mercredi 19 octobre 2011

Doit-on respecter la jeune accouchée?

On arriiiiiive! On vient voir le bébé! (on sera là dans 20 minutes, on prend la ligne 4 à la sortie du boulot!)
 

Une très bonne amie a accouché il y a quelques semaines. Au téléphone, on a un peu discuté d'un sujet qui touche toutes les jeunes mamans: les visites.
Ce grand bonheur de la naissance, personnel, intime, a ceci de bouleversant qu'il devient, dès les premières heures du bébé, un évènement public. Jeune maman, c'est une joie, une fierté, un moment fort, de présenter son bébé, petit à petit, à ses proches.
Mais il est important aussi d'avoir du temps pour soi, pour se retrouver en couple, et pouvoir découvrir à son rythme, la merveille que l'on a mis neuf mois à désirer, fabriquer, attendre.

Mon amie, crevée, en pleine découverte de son enfant et de son mode d'emploi, m'a expliqué à quel point le comportement des gens de son entourage pouvait la surprendre, la choquer. Certains proches, mais aussi des moins proches, des collègues de travail, ou même des amis de ses parents, se sont mis à la "harceler" pour pouvoir venir voir son bébé dès ses premiers jours de vie.

Évidemment, le bonheur d'une naissance est communicatif, et l'enthousiasme des gens part d'un bon sentiment... mais pas une fois ces personnes n'ont demandé à mon amie si elle allait bien, si elle était en forme.
La priorité de certaines personnes est d'assouvir leur curiosité, =VOIR LE BEBE, si possible quand ça les arrange (au plus vite, à 17h parce qu'après il y a foot, ou orthophoniste, ou plutôt le samedi soir, tiens, c'est plus sympa).

Bien sûr qu'après avoir accouché on a besoin de voir ses proches, mais avant de se transformer en présentoir à bébé, on a surtout besoin d'être respectée. De ne pas être considérée, soudain, comme la cinquième roue du carrosse.Voilà les quelques petites réflexions que l'on s'est faites, toutes les deux.
Ces règles devraient être naturellement appliquées, mais croyez-moi, elles ne le sont que très rarement, et c'est épuisant pour la jeune maman (la longueur de son baby-blues en dépend).

Alors, I had a dream. J'ai rêvé d'une sorte de charte (complètement audacieuse, vous allez voir), où l'on.... accrochez-vous....respecterait la jeune maman. Oui, vous avez bien lu. RESPECTERAIT.
Je sais, ça a l'air fou vu comme ça... mais qu'est-ce que vous voulez. Je suis du genre idéaliste, moi. A vouloir décrocher la lune.

Prêts pour lire des propos complètement révolutionnaires? Allons-y:

- Pour venir faire une visite à la maternité: 

Venir à l'improviste, en sortant du boulot, à l'heure qui vous arrange, les doigts encore moites de l'odeur du métro... ce n'est pas exactement le comportement à adopter. Appeler plutôt la jeune maman, demander de SES nouvelles, ou au moins s'il est possible de venir faire une COURTE visite, ne pas faire de commentaires sur les horaires des visites de la maternité qui ne vous arrangent, mais alors, vraiment pas.
Si vous n'êtes pas un proche, abstenez-vous. La maternité est un lieu intime. La jeune maman y passe beaucoup de temps à moitié nue, à se faire ausculter du matin au soir, en couches et culotte en filet. RESPECT, donc.

Respecter au moins un délai de carence (propre à chaque situation...): traduisez: ne venez pas dans les heures qui suivent l'accouchement, par pitié. Attendez au moins le lendemain, que la maman ait dormi 2 petites heures (en trois jours), et qu'elle ait eu le temps de faire la connaissance de son bébé, s'y attacher, voire d'aller aux toilettes (ou même de prendre une douche).

Une fois à la maternité, inutile de vous installer dans la chambre, comme si vous attendiez l'apéro (faut-il préciser que s'assoir sur le lit de la jeune maman est une mauvaise initiative?).Venez, soyez chaleureux, extasiez-vous sur le bébé certes, mais n'en oubliez pas non-plus sa maman. ne vous éternisez pas, tournez au moins pudiquement la tête vers la fenêtre quand la sage-femme vérifie les points de suture. Une visite de 15 minutes peut très bien suffire!

Abstenez-vous d'éternuer sur le nourrisson. Inutile de demander à le prendre dans vos bras, un nouveau-né de quelques heures est très bien dans les bras de ses parents (et en tant que toute jeune maman, c'est douloureux, très douloureux, de voir quelqu'un prendre son nouveau-né. C'est comme ça. Un truc animal).
Si possible, ne parlez pas QUE de vous et de vos expériences. Ecoutez.

- Pour venir faire une visite à la maison: 

Est-il bien utile d'appeler la jeune maman, le soir-même de son retour à la maison, pour lui demander si vous pouvez venir dîner chez elle le lendemain soir, avec les potes, les cousins, les autres nains, pour VOIR LE BEBE? Et si elle dit-non, pourquoi, agenda à l'appui, s'obstiner à proposer la même chose, même heure, mais pour le surlendemain?
Comme "dans la vraie vie" on ne s'invite pas chez les gens... là, on fait de même. On essaie de ravaler sa curiosité et son impatience, et on accepte d'attendre quelques jours, voire quelques semaines, que les jeunes parents aient enfin pris leur rythme, aient gouté aux joies de la vie à trois, et rien qu'à trois.
Il y a une sorte d'égoïsme chez certains, qui leur fait oublier leur propre expérience, les difficultés d'une naissance, et la grande fatigue que subit la jeune maman.

Pourquoi ne pas proposer un peu d'aide, demander si elle n'a besoin de rien de particulier? (truc de ouf)
En résumé: essayer de s'adapter aux contraintes des jeunes parents (et il y en a beaucoup), au lieu de vouloir à tout prix venir quand ça convient à votre agenda. Savoir s'effacer, quand on n'est pas très très proche, derrière les personnes qui comptent vraiment pour le jeune couple (grand-parents, frères/sœurs, amis proches), et admettre qu'on peut très bien faire la connaissance du bébé quand il aura un mois, ce n'est pas si grave (c'est peut-être même plus intéressant).

Venir à la maison avec un cadeau pour le bébé, mais pourquoi pas, aussi (attention, audace) pour la maman?
Une bouteille, un bouquet, un petit plat préparé, des cookies faits maison, des produits de beauté, un livre, même, si elle a de l'humour (A la Recherche du Temps Perdu, ça fonctionne toujours)... Et ne pas s'affaler dans le canapé en attendant que madame, à la démarche pourtant un peu ralentie par l'épisio, aille chercher les Tuc à la cuisine et remplir la carafe à la tireuse à bière, comme au bon vieux temps.

- plus tard...

Si vous appelez à plusieurs reprises une toute jeune maman, il est possible qu'elle ne réponde pas immédiatement aux appels. A mon humble avis, c'est qu'elle était occupée à faire deux-trois trucs importants (comme s'occuper de son bébé, gérer la maison, aller aux RDV médicaux... voire, pire, faire une micro-sieste). Il me parait donc assez maladroit de faire la remarque ci-après: "tu rappelles jamais!", ni évidemment celle-ci: "elle est mal organisée ou quoi? c'est bon ce n'est qu'un bébé, ça change pas la vie, à ce point-là, non plus. Moi j'en ai eu cinq, on était plus débrouillardes, à mon époque".

A la naissance d'un bébé dans l'entourage, je crois qu'on a tous une réaction assez identique: on est bien souvent envahi de bonheur par procuration, soulagé pour le jeune couple, content pour eux... et parfois même touché par une sorte de nostalgie, presque automatique ("ah, profitez, ça passe tellement vite.. j'en ferais bien un petit dernier, tiens"). Mais on OUBLIE tous les moments difficiles, la torture des nuits hachées, la douleur et l'inconfort des suites de couches pour la maman, les énormes contraintes, synonymes de stress nouveaux et épuisants, auxquels la jeune mère doit faire face.
Il faudrait donc être capable de faire cet effort: se forcer à se mettre à la place du jeune couple, de la jeune maman, et admettre que dans cette période exceptionnelle, on est moins important qu'eux.

Alors voilà. Vous avez trouvé mon billet complètement dingue et inconscient? Vous pensez qu'on va me coller les RG aux fesses pour avoir osé dire des trucs aussi engagés, comme ça, librement, et que je vais finir par en payer les conséquences?
Ces "principes" de savoir-vivre devraient être naturels, mais bien des gens ne s'encombrent pas de telles règles, pour des moments exceptionnels tels que des naissances. Attention, il y a aussi beaucoup de proches qui assurent, ne sont ni intrusifs ni complètement à côté de la plaque!
Mais soyons francs... certains manquent cruellement de retenue, voire d'éducation. Et c'est loin d'être un détail.
l'insistance de certains, mêlée aux remarques et au manque de répit lié aux visites intempestives a un réel effet sur le moral de la jeune maman, sa sérénité, qui sont très fragilisés à ce moment-là.
Pensons aux comportements des mères chez les animaux... elles seraient prêtes à griffer si l'on empiétait sur leur espace avec leur nouveau-né. Et cela ne nous vient pas à l'idée de combattre ça.

Si vous voulez ajouter vos propres remarques, votre propre expérience, exprimez-vous! (et faîtes passez le message autour de vous ;-)

Note (rajoutée après le commentaire de Cécile)
lire le super billet de Cécile (8 à la Maison) à ce sujet en cliquant ici
(Cécile est la super maman de famille nombreuse qui était suivie l'année dernière par l'émission Les Maternelles)

58 commentaires:

  1. Que de vérité!! Pour nous, c'était de=écidé avant la naissance, pas de visite à la mat'!! Pas facile à faire comprendre aux proches.. Ils se sont sentis un peu floué alors qu'ils avaient l'habitude d'aler voir les bébés de tous le monde et n'importe qui à la mat'. alors ne pas pouvoir aller voir leur première petite fille c'était pas pensable pour eux.. Mais j'ai tenu bon.. Je voulais notre intimité, je voulais réussir notre allaitement, je voulais commencer notre vie à trois juste tous les 3. et je ne regrette rien, c'était juste comme il le fallait. et finalement, les proches ont compris.. Ou au moins ils ne nous le reproche plus.. La première fois que quelqu'un est venu à la maison, il s'était déjà passé trois semaines. Et après une episio de dingue qui s'infecte, un engorgement, et des nuits trop courtes, Je recommande!!

    RépondreSupprimer
  2. Right on time, sympa de penser à Carla :-).
    Bonne idée en tous cas de rappeler ces règles de savoir-vivre que d'autres ont tendance à oublier...

    RépondreSupprimer
  3. bravo!!!
    après coup, on s'est demandés si on aurait pas dû annoncer la naissance à J+3, et mon mari a beaucoup dit que j'étais trèssssss fatiguée pour les éviter.
    il y a quelques temps, voici ce que j'ai écrit sur le sujet :)
    http://8alamaison.unblog.fr/les-visites-a-la-maternite/

    RépondreSupprimer
  4. Des que bebe est la on dirait que la maman ne compte plus, c'est fou ça...

    RépondreSupprimer
  5. @ Cécile:
    j'adore ton billet, j'ai rajouté le lien à la fin de mon post.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis choquée de lire un article comme celui-ci mais pas surprise. je n'ai pas eu ce type de visiteurs à la maternité à si ma soeur (installée sur le lit, envoi de texto de MON portable, et j'ai du lui payer son gâteau à la cafète où j'ai 1h pour m'y rendre). J'ai fait sortir un ami lors la tétée, compréhensif, il a obtempéré.
    Je n'ai pas eu de visites lors du retour à la maison, ni d'aide alors que j'écrivais mon mémoire. heureusement, Mimi était là.
    Ce post devrait être placardé dans chaque chambre en maternité par respect pour les mamans, les papas et les bébés.

    RépondreSupprimer
  7. très bon texte!! moi aussi j avais interdit les visites a la maternité, les seuls autorisés étaient mes beaux-parents et ils n ont eu le droit de venir "que" le lendemain de la naissance de mon fils! et par principe je ne vais jamais voir une copine a la maternité, estimant que j aurais largement le temps dans les semaines qui suivent de faire connaissance avec son bébé!

    RépondreSupprimer
  8. PAs eternuer sur le bébé? t'es exigente. On ne parle plus de respect mais de tyranie la ;D

    RépondreSupprimer
  9. merci Marine,
    tu devrais envoyer le tien à Carla :)

    RépondreSupprimer
  10. @ toutes:
    ça fait zi-zir de lire vos commentaires.

    personnellement j'ai eu la chance d'avoir des visiteurs respectueux et discrets (à quelques exceptions près ;-)
    Et puis nous avions pas mal réfléchi à l'avance, on s'est protégés dès le départ, et Jean-Chou servait de filtre.

    Sans compter qu'on a eu une meeeeeerveilleuse idée: à peine 3 semaines après la naissance, on est partis 2 semaines, juste tous les 2, dans un gîte dans le Lubéron, histoire de se retrouver à 3, et seulement à 3.
    Pédiatre, gynéco... on ne s'est pas inquiétés, on s'est dit qu'on en trouverait sur place si besoin.
    Ce voyage initiatique a été fondateur, nous a permis de tisser des liens très forts, tout de suite, avec notre bébé, et ce, dans un lieu de rêve. 2 semaines à visiter les villages perchés, à se faire des petits restos, à se reposer (tant bien que mal), à se balader en forêt, dans les terres ocres... avec pour seul "bagage" le porte-bébé, quelques couches, et mon lait en libre-service! on y repense tout le temps avec beaucoup de plaisir... et on se dit qu'on a eu sacrément raison, de s'offrir cette parenthèse, cette coupure sociale, juste après la naissance de notre enfant.

    RépondreSupprimer
  11. Comme j'ai détestait qu'on prenne ma fille dans les bras ( même de la part des grands-parents)...Et les visites, insupportable...J'étais beaucoup trop crevée !

    RépondreSupprimer
  12. Salut Marine
    Plus que d'accord avec toi, j'ai une belle-famille très fusionnelle alors que je suis moi-même très peu "famille"... Je pense que mon début d'allaitement difficile et mon baby-blues sont en partie effectivement dus à la présence abusive CHAQUE JOUR à la maternité des grands parents (TOUS, et parfois en même temps!) et à toutes les remarques et conseils foireux de parents d'une autre génération. Les "rho mais regarde, elle tète tout le temps, tu deviens une esclave en allaitant!", ou encore "mais elle devrait dormir dans sa chambre tout de suite, vous faites fausse route avec le cododo", voire "vivement que tu t'en lasses, pour que je puisse l'avoir pour moi" (véridique, merci belle-maman!!) n'aident vraiment pas une jeune maman à trouver ses repères, ni à donner envie de partager son bonheur.
    Il faudrait que "les autres" comprennent qu'on partage plus volontiers quand les initiatives viennent de nous et qu'on nous laisse le temps...
    Aujourd'hui, le belette a 15 mois, et j'ai toujours aussi peu envie de partager, peut être parce que j'ai souvent eu l'impression qu'on voulait me "voler" ces moments d'intimité...
    Ne change rien! <3

    RépondreSupprimer
  13. @ Hélène:
    même si j'ai eu de la chance avec mon entourage, j'ai ressenti ce que tu décris, et le ressens encore parfois.
    Ca fait du bien de voir qu'on n'est pas seule à réagir comme ça intérieurement, qu'on n'est pas parano, qu'on n'exagère pas forcément.
    Il y a une vraie violence au début à vivre ces intrusions, on dépense beaucoup d'énergie, de manière assez animale, à défendre, protéger son nid et son petit.
    Je crois que ça exacerbe l'hyper-émotivité dans laquelle la naissance nous a déjà plongées, et c'est très difficile de se faire comprendre des autres. Car on n'est pas comme eux, on ne fait plus partie du même monde, à ce moment-là.
    J'espère ne pas faire les mêmes erreurs avec mes proches qui accoucheront.

    RépondreSupprimer
  14. Moi, j'aimais bien qu'on vienne me voir à la Maternité. J'ai toujours eu horreur de ces séjours forcés, j'avais l'impression d'être en prison. Même sans visite, je ne pouvais pas me reposer, à chaque fois que je voulais faire une petite sieste, j'étais toujours dérangée par le personnel médical.
    A peine installée dans ma chambre (2 heures après l'accouchement), j'envoyais des textos à tous mes amis pour leur annoncer la naissance, en espérant qu'ils viennent rapidement me voir.
    Pour mon aînée, je n'aimais pas qu'on la prenne dans les bras mais pour les 3 suivants, cela ne me dérangeait plus du tout. J'ai des amies qui n'ont pas d'enfants et je devinais leur envie irrépréssible de prendre ce nouveau-né dans leurs bras, c'est donc moi qui insistait pour qu'elle le fasse et quand je regarde les photos que j'ai prises à ce moment là, c'est un réel bonheur de voir leur joie, leurs yeux humides quand elle regarde mon bébé.
    Je garde un très mauvais souvenir de mes séjours à la maternité, alors sans visites, je serais devenue complètement dingue.
    Par contre, les 1ers jours à la maison, j'aimais que l'on se retrouve en famille.

    RépondreSupprimer
  15. @ Almasola53:
    c'est super pour toi si les visites t'ont plu, et si elles ne t'ont pas paru trop nombreuses. D'ailleurs elles ont été à ton initiative.
    Je ne dis pas dans mon post qu'il ne faut pas venir voir la jeune maman, bien au contraire même si elle en a besoin; il faudrait juste demander, avant, à la première concernée, si ça lui convient, ou si elle préfère que ce soit plus tard... et essayer, une fois-là, d'avoir du tact et de rester discret. Notamment avec la fameuse question, qui peut devenir une véritable hantise au bout d'un moment: "JE PEUX LE PRENDRE DANS MES BRAS?"
    Et cette précaution, beaucoup de gens ne s'en encombrent pas!

    RépondreSupprimer
  16. Tout à fait d'accord avec cet article! J'avais dit à Chéri : "on ne prévient les gens qu'après la naissance, pour être un peu tranquille tous les 3" avant que tout le monde débarque. Sauf que j'ai perdu les eaux chez mes beaux-parents et que c'est ma belle-mère qui nous a emmenés à la mat (Chéri venait de se coucher et était encore un peu pompette, bien oui c'était le jour de l'an!). Ils ont prévenu LA TERRE ENTIERE de l'arrivée d enotre fille alors que j'étais tjs en salle de travail. Total, quand je suis remontée dans la chambre, 8 personnes m'attendaient déjà (et sont restés super longtemps, et sont revenus le lendemain (c'est quand même pas de bol d'accoucher un samedi)). J'étais crevée, j'avais faim, j'avais à peine découvert mon bébé, à peine mis en place l'allaitement, bref je l'ai super mal vécu. J'entends encore ma BM dire le 1er soir à la mat alors que je voulais allaiter ma fille : "ah non je sors pas, je veux la voir téter!" Qd ils venaient nous voir à la maison, mon beau-père nous arrachait notre fille des bras sans même nous dire bonjour, il se pointait dans la chambre où j'essayais d'allaiter tranquille, grrrrrr. Ca fait presque 10 mois maintenant mais je leur en veux toujours.

    RépondreSupprimer
  17. J'ai envie de dire : "N'importe quoi", mais je vais essayer de me retenir...

    Se plaindre que l'entourage s'extasie, c'est quand même l'hôpital qui se moque, accouche un peu loin de tous et tu verras comme c'est lourd (sur le cœur) de voir la voisine de chambre recevoir des visites, elle...
    Et puis faut pas déconner, à la maternité on n'est pas fatiguées (faut être allée en boîte la veille ?!!!), c'est les semaines qui suivent sans dormir qui sont épuisantes...
    Quant au fait de se balader à poil à longueur de temps... Ah bon ?! Je n'ai jamais eu personne qui vienne demander à me palper quoique ce soit ! C'est peut-être parce que je n'ai ni eu césarienne, ni points...
    N'avoir envie que personne ne touche à son enfant, ce n'est pas animal mais puéril. Un enfant n'est pas une propriété...

    Enfin bref d'habitude je suis plutôt du genre complaisante dans les commentaires, mais là écrire un pavé pour être mauvais envers les gens qui ont PRIS LE TEMPS DE SE DÉPLACER, c'est juste nul.
    Ce n'est pas eux qui devraient avoir honte.

    Une maman enceinte de son troiz

    RépondreSupprimer
  18. @ Setjay:

    bravo à toi d'avoir tout bien géré, c'est super. Si tout s'est bien passé pour toi, si tu n'as jamais ressenti ce que je décris (ainsi que commenté par d'autres), si toutes les personnes de ton entourage ont été respectueuses et bienveillantes, eh bien tu as eu de la chance, on ne va pas te blâmer! tu as tout à fait le droit de ne pas te sentir concernée par mon texte.
    Mais de là à écrire "c'est n'importe quoi", je trouve qu'on est à la limite du manque de respect (par rapport à moi, certes, mais surtout par rapport à toutes celles qui se retrouvent dans ce que j'ai écrit), voire du manque de lucidité.

    et si l'on lit dans mon post qu'il faut INTERDIRE les visites pour une naissance, et que c'est beaucoup mieux d'accoucher dans la solitude la plus sinistre, ben alors, c'est que je me suis très, très mal exprimée (et que tu n'as pas lu les différents témoignages).
    Je pensais juste que laisser à la mère l'initiative d'organiser les visites, au lieu de lui passer au dessus comme si son avis n'importait plus, c'était important, et étonnamment pas souvent respecté.
    Mais c'est vrai que je dois aussi admettre que mes propos, hystériques et presque révolutionnaires, peuvent choquer... je l'avais prédit d'ailleurs dans mon post ;-)

    RépondreSupprimer
  19. Je trouve ton post très bien écrit et très vrai.
    J'ai bien aimé avoir des visites à la maternité (mais limitées à mes proches)car les journées étaient longues... Après, comme tu dis, tout est une question de dosage (temps de la visite, ne pas venir a l'improviste, etc...)Par contre j'ai eu l'impression que les gens pensaient + nous déranger chez nous que s'ils étaient venus à la maternité...
    En résumé, respecter la nouvelle mère (et le père et le bébé aussi par la même!) ca passe par des choses très simples et évidentes dont la primordiale est:Toujours prévenir a l'avance et DEMANDER si on peut passer et ne pas SE VEXER si on nous répond "Plus tard, un autre jour".

    RépondreSupprimer
  20. Voilà un article qui me plaît, n'en déplaise à une des commentatrices...
    La seule visite à la maternité que j'attendais avec impatience, c'était celle de mon cher et tendre !
    Quand les mamies de mon deuxième sont arrivées dans ma chambre à la mater', ma mère s'est littéralement jetée sur moi alors que Tilou était dans mes bras, en me disant : "Ma fille, merci pour le cadeau que tu m'as fait !" J'en suis restée complètement interdite, ne sachant pas quoi dire... Après coup, je me suis dit que j'aurais dû lui répondre : "Excuse-moi, j'ai pas eu le temps de l'emballer et de lui mettre du bolduc bleu..." Je sais que cela part d'un bon sentiment, mais je me suis sentie complètement dépossédée, comme si elle s'appropriait NOTRE fils. J'ai trouvé sa remarque totalement déplacée et tellement maladroite. J'aurais pas dû ?

    RépondreSupprimer
  21. Plus que l'accouchement, plus que le retour à la maison avec mon bébé, plus que tout...c'est vraiment CA qui m'angoisse à mort!!!! Je ne sais pas du tout comment va réagir ma famille, ma belle-famille, les amis et tout le tralala...je ne sais pas comment on va gérer ça, et j'ai bien peur de manquer soit de courage, soit, au contraire, de diplomatie le moment venu!
    J'ai bien envie d'aller partager ton article sur facebook (vive la famille ultra connectée) histoire de bien faire passer le message, mais là encore, j'ai peur que ce soit mal pris...
    Bon allez, encore deux mois pour briefer le chéri en espérant qu'il réussisse à filtrer correctement les visites (la dernière conversation à ce sujet l'a un peu inquiété je crois)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. UN bon truc, si bb arrive le soir,attends la fin de matinée du l'endemain pour prévenir tout le monde et si bb arrive le matin attends la fin d'apres-midi. Tu aura déjà gagné qques heures!
      Dans le message souvent texto dite qu'il vaut mieux appeler avant de venir pour qu'il n'y ai pas de bousculade dans la chambre...et permettre a maman et bb de se faire une beauté...généralement le message passe mieux.

      Supprimer
  22. @ La petite graine folle:

    on peut l'éviter, ne t'inquiète pas. Si tu y réfléchis avant, que tu briefes les gens gentiment (ah c'est sûr, il faut oser! Mais ton bien-être, ton bébé, passent avant et pour ça, tu vas réussir à déployer l'énergie nécessaire ;-), que tu bétonnes ça avec le futur papa (c'est un de ses rôles, super important, le papa!), que tu as déjà ton "projet" bien en tête, les gens le comprendront si tu l'expliques avec tes raisons perso, tes contraintes.
    Moi aussi c'est une des choses qui m'angoissait terriblement, je m'en faisais une montagne. Finalement c'est positif: ça m'a permis de m'armer contre ça à l'avance, et finalement tout s'est super bien passé, globalement!
    j'ai pu me consacrer à mon bébé, mon repos, réussir le début de l'allaitement. Essentiel.

    et puis le principe de partir un peu, loin de tout, quelques jours, juste tous les 3... je recommande chaudement ;-)

    RépondreSupprimer
  23. @ Marine : j'ai lu tout ce que tu as écrit, et j'ai aussi lu tous les commentaires... J'ai d'ailleurs été étonnée de n'en trouver qu'un autre qui ne soit pas d'accord avec toi (avec plus de tact, c'est sûr)... Parce que j'ai ensuite passé le netbook à mon homme, qui était tout aussi interloqué :|
    En fait je trouve qu'Hélène a très bien résumé la situation : elle n'est pas "très famille"... J'ai envie de dire il ne faut pas être né dans une famille maghrébine !
    Je ne sais pas si toutes les personnes qui sont venues me voir ont été "bienveillantes et respectueuses", tout simplement parce que je ne me le suis pas demandé ! Ce que je trouve calamiteux personnellement, ce sont les proches qui ne se déplacent pas parce qu'ils ont des courses à faire à Conforam* (sic). Ajoutant qu'on était venus les voir à la maternité 3 semaines auparavant...
    Et je ne comprends pas ce qu'il y a à gérer... J'avoue ne pas me prendre du tout la tête avec la vie. Comme je n'ai pas de problème à allaiter dans ma chambre de maternité, celui qui est gêné n'a qu'à sortir...

    RépondreSupprimer
  24. Excellent billet! Devrait être affiché dans toutes les maternités, et pourquoi pas aussi le faire signer avec mention "lu et approuvé" par toute la belle famille!
    Pour ma part, un petit ajout concernant un cas vécu serait bien: la future maman voit son accouchement provoqué. Elle contracte depuis de nombreuses heures (29 précisément...) et rien ne semble vouloir démarrer quand soudain elle reçoit un appel de la belle famille: pas pour savoir si tout va bien,si la future maman n'est pas trop fatiguée, non juste pour savoir si ils ne pouvaient pas passer voir le bébé (qui je le rappelle n'était pas encore sorti, et loin de l'être...) dès le lendemain matin parce que ça les arrangeait!... (cette même maman a encore d'autres exemples croustillants vécus lors de ses autres accouchements ou hospitalisations de ses enfants...)

    RépondreSupprimer
  25. @ Setjay : Ah bah si, j'insiste, moi à la maternité j'étais fatiguée! (bon, je n'étais pas allée en boîte avant mais c'est tout comme : j'avais fêté le réveillon XD).
    C'est sûr que les visites font quand même plaisir, faut pas déconner, (j'ai un oncle qui n'est même pas allé voir son petit fils à la mternité de la ville où il vit et j'ai trouvé ça franchement moyen) mais n'empêche que je suis d'accord avec Marine sur le fait que certains sont un peu trop envahissants.
    Félicitations pour ton troiz en tout cas!

    RépondreSupprimer
  26. @ Setjay:

    il y a certainement des différences de personnalité, de sensibilité, voire de culture (les méditerranéens, latins... plus "envahissants" que les autres, peut-être) qui font qu'une jeune mère va plus ou moins bien vivre ce qui se passe (et encore, je suis persuadée qu'on peut faire partie d'une famille très... "présente", très "latine", et pour autant avoir toujours du mal avec ce côté envahissant)

    Tu es du genre "no stress", et franchement, tu as de la chance! Tu ne vois rien de spécial à "gérer" concernant un accouchement... moi je vois les choses de manière catégoriquement opposée. C'est comme ça!
    après, je n'ai rien inventé, il suffit de regarder la réalité en face, lire les différents témoignages, et les prendre en compte.

    Bon et puis, quand tu dis "un accouchement n'est pas fatigant", là, tu fais de la provoc ;-) C'est sûrement de l'humour... et comme j'adooooore l'humour, je dois reconnaître que c'est une bien bonne blague que tu nous as faite-là ;-)

    Allez, et puis félicitations pour ton p'tit troisième.

    RépondreSupprimer
  27. Ouhla y a du débat!!
    En effet, la venue d'un enfant (comme la grossesse) semble projeter la mère dans la sphère publique: et que je te tripote le ventre en te demandant si c'est un garçon ou une fille, et que je commente ton choix de prénom, et que je m'impose à la maternité sans me soucier si je dérange ou pas...
    Effectivement un peu de savoir-vivre ne ferait pas de mal à certains...

    @Setjay: tant mieux pour toi si tes accouchements ne te fatiguent pas, si tu aimes être très entourée et partager tes premiers instants avec ton bébé avec toute ta famille et tes amis. Mais pourquoi juger celles qui ont morflé après x heures de travail, qui ont une épisio douloureuse et donc pas forcément envie de s'asseoir sur une bouée en face de l'oncle Albert, ou qui, ô horreur, aimeraient juste savourer l'arrivée de leur enfant avec leur conjoint avant de rameuter toute la planète!
    Certes, tout cela part toujours d'un bon sentiment, mais ça n'empêche pas de respecter quelques règles de politesse de base...

    RépondreSupprimer
  28. Plus je lis de trucs, plus j'ai envie de le garder dans mon ventre, mon petit garçon!!!

    RépondreSupprimer
  29. M et Marine : merci, et comme je te disais je ne prends tellement pas la tête je viens juste d'apprendre que je suis enceinte... à la 14ème semaine :|
    Je n'ai pas été fatiguée par mes accouchements mais je reconnais ne pas avoir eu de césarienne... Je suis arrivée en maternité à chaque fois 2h avant d'accoucher, résultat je me levais juste après la péri. C'est après quand on accumule les nuits blanches que ça devient difficile. Surtout que mon "grand" a 17 mois...
    Alors peut-être que je n'ai jamais eu de personnes envahissantes (mais quand je lis certains coms, les "paroles qui fâchent" ça va quelquefois chercher loin...). Mais quand j'ai reçu la famille, ils sont tous venus en même temps et j'ai trouvé ça beaucoup mieux que quand ça vient au compte-gouttes et qu'il faut à chaque fois re-re-re-raconter comment ça s'est passé...

    RépondreSupprimer
  30. Et bien moi non plus, pour une fois, je n'ai pas cette mauvaise expérience. J'ai eu toute la famille qui venait des 4 coins de la France dès le lendemain à la maternité et j'étais très fière de leur montrer ma fille, comme à tous les gens qu'on a reçus à la maison après, et qui permettaient aussi d'avoir un petit regard sur le monde extérieur pour ne pas trop se renfermer sur soi dans l'appart (de la joie d'accoucher en plein milieu de l'hiver ;))
    Après, je dois admettre que tous mes visiteurs étaient des modèles de vertu, de gentillesse et de respect comparé à tes descriptions! Et c'est vrai que c'était toujours des gens relativement proches, d'où le fait que je m'en fichais un peu qu'on aperçoive mon téton si on pouvait en contrepartie me faire un peu de vaisselle ;)
    Bon courage à toutes celles qui vont le vivre bientôt, et au plaisir de te lire bientôt, Marine!

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour à toutes, perso j'ai bien aimé les visites à la maternité, je n'en ai pas eu beaucoup et je n'ai aucun mal à me débarrasser des "embêtants". Non ce qui m'a saoulé c'est ma belle-famille qui pensait qu'on ferait l'aller-retour juste après l'accouchement pour aller leur présenter la merveille (ben voyons 6h de bagnole avec un nouveau-né...). Ben non. J'apprécie recevoir beaucoup de visites, mais comme tu dis Marine, en fonction de mes contraintes (ou plutôt celles du bébé !). la biz

    RépondreSupprimer
  32. Très bon thème, article bien pensé.
    De mon côté,accouchement super difficile et éprouvant, j'ai prétexté la grippe A pour NE SURTOUT PAS AVOIR DE VISITE. Mes amis et parents en ont été choqués et m'en parlent encore.
    Mais moi je sais que j'ai super bien fait et ne regrette pas une seconde.
    La sage femme lors des cours d'accouchement, m'avait gentiment prévenu tu verras, ça coulera de partout: pleurs, sang, lait, transpiration...
    J'ai l'impression que je n'étais pas moi même.
    Et je suis heureuse de n'avoir pas été vue comme cela dans ce moment intime et impudique.
    Mais bien sûr tout dépend de ta personnalité.

    RépondreSupprimer
  33. J'ai beaucoup aimé ton article et je suis entièrement d'accord avec une commentatrice qui dit qu'il faudrait mettre ça sur la porte de chaque chambre ahah!

    Mes copines m'ont raconté leurs réactions de tigresse face à une BM trop envahissante par exemple. N'ayant pas d'enfant, je n'ai jamais vraiment saisi que c'était un moment si difficile. Ma dernière copine étaient ravies de nous voir je crois, elle nous a demandés si on voulait porter sa fille, moi je n'osais pas.

    On doit toutes vivre ça différemment, et ça dépend des familles aussi certainement. Moi j'ai perdu mon père et ses parents... me dire qu'ils ne pourront jamais prendre dans leurs bras mon bébé me peine beaucoup.

    On a tous un ressenti différent et je suis curieuse de voir ma réaction ce jour-là, ma BM est une personne adorable, je pense que ça se passera bien.

    Mais je crois que le père se doit d'intervenir à ce moment-là, c'est à lui de gérer les visites et de dire stop si c'est trop long ou trop de monde.

    Et puis, si ça fait plaisir d'avoir toute la famille réunie comme notre chère SetJay, allez-y! Ne vous privez pas.

    ...mais SetJay, c'est un manque de bon sens de dire que c'est n'importe quoi alors qu'il y a tellement d'avis divergents. On est tous différents, est-ce qu'on peut accepter le fait de ne pas vivre les choses de la même manière?

    En tous cas, ça aura fait beaucoup parlé!
    Bon article, moi je vais le mettre en lien chez moi!
    Bise

    RépondreSupprimer
  34. Excellente mise au point, Marine ! J'ai pu constater avec surprise que certains proches de la toute jeune maman n'ont eu aucun scrupules à s'inviter, la mère et l'enfant à peine rentrés chez eux ! Il s'agit de politesse, synonyme de respect, qui fait défaut ici. J'ai connu ça aussi, même si nous avions eu la bonne idée de vivre à 250 km de nos familles. Mon père s'arrête sans prévenir, avec un tiers de surcroît, à midi pendant que j'allaite ma fille et je vois qu'il espère un petit apéro. Je lui sers donc - pendant le changement de sein- un pastis sans glaçon. Il me dit, d'un ton mauvais, "tu n'as pas de glaçons ?". Je lui rétorque : "Tu me parles meilleur, je ne suis pas ta femme !". Pas de quartier pour les fâcheux et les importuns et les malappris ! Non mais !

    RépondreSupprimer
  35. pour moi le pire a été la seule fois où j'ai accouché en chambre double, et je me suis tapé toutes les visites de la voisine qui s'extasiaaient sur mon bébé (ben tiens, 2 pour le prix d'un), lequel a fini en pouponnière pour qu'on lui fiche la paix.
    Le soir, elle était épuisée, méga baby blues... et il a fallu la soutenir...

    RépondreSupprimer
  36. Pour mon cinquième accouchement, j'ai fait mettre sur la porte de ma chambre : "Merci de vous présenter au bureau des sages-femmes avant d'entrer dans cette chambre". Ainsi, en se référant à mon projet naissance, c'est elles qui ont filtré les visites. Et pour la famille, ils ont eu la bonne idée de ne pas amener d'enfants qui courent, chahutent, crient, touchent le bébé avec leurs doigts sales ou essaient de l'embrasser le nez plein de morve, qui s'appuient ou secouent le lit de la maman(car après une césarienne et le retrait de la pompe à morphine, chaque mouvement est une torture), bref, en en parant un peu avant, chacun a été délicat.
    Et grâce à un super concours de circonstances, bébé est arrivé 6 jours avant la date prévue pour la césarienne, puis a occupé les bras de son papa en peau à peau, les papys et mamies étaient en vacances, et du coup, notre première soirée s'est faite à 6, juste nous et les enfants !!! Un pur bonheur !

    RépondreSupprimer
  37. perso, j'ai tout simplement interdit les visites à la Mat pour mon entourage. mais malgré ça 3 personnes n'ont pas respecté mon souhait ...
    et pour une jeune maman, 9 mois au centre de toutes les attentions c'est dur de se retrouver sur la touche une fois bébé arrivé ! je vote pour ta charte !!

    RépondreSupprimer
  38. je rajoute que je travaille dans une maternité au label ami des bébés et que les patientes ont des patientes à mettre sur la porte de leur chambre pour mentionner qu'elles souhaitent se reposer avec bébé et donc ne pas avoir de visites. pour les visiteurs incompréhensifs, le personnel se charge de leur expliquer le mode d'emploi d'une jeune maman !

    RépondreSupprimer
  39. Billet plein de bon sens!

    Nous habitons très loin de toute famille, ce qui permet depas mal temporiser et surtout d'éviter les visites à l'improviste. Quant aux amis, 6 mois à l'avance, je clame à qui veut l'entendre que je ne veux PAS de visites à la maternité. En contrepartie, j'organise des chouettes soirées avec ceux qui se manifestent pour venir nous voir, ce qui permet de distiller les visites et de ne pas se payer un méga blues à J+10 parce que plus personne ne vient.
    Ce concept marche tellement bien que mes amies commencent à faire de même ;-)

    RépondreSupprimer
  40. Le fond du billet est intéressant. De l'autre côté du mur, je me suis aussi posée plein de questions : y aller ? ne pas y aller ? comment savoir...
    Pour les 2 cas où j'y suis allée, j'ai posé la question.
    J'ai détaillé ici :
    http://mybabytrip.free.fr/?p=908

    PS Je viens de lire les autres commentaires, notamment les échanges impulsés par Satjay : on est tous différents et on ne peut pas donner de règles... Certains aimeraient des visites en permanence, d'autres ne voudraient voir personne... Alors quand on est de l'autre côté du mur, une des pistes pour avoir une réponse ne serait-elle pas de poser la question en explicitant que le "non" de leur part est une réponse acceptable ?

    RépondreSupprimer
  41. et bien moi je n'y vais plus à la maternité voir les bébés! (sauf ma soeur mais bon c'est la famille).
    Justement car on est tellement heureuse qu'on ne dit pas non, mais qu'on a aussi besoin de se reposer et entre la prise de tempéraure, les dejeuners, la visite du pédiatre, de la sage femme, du médecin, de la puéricultrice, de l'aide soignante, du papa, de la mère, de la belle père, et au milieu de tout cela notre bébé et ses pleurs, son bain, ses gouzi gouzi, les minutes de repos sont précieuses !
    et ça je n'ai pu le comprendre qu'en le vivant.
    depuis je n'y vais plus et propose de venir voir le bébé une fois installé à la maison et un semblant de rythme trouvé...
    je ne suis pas sûre d'être comprise de la part des toutes fraiches primipares, je suis sûres qu'elles comprendront après coup ou à la naissance du 2eme ;-)

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour. Je découvre ton blog grâce à HelloCoton. La grossesse n'est pas encore en route, mais je pense déjà aux visites à la maternité. Heureusement pour moi, l'habitat en Corse loin de la famille ET de la belle-famille limitera sans doute tout seul les visites ! Je trouve ça quasi indécent les visites à la maternité...attendre une semaine ou deux et venir à la maison c'est tellement plus sympa que l'ambiance "médicale" !

    RépondreSupprimer
  43. Ton article me replonge 4 ans en arrière et je n'oublie pas, quand j'ai demandé à mes proches de respecter des horaires pour éviter la fatigue.... Mon ex belle famille a débarqué plus tard et en nombre ! 5 d'un coup c'est tout simplement insupportable ! Et ma fille n'avait pas 24h de vie. Il ne sont pas revenus en nombre, car ma fille a été hospitalisé en néonat, mais guère mieux, il se faisait remarqué en tapant sur les vitres pour attirer l attention de la petite quand je la changeais vu qu'en neonat, seuls les parents sont acceptés, ils se sont crus au zoo et même là, c'est interdit !

    Alors oui j'adhère à ta charte !!! C'est du bon sens que peu de monde connaît.

    RépondreSupprimer
  44. Ma gardienne me fait la gueule à vie parce que je ne lui ai pas présentée ma fille qui n'a pas encore un mois !!!

    RépondreSupprimer
  45. excellent mode d'emploi écrit noir sur blanc... tellement vrai!!!
    merci

    RépondreSupprimer
  46. J ai écrit un article intitulé "je suis contre les visites à la maternité" donc tu penses bien que j adhère totalement au tien. Pendant 9 mois j ai martelé mon entourage avec mon avis sur la question, j ai publié l article quelques semaines avant d accoucher et pour une fois j ai fait de la pub pour mon blog à mon entourage, j ai eu beaucoup de retour et souvent celui ci "sympa ton article, comme je te comprends, mais moi je pourrais venir n est ce pas ?" j ai même eu le droit à "se serait cool si t accouchais un samedi comme ça on pourra venir le dimanche". Aujourd'hui ma fille à 1 mois et 3 semaines les gens viennent chargés de cadeaux (des chaussures et des robes) mais personne ne se propose d apporter un cake... Et puis il y a ceux qui vont passer et qui aimeraient bien "qu'elle soit réveillée".... Édite ta charte je te la signe tout de suite

    RépondreSupprimer
  47. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Préservons au maximum ce moment magique en tout intimité et le plus longtemps possible.

    RépondreSupprimer
  48. Entièrement d'accord, je dois accoucher dans deux mois environ et j'y pense depuis le tout début de ma grossesse, reste à briefer encore une fois le papa sur ce sujet...

    RépondreSupprimer
  49. super article !!!!!! Pour mon 1er, sur conseil de ma SF, surtout par rapport à l'allaitement, et au fait qu'on a pas mal les seins à l'air les 1ers jours, j'avais interdit les visites.
    Ordre renouvelé pour le 2ème :)

    RépondreSupprimer
  50. Bin moi je dirai que les visites à la mat ne sont pas pires que celles à la maison parceque franchement à la maison, c'est terrible on a trop envie de s'installer avec son bébé de prendre ses marques
    Et là, paffff à 1h la copine qui bosse pas à 16 une autre à 18h30 ceux qui rentrent du boulot et sans compter les week-end où ils espèrent apéro repas "même rapide"
    Après 4 enfants j'avoue que finalement à la mat je n'avais quasi que ça à faire mais à la maison au secours laissez moi retrouver ma famille !!!!!!!!!!!! Et encore je parle pas du fait que la vie normale reprend son cours dès qu'on met un pied à la maison et avec d'autres enfants et un bébé à mettre au sein + une césarienne bin qui fait ménagé repassage courses etc etc etc donc ceux qui me disaient on est pas venu à la mat on viendra chez toi bin moi je les maudissait !!!!

    RépondreSupprimer
  51. Je dois etre une extra terrestre: je me suis pointee le lendemain de l accouchement d ume amie tres proche avec des crepes pour les parents - et j avais demande avant si c etait ok... Je croyais que c etait vomme ca moi ;)
    Les crepes ca fait beaucoup de bien aux parents :)

    RépondreSupprimer
  52. Merci pour ton article, j'ai moi-même dû supporter de laisser tous les après-midis (heureusement les visites n'étaient autorisées qu'à partir de 14H) mon bébé à mes BP, qui se la repassait de l'un à l'autre sans se demander si moi sa mère j'avais éventuellement envie et surtout besoin de l'avoir contre moi!!!
    Pour un deuxième, je ferai différemment, maintenant je me sends plus forte pour imposer ma volonté.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  53. ah mais que je suis d'accord avec cet article !
    Ma filleule, la fille de ma meilleure amie, est née en 2011. Je travaillais à l'hôpital où elle est née. Mes collègues, au courant de l'arrivée de la petite, m'ont poussée à aller la voir " de suite " dès mon arrivée au travail ... Il était 9h du matin .. Et elles s'offusquaient que je refuse ! OUi mais euh ... de un, mon amie était arrivée le samedi à 13h et n'avait accouché que le lendemain à 18h. Elle avait plus que besoin de se reposer ! En plus, je sais que ,tout comme moi, c'est une fille qui a besoin de son intimité et de sa tranquillité, ce que je respecte totalement. Aussi, j'y suis allée mais auparavant, j'ai envoyé un SMS pour voir si c'était ok pour elle. C'est la moindre des choses, non ???? Ici, je vais devenir maman tout prochainement et j'appréhende vraiment le comportement des proches. Pour mon amie, pas de problème, je sais bien qu'elle y fera attention même si elle est marraine de la petite. Mais la famille, les gens en général ... j'ai des doutes ... Je m'attends à des comportements irrespectueux et des visites intempestives ... Je ne suis pas du genre à me taire m'enfin bon ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et j'ajoute que j'ai été surprise en train d'envoyer mon sms, on m'a même demandé pourquoi j'envoyais un sms à ma meileure amie pour demander la permission de voir ma filleule. Non mais ça y est le sans gêne ??? qu'est-ce que ça m'a révoltée ce truc !

      Supprimer
  54. ui moi j'ai été traumatisé à la mater par ma mauvaise première expérience de maman qui s'est poursuivi à la maison et je garde encore ce mauvais souvenir , j'ai pas pu profiter de mon fils , je me sentais frustrée , on me volait ce moment si merveilleux , on le prenait sans cesse dans les bras comme un poupon de chez carrefour et sans même se laver les mains , j'avais aucune intimité, difficile même de les faire sortir pour que la sage -femme puisse regarder mes saignements!! Il y avait toujours une dizaines de personnes dans ma chambre , les mêmes personnes revenaient tous les jours et de 13h ouverture des visites jusqu 'a 20h fin des visites et encore même la sage-femme avait un mal fou à les renvoyer à leur domicile!! Oui et là 5 jours à la mater c juste une horreur !!!!!!

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour, c'est bon de lire ce que l'on n'a pas encore exprimé mais que l'on ressent... on se sent moins seule... Moi, ma belle-mère qui a eu ses deux enfants par césarienne et le regrette, a voulu assister à l'accouchement de mon fils (euh et mon intimité ?), et ça ne la gênait pas du tout de prendre la place du papa en salle d'accouchement en plus... j'étais sidérée... Elle prévoit déjà de venir nous voir à la maternité pour la naissance de notre deuxième enfant (je suis enceinte de 6 mois) et pour ce faire, m'a demandé ma date présumée d'accouchement, mais pas ce que nous en pensions... Je pense que ce sera pour nous le moment de faire passer un message... pas de visites en maternité, ce sera un moment privilégié et intime partagé par le papa, le grand frère, moi la maman et notre p'tit bout ! Les premiers concernés par l'événement...

    RépondreSupprimer
  56. Que de vérité!!! Le problème, c'est qu'on ne sait pas tout ça avant d'accoucher pour la première fois... On ne se méfie pas assez des gens bien intentionnés qui se révèlent être de puissants nuisibles, s'invitent à dîner, à prendre le thé, te tiennent la jambe au téléphone alors qu'on s'est vus pour la dernière fois il y a dix ans. Idée: louer une immense salle pour inviter tous les casse-pieds en même temps. Ils voulaient voir le bébé? Ils l'auront vu!!!

    RépondreSupprimer