donc je suis"? Au final, il n'y a pas que les blogs mode: les blog high tech (qui a le plus beau smartphone ou écran plat), les blogs déco (qui a la plus belle maison? les plus beaux canapés?)...tout ce qui existe peut faire l'objet de critiques.

    Bien souvent, ces blogs ne sont qu'énumération de marques, propagande à la surconsommation compulsive, matérialisme à outrance et comportement déraisonné.

    Qui se soucie encore, de nos jours, à devenir quelqu'un par le moyen de ce qui ne s'achète pas? Pourtant beaucoup de choses sont précieuses en ce monde, et n'ont pas de prix.

    Je pense que plutôt que de blâmer les minettes, nous devrions tous repenser la manière dont nous vivons, et ce que nous consommons. Car nous sommes tous responsables de la tournure que prend le monde.

    Car ce qui est critiqué chez ces jeunes filles peut l'être tout autant chez des adultes. A la différence même que pour ces dernières, il n'y aura aucune excuse, ni d'inconscience, ni de maturité, ni de dépenser l'argent des autres.

    RépondreSupprimer
  38. Il y a bien longtemps que j'ai zappé ELLE... C'est tout bonnement NUL : toujours à écrire des c@=+#@ !

    RépondreSupprimer
  39. @Aizen : encore une fois, si les parents étaient moins stupides et exerçaient leurs devoirs au lieu de tout laisser filer, il n'y aurait pas de pouffista, intox consumériste ou pas. Et c'est valable pour des tas de domaines comme l'école, le respect aux profs, les bonnes manières, j'en passe. Mais ça doit être trop fatigant d'inculquer un minimum de valeurs durables !
    Ce qui m'amuse, c'est de constater la densité au m2 de jeunes filles quasi gothiques, au cheveu aile de corbeau, toutes de noir vêtues, grosse couche de fond de teint, dans ma petite ville natale, toutes ces ténébreuses jeunesses oeuvrant comme vendeuses ou coiffeuses. Ou celles qui sont nippées dès le matin comme pour aller en boîte. Elles cherchent à être jolies et elles ont raison, sauf qu'elles se loupent parfois, alors même que la simplicité leur siérait si bien...

    RépondreSupprimer
  40. Coucou. Je suis confrontée de plein front à ce phénomène, je travaille en collège avec des ados de familles aisées. C'est abusé les filles! Tu leur donnes pas 14 mais 17 18 ans. Maquillages, fringues, portables et argent de poche qui va avec tout ça. Même en 5ème, de vraies petites femmes. Bref, moi qui vient de la campagne, j'hallucine mais ça me fait plus marrer qu'autre chose.

    RépondreSupprimer
  41. Moi ce qui me gêne le plus finalement, c'est la superficialité de ce "hobbie": acheter toujours plus de pièces différentes pour se looker. Certaines gamines passent tout leur temps libre dans les boutiques, et celles-ci l'ont bien compris qui renouvellent leur stock tous les 15 Jours pour satisfaire leurs clientes...
    En même temps, quand on voit que F. Lefèbvre annonce fièrement que son livre préféré est "Zadig et Voltaire" (sic), faut pas s'étonner que les jeunes remplacent la culture par les fringues... Mais, là, je fais ma prof rabat-joie.

    RépondreSupprimer
  42. je viens de partir tous les commentaires,et oui je suis choquée.J'ai une petite soeur de 15 ans,certe elle aime les fringues,mais avec mon autre de soeur on essayer de lui impliquer des valeurs,que rien n'est facile,que si tu veux quelques chose et ben il faut bosser pour.

    Je sais ce que s'est de ne pas avoir d'argent,ado c'etait pas rose tous les jours.Maintenant j'ai un salaire qui tombe tous les mois,mais au grand jamais j'irai mettre 500 euros dans un sac ou chaussures.

    Mais je suis d'accord avec certaines qui disent que c'est aussi de la "fautes" aux parents qui cautionne tous ça;

    mais ca reste triste a voir,pourvu que ca evolue dans le bon sens

    RépondreSupprimer
  43. Pareil pour moi, au collège je me souciais pas du tout des marques, je m'en foutais de sortir avec un pantalon à fleur et un pull mickey...

    Je n'ai pas pris le temps de lire tous les commentaires, mais il y'a pas mal d'entre vous qui ont l'air de venir de Paris, je ne connais pas du tout Paris mais je vis à Venise depuis 2 ans et je peux vous dire que les minettes ici se la pètent.. Black berry, Iphone, le bâteau énorme de papa, les fringues.. Bref et tu vois bien dans leur regard qu'elles pensent être mieux que tout le monde!

    Ma soeur à 15 ans et n'est pas du tout comme ça (dieu merci!), mais je me rapelle d'une amie à moi il y a trois ans qui bossait comme une folle au Mcdo pour pouvoir se payer des super fringues et "avoir l'air d'une riche"..


    Bah quoi, vous trouvez pas ça cool vous?!!!

    RépondreSupprimer
  44. C'est drôle c'est exactement ce que je me suis dit quand j'ai lu l'article! Pourtant j'ai 20 ans mais ça me choque quand même, je ne suis jamais allée au lycée comme ça et même si j'avais voulu je n'aurais pas pu (porte-feuille et papa oblige)!!! Tout change et évolue mais je ne sais pas si c'est pour du mieux!

    RépondreSupprimer
  45. Tu dis ceci : "j'étais en jean Levi's, t-shirt Petit Bateau et en Doc Martins tous les jours"

    Moi c'est encore mieux, aucun de mes vêtements n'avait de marque ou si, j'avais un pull de chez zara. J'étais pas mal habillée ou pas à la mode pour autant, je m'en fichais, c'est tout et les autres élèves aussi. Fallait que ce soit joli, c'était pas une question d'étiquette ou de prix. Et c'était il n'y a pas si longtemps, 8 ans à peine.

    C'est affolant de voir que ces filles sont montrées en exemple.

    RépondreSupprimer
  46. Ah ouf, je pensais être la seule à penser ça !

    RépondreSupprimer
  47. @Queen Mom: Tu dis cela, mais tu ne les connais pas. Au final, je ne suis pas plus choquée que cela par le fait qu'une jeune fille puisse profiter d'un joli sac ou d'une robe de créateur, dont on lui aurait fait cadeau pour une occasion ou une autre.

    Les parents sont-ils "tous idiots" car ils font de temps à autres de jolis cadeaux à leurs filles? Peut-être l'ont-elles mérités?

    Je pense qu'il est malvenu de juger à ce point.

    @tous: Car quelle importance au fond? Elles ne sont que "bien habillées". N'est ce pas la plus banale des réalités après tout?

    Alors cessons de parler de ce phénomène comme s'il s'agissait d'une forme de délinquance ou de dégénérescence mentale!

    Ce qui est mal, ce n'est pas d'acheter des choses de valeurs, car tout le monde le fait et les gens ont le droit d'utiliser le fruit de leur travail comme ils l'entendent. C'est justement de ne jurer que par cela au quotidien qui est dommageable pour toute personne ignorante du prix réel d'une récompense liée à son labeur.

    Je vois malheureusement aussi beaucoup de jalousie de la part de certaines qui s'insurgent contre ces jeunes filles plutôt gâtées, et qui au fond, aimeraient en faire tout autant.

    Et j'ai envie de vous le répéter: faites abstraction du titre, et regardez bien l'image et les photos: elles sont on ne peut plus normalement habillées. Je ne vois nul part des tenues de princesse de luxe sur ces clichés. Si on ne vous l'avait pas dit dans ELLE, et que vous étiez passées à côté de ces jeunes filles, vous les auriez peut-être même trouvée banales.

    Quel est le problème, au juste? Est ce le fait qu'elles soient citée dans ELLE qui vous énerve à ce point? N'avez vous jamais pensé vous même être manipulée par cet article justement?

    Et une réalité aussi me rend pensive: pouvons nous réellement échapper aux marques de nos jours? Vous mangez quoi? du "danette" vous vous tartinez de fond de teint "bourgeois" en roulant dans une "golf"? Merci bien, vous n'êtes pas épargnée.

    A vous de vérifier dans vos placards, frigo, garage, maison, si vous êtes aussi peu enclin à être vous même consumériste.

    Je vous signale tout de même que "petit bateau", "doc marteens" et jean "levis" sont autant de marques, et les citer pour vous justifier n'est en aucun cas logique car ils discréditent vos critiques vis à vis de ces jeunes filles, dans le sens où il n'est question que de subjectivité et de préférence.

    RépondreSupprimer
  48. Et beh, quel débat. J'avoue je n'ai pas tout lu car il y a beaucoup de commentaires. Ce qui me choque, outre la façon de s'habiller c'est le prix de tout ce que porte ces jeunes. Moi, je m'habille toujours comme étant ado (jean, t-shirt, j'ai troqué les doc contre des babies kickers..). L'important pour moi c'est d'être à l'aise. Pour elles, peut être que c'est d'être vu. Ce que nous voulons tous non? Bonne soirée à vous :)

    RépondreSupprimer
  49. C'est ce magazine de merde qui est malheureux. ça fait bien longtemps que je ne lis plus ELLE et tout son ramassis d'articles à la con que je déteste au plus haut point.
    Voilà. Je suis à peu près dans le même état après la "lecture" d'un numéro de cette daube trouvée chez mon gynéco.

    RépondreSupprimer
  50. Non mais sérieux, c'est quoi ce délire de gamines de 14 ans qui portent des sacs à 700€, des jeans à 200€ et se tartinent la figure de plus de produits que je n'en ai dans ma salle de bain à 30 ans.

    Honnêtement, comme dans beaucoup de commentaires que je viens de lire, je me sens vieille du haut de mes 30 piges. En total décalage par rapport à cette génération qui ne jure que par les choses futiles et totalement disproportionnées.

    Où est le temps où, pour nous payer un sac, on devait faire des heures de baby sitting pour savourer le moment du passage en caisse où l'on ressentait une fierté immense en se disant: c'est le fruit de mon travail.

    Evidemment que quand j'avais 15 ans, les marques étaient elles aussi omniprésente, mais les marque d'alors c'était Dr Martens, Eastpak ou fila, pas Marc Jacobs, Chanel ou Longchamps. Elle feront quoi à 30 ans si elles n'ont plus papa, maman ou un mec blindé pour leur payer ces objets? Elle se prostitueront?

    RépondreSupprimer
  51. @ Aizen:
    Finalement, quand on a beaucoup d'argent, ce n'est pas si choquant d'avoir plein de belles fringues, beaux objets, etc... C'est même juste normal! Personnellement en tous cas j'aime les belles choses, il n'y a pas de mal à se faire plaisir quand on en a les moyens!

    Ce qui est scandaleux, c'est la manière dont l'article est écrit, ce qu'on propose comme "modèle"... Et cette dictature de modasses fait d'abord souffrir les petites nanas sans un rond, qui sont prêtes à faire n'importe quoi, à accepter n'importe quoi, à dépenser au delà de leurs moyens, pour avoir l'apparence qui convient.
    Tu le dis bien, tout ça n'est pas si grave, c'est de la fripe, pas grand-chose de plus.
    Mais je vois les conséquences néfastes de cette pression de l'apparence sur les jeunes, et elle est énorme!

    Evidemment que l'article n'est pas à prendre au 1er degré... mais on peut quand-même réagir à l'absurdité et à la bêtise du dossier!

    RépondreSupprimer
  52. @ Aldona:
    je me pose exactement la même question que toi... comment feront-elles à 30 ans?
    Elles vont finir par apprendre, se débrouiller, s'adapter, mais j'en connais qui vont tomber de très, très haut!

    en même temps quand on voit que Zahia est portée aux nues... on se dit que la voie de la prostitution va peut-être devenir une évidence!

    RépondreSupprimer
  53. Moi quand j'étais ado, j'étais dans une section Arts Appliqués et avec mes copains, on avait pour principe de ne porter que des fringues d'occasion : dans les armoires de nos tatas Jeannine (ouuuh ! la belle robe à fleurs en viscose !), de nos papy René (oh ! ce sublime pantalon de chasse en velours fera un parfait baggy) et chez Emmaus.

    Ma mère était ravie !
    Je comprends désormais pourquoi : elle était ravie parce que ça lui coûtait que-dalle !

    RépondreSupprimer
  54. @Aizen: "utiliser le fruit de leur labeur comme elles l'entendent", certes, mais c'est plus facile quand c'est le labeur de papa/maman. Point de jalousie dans les commentaires, simplement un constat navré que ces jeunes filles qui n'ont pas 18 ans considèrent normal de payer un tee-shirt 100 Euros. Forcément, elles ne savent pas ce que ça demande comme travail de les gagner!
    Et tu mentionnes à très juste titre le fait que leur look est complètement neutre. C'est ça le plus grave: payer une fortune pour avoir l'air normal!
    Entre faire un cadeau un peu "luxe" de temps à autre pour une occasion (tiens, le bac par exemple) et habiller son gosse de marques chères (on peut pas comparer Levis et Chanel quand même) des pieds à la tête, y a une différence. Alors oui, si la famille est blindée, pas de problème, mais l'article pose ce mode vestimentaire comme un "basique", le "must have" que tout un chacun se doit d'avoir pour ne pas ressembler à un sac. C'est ça qui est insupportable.
    Eduquer les enfants à la valeur de l'argent, c'est aussi la responsabilité des parents, et il me semble plus judicieux de laisser sa fille économiser son argent de poche pour se payer elle-même son sac Darel à 350 boules (ou décider que finalement, avec cet argent elle peut aussi faire autre chose, comme voyager, partir en vacances, etc...).

    RépondreSupprimer
  55. J'ai une fille de 14 ans.
    je lui ai montré cet article de ELLE.
    Elle m'a répondu : je n'aime pas, "elles se la jouent" !!!!
    OUF je suis sauvée !
    Isis

    RépondreSupprimer
  56. je suis bien d'accord avec toi !
    ton article est vraiment super.

    RépondreSupprimer
  57. Dis donc, tu fais péter les scores côté commentaires! ;)

    RépondreSupprimer
  58. Dunkerque, c'est avec "qu". C'est en France, pas en belgique... :-) ben oui,je suis DunkerQUoise. Mais d'accord avec le reste de ton article

    RépondreSupprimer
  59. Je suis totalement d'accord avec toi ! Le titre est très exact et représente bien ce que sont ces gamines.

    Je ne comprends pas qu'un magazine de presse féminine (et donc écrit par des femmes voire même des mamans) puisse demander à des jeunes femmes sensées de les imiter ?! Mais où va-t-on ? Moi qui attend un petit bout, je suis atterrée de constater à quel point la société a construit ce genre de petits êtres totalement abjectes et en dehors de la réalité.

    Je suis sans doute une vieille conne (de 29 ans) mais j'espère que mon bébé ne ressemblera jamais à cela.

    RépondreSupprimer
  60. @Marine: Nous vivons malheureusement dans un monde totalement absurde.

    Et en effet, ce papier est de ELLE est stupide. Mais quel magazine féminin n'a pas son lot de stupidité?

    Je ne peux émettre au final des jugements définitifs, puisque la notion même d'argent et de sa quantité nécessaire est relative à l'endroit où nous évoluons.

    Je me dis qu'au final, tous autant que nous sommes, avons un mode de valeur biaisé, car si je vais dans les pays de l'est, l'équivalent du prix d'un sacs à main de créateur moyen, aura la même valeur qu'un salaire lambda d'un citoyen là bas. Ce même citoyen vit sans grand luxe, mais cela en deviendrai, si on le compare à ceux qui vivent dans les pays sous développés...

    au final, la classe moyenne en France et même la classe modeste, vivons dans un monde de luxe, car nous faisons parti des 20 % de la population mondiale, à consommer 80% des ressources de la planète.

    Au final, dans cette tendance à la facilité, c'est une mouvance générale de la société qui en découle. Et ce que tu appelles les "pouffistas" ne sont qu'une infime petite partie d'une mentalité ultra capitaliste: TV réalité où des inconnus deviennent subitement célèbre sans même une once de talent ni de travail personnel, le culte de l'apparence, la démocratisation du luxe, le gaspillage de temps, d'énergie, les méthodes douteuses de fabrication industrielles, les transformations morphologiques (chirurgie plastique = se faire refaire la poitrine, etc)...

    Au final, on critique ici l'achat de choses chères, par ces jeunes filles, mais quand on pense à tout le mal que fait l'industrie de masse, elle a beau être bon marché, je ne pense pas que l'on puisse avoir totalement bonne conscience en consommant des produits industriels.

    Je me rend aussi compte qu'en France, il y a un réel problème aussi avec la notion d'argent. Et vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais cela est culturel: l'argent est tabou en France, et les gens sont toujours forcé de critiquer les gens riches, ou de la façon dont les autres dépensent, quand bien même ils l'ont honnêtement gagné.

    Moi je suis née au Japon, et ce "phénomène" je l'avais déjà vu il y a déjà 15 ans à Tokyo...au Japon, tout le monde possède des sacs à main de luxe et personne ne s'en étonnes: car c'est simplement banal. Je ne dis pas que c'est bien ou mal. Si quelqu'un a envie de vivre toute sa vie dans un 15 mètre carré pour pouvoir se payer du luxe, c'est son problème après tout.

    Personne n'a répondu sur les blogs mode, par exemple, mais c'est la philosophie du "je possède donc je suis" qui prime globalement: au final tout le monde fini par posséder ce que sa voisine a déjà: il y a là un phénomène d'uniformisation.

    Il s'applique à la mode, mais à tout le reste aussi, sur tous les aspects découlant du "style de vie" de chacun.

    Le luxe se banalise matériellement. Car les gens aspirent toujours à vouloir plus ce que qu'ils ont déjà...

    Le problème est aussi la consommation de masse, en général, et l'ignorance des gens quant à savoir l'origine de ce qu'ils consomment.

    Le vrai luxe, au fond, n'est pas matériel: c'est notre libre arbitre.

    RépondreSupprimer
  61. @Aizen: bien d'accord avec toi: nous vivons dans une société de l'avoir et non pas de l'être. C'est bien dommage...

    RépondreSupprimer
  62. @Tous: Merci pour ce débat ouvert, c'est par la communication de mode de pensées différents et notre tolérance, que nous parvenons à nous enrichir mutuellement. Bonne journée à vous tous.

    RépondreSupprimer
  63. Vous êtes très sévère avec les carnavaleux de Dunkerque. Ce n'est pas sympa pour eux.

    Caro

    RépondreSupprimer
  64. Tu décris si justement mes préoccupations a la vue de ces jeunes filles et garçons !!! J'espère si fort pouvoir convaincre mes enfants qu'ils n'ont pas besoin de tout ça pour etre heureux et bien dans leur peau !
    Un bon article coup de gueule, que je partage grandement ! (peut-etre parce que jeans et DocMarteens, ça me parle ? ;-))

    RépondreSupprimer