mercredi 15 juin 2011

Je suis féministe, mais...

Bouh! après le sandale DSK, haro sur Petit Bateau! Même combat!

...quand je vois que certaines essayent de mettre du féminisme partout, même concernant les plus anodins des sujets, ça me gonfle.

Vous avez entendu parler du scandaaaaaaale des bodies Petit Bateau?
La marque est taxée, par certains, du plus grand des sexismes, il y a des appels au boycott, des féministes s'expriment pour que Petit Bateau fasse son mea-culpa, ressortent des études du CNRS sur l'influence que les images sexistes peuvent avoir sur les nourrissons... etc...
Bref. Le ridicule n'a pas de limites.


Pour des simples bodies. Oui.
Ok, c'est sûr, ces bodies ne sont pas hyper révolutionnaires, d'accord, ils utilisent des clichés un brin sexistes... Mais franchement, est-ce que c'est vraiment grave?
Toutes les bien-pensantes qui s'offusquent de voir ces logos (certes un peu caricaturaux...) imprimés sur les bodies ne mettent-elles jamais du rose et des fleurs à leur fille? Et du bleu avec des avions et des trains à leur garçon?
Franchement... les associations féministes n'ont pas des causes plus importantes à défendre?

Que je sache, c'est une marque qui propose des vêtements sexués, comme plein d'autres. On est en démocratie, on n'est pas obligé d'acheter si on n'aime pas! Ce n'est pas comme si le "ministère de la répression du vice et de la promotion de la vertu" nous imposait d'acheter ces bodies et uniquement ceux-ci, non?
Parce qu'on est dans un pays libre, les filles peuvent être des "garçons manqués", les garçons "efféminés". C'est cool.
Mais l'inverse est encore possible!

On ne va pas faire une loi pour interdire aux petites filles de porter des jupes, de jouer à l'infirmière, de se maquiller comme maman, quitte à en passer par des codes un chouilla ancestraux et traditionnels, et aux garçons de porter des jeans marron, de se rêver explorateur ou délivreur de princesses, de gagner plein d'argent plus tard en découvrant des trésors de pirates, et d'aimer le bleu!
C'est quoi le but? qu'on finisse tous en uniforme, et que les bébés soient tous en body gris unisexe à col Mao? Qu'on leur rase tous le crâne jusqu'à leurs 18 ans pour masquer leurs différences de sexe?

Moi je préfère que les féministes luttent CONTRE l'uniformisation... et tant pis si cette liberté a pour conséquence de laisser libre-champs à la création de fringues un peu nunuches à fleu-fleurs! Cet excès-là vaut mieux que l'inverse, non?

Personne n'oblige personne à acheter ces bodies... personnellement ce n'est pas ma tasse de thé mais s'ils plaisent à des parents, où est le problème?
On va leur retirer la garde de leurs enfants pour cause d'éducation sexiste? Les envoyer en camp de rééducation de parents, les forcer à recourir à un coach en choix de garde-robe pour bébé féministement correcte?
Je suis sincèrement choquée par les jouets idiots provoquant une sexualisation précoce des enfants (comme les barres de pole-dance pour petites filles, ou les concours de mini-pouffes)... mais franchement, ces bodies, à côté, me paraissent bien inoffensifs.

J'ai pour projet de mettre ma fille à la danse classique et mon fils au tennis... (je sais c'est furieusement tradi). Est-ce que je mérite moins d'être féministe?
Si mon fils veut jouer à faire la cuisine, si j'ai bien compris je dois l'encourager et trouver ça novateur, en revanche je dois réfréner cette envie chez ma fille, par respect du politiquement correct ("non ma fille, tu feras du béton et du trancheras quelques rondins, aujourd'hui. Laisse ton frère donner le bain à tes poupées, c'est so moderne!")
A force de lutter contre TOUT ce qui pourrait, éventuellement, représenter un sexisme... on en vient à tenir des discours paradoxaux, ridicules, et même absurdes!
Si on foutait un peu la paix aux gens, aussi?

Ma fille, j'aimerais l'élever de manière féministe, c'est à dire que j'aimerais lui montrer qu'elle a les mêmes droits qu'un garçon, qu'elle peut avoir les mêmes ambitions, qu'elle pourra maîtriser son corps, avoir du plaisir en tant que femme, décider par elle-même de sa vie... et mon fils, j'aimerais qu'il ait, plus tard, une vraie conscience féministe.
Mais si ma fille peut se sentir bien avec sa féminité, imiter sa maman qui sent bon et se maquille le matin, vouloir se sentir belle et bien dans sa peau, j'en serai ravie! Elle pourra même faire des cup cakes, du scrapbooking, rêver d'avoir un poney rose que s'apelorio John-Ken et de tomber amoureuse du Prince Charmant! Si si!

Ah! et puis, ma fille, il y a quelques jours, m'a demandé un jouet aspirateur... "pour faire comme papa" (ben oui).
Enigme: Dois-je refuser, sous prétexte qu'une petite fille ne doit pas être éduquée de manière sexiste? Pourrais-je, en revanche, l'offrir à mon fils, sous les "houra" des féministes, applaudissant à la vue de mon éducation correspondant si bien aux nouveaux codes stricts du féministement correct?

C'est ridicule... un peu comme celles qui s'acharnent à vouloir féminiser tous les mots, auteure, ingénieure, basketteure... en confondant "genre" (grammaire) et "sexe" (vraie vie). On peut être féministe et se présenter comme "écrivain", non?
Il y a tellement de luttes féministes plus importantes! Il faudrait mieux hiérarchiser les problèmes.

Je disais, donc...
Je suis -très- féministe, mais....
... ce ne sont pas des mouvements comme ceux-ci qui vont me donner envie d'adhérer à une quelconque association féministe.

Et vous?????

à lire aussi, un autre de mes posts:
Sois Féministe et tais-toi

57 commentaires:

  1. à la rigueur pour régler le problème si j'avais une fille je lui achéterais la version garçon... (et meme au feutre textile je rajouterais des -e si je veux...) c'est vrai qu'il y a pire, ils n'ont pas non plus plus écrit "nunuche" ou "bobonne", depuis quand c'est mal d'etre douce ou amoureuse?

    RépondreSupprimer
  2. Bien d'accord, même s'il est vrai que le problème de ces bodies dépassent la sexualisation vestimentaire. Ce sont plutôt les adjectifs employés, censés caractérisés chaque sexe qui poseraient problème. Une fille se doit donc d'être mignonne, jolie, coquette et gourmande, tandis que les garçons seraient courageux, robustes, habiles et rusés...
    Perso, ce genre de tee-shirt à message n'est pas mon truc mais je peux comprendre que ça énerve... De là à taxer Petit Bateau de gros sexistes, effectivement, je trouve ça grotesque.
    A ce moment là, Disney est le plus gros misogyne de la planète à perpétuer le mythe de la princesse impotente que seul un prince neuroné et couillu peut sauver. Et effectivement les jouets pour enfants sont toujours aussi sexués mais bon... j'ai joué à la poupée, porté du rose, me suis prise pour une princesse et pourtant, j'ai une certaine conscience féministe aujourd'hui... Donc rien n'est jamais joué!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis entièrement d'accord avec ton raisonnement. Bel article !
    C'est marrant.. y a pas longtemps j'étais agacée lors d'une réunion de filles qui s'écriaient lorsqu'on parlait d'un auteur au lieu d'une auteure. C'était perdre leur identité féminine,s'écraser devant la dominance mâle. Alors qu'à mon humble avis, ça fausse plutôt le vrai débat et c'est d'un ridicule, y a de quoi se faire traiter d'hystériques si on est à ce point aussi tatillon.
    Mon prochain post se rapproche du tien quelque part, je dis bien quelque part, sur certaines lignes :)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis totalement d'accord avec ce que tu écris...

    En tant que mère de 2 garçons, je trouve vraiment inadmisssible que "beau" ne soit pas sur le body garçon ! ;D

    Ce type de débat à 2 € (et c'est cher payé!) me semble passer à coté du féminisme : Qui a dit qu'égalité signifiait gommer les différences ?

    Qu'une fille se mette des chouchous à paillettes dans les cheveux ne l'empêchera ni d'être docteur ou écrivain ! (voire même les 2 !)
    Qu'un garçon joue aux petites voitures ne le rendra pas obligatoirement un gros macho lourdingue...

    Je refuse d'offrir un fer à repasser ou un aspirateur à une petite fille qui ne l'a pas demandé, mais si elle en demande un, je lui offrirai au même titre que je lui offrirai une voiture radio-commandée ou un skate board...

    Quant à la féminisation des mots, je trouve ça juste... moche !

    Bravo pour ton article

    RépondreSupprimer
  5. Je n'étais pas au courant de la polémique mais elle me paraît, un peu, comment dire "insignifiante". Les stéréotypes seront toujours d'actualité qu'on le veuille ou non. et puis chacun fait qu'il veut non?
    J'avoue, j'achète beaucoup de bleu pour mon fils, et même avec ses couleurs sombres,on l'a déjà pris pour une fille! "J'ai cru que c'était une fille, il est si beau" m'a dit un jour un voisin! Ok, je n'ai su quoi répondre. Les garçons sont laids d'habitude? Les filles jolies?
    Bref, bon article!
    ps : un jour, Mimi m'a fait un mini scandale car j'ai acheté un ballon bob l'éponge pour Poulet. Le ballon était rose, je ne voulais pas prendre Spiderman. Il était bien laid. :/

    RépondreSupprimer
  6. (Avant toute chose petite précision du profil de qui te parle : femme, 23 ans, maquée depuis 3 ans et sans gosses)

    Ahahah tu abordes un sujet dont j'aurais bien voulu parler aussi.

    Le site Viedemeuf que tu linkes à droite est un assez bon exemple de ce côté hyper susceptible de certains féministes, ceux qu'on entend le plus... A égalité avec des anecdotes vraiment inquiétantes, y en a quand même beaucoup de grand n'importe quoi (assez souvent repérable par la marque "et si j'avais été un homme, il aurait fait/dit/pensé ça ?" la réponse n'est pas toujours évidente... je pense notamment à celle qui s'offusquait parce qu'un mec qu'elle avait dépanné lui avait dit "t'es un ange", ben zut, je dis ça super souvent moi !)

    Et quand je vois Gisèle Halimi qui déclare à mots à peine couverts que la femme de chambre de l'affaire DSK dit forcément la vérité parce que c'est une femme...
    http://www.leparisien.fr/dsk-la-chute//affaire-dsk-pour-gisele-halimi-le-respect-des-femmes-doit-prevaloir-18-05-2011-1455030.php
    (Moi j'aurais dit que le respect du droit avant tout doit prévaloir dans cette affaire. Comme je suis rétro)

    ... Ben après ça je m'étonne peu de la polémique Petit Bateau.

    Et je ne me revendique pas féministe, sans doute parce que je suis d'abord étymologiste : je ne veux pas le pouvoir des femmes sur les hommes mais leur égalité, je préfère donc me présenter comme égalitariste. Avec un minimum de relativisation et de modération, ce qui me bannirait illico des cliques halimistes.
    Sans regrets.
    Y a d'autres manières de militer.

    RépondreSupprimer
  7. Le problème vient du choix des mots. Non pas du choix des couleurs.
    - On a 5 adjectifs relatifs au physique pour les filles (jolie, coquette, mignonne, élégante, belle) contre 1 pour les garçons (fort) (et encore …)
    - Les filles sont douce alors que les garçons sont robuste, vaillant, courageux (3 qualités de performance donc)
    - Nous avons aussi pour les garçons 4 adjectifs flatteurs sur leurs intelligences (rusé, habille, espiègle, déterminé) mais aucun pour les filles.
    Et la cerise : la fille est amoureuse et le garçon cool !?
    On commence par un body anodin, puis ensuite on s’offusque du pourcentage de femmes dans les comités de direction et de l’écart de salaire entre homme et femme. Mais la réponse est sur ce body : une femme est jolie et docile donc secrétaire et un homme est fort et malin donc PDG. Logique !
    Vous avez raisons mesdames, ne bousculez pas l’ordre établis des choses … ça va foutre le bordel dans les entreprises. Restons «jolie»,«douce», «docile» et surtout «amoureuse» de nos patrons eux pendant ce temps resterons bien "cool" …

    Elis

    RépondreSupprimer
  8. Oué, et au fond personne ne l'ouvre quand on se fait traiter de pouffiasse par un client, ou quand ton chef pose une main paternaliste sur ta taille pour te contourner. Personne non plus pour réagir quand le vendeur de voiture ne cesse d'ajouter qu'il faudra en parler avec Mr alors que c'est TA thune et TA bagnole, et que dire du regard interloqué quand tu demandes la carte grise à ton nom uniquement... Faux débat, non sujet, voilà ce que sont ces bodies.

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai lu qu'en diagonale mais complètement d'accord !!! Ces soi-disant féministes (comme l'ancienne chef des "chiennes de garde" qui participait à l'émission de Ruquier de F2) me sortent par les yeux !!!!!

    RépondreSupprimer
  10. je sui d'accord avec anonymous!

    RépondreSupprimer
  11. D'accord aussi avec Elis...
    OK c'est pas la peine de faire un fromage de ces bodies, mais c'est ce genre de petites choses insidieuses qui créent des images bien définies des hommes et des femmes.
    La preuve, tu écris "Mais si ma fille peut se sentir bien avec sa féminité, imiter sa maman qui sent bon et se maquille le matin, vouloir se sentir belle et bien dans sa peau, j'en serai ravie! "
    Etre féminine c'est forcément mettre du parfum et du maquillage ?

    C'est pas une attaque hein, je me surprends (trop) souvent à agir sous l'influence de ce genre de clichés. C'est dur de remettre en cause toute une éducation et la vision globale de la société.

    Et non, je n'achète jamais de t-shirts typés "garçon" à mon fils :)

    RépondreSupprimer
  12. @ toutes:

    bien sûr que ces bodies sont limite! et évidemment caricaturaux, c'est pour cela que je ne les achèterai pas.

    Mais:
    - si on n'aime pas... on n'achète pas, tout simplement. Sinon on va se révolter pour plein d'autres choses alors (la presse féminine par exemple). Laissons celles qui aiment ça se les procurer, et celles qui n'aiment pas... ne pas se les procurer!
    on n'oblige personne à les porter... alors les féministes ne peuvent pas, à leur tour, INTERDIRE tout ce qui ne correspond pas au dogme féministe!

    - On peut évidemment décider de se révolter contre le sexisme de ces bodies... personnellement je trouve que s'offusquer de TOUT, en tant que féministe, de TOUT remettre en cause, et vouloir révolutionner TOUT, en mettant tout au même niveau, part d'un bon sentiment (avec le discours: "ça commence par un body sexiste, ça finit par des salaires inférieurs pour les femmes") mais n'est pas très lucide et surtout, à mon avis, décrédibilise les actions vraiment importantes.
    Il est tout à fait respectable de vouloir entièrement changer les choses... mais ce n'est pas comme ça que, personnellement, je vois les choses.

    - enfin, Yap, pour répondre à ta question: "Etre féminine c'est forcément mettre du parfum et du maquillage ?": non évidemment, on peut être féminine de plein de manières différentes. Mais j'ose espérer qu'on puisse aussi l'être en adoptant des codes traditionnels (robe maquillage coiffure)! En constatant la susceptibilité de certaines féministes sur certains sujets, j'en doute parfois... et je trouverai idiot qu'on tombe dans un excès inverse, avec tout autant d'interdits et de dogmes...

    - enfin, les vêtements sont un moyen d'expression, une liberté. Même les vêtements de mauvais goût, qui ne sont pas à notre goût... on doit les laisser exister!
    Parce que si c'est pour se battre contre la burqa et finir toutes avec une nouvelle burqa (certifiée féministe cette fois)... merci bien.

    RépondreSupprimer
  13. C'est bien ce dogmatisme ridicule qui nuit aux efforts les plus louables pour l'égalité femme/homme des féministes !

    RépondreSupprimer
  14. bonjour,

    alors je suis en désaccord avec bcp de choses :)

    effectivement ce ne sont pas les couleurs qui sont en cause mais bel et bien les mots qui sont écrits.
    je pense pour ma part que Petit Bateau est bien conscient du buzz que ça allait créer.
    Il n'est pas question de faire interdire, mais on peut être triste de constater que ça fait vendre: c'est un symptôme.

    Ensuite il y a un point où c'est toi qui te montre excessive: tu feins de croire que vouloir faire disparaître les préjugés sexistes c'est aller vers l'uniformité. ("le crâne tous rasés pour masquer leurs différences"...)
    L'égalité homme-femme, c'est que chacun puisse avoir sa propre personnalité sans se forcer à être "féminin(e)" ou "masculin(e)", ce qui va donc vers une plus grande diversité!!!


    enfin une dernière chose: ce n'est pas parce que je passe 10 minutes à parler de ces bodies sur le Net que je ne m'engage pas IRL pour ces fameuses "causes plus importantes" ;)

    RépondreSupprimer
  15. Gabrielle : je plussoie, comme disent les jeunes

    RépondreSupprimer
  16. Ben moi je trouve ça choquant.

    Mignonne Vs vaillant franchement j'ai envie de baffer les stylistes de Petit Bateau. Pas d'interdiction, juste un bon sermon et surtout leur ouvrir les yeux.

    Ce qu'ils auraient du faire c'est aussi ''Mignon'' et ''Vaillante''. Mélanger les genres pas rappeler ces vieux rôles qui nous emprisonnent.

    Je suis féministe, pour les grandes et les petites causes. Les insidieuses et les plus évidentes.

    RépondreSupprimer
  17. Moi je trouve que le problème ne vient pas nécessairement des bodies (ils sont beaux/moches sexites/feministes blablabla), mais plutôt des réactions. je suis allée sur la page FB de PEtit Bateau et on pouvait y lire :
    "et pourquoi une fille ne pourrait pas être futée" "et pourquoi une fille ne pourrait pas avoir des qualificatifs sur son esprit et seulement sur son physique" "et pourquoi un garçon ne pourrait pas être coquet"
    SERIEUSEMENT ???
    Je ne pense pas que le but de la marque était de dire que les filles ne sont pas futées ou pas robustes. Ne pas dire qu'on est "futé" ne veut pasdire qu'on ne l'est pas. Or c'est tout ce que les gens voyaient. je trouve dommage de dire que si on qualifie une fille de jolie et un garçon de futé, ça veut dire que la fille n'est pas futée et le garçon par joli.
    Ca revient à véhiculer les pires stéréotypes : Miss France n'a pas de cervelle et un académicien ne peut pas être beau.
    Foutaises que tout cela.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,
    On ne se connait pas (encore) mais j'ai trouvé ton billet écrit de manière posée et réfléchie. Je ne suis pas du tout d'accord avec toi pour de nombreuses raisons. J'ai plein de choses à te dire, alors j'ai écrit tout ça sur mon blog :
    http://journalennoiretblanc.blogspot.com/2011/06/petit-bateau-pour-grand-naufrage.html
    C'est écrit amicalement, mon but n'est absolument pas de te blesser ou de te casser, je veux juste t'expliquer comment je vois les choses. Je ne sais pas non plus quelle est ta connaissance de la pensée féministe, donc j'ai expliqué en faisant de mon mieux (c'est pas trop mon fort, ce genre de démonstrations), désolée si je parle de choses que tu connais déjà. J'ai essayé de donner un maximum de liens vers des gens qui causent de tout ça mieux que moi.
    J'espère que ça te plaira et qui sait, que ça te convaincra ? ;-)

    RépondreSupprimer
  19. @everybody (Petit Bateau, of course !) : je suis allée sur le lien proposé par Gabrielle. J'ai écrit en commentaire ceci " Et si on fait porter des jupes à nos fistons et que des frocs à nos fifilles, est-ce qu'on a tout juste ? Quant à poser - sans rire- la question "est-ce que votre fille sait qu'elle a le droit de faire du tennis ?", là je dis merci pour ce petit morceau d'anthologie du ridicule féministe. Bonne chance !". Je clique pour entrer mon nom et autres codes et là, surprise, on me dit que mon commentaire sera publié "après approbation". Je constate en outre qu'il n'y a qu'un seul commentaire lèche-botte d'une fille qui termine en disant qu'elle doit y aller, cause que son mari commence à râler. Un comble pour une soi-disant féministe !

    RépondreSupprimer
  20. Visiblement, chez Gabrielle l'outrecuidante, c'est censure à tous les étages ! Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer
  21. Mille pardons à Gabrielle, il s'agit de Kalista...

    RépondreSupprimer
  22. @meemyselfandiii : tu as bien raison, c'est quand les ayatollahs du féminisme radical auront compris que féminiser bêtement les mots de la langue française est ridicule et inutile à leur cause, tout comme chercher la petite bête partout où elle n'est pas, qu'elles trouveront - peut-être- l'occasion de s'illustrer intelligemment dans l'action, plutôt que dans le blabla.
    Quant à Kalista, elle est paradoxale car dans son commentaire plus haut, elle dit que ce ne sont pas les couleurs qui la choquent le plus. Pourtant, du rose pour des bodys fille, oulala, quelle hérésie pour une grande féministe comme elle, non ?!

    RépondreSupprimer
  23. Un dernier conseil aux retoucheuses approximatives de mots français, qu'elles ne parlent donc plus qu'anglais : il n'y a ni masculin, ni féminin !

    RépondreSupprimer
  24. @ kalista:

    en un sens c'est un "honneur" que tu me "répondes" sur ton blog.
    Ton texte est bien rédigé, argumenté, je suis d'accord avec certains de ses passages! Et comme on est entre personnes éduquées, on peut ne pas être d'accord et l'exprimer avec respect.
    Pas de souci, chacune pense comme elle veut.

    En revanche le fait que tu t'adresses à moi personnellement, en m'expliquant les choses comme une maîtresse d'école, et en permettant même à ma fille d'envisager de faire du tennis (sic) me gêne pas mal: tu ne me connais pas et tu me juges, analyses ma psychologie et surtout, me fais la leçon. Tu ne connais pas ma façon d'élever mes enfants, mais cela ne t'empêche pas de t'exprimer à ce sujet.
    C'est d'un moralisateur...
    J'aurais préféré que tu t'exprimes d'un point de vue Géneral!

    (et puis, cette idée idéaliste de "laisser le choix" pour tout, jusqu'au moindre détail, à des tout-petits... excuse moi mais dans la vie, par sa culture, sa religion, sa langue, son milieu, un parent transmet des tonnes et des tonnes de valeurs, visions, ambitions à son enfant. Même toi.
    C'est comme ça; c'est grâce à ce cadre, transmis volontairement ou non, que l'enfant pourra grandir. A lui ensuite, plus grand, de se libérer de ce qui ne lui convient pas.
    Alors les gens qui disent "je laisse mon enfant libre de choisir", ça me fait doucement rigoler.

    RépondreSupprimer
  25. @ Jul's:
    vachement d'accord avec toi!

    RépondreSupprimer
  26. C'est drôle, après l'espèce de vague d'indignation soulevée par la dernière campagne Axe ("plus t'es clean, moins elles le sont"), j'avais écrit le même genre d'article....

    En substance, je suis 'ach'ment d'accord avec ton article. Il faudrait voir à hiérarchiser ses combats pour rester crédible. Dommage que ce soient les cris d'orfraies contre des points de détail qui fassent le plus de bruit !

    Je suis convaincue qu'il faut se détendre un peu et arrêter de chercher (et de trouver) des répercussions psychologiques dans toutes nos actions - déclarations - omissions quotidiennes.

    Cette sur-"psychologication" (j'invente des mots si je veux)tend à devenir vraiment pénible. On ne peut plus rien dire, faire, oublier, écrire, dessiner, sans que ça ait des implications hyyyyyyyyyyper graaaaaaaaves sur notre entourage.

    Sommes-nous si fragiles ?

    Et comme le dit Jul's, dire une chose ne signifie pas oublier son contraire.

    Et si, finalement, Petit Bateau ouvrait très très très grand la porte à la création d'une nouvelle ligne de bodies ? Et si, au lieu de jouer les hystériques (et donc d'apporter de l'eau au moulin des condescendants), on créait des vêtements sexués mais délivrant d'autres messages ?

    Genre un T-shirt marron de pti gars sur lequel serait écrit "attention, jolie petite chose fragile", ou une jupette rose à leurs avec un appliqué disant "je répare les voitures mieux que personne" ?
    Ou un T-shirt rose disant "petit mec attend gros câlin" et un jean bleu marine estampillé "100 % fille" avec tête de mort ?

    Dans l'idée qu'être créatif vaut mieux qu'être indigné...

    RépondreSupprimer
  27. "jupette rose à Fleurs", bien sûr.

    RépondreSupprimer
  28. @ Marine : J'ai pas voulu pourrir tes commentaires avec un texte aussi long. J'avais la sensation que ça serait passé pour de l'acharnement. Et puis j'ai voulu en profiter pour exprimer quelques idées en leur donnant plus de visibilité. C'est aussi pour ça que je dis "vous" dans le texte et "tu" ici. Il y a énormément de personnes qui pensent comme toi, la popularité de ce post le montre.
    Désolée pour le style "maîtresse d'école", c'était vraiment pas le but, c'est pour ça que je précisais dans le commentaire ici que je ne voulais pas avoir l'air cassante. Je ne sais pas comment expliquer des choses sans adopter ce style. J'ai déjà vu des féministes se voir reprocher ça. Mais on a des choses à expliquer... Si tu as une idée pour faire passer des idées sans avoir l'air de prêcher ou de faire un cours, je suis preneuse.
    Quand je pose des questions, en particulier sur le tennis, c'est des vraies questions sans arrière-pensée et sans jugement, justement parce que je ne te connais pas (et même si on se connaissait, je n'oserais pas).
    Il ne s'agit pas de "laisser le choix jusqu'au moindre détail", mais de filtrer ce qu'on transmets. Dans l'idéal (on verra dans 20 ans si ça a marché) je voudrais leur tranmettre une éducation sans stéréotypes de genre, en les sensibilisant à la question. C'est aussi une transmission d'idées, comme quand tu les armes contre le racisme.
    J'adorerais qu'on puisse continuer à parler de tout ça et que tu répondes aux questions que je t'ai posées (pourquoi pas chez moi ?). On ne voit pas du tout les choses de la même manière et ça rend la conversation très intéressante ! J'espère arriver à m'exprimer sans que ça paraisse condescendant et que tu pourras me pardonner des maladresses...

    @ Queen mum : oui, je filtre les commentaires, c'est mon choix : dès qu'on écrit "féminisme" quelque part, il y a des insultes qui arrivent de chez certains, c'est quasi pavlovien. Le tien est arrivé quand je n'étais pas connectée, j'ai donc mis une bonne heure avant de le trouver. Et vu le ton que tu prends, je l'ai effectivement filtré. Si tu reviens avec un argument (comme Marine le fait), je publierai ton commentaire avec plaisir.

    RépondreSupprimer
  29. ...je pense que PB aurait gagné à choisir des adjectifs identiques auxquels il aurait suffit de rajouter un e en version rose...juste pour l'anecdote, malgré des opinions et des goûts très sexués chez mon fiston et ma fille, cette dernière à cinq ans m'a annoncé qu'elle avait choisi son futur métier... elle voulait devenir pilote d'avion pour pouvoir voler... dans un petit coin de ma tête j'ai pensé avec un grand bonheur qu'elle n'avait pas imaginé une seconde choisir hôtesse de l'air... et je me suis dis que mon désir de lui laisser toutes les portes ouvertes avait trouvé son sens... aujourd'hui elle a sept ans et demi et elle veut être poète... et grimper dans les arbres aux branches desquels elle déchire très souvent ses robes qui tournent!!!

    RépondreSupprimer
  30. L'intervention de Kalista est maladroite en tous points mais, Queen Mom, votre agressivité ne joue pas en votre faveur, c'est vraiment dommage...
    A croire qu'on n'est pas tant que ça entre personnes éduquées et qui se respectent.

    RépondreSupprimer
  31. il y a juste 2 façons de voir les choses:

    ou bien on est choqué par TOUT, même par les plus petits détails, au prétexte que les petits ruisseaux font les grandes rivières et qu'il faut s'attaquer à la racine du sexisme... mais alors on prend le risque de passer pour une hystérique, une susceptible à outrance, une mère la morale, un censeur (les clichés tant redoutés par les féministes).

    Ou bien on choisit d'être un peu détendue, de ne pas tout psychologiser au risque de tenir un discours idéologique et absurde (et intenable en pratique!),
    Au risque évidemment de passer aux yeux des féministes "vraies" pour un peu laxistes.

    Moi je pense qu'il ne faudrait pas oublier de faire confiance à l'intelligence des gens (ils n'ont pas besoin d'un Code du Bon Féminisme pour savoir bien se comporter...j'en suis sûre).
    Et puis, certaines blagues sexistes me font marrer, j'adore Desproges ou Gaspard Proust, des pubs, si elles sont bien faites, aussi. Brassens aussi, pourtant quand on l'écoute aujourd'hui il y a de quoi le taxer de sexisme!
    Ca ne fait pas de moi quelqu'un de sexiste (enfin je crois!), puisque, dans le fond, évidemment que je ne suis pas d'accord avec le message!
    Je pense qu'on est capable de faire la différence entre le 2ème degré, le pas trop lourd de sens... et ce qui est GRAVE.

    Il faut aussi savoir réagir en tant qu'être humain, et pas simplement sous l'angle "femme" pour tout et n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
  32. Je ne suis pas sûre qu'on puisse simplement faire confiance aux gens, Marine. Il suffit de regarder notre quotidien, de lire Vie de Meuf, pour s'en apercevoir.
    D'une part, tout le monde n'est pas assez "éduqué" et "civiliser" pour raisonner seul. D'autres part, même chez les genres "éduqués" et "civilisés", il y a de gros abrutis.

    Et puis, être choqué(e) ne signifie pas forcément pousser des hauts cris et être hystérique. Bon c'est sans doute mon côté fataliste (ou feignasse ?) qui parle.
    Oui, je reste persuadée du rapport ruisseaux / rivières, comme tu le dis si bien. Cela ne signifie pas qu'on ne peut pas réfléchir, et nuancer les choses, parce que rien n'est ni tout bleu, ni tout rose :)

    RépondreSupprimer
  33. "civilisÉ", bien sûr
    *la honte*

    RépondreSupprimer
  34. Ouh, je vois que ça débat ici!

    @Kalista: j'ai répondu sur ton blog à ton billet.

    @toutes: en fait, je trouve dommage que certaines féministes ne puissent pas concevoir que l'on puisse jouer avec les codes et les stéréotypes... S'habiller en rose, être coquette, avoir envie d'être sexy ou de plaire serait donc le comble de l'anti-féminisme? Doit-on forcément rivaliser avec les hommes sur des terrains forcément masculins pour être considérées comme des femmes non-soumises? Une femme qui fait le choix de rester chez elle pour s'occuper de ses enfants serait donc l'épitome de la femme soumise tandis que la manager qui rentre du boulot à 23h serait la féministe incarnée? N'est-ce pas là encore une fois enfermer les femmes dans des rôles réducteurs?
    Une petite fille qui aurait fait de la danse et un petit garçon du tennis seraient-ils condamnés par leur éducation "tradi" à reproduire ces même schémas sexistes?
    Je crois que la question est beaucoup plus compliquée que ça... Egalité ne signifie pas uniformisation. Ne pas payer une femme qui accomplit le même travail qu'un homme au même tarif, ça ça me paraît plus important. Et si cette femme fait son boulot en jupe et pas en pantalon, qu'est-ce qu'on en a à faire??? Si l'on revendique bien l'égalité intellectuelle qu'importe l'enveloppe?

    RépondreSupprimer
  35. @Kalista : tu censures parce que tu ne vois pas toute seule où est le ridicule de ta question sur le tennis. C'est plus simple de réclamer un argument après avoir censuré, surtout quand on s'enferre à fond les manettes sans même tenter une explication ! Il n'y a pas d'argument à fournir : ta question est grotesque, c'est tout, hélas ! Bon courage !

    RépondreSupprimer
  36. désolée si je ne me montre pas aussi calme que Kalista mais je pense sincèrement que vous faites semblant de ne pas comprendre.

    les féminismes ne veulent PAS que TOUS les petits garçons s'habillent en rose, que TOUS les pères restent au foyer et que TOUTES les filles fassent du rugby.

    il faut avoir une vision collective.
    dire que: "non, ce n'est pas inné le goût des poupées pour une petite fille" ne fait pas de vous des mères réac si votre fille y joue.
    dire: "le modèle de la femme au foyer est sexiste" ne fait pas de vous une soumise si vous l'êtes.
    maispar contre ce n'est pas normal que la majorité des parents au foyer soient des femmes (pour différentes raisons mais le résultat est là)

    le féminisme c'est que hommes comme femmes fassent leur choix en fonction de leur personnalité et pas de leur sexe, ce qui implique de réfléchir en amont au bourrage de crâne dont on aurait pu être victime.

    ainsi la question de Kalista "est-ce que ta fille sait qu'elle peut faire du tennis?" est très juste.
    bien sûr qu'elle voit des tenniswomen à la télé. mais si elle entend "elle est quand même moche avec ses épaules carrées", "elle est trop musclées", "c'est quand même pas très féminin", elle ne va certainement pas avoir envie d'en faire.

    RépondreSupprimer
  37. @Gabrielle, Kalista : le choix de faire du tennis ou pas ne se réduit pas à des commentaires sur le physique des joueuses, tout de même ! Les filles seraient, selon vous, rebutées davantage par ces remarques que les garçons ? Mais qu'en savez-vous ? N'êtes vous pas en train d'établir vous-même une ségrégation, un sexisme, en affirmant cela ? Et pour la musique, qu'est-ce que vous conseillez : la contrebasse et le violoncelle aux filles et le triangle aux garçons ? Eclairez-nous de votre sagesse infinie. Bref, ne soyez pas surprises d'être moquées, vous donnez vous-mêmes des bâtons pour vous faire battre et vous vous réduisez à ce que vous semblez être : bêtes à bouffer du foin !

    RépondreSupprimer
  38. Queen Mom : Mais c'est terrible ça, d'être aussi insultante ! Vous vous décrédibilisez et tombez dans les travers que vous condamnez...

    Moi je ne la trouve pas si grotesque sa question, même si elle est mal amenée. OK le tennis est beaucoup plus ouvert aux femmes, mais par exemple, si une petite fille ne voit que des coureurs automobiles hommes, a-t-elle conscience qu'elle aussi aura le droit d'essayer ce sport ?
    La question est : est-ce qu'on présente suffisamment les possibilités qui s'ouvrent aux enfants pour ne pas (trop) les ancrer dans les schémas traditionnels ? Est-ce qu'on leur communique assez que telle ou telle chose est possible, qu'ils soient garçon ou fille ?

    RépondreSupprimer
  39. @Gabrielle: on est bien d'accord sur l'idée de choix. Tout être humain, homme ou femme, devrait pouvoir devenir ce qu'il/elle veut sans avoir à se soumettre à des codes préconstruits. Or on voit bien que même dans nos sociétés dites civilisées et modernes ce n'est pas toujours facile.
    Celles "qui font semblant de ne pas comprendre" à tes yeux pensent simplement que porter un tee-shirt Barbie petite fille n'empêchera jamais une femme d'accomplir ses rêves. Et que le "bourrage de crâne" dont tu parles peut se déconstruire facilement avec une éducation appropriée: maintenant, on peut bannir les contes de fées, toute la littérature du Moyen-Age à nos jours, interdire les jouets sexués (saletés de poupées qui cantonnent les filles dans leur rôle de mère...) ou alors on peut être intelligent et apprendre à nos enfants à faire la part des choses.
    Quant à la fameuse question sur le tennis, tu fais dire à Marine ce qu'elle ne dit pas... Faire faire de la danse à sa fille parce que soi même on a adoré ça petite fille n'est pas un crime. Et en aucun cas ça ne l'empêchera de se mettre aussi au tennis si elle en a envie! La question "Sait-elle seulement qu'elle peut faire du tennis?" relève de la paranoïa que justement je reproche aux féministes: à voir le mal partout, notamment là où il n'y a rien, on se décrédibilise.

    RépondreSupprimer
  40. @Titcheur, je répète que mettre sa petite fille à la danse n'est pas un crime, n'est pas sexiste ni réactionnaire. donc là nous sommes d'accord.

    Mais on constate que la majorité des enfants qui font de la danse sont des filles. C'est à ce moment, je trouve qu'il faut réfléchir de manière globale (et pas individuelle) sur ce fait, et sur ce qui influence les enfants et les parents. Sans accuser individuellement les parents.
    La paranoïa n'est peut-être pas du côté que l'on pense...


    Quant à jouer avec les codes masculins/féminins, je suis pour. Je voudrais simplement faire remarquer que si nous avons cette liberté en tant que femme, les hommes ne peuvent pas, eux, jouer avec les codes de la féminité et sont cantonnés dans leur case "virile". là aussi on pourrait réfléchir...

    RépondreSupprimer
  41. @Gabrielle: mais pourquoi faudrait-il de la parité dans tous les domaines? Certes, il y a plus de petites filles intéressées par la danse classique (en danse contemporaine, il y a un peu plus d'hommes) et plus de petits garçons susceptibles d'avoir envie de se mettre au catch. En quoi cela est-il un problème? Ca n'empêche pas les garçons qui le veulent de chausser les pointes et les filles qui en ont envie de monter sur un ring. Alors oui, on pourrait mettre des quotas pour imposer une parité stricte à 50% mais pour quel gain au final?

    Quant aux hommes cantonnés dans leur case "virile", je suis assez d'accord. Trop souvent, être "efféminé" pour un homme est suspicieux, mais les choses progressent quand même. Maintenant, encore une fois, je suis personnellement (et ça n'engage que moi) pour une différenciation des sexes: un homme n'est pas une femme et inversement. Ca ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas faire les mêmes choses s'ils le souhaitent (qu'un homme fasse de la GRS et une femme du hockey sur glace par exemple). Qu'il y ait des domaines plus féminins ou masculins ne me choque pas en soi. Je pense que c'est là notre point de divergence.

    RépondreSupprimer
  42. "pourquoi la parité"?

    il y a 50% d'hommes et 50% de femmes environ dans le monde.
    qu'il y a ait des domaines principalement masculins ou féminins me pose à moi problème, pour cette raison.

    ne pas être choqué par cela implique que l'on pense qu'il y a des qualités spécifiquement masculines ou spécifiquement féminines. Partant de là, démarre les comparaisons, les jugements de valeur...

    exemple: si on estime que "naturellement" les femmes sont plus intéressées par les enfants, bonne chance pour espérer obtenir l'égalité sur le marché du travail (et bien sûr, je suis bien consciente que ce sont les femmes qui accouchent, hein)

    il n'est pas question de forcer qui que ce soit à faire ces activités mais d'informer, de faire connaître, de sensibiliser.
    On ne peut pas avoir envie de faire quelque chose que l'on ne connaît pas!
    Par exemple, j'ai vu des filles jouer au foot pour la première fois à 20 ans. Avant, je devais savoir que ça existait mais je ne m'étais jamais posé la question... Et je pense que je me serai éclatée à jouer au foot ado.

    et je pense que non, un homme ne peut pas faire de GRS aujourd'hui. ni de natation synchronisée.

    RépondreSupprimer
  43. @Gabrielle : il faut reconnaître que voir le mollet poilu et dodu d'un gars sortir de l'onde, pied cambré, s'agiter en cadence, ce serait un sacré spectacle, à ranger au rayon burlesque ! Et pourquoi pas, après tout ? On voit bien des spectacles de strip burlesque, avec des grosses dames qui ne répondent pas aux canons imposés du genre. Alors quoi ? Les messieurs ne font pas de danse synchronisée ? Que faire, Docteur ? Imposer cette discipline aux garçons, au nom de la lutte antisexiste ? Je crois que c'est inutile, aujourd'hui. Tout le monde peut faire ce qui lui chante, avec ou sans l'aval d'une fédération. Et excuse-moi, mais se battre pour la parité et l'égalité dans le domaine des postes à responsabilités, tant au travail qu'en politique, me paraît plus important que ces billevesées sportives. Aux femmes d'imposer à leur chéri un partage équitable des corvées quotidiennes et de foncer pour mener leur carrière, si tel est leur choix. Le pb c'est qu'à moins d'une infrastructure sophistiquée et onéreuse, ce n'est guère possible. Et que dans l'histoire, rares sont les pères soucieux de l'équilibre de leurs enfants et prêts à alléger leur job pour s'en occuper pendant que madame fait une carrière brillante. Toutes les femmes n'ont pas vocation ou aptitude à faire une carrière brillante et à tout lui sacrifier. Comment expliques-tu cela ?

    RépondreSupprimer
  44. Autrement dit, si la lutte pour l'égalité entre les deux sexes est des plus légitimes, elle ne devrait pas passer par l'entubage de mouches, sous peine de se décrédibiliser gravement. Autrement dit, la nature est diverse et variée, les différences sont aussi des richesses et pas que des causes d'asservissement. Autrement dit, un peu de respect logique pour ces différences et un peu plus de réalisme, et vous gagnerez, mesdames les féministes, davantage en reconnaissance et en respect.

    RépondreSupprimer
  45. @Gabrielle: tu raisonnes en termes mathématiques... Il y a 50% d'hommes et de femmes sur terre, donc il devrait y avoir 50% d'hommes et de femmes représentés partout et dans tout domaine. Certes, en politique et dans la vie professionnelle, c'est souhaitable. Mais nier les différences physiques entre homme et femme (oui, une femme peut rêver bosser dans le bâtiment et porter des poutres mais c'est tout de même plus facile avec une musculature d'homme...), c'est renier l'essence humaine!
    Non, un homme ne porte pas un enfant dans son ventre et ne le met pas au monde, donc non, il n'y a pas rapport égalitaire aux enfants, de fait. L'homme a une part animale que tu sembles vouloir ignorer voire mépriser. Ou est le mal à ce que la femme et l'homme soient différents, notamment dans leur sensibilité, leur approche du monde, leurs goûts (même si, je te le concède, ceux-ci découlent souvent de leur éducation mais pas que)? Et que par conséquent, les choix qu'ils font dans leur vie peuvent aussi être influencé par leur sexe, indépendamment des représentations sociales qu'on peut en faire...
    Et pour finir sur ces questions sportives, je ne suis pas sûre que ce soit le manque d'information qui "empêche" les jeunes filles de faire du foot... Peut-être simplement le fait qu'arrêter un ballon en cuir avec les seins, ça fait mal? Ah non, j'ai pas le droit de dire ça, c'est sexiste?

    RépondreSupprimer
  46. @Gabrielle: j'oubliais, sur ta remarque sur les qualités spécifiquement masculines ou féminines, les féministes ne revendiquent-elles pas justement comme argument tout ce que les femmes peuvent apporter à l'entreprise de par leur approche différente de celles des hommes? Etre différent implique effectivement des comparaisons et des jugements, mais ce n'est pas en gommant ces différences ou en faisant "comme si" elles n'existaient pas qu'on fera avancer les choses. C'est au contraire en affirmant la place de chacun et chacune tel qu'il ou elle est à un niveau d'égalité que ça fonctionnera.
    Pas besoin pour ça que les femmes se travestissent en hommes et vice versa pour réussir. Etre féministe, pour moi, c'est réaliser mes ambitions et mes rêves en tant qu'être humain et femme, et il me paraît logique que mes ambitions et rêves ne soient pas tout à fait les mêmes que celui du voisin ou de la voisine qui ont les leurs au vu de leur expérience en tant qu'être humain et homme ou femme.

    RépondreSupprimer
  47. pfiou!

    qu'est-ce que je suis d'accord avec Queen Mom et Titcheur!
    je me sens féministe, mais je constate évidemment les différences entre les sexes! et j'en suis fort aise!
    C'est complètement totalitaire, de vouloir forcer les uns et les autres à faire des activités "de l'autre sexe" pour entrer dans des "quotas"; ça n'a aucun rapport avec le féminisme, ça!
    Eh oui, c'est MOI qui ai porté mon enfant, c'est MOI qui lui ai donné naissance, c'est MOI qui l'ai allaité... et pareil pour le 2ème... Le rôle d'une mère est différent du rôle du père, quoiqu'en disent les bien-pensants idéologues. Eh bien je suis très heureuse d'avoir vécu ça avec mon homme, mais je n'ai aucune envie de partager le terrain à ce niveau-là. Le congé maternité il est pour MOI, c'est moi qui en ai eu besoin, qui ai vécu le bouleversement physique.
    Ce n'est pas là que se situe le féminisme!

    Il faut se battre pour donner aux femmes les mêmes droits que les hommes... il n'est pas question de les pousser à faire du foot et d'empêcher les mecs de se retrouver entre potes pour voir un match, sous prétexte de les pousser au sexisme! (je rêve ou on prend les gens pour des malades mentaux?)
    j'hallucine, ces raisonnements sont tellement irréalistes!

    RépondreSupprimer
  48. alors une toute dernière fois il n'est pas question de FORCER qui que ce soit à faire quoi que ce soit, évidemment.
    Vous lisez ce que j'écris? Quelle mauvaise foi.

    je pense simplement que si on voyait plus les footballeuses à la télé, plus de petites filles auraient envie de faire du foot. si vous estimez que ça veut dire que je veux les FORCER, bonjour la parano.
    de la même manière je suis dans une association qui va dans les lycées pour parler des métiers scientifiques et techniques aux ados, en particulier aux jeunes filles. Je me contente de témoigner sur mon parcours pour éventuellement donner envie aux nanas de faire des sciences, mais je ne force personne... et quand j'entends les gamines me dire "ma mère pense que prépa c'est pas pour les filles", "mon prof de maths dit que les garçons sont meilleurs sans travailler"... je me dis que je suis utile.

    sinon je pense que là où nous ne nous entendrons pas, c'est que vous pensez clairement que les cerveaux masculins et féminins sont différents.
    Personnellement j'estime que cette manière de raisonner en considérant hommes et femmes dans la globalité conduit justement aux égalités professionnelles et politiques que vous reconnaissez vous-même. "les femmes n'ont pas l'ambition des hommes", "les femmes veulent s'occuper de leurs enfants"... pour celles dont c'est le cas tant mieux, mais pour toutes les autres, ce n'est pas facile de vivre leur choix de vie avec de tels préjugés, quand on est considérée comme une exception.

    (en tout cas Marine, ton billet a été l'occasion de soulever bcp de problématiques et de discussions intéressantes)

    RépondreSupprimer
  49. @ Gabrielle:
    oui c'est vrai que les commentaires sont plus intéressants que la polémique de base sur les bodies... et que mon post!
    j'aime bien ;-)

    RépondreSupprimer
  50. @Titcheur: une dernière chose.
    En Allemagne, 1 million de femmes pratiquent le football, aux USA, c'est un sport majoritairement féminin.
    Alors, nature ou culture?

    pour ma part je pratique depuis 5 ans et mes seins vont très bien, merci. L'entrejambe de mon chéri a par contre été mise à rude épreuve depuis qu'il pratique, je ne sais pas qui est le moins adapté ;)

    RépondreSupprimer
  51. Bien pensé tout cela !! Comme tu l'as dit, il vaut mieux hiérarchiser les problèmes pour régler ceux qui en sont vraiment, et ne pas s'attarder sur des petits détails sans aucune importance qui finissent par devenir ridicules...

    RépondreSupprimer
  52. Si tu n'as compris l'enjeu de cette pub, voilà de quoi t'éclaircir les idées : http://angrywomenymous.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  53. @Euterpe : mais c'est qu'on fait dans la finesse, dis donc ! DSK, Tron et les bodies, tous dans le même petit bateau. Beau cas d'amalgame ou l'art de la récup, bravo !

    RépondreSupprimer
  54. Excellent texte !!!
    Je découvre votre blog grâce au "Délit Maille", et j'aime beaucoup le ton (et ma fille s'appelle marine alors...)

    RépondreSupprimer
  55. Je découvre ce fil avec des mois de retard. Je ne serai sans doute pas lu par grand-monde, mais tant pis.

    Plus haut été évoqué l'importance de "miser sur l'intelligence des gens" - mais c'était pour conforter la position de l'auteur de l'article.

    Je suis d'accord moi aussi pour miser envers et contre tout sur l'intelligence de mes semblables: mais j'en tire une toute autre conclusion. S'ils sont intelligents (ce dont je ne doute pas), je sais aussi que cela n'a jamais empêché personne de dire des âneries, de tenir des propos irréfléchis, de se trouver manipulé, aliéné, piégé.
    Mais il n'y a rien à perdre à leur proposer de réfléchir un peu sur leurs réactions qu'ils imaginent "spontanées", sur des sujets auxquels ils n'ont, pour diverses raisons, jamais jusqu'ici consacré véritablement leurs facultés intellectuelles.
    Par exemple, la portée des codes vestimentaires, leur implication, leurs conséquences, et pour illustrer le propos, celle des caricatures vendues chez petit bateau.

    Evidemment, cela a quelque chose de désagréable pour l'ego, surtout si l'on s'est laissé aller à publier un article un peu irréfléchi. On sera alors tenté de juger pédago, pédant ou donneur de leçon celle qui, arrivée ensuite, aura tenté d'amener des éléments d'analyse qui ne peuvent que faire ressortir la superficialité de l'article initial.
    Pour m'être fait prendre à ce jeu là, je puis affirmer que je n'ai jamais jusqu'ici regretté qu'on soit venu me faire remarquer, en prenant plus ou moins des gants, que mon propos témoignait d'une ignorance ou d'une réflexion superficielle. Ma petite fierté en a pris un coup sur le moment, ça oui, et puis alors? Ma réflexion elle s'en est trouvée considérablement étoffée, et je suis reconnaissant à celles et ceux à qui je le dois.
    Et c'est bien ce qu'il me paraît le plus important.

    Bref, si l'on doit nommer une contributrice qui mise ici ouvertement sur l'intelligence de ses semblables, c'est de loin Kalista qui le mérite. Sa patience et ses efforts d'explication, l'exposition posée de ses arguments forcent le respect.
    On ne saurait en dire autant de ceux et celles qui jugent opportun, au prétexte qu'ils ne "voient pas le problème", devenir tomber à bras raccourcis sur ce qu'ils appellent les "excès" et les "maladresses" d'une critique féministe dont il est manifeste, à les lire, qu'elles et ils ne connaissent pas grand-chose. Et oui, constater cette méconnaissance, pour ne pas dire pire, c'est bien porter un jugement sur les propos de mes semblables, et ce qu'ils impliquent.
    Si ce qu'il lisent dans ce miroir qui leur est tendu ne leur plaît pas (et c'est aisément compréhensible, et même souhaitable: personne, puisque nous nous plaisons à nous penser intelligent, n'aime à se faire prendre en défaut, en flagrant délit de bêtise) il ne tient qu'à eux de se remettre en question, et de faire le nécessaire pour donner à l'avenir, sur le même sujet, autre chose à lire que leur ignorance. Il se trouve même que les "donneurs de leçon" leur ont fourni des pistes à suivre pour y parvenir.

    RépondreSupprimer
  56. Pour faire court, je pense que ces bodies perpétuent une idée de masse qui a été démontré comme nuisible. Typiquement, ce sont ces gens-là qui n'ont pas d'idée féministe, qui suivront l'idée de masse, achèteront ces bodies, puis par défaut des jouets sexués et plus tard traiteront leur garçon de pédé quand ils voudront verser une larme, comme ton article http://unechambreamoi.blogspot.fr/2010/09/tes-pas-un-pede.html . C'est superbe que tu donnes le choix de jouets à tes enfants, mais il y en a qui n'entendent ou n'écoutent pas ce que veulent les leurs, et se mettent donc à faire des choix de facilité, et là, c'est le désastre

    RépondreSupprimer