dimanche 15 mai 2011

Jeunes parents: La vérité est ailleurs...


Être parents, c'est une expérience en soi. Une telle expérience, parfois, que ça vous fait régulièrement vous télé-transporter, en quelques secondes, dans un monde parallèle.

Vous n'allez pas forcément me contredire: à plusieurs reprises, vous vivez des moments, relous, chiants, répétitifs, étonnants, métaphysico-culturels, bref, uniques en leur genre.
Comme suspendus dans l'espace-temps, proches de l'expérimental, partagés et compris par vous seuls.

Mais si. Ça ne vous arrive jamais, ces parenthèses du quotidien, quand vous êtes empêtrés dans une situation bizarre due à vos nains, dans laquelle vous vous faites ce genre de réflexion: "Mais qu'est-ce que je suis en train de faire dans ce mauvais film de science-fiction? Mais pourquoi? Mais comment je vais faire pour me sortir de là? Hein? je suis sur une autre planète ou bien? Je rêve... je fais un truc que j'aurais jamais fait avant, si j'avais pas eu d'nains! Je dirais même plus, que j'aurais jamais imaginé devoir faire un jour!"

En ce qui concerne mes petites expériences surréalistes, dans lesquelles sont comme convoqués en un seul lieu les esprits d'Ubu, de Syd Vicious, des Monthy Pythons, de Jean-Claude Van Damme, des frères Bogdanoff et de Surya Bonaly... j'ai de l'absurde et du sac de nœuds à revendre.

- Parfois, je trouve des Tampax disséminés dans mon dressing, à la manière des œufs de Pâques, entre les vêtements pliés,

- Comme dans Un Jour Sans Fin, j'ai du voir une cinquantaine de fois le film Cars, ma fille éprouvant un réel plaisir à apprendre par coeur les répliques de Flash McQueen.

- En l'espace d'une minute, il m'arrive de m'assoir et de me lever une quinzaine de fois pour ramasser un truc tombé une quinzaine de fois lui-aussi.

- A nos heures perdues, nous grattons à l'aide d'un cure-dent nos sièges en rotin tressés, afin d'en extraire les restes de polenta de la veille.

- Il n'est pas rare que je retrouve les clés de ma commode, notamment celle du tiroir "papiers importants", au bout de 3 ou 4 jours, soigneusement cachées dans la mallette de docteur de ma fille.

- Parfois, quand on va déjeuner avec les enfants chez des amis avec enfants, il est fréquent que je ne m'assoie pas une seule minute entière sur une chaise. Même quand le déjeuner dure trois heures.

- Régulièrement, je coupe une quarantaine d'ongles en une seule fois. Et le pire, c'est que je trouve ça marrant.

- Lorsque, parent, on tend une cuillère à un bébé, on ouvre systématiquement la bouche en même temps.

- Si la femme de ménage passe une fois par semaine, tous les lundis, par exemple... c'est une convention mathématique: l'enfant mettra de la boue dans le salon, renversera son pot à côté des toilettes, ou vomira entre les lattes du parquet, le lundi soir de préférence. Jamais la veille du jour "ménage".

- Parfois, on organise tout un truc exceptionnel pour un nain.... mais finalement, une fois à la plage, avec une montagne de jouets, des super petits potes de son âge, un temps splendide, plein de poissons à observer, une journée Ricoré qui s'annonce... ben en fait il se met à pleuvoir, l'enfant pleure, la piqûre de méduse guette, j'ai oublié de prendre des couches de rechange et je vois approcher, au loin, un exhibo tout épilé sur la plage. Et il y a un embouteillage monstre au retour. Je pense alors à une malédiction.

- Lorsque je suis seule avec les deux enfants, je mets souvent une après-midi entière pour lire -en diagonale- une page de magazine, même pas intéressant.

- Mes parents et beaux-parents, pourtant intellectuellement tout à fait respectables, se mettent, depuis qu'ils ont des petits-nains, à parler en mono-syllabes devant eux, en position quatre-pattes, voire allongés sur le dos, un hochet dans une main, une poupée dans l'autre. Ils ont même bien plus souvent qu'avant les yeux rougis d'émotion. Au début, franchement, ça fait bizarre.

- Depuis qu'on se balade avec poussette, sacs à langer, porte-bébé, les vieux grincheux qui nous croisent dans la rue ne nous prennent plus pour des jeunes connards bruyants, alcooliques et drogués, champions du monde de Trivial Pure-Cuite, ayant pour hobbie de foutre le feu à des caddies, de passer des soirées à chanter "Je n'suis pas un héros" en compagnie de l'agent Talu et l'agent Banbois (venus au départ nous verbaliser pour tapage nocturne, qui resteront toutes la nuit et qui finiront par nous rapporter les croissants le lendemain matin), de se balader en string léopard sur le boulevard Montparnasse à 3 heures du matin pour faire un film amateur sur le foot portugais, de mettre des kilos de sable sur le parquet d'un salon haussmanien pour organiser une soirée plage en plein hiver à Paris ou de renverser la bouteille de Ricard, à l'aube, sur le tapis des escaliers de l'immeuble, qui embaumera durant 2 ou 3 mois (quoi, ça sent le vécu?).
Mais pour un couple de jeunes gens, couche-tôt et responsables. C'est marrant comme notre image change...

Et vous? Il se passe des choses bizarres chez vous, depuis que vous êtes futur ou jeune parent? Des signes? Des choses para-normales? des trucs inquiétants?
A vous!

3 commentaires:

  1. Pas forcément surnaturel, mais une incompréhension manifeste des amis non-parents qui après deux parties de laser quest ne comprennent pas qu'on doive rentrer récupérer un nain... J'ai bien ri, je me suis retrouvée dans quelques unes des situations...

    RépondreSupprimer
  2. ... on a trouvé chez nous la valise à roulettes de papa transformée en vaisseau spatial... la semaine dernière on a traqué avec angoisse les mèches blondes dans la chambre de la grande après une séance de jeu avec une copine super blonde aux cheveux supers longs... pour finir par découvrir la dream team des barbies coiffée à la garçonne... on mange des pâtes au moins une fois par jour... on écoute quinze fois un mercredi matin de mai "mon beau sapin"parce qu'une petite main curieuse a retrouvé le cd de noël... on ne peut jamais se vautrer sur le canapé le soir sans avoir vérifié un sacré nombre de dents, de présence obligatoire de doudou alors qu'on ne rêve que d'une chose... fermer les yeux quelques instants...

    RépondreSupprimer