mercredi 4 mai 2011

Faire manger des légumes aux enfants

Bondour les deunes!

photomontage emprunté au blog de Till the Cat
Aujourd'hui je vais aborder le thème du légumineux, sous l'angle de la puériculture. Angle, c'est bien connu, ô combien audacieux et passionnant. 
Lecteur rock n'roll amateur de violence, d'insultes, de scandales et de sensations fortes à base de déviances en tous genres, tu seras prévenu... barre-toi de ce post immédiatement.

Le thème du jour est donc: Comment faire manger les légumes aux enfants!

Ma fille, petite, était globalement abonnée aux petits pots... qu'elle savourait, je dois le reconnaître, seulement du bout des lèvres (C'est vrai que si vous goutez les best-sellers Epinards-Jambon ou Printanière de Légumes, vous avez plutôt envie de vous pendre que d'aller vivre dans un potager).
Puis, vers 1 an, une fois correctement dentue, elle s'est mise à manger des légumes maison, sans trop de déplaisir. 
Désormais, à 3 ans, tout se complique. Elle raffole de tous les fruits, ce qui est déjà pas mal. Pruneau, litchi, fraise, melon, banane, ananas et j'en passe... c'est validé.
 Mais les légumes! Les légumes, si vous saviez! A part les tomates cerises et les petitspoiscarottesenboite, rien ne passe vraiment.

Je vous épargne le récit de l'expérience avec mon fils, 8 mois, qui se révèle être, jusqu'à présent, une réussite de tous les instants. Une fois mixés avec du Kiri, il aime tous les légumes; les brocolis, les fleurs de courgette, les asperges, les artichauts, les poivrons, les aubergines, les pois-cassés au bacon en purée, voire la daube, la polenta, le couscous, la soupe de poissons, le dos de cabillaud/sauce soja, le fromage bien fort.... c'est bien simple, quand je lui tends une cuillerée de brocoli/comté, j'ai l'impression, à son regard comblé, qu'il tombe toujours un peu plus amoureux de moi.

Je traverse donc, avec ma fille, une phase passionnante, où, chez les parents, goût de l'innovation, esprit d'initiative, créativité, imagination proche de la loufoquerie et compétences culinaires ultra-techniques sont censés ne faire plus qu'un pour aboutir, en théorie, à une réussite digne du repas pour nains dans Top Chef. Sauf que voilà, chez moi, ça marche pô bien.

Pour lui faire découvrir les légumes, j'essaie un peu tout: les feintes, les mensonges, la promesse d'un dessert exceptionnel, le jeu, et autres méthodes plus immorales les unes que les autres.
Oh, certes, une feinte ("vas-y mon amour, c'est des pâtes vertes", pour des haricots), ça peut marcher... mais une fois, et à la première bouchée seulement. Maintenant, ma fille, elle sait quelle tronche ça a, un haricot (pas conne).
J'essaie surtout de la faire participer à l'élaboration du repas: de l'achat des fameux haricots, en passant par l'équeutage (yo soy maso) jusqu'à la cuisson et au "dressage"... ça reste plutôt inefficace. Je finis par équeuter moi-même une montagne de haricots, en maudissant ma soi-disant idée de génie.
Le ketchup, pour masquer les goûts "bizarres", non plus, ça ne passe pas. Ma fille n'aime pas les gouts artificiels, qu'est-ce que vous voulez.

Je ne suis pas défaitiste pour autant... puisque il me semble que j'aperçois une lueur d'espoir: A force d'essayer toutes sortes de méthodes rigolotes et farfelues pour varier ses gouts,  j'en trouve aussi certaines qui fonctionnent:
- J'ai récemment découvert que si je laissais ma fille commencer par le dessert, les légumes passaient mieux ensuite (j'avais entendu plusieurs fois que les enfants ont d'abord envie de sucré, pour ensuite naturellement équilibrer la suite de leur repas en se dirigeant vers le salé).
- Je crée aussi des petits jeux de couleurs: je dispose dans l'assiette des morceaux d'aliments par groupe de couleur: saumon-melon, courgette-kiwi, poivron-fraise (oui ça fait rêver, hein)... avec cette règle: il faut manger le frère, salé, juste après la sœur sucrée, parce qu'ils préfèrent rester ensemble dans le ventre des enfants. Bien entendu je ne dis pas les mots "saumon" ou "courgettes", malheureux. Je fais passer la pilule en enrobant avec des mots complètements mensongers comme "pâtes", "pané", "pommes de terre sautées", "Danette", etc...
J'ai réussi comme cela à faire avaler à ma fille un succulent pavé de saumon grillé. Bon, au prix d'un épuisement psychologique éprouvant, d'un bordel sans nom dans la cuisine, et d'une gestion du stress toute relative, vous vous en doutez (oui parce que je nourris les 2 enfants en même-temps, pour compliquer un peu).

Bon, pour être tout à fait honnête, j'aime bien faire découvrir à ma fille les nouvelles saveurs, tout particulièrement les légumes, qu'on consomme pas mal à la maison. (peut-être qu'elle me fait payer mes fringales de brocolis Picard et lentilles en boite que j'ai eues jusqu'à l'excès pendant ma première grossesse, et ce, matin, midi et soir?)
Mais je n'en fais pas tout un plat non plus... en fait, je ne l'embête pas avec les repas. Je ne veux surtout pas faire de la nourriture un enjeu. Si elle mange, tant mieux, si elle ne mange pas, je débarrasse et on passe à autre chose. Je ne la force pas, je ne lui fais pas de reproches, sauf évidemment si elle exige un dessert alors qu'elle n'a "plus faim". Je pense aussi que c'est une période normale, qui passera tranquillement.

Donc en fait, ce sujet n'est pas exactement un problème pour moi... plutôt une source d'interrogations et de curiosité (j'aime tellement me cultiver!)
Je serai vraiment curieuse de lire vos anecdotes, méthodes miracles, trucs et astuces un peu marrants pour faire ingurgiter à vos nains concombres, poivrons et autres trucs verdâtres a priori peu ragoûtants.
J'attends vos idées! (passionnez-moi!)

"Mmmh! ... Oh! Cette salade est exquise! Ainsi, en me nourrissant de succulents légumes tout au long de ma grossesse, je suis persuadée que mon fœtus ressentira l'épanouissement procuré par les pousses de salade, et développera naturellement, grâce à mes bonnes ondes, une aptitude à aimer les bonnes choses! C'est tout simple, il suffit d'être responsable, et de savoir ce qui est bon pour son enfant!" 
(Marie-Niaise, 32 ans, première grossesse, Rouen)

6 commentaires:

  1. Mamou Zèbre !!4 mai 2011 à 09:48

    Article d'actualité ici aussi ... Ma poulette de 32 mois est dans l'opposition totale dès que l'on parle de nourriture pourtant lorsqu'elle était bébé, elle mangeait de tout mais comme tu le dit dans ton article, c'est un passage obligé. Son frère qui a maintenant 5 ans 1/2 est passé par la même étape, au même moment, je m'en suis fait des noeuds au cerveau à cet époque, aujourd'hui, il mange de tout, s'il ne connait pas "Maman, je goûte parce que c'est important de goûter lorsque l'on ne connais pas .." donc je ne désespère pas pour la petite soeur ce n'est qu'une question de temps !!
    Le repas à l'envers, je vais essayer pour voir ;-)
    Sinon pour les idées culinaire, je viens de recevoir un kit à sushi très pratique et ludique à utiliser, je pense que je vais essayer de faire un repas avec eux à base de maki et sushi mais avec de la purée de légume panée farci avec de la viande ou du poisson. Je verrais bien, qui tente rien n'a rien !!!
    Affaire à suivre ....

    RépondreSupprimer
  2. Les concombres : en petit dans du taboulé, pour commencer. Ou épépinés et coupés petit avec des tomates, en salade.
    Les poivrons : de toutes les couleurs (jaune, orange et rouge), avec aubergine et courgettes en petits carrés, quelques oignons violets d'Italie, thym, laurier, ail en gousses, tout ça sauté à l'huile d'olive. C'est très joli en couleurs et exquis car confit, saler suffisamment et accompagner de riz Uncle Ben's et voilà !!
    Sinon, les choux, tu oublies pour le moment !

    RépondreSupprimer
  3. Pour les haricots verts, les meilleurs sont ceux du potager. Si tu connais une bonne âme pour t'en filer, ça devrait plaire à tes gniards !

    Bonne chance !

    RépondreSupprimer
  4. Oh,j'aimerais pouvoir dire: "nous même avons eu ce problème mais il est résolu grâce à notre technique miracle qui a été efficace en 24 heures seulement!"
    Mais en ce moment mon fils de 2 ans se nourrit de ketchup, de pâtes et de lait quasi exclusivement! Hum que c'est équilibré!!
    Il a eu sa période viande, que ça pratiquement matin midi goûter et soir... on était désespérés!
    Ensuite c'est revenu à la normale du moment qu'on le laissait jouer avec de la pâte à modeler pendant le repas.
    Et maintenant c'est de nouveau n'importe quoi!
    J'ai honte!! on essaye plein de trucs mais bon ça ne marche pas vraiment...
    Allez courage!

    RépondreSupprimer
  5. Comme quoi, j'ai bien fait de boulotter de la charcuterie tout au long de ma grossesse ! (oui, je sais... Paaaaas bien ! Mais au moins, mon monstre, il bouffe des légumes ^^ Ok, il n'a que 14 mois, ça a le temps de changé... J'ai le droit de rêver un peu quand même ? Oui, je ferme ma parenthèse maintenant)

    RépondreSupprimer
  6. En retard grave, une idée que j'aimerais bien voir expérimentée (adaptée le cas échéant) sur des enfants de cet âge :
    http://culinotests.fr/news/desormais-tu-mangeras-des-legumes-ma-fille-c-est-moi-qui-te-le-dis
    Si le coeur t'en dit...

    RépondreSupprimer