mercredi 7 septembre 2011

La gestion du temps avec 1, 2, 3 enfants... par Marie (Les Mamans Testent)

Le repas de midi d'une jeune maman se résume bien souvent à des légumes froids en conserve... mangés debout, dans la cuisine, directement dans la boite. Bon appétit bien sûr.

Puis-je me permettre de vous recommander d'aller lire un super billet de Marie des Mamans Testent... intitulé "1, 2, 3, ça change quoi?"
Je trouve qu'elle décrit à la perfection, sous l'angle de la gestion du temps, l'arrivée du premier enfant, puis du deuxième, et enfin du troisième.

Elle y aborde les difficultés liées au bouleversement de passer de couple à famille, puis de voir cette famille s'agrandir. Elle parle des écueils du premier bébé... notamment de la "lutte" qu'on a souvent tendance à mener contre le bébé en terme de temps, au début de notre vie de parents.
Eh oui, les revendications modernes (et bien légitimes) du type "mais je dois prendre soin de moi!", "je ne vais pas sacrifier ma vie de femme pour mon enfant", "et mes repas alors? et mon sommeil? et mes sorties? et mon couple? et mes petits plaisirs de femme? et pourquoi il ne fait pas la sieste quand j'ai besoin de travailler? et pourquoi quand il fait enfin la sieste, je n'arrive plus à faire ce que j'avais prévu?"... il faut en passer par là...
Pour ensuite apprendre, non sans douleur, que non, on ne peut plus passer au dessus des besoins du bébé, et qu'au lieu de ruminer avec frustration tout ce qu'on a perdu, mieux vaut changer complètement sa perception qu'on a des choses:
Au bout d'un moment (c'est parfois long), on arrête enfin de se faire du mal et de déployer une énergie folle pour faire comme si rien n'avait changé, comme si on pouvait encore mener la vie qu'on avait, sortir aussi souvent qu'avant, s'éclater, beaucoup et jusqu'à taaaaard dans la nuit, être une wonder woman-moderne qui assure en tout... sans que notre moral en souffre.

Se consacrer du temps, c'est essentiel, comme dirait la presse féminine. Mais même quelques heures par semaines, bien prévues et notées dans l'agenda, on se rend compte qu'en pratique, elles sont difficiles à trouver (ah, les imprévus...)
Les restos, les cinés, l'esthéticienne, les séances de shopping, les repas tranquilles (= sans se lever environ 10 fois pour changer une couche, donner un bib', amener le grand au toilettes pour faire caca, gronder pendant le chahut à l'heure de la sieste...), le temps extensible... ça, c'est, pour beaucoup de parents, terminé. C'est dur à avaler, même en ayant été prévenu.
Mais en fait, ce n'est pas grave! on change tout et on recommence! On a gagné tellement en devenant parent!

On s'épile à la maison, on se commande des bons petits plats traiteur plutôt que d'aller au resto, on n"hésite pas à sortir une bouteille de Champ' pour un oui ou pour un non sans bouger de chez soi, on essaie de lâcher l'exigence de ménage et de propreté si on est un peu maniaque, on apprend à "prévoir" autant que possible les moments de rapprochement amoureux (si si) mais aussi la pause-pipi ou le passage sous la douche (si possible avant le réveil des enfants... grrrr), on fait encore plus de choses la nuit, comme préparer les purées maison pour la semaine, on apprend à dormir moins (si si c'est possible en fait), on se déculpabilise en dégainant les DVD si on a la flemme de sortir (et pas que par temps de pluie!), ou en collant les nains devant les Zouzous sur France 5 pendant le petit déj (ben ouais! fuck la société!), quand on a vraiment besoin de souffler et de boire son p'tit café tranquillou... et on s'en sort. Mais ça met du temps.

On apprend à se faufiler dans l'espace-temps... à s'assouplir de plus en plus, à s'adapter au mieux au rythme du bébé, puis de l'enfant (qui est, en fait, vachement plus crevant que le bébé! Grande découverte!). Et pour beaucoup l'arrivée du 2ème enfant, même si elle n'est pas forcément évidente (finies les pauses sieste, c'est rare de réussir à faire dormir 2 enfants en même temps! encore moins de temps pour rien...), est une sorte de déclencheur; mais oui: tentons d'arrêter de confronter nos egos (au sein du couple, de la relation mère-bébé), adaptons-nous encore plus aux besoins de notre enfant, c'est peut-être cela, qui, paradoxalement, nous sauvera!
Et souvent, quand on écoute des témoignages autour de nous, on s'aperçoit que pas mal de parents, petit à petit, s'améliorent, apprennent à vivre sereinement les moments durs, et sont, en couple, plus épanouis qu'au tout début. Enfin, pas tous, mais beaucoup, quand-même.
Personnellement, avec Jean-Chou, l'arrivée du 2ème nous a rendus plus cools. On s'engueule moins, on vit plu sereinement le tas de petites merdes qui peuvent arriver sans prévenir et foutre en l'air une journée,  on est plus solidaires, on ronchonne moins, même si on est sortis tellement tard un soir qu'on a dormi seulement 3 heures. On sait que la journée va être pourrie mais qu'on se couchera tôt le soir pour rattraper, inutile de râler. Faut assumer.

Parce que le but il est bien là: réussir à apprivoiser le temps qui passe à toute allure, à se ménager des temps de pause, pour profiter de nos enfants, se rendre disponible pour que leur joie de vivre nous pénètre, pour s'imprégner de leur innocence et de leur curiosité. Le monde de l'enfance est passionnant mais il faut faire des efforts pour réussir à y entrer "pleinement" en lâchant nos pensées d'adultes.

L'expérience de Marie va jusqu'à trois enfants. Personnellement, ayant vécu la même chose qu'elle mais seulement jusqu'à deux, je trouve qu'elle analyse parfaitement bien la situation, et la retranscrit de manière très pertinente. Son texte permet même de faire un petit bilan sur sa vie à soi, et de voir ce sur quoi on pourrait s'améliorer, se détendre. Un billet très constructif.
Et puis elle a vraiment le talent de nous parler de nous, avec un humour que j'adore, comme si elle nous connaissait... lire un billet de Marie, à chaque fois, c'est se retrouver complètement en elle.

Allez, lisez-le! et dîtes moi ce que vous en pensez!

(si vous voulez, vous pouvez lire un autre post que j'avais essayé de rédiger à ce sujet... "être parents, rester un couple"... ainsi qu'un autre sur la difficulté d'entrer vraiment dans le monde de l'enfance: "(Re)devenir un enfant")

4 commentaires:

  1. Ouais il est trop bien son blog à Marie!! Je prends des notes à chaque fois. Bon là, je dois admettre que ça m'a légèrement foutu les boules... Comment ça j'aurais pas le temps de me vernir les ongles devant Sécrète Story?

    RépondreSupprimer
  2. Si! je me vernis les ongles tout le temps, moi! il n'y a pas de problème (c'est juste que j'ai jamais assez de temps pour les laisser sécher. Mais ça donne un style)

    RépondreSupprimer
  3. C'est en lisant ces articles que je me rends compte que je ne suis pas encore prête à être maman. Je pense que je souffrirais trop de devoir changer de rythme de vie, de me retrouver en décalage par rapport aux autres.
    En attendant, je vais continuer à m'occuper des enfants des autres pendant la journée, entrer pendant un moment dans leur univers, mais ensuite rentrer profiter tranquillement de mon temps libre et lire ton blog pour me préparer psychologiquement !

    RépondreSupprimer
  4. Je crois qu'on s'y retrouve toute un peu. Je garde ce que je dois faire lorsque Poulet dort, ou bien chez la nounou, ou avec papa. Je sais qu'à un moment ou un autre je pourrais faire ce dont j'ai envie. :D
    j'adore l'écriture de Marie.

    RépondreSupprimer