vendredi 3 juin 2011

Couple parental: trouver le temps de se parler...

(Time, Dark Side of the Moon, Pink Floyd)

En devenant parent... on s'aperçoit qu'il y a tout un tas de choses qu'on ne peut plus faire, par manque de temps, ou à cause de la fatigue.
Des sorties, des lectures, des grasses matinées, faire l'amou..heuh... et autres activités.
On a rarement une heure de libre devant soi, si c'est le cas on est régulièrement interrompu, et puis de toutes façons il est souvent difficile de prévoir quoi que ce soit, les choses se passant toujours très différemment de ce qu'on avait imaginé.
On s'y fait.

Mais il y a quelque chose qu'on peut de moins en moins faire, aussi, et que je trouve assez difficile à apprivoiser:
on a beaucoup moins de facilité à se parler, en couple.

Par manque de temps, d'abord; en effet, après des journées exténuantes, discuter de tout un tas de choses pratico-pratiques le soir, entre le dîner et la couette, n'est pas exactement un plaisir.
Depuis que je suis maman, je n'ai jamais autant envoyé de mails à Jean-Chou. Même quand il est à 2 mètres de moi. Des "virement compte commun", "rdv pédiatre", "fête de la crèche le 29", "dîner avec Jean-Chose samedi prochain?","plombier toilettes", "comment on s'organise: la famille vient nous rendre visite pile le week-end où on voulait se faire un truc en amoureux?", "resto vendredi prochain, la baby-sitter n'est plus dispo".
Autant de petits rappels, RDV à ne pas oublier, et autres sujets de discussions extrêmement chronophages que je préfère mettre par écrit plutôt que d'y consacrer de l'énergie une fois qu'on se retrouve tranquilles.

Et parfois, même la rédaction de mails, correspondant chacun à un thème, peut s'avérer fastidieuse. Je deviens maîtresse dans l'art de rédiger cinq messages en un... un peu à la manière de haïkus du quotidien:
"Acheter vin rouge, Pampers taille 4 ET 5, Rappelle-moi aussi qu'il faut qu'on parle de Jean-Connard, le voisin.
Peut-etre vaccin à faire, vérifier. Bisous. ils ont prévu du beau-temps demain.
A ce soir. Papier toilette"

Je m'aperçois aussi qu'on peut moins se parler qu'avant, car notre fille, à maintenant 3 ans, comprend et écoute tout, attentivement, même occupée à faire autre chose.
Devant elle, on peut se parler un peu en anglais, ou en italien... mais le système a ses limites, notre fille apprenant vite le sens des nouveaux mots.. et s'amusant à nous couper la parole.
Lorsqu'il y a réelle urgence à discuter d'un sujet important, c'est un peu frustrant mais il faut s'y habituer: l'histoire du soir ne va pas être interrompue, même s'il s'est passé quelque chose de désagréable au boulot, s'il faut absolument prendre une décision, si quelque chose de grave et d'angoissant nous touche en tant qu'adultes, où si on a un souci de couple à exprimer.
Il faut apprendre à caser les moments de discussion dans des espaces-temps précis, une fois les enfants couchés, par exemple.
Tout un art.

Parents, nous prévoyons aussi régulièrement des RDV dans nos agendas respectifs, non pas vraiment pour déjeuner ou dîner, même si c'est l'activité principale choisie... mais surtout pour se réserver 2h d'affilée pour discuter, passer un moment agréable juste tous les deux.
Parce qu'on sait qu'à la maison on n'aura pas nécessairement l'occasion.

Donc, pour toutes les activités citées plus haut (Des sorties, des lectures, des grasses matinées, faire l'amou..heuh... et autres activités), il faut apprendre à planifier le spontané. En gros, prévoir quelques minutes dans la soirée, quelques heures par semaine, quelques jours par mois, pour réaliser ce que l'on souhaite.
Et pour discuter, c'est la même chose. Prendre bien soin aussi, d'économiser plus ses mots qu'avant, de "moins" parler pour ne rien dire, ne plus vouloir s'épancher pendant des heures sur ses états d'âme alors qu'on n'a qu'une quinzaine de minutes pour régler un quiproquo ou un malentendu.

La frustration, le manque que l'on ressent, donnent paradoxalement plus d'intensité et de plaisir au moment où l'on réalise ENFIN (s'il n'est pas interrompu!) ce que l'on a prévu.
On s'y est plutôt bien habitués, finalement... on n'arrive plus bien à se souvenir comment on employait notre temps, avant. Et lorsqu'on a la chance de se retrouver juste tous les deux pendant quelques jours, on est bien souvent, au départ, assez désemparés devant l'étendue des possibles, le temps soudain rallongé. On n'arrive plus trop à ne rien faire, à se lever tard, à traîner... trop habitués à exploiter le peu de temps que l'on a au maximum.
Et je sais de quoi je vous parle: c'est une personne qui est allée, en couple, acheter un nouveau lit chez Maison de la Literie, puis du matériel de sport chez Décathlon, tout ça à 9h du mat', en sortant de l’hôtel 4 étoiles qui nous avait hébergés pour un week-end en amoureux (qui se devait pourtant d'être placé sous le signe du farniente, donc), qui écrit ces lignes.

Et vous? Ressentez vous la même chose que moi? La gestion du temps dans votre couple a-t-elle beaucoup changé?

  
Brandt Rhapsodie, La Superbe, Benjamin Biolay et Jeanne Chéral. 

3 commentaires:

  1. oui la gestion du temps a beaucoup changé. c'est vrai, c'est une course permanente. il m'arrive d'être désemparée quand je n'ai plus rien à faire. en général, je lis. on discute avec mimi ou on profite pur faire chacun ce qui nous plait.
    il y a des jours où on a pas le temps, et des jours oui ;)
    courage.

    RépondreSupprimer
  2. Oui... cette organisation nécessaire dont tu parles est devenue incontournable... et parfois on arrive même à se dire qu'on se manque en vivant sous le même toit... alors on saute sur les très très rares occasions de partir 24 heures en amoureux... on a multiplié le pool de baby-sitters pour pallier les décommandés de dernière minute... mais nous restons incorrigibles... en week-end en amoureux depuis jeudi, nous avons avancé notre retour à ce soir... par envie de retrouver nos petits... entre autres!!!... et sans oser nous l'avouer trop fort!!!

    RépondreSupprimer
  3. Christelle a dit...
    Nous devons à présent exceller dans la spontaneité planifié! Mais c tellement bon la vie de famille!

    RépondreSupprimer