jeudi 17 novembre 2011

Toute la vérité sur les suites de couches (Les Maternelles)


Pour votre clairvoyance à toutes, je ne peux que vous encourager à faire le lien entre "Angelina Jolie" et "slips filets", notions pas si contradictoires.

ATTENTION: Mots de la Vraie Vie Inside!

Les Maternelles ont abordé il y a quelques jours un thème:
Que se passe-t-il physiologiquement chez la femme pendant les minutes, les heures, les jours suivant l'accouchement?
Qu'est-ce qui se cache vraiment derrière la notion de "suite de couches"?


La jeune primipare est souvent dans le flou le plus complet sur ce qui va lui arriver. La préparation à la naissance s'attache surtout à l'arrivée du bébé. Pendant la grossesse, rien n'est encore concret, on est dans un flottement, dans le rêve, le fantasme de la vie à trois... il n'est pas forcément facile de penser concrètement aux suites de couches.On peut avoir l'impression qu'on survole le sujet... qu'on ne nous dit pas les choses précisément.
C'est vrai, pour plusieurs raisons: d'abord parce que les femmes ne réagissent pas toutes exactement de la même manière, et surtout, pour ne pas "faire peur".

L'émission aborde franchement les sujets très... "terre à terre", que personne n'aborde vraiment, et qui sont pourtant essentiels. C'est parti pour les mots qui fâchent:
Relâchement du périnée, tranchées (=contractions de l'utérus), ventre un peu flasque, saignements conséquents, sonde urinaire, incontinence, constipation, possibles hémorroïdes, peur d'aller aux toilettes, déchirures, épisiotomie, slips filet et "garnitures" XXL, surprenante montée de lait, crevasses, engorgement... (oui, tout ça, ça se passe à la maternité. Vous savez... quand vous devez vous efforcer de faire bonne figure devant les visiteurs, toute fringante et pimpante... hé hé hé)

C'est vraiment super important de se préparer au mieux à cette "épreuve". Car juste après avoir accouché, on peut, si l'on est pas avertie, tomber des nues devant le "cataclysme" qui est en train de se passer.
Pendant 9 mois, le corps a été malmené... et disons-le honnêtement: il faut des semaines, voire des mois pour que tout rentre dans l'ordre. C'est une vraie convalescence.

Se renseigner, par le biais de cette émission notamment, est une bonne chose: pour soi d'abord, car lorsqu'on est préparée on gère beaucoup mieux cette épreuve, on est peut-être moins fragile psychologiquement. On peut notamment apprendre à apprivoiser le périnée, à le faire travailler, et ce, déjà avant d'accoucher. Enceinte, autant s'intéresser tout de suite à cette zone mystérieuse, qui va, au fil du temps, devenir le centre de notre monde pendant quelques mois!

C'est important pour le couple, ensuite.
Personnellement je dirais que c'est faire preuve de lucidité que de se préparer à ça à deux. Même si, par pudeur, on peut avoir tendance à vouloir épargner à notre prince charmant le récit de tout ce qui nous tombe dessus en même temps (car il est peut-être persuadé, qui sait, que vous êtes une princesse, voire une fée, préservée de toutes ces vulgaires choses bassement concrètes)... lui risque d'être réellement impressionné, voire un peu effrayé, d'aller de découvertes en découvertes.
Et les hommes ne pensent pas forcément, pendant notre grossesse, à aller se renseigner par eux-mêmes.

Un conseil donc: futures mamans, préparez-vous vraiment à ce qui va vous arriver, documentez-vous grâce à des bouquins, à cette émission, et cela ne se passera que mieux! (la preuve: on fait d'autres enfants après!). Comme le dit l'intervenante dans l'émission... "Une femme avertie en vaut deux!" (ce n'est pas forcément facile d'en discuter autour de soi... ni avec ses amies, ni franchement avec sa mère...ou sa belle-mère!)
Et entrainez le futur papa dans ces découvertes... de manière à ce qu'il puisse mieux vous comprendre, vous soutenir, mieux gérer la situation... et peut-être mieux mesurer le bouleversement total, physique et psychologique, que vit la toute jeune maman (et aussi, donc, parce que c'est important, comprendre comment va se passer le retour à la vie sexuelle)

(et puis au passage, si certains visiteurs à la maternité pouvaient aussi réaliser que la jeune maman, qui vient d'accoucher, en bave littéralement dans son corps, et dans sa tête... ça serait plus facile, aussi.
Oui vous pouvez lire mon post à ce sujet ;-)


Pour voir l'émission, cliquez ici

Conseil lecture de Nathalie LeBreton: "Bébé est là, vive Maman. Les suites de couches"

14 commentaires:

  1. Je l'ai regardée! Finalement j'ai pas appris grand chose, mais c'est parce que depuis des mois je cherche les informations à ce sujet... et finalement c'est sur les articles au sujet de la valise de maternité qu'on trouve le plus d'informations sur les suites de couche! (je pense à ce lui de Marie de mamanstestent qui est top pour ça!)
    Du coup j'en profite pour expliquer à mon homme le pourquoi de la présence de certaines choses sur ma liste de préparation de valise. Plus on approche de la date fatidique, plus il réalise à quel point ça peut ne pas être drôle. Et comme les choses sont bien faites, ça l'aide aussi à comprendre pourquoi je veux éviter le défiler mondain dans ma chambre à la maternité! Magique!!! LA phrase magique étant: "ha oui, quand même!! Je comprends mieux!!"
    Merci!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai regardé aussi, étant en pleine suite de couches moi même. Et effectivement, j'aurais bien aimé qu'on me dise avant à quel point on pouvait être mal après l'accouchement. La préparation se focalise tellement sur l'accouchement lui même qu'on en oublie qu'après, on en bave aussi.

    Par exemple, le mal de dos. Quand j'ai remis un pied par terre après l'accouchement, j'ai eu des douleurs horribles aux lombaires. Logique: après 9 mois cambrée par le poids du bébé, il faut soudain retrouver son centre de gravité.

    Autre truc que j'aurais bien aimé qu'on me dise: cette horrible sensation que mes organes tombent et d'avoir le fondement en chou-fleur (parce que c'est vraiment ça). Et la certitude que ça reviendra comme avant un jour. Parce que ça fait vraiment peur, et mal. Et si en plus y a épisio, on a juste l'impression d'avoir une zone sinistrée entre les jambes...

    Donc oui à l'information. C'est peut-être cru, voire trash pour certains, mais c'est quand même la vraie vie, faut arrêter de faire croire aux futures mères que ça va être fraises tagada et compagnie! Ca n'aide personne bien au contraire... Ca créé une espèce de "honte" autour de ces phénomènes (oui les hémorroïdes c'est pas glamour, mais ça fait super mal et je vois pas pourquoi on n'en parlerait pas). Prévenir une future mère c'est aussi faire en sorte qu'elle s'en prenne (un peu) moins plein la tronche à l'arrivée de bébé.
    Car entre l'émotion, la fatigue et le babyblues, gérer des douleurs auxquelles on était pas préparée peut être difficile.

    RépondreSupprimer
  3. Très bon article, merci des conseils.
    Enjoy my tribu.

    RépondreSupprimer
  4. Mais sinon c'est vrai qu'aucune femme dans mon entourage, dans ma famille, n'a eu l'intelligence, la gentillesse, de me dire quoi que ce soit à ce sujet! C'est incroyable!

    RépondreSupprimer
  5. merci pour vos retours!

    @ Titcheur:
    rho! le dos! moi je ne m'en suis toujours pas remise, de cette 2ème grossesse... je viens de passer une années sur les rotules (et chez le kiné).
    On aurait pu me dire, à moi aussi, que les os du bassin s'écartaient à l'accouchement, et que le coccyx se déplaçait, aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Excellent article !! Je suis tombée par hasard sur l'émission. Ma fille était malade donc je suis restée à la maison. Je me suis retrouvée totalement dans les témoignages des mamans (flash back 3ans presque jour pour jour) . Il faut préparer les mamans à "l'après accouchement". Perso j'ai fait un babyblues et en plus j'ai eu ma montée de lait à la maison bref on est carrément paumée une fois rentrée...J'aurai bien aimée être informée et avertie de tout cela avant !! Et dire que je remets ça, l'année prochaine, on doit être mazo ;-))

    RépondreSupprimer
  7. Ouah je ne sus pas prête pour les vérités sur l’après accouchement. Pas prête du tout

    RépondreSupprimer
  8. @ toutes, et surtout @ Mlle Toutouille:

    en fait il est un peu là le souci:
    quand on est devenue mère, on a passé un sacré cap niveau "principe de réalité".

    Avant de devenir mère, comme le dit Mlle Toutouille, on n'est pas forcément prête à entendre ces vérités... d'où la discrétion assez compréhensible des femmes des femmes à ce sujet, notamment pour ne pas heurter, faire peur.
    Après avoir accouché, la toute jeune maman tient ensuite souvent ce discours, bien différent: "mais en fait, j'aurais bien aimé qu'on me dise vraiment les choses!"

    Ce qui peut paraître dur, choquant, trash presque pour l'innocente nullipare, devient ensuite une partie de notre vie, quelque chose de presque banal, même un détail avec le recul.
    Notre rapport à notre apparence, au corps, dans ce qu'il a de beau mais aussi dans ce qu'il a de plus tabou, est radicalement changé, beaucoup plus mature, réaliste, une fois qu'on est devenue mère.
    Il y a des moments difficiles mais on apprend aussi beaucoup sur soi, c'est positif!

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour à toutes,
    Enceinte de mon premier enfant, je suis comme beacoup dans le fou. Les suites de couches, ben... ça fait pas rêver ! J'ai vu cette émission sur le net, je me suis mise à pleurer à la fin, les hormones sans doute ;-) Le coup de la sonde urinaire m'a fait flippé, je ne sais pas pourquoi ça m'angoisse presque plus que l'accouchement... les hormones aussi vous croyez ? C'est obligatoire cette sonde ? En tous cas merci de nous dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité à nous les novices !

    RépondreSupprimer
  10. @ Cha:
    c'est sur que toutes ces informations prises en bloc, ça fait un peu flipper.
    Mais ne t'inquiète pas, tous ces détails se feront petit à petit, et si tu sais ce qui va se passer, ça ira bien!
    la sonde urinaire, moi aussi, ça me stressait un peu avant.
    Mais franchement, sur le moment, ce n'est rien du tout! si tu es sous péridurale en plus, tu ne te rends même pas compte de ce qu'on te fait!
    c'est comme l'aiguille de la péridurale... impressionnante comme ça, hors contexte... mais dans l'action du moment, c'est une micro-poussière de rien du tout! tu seras heureuse de la voir arriver (comme quoi, tout est relatif ;-)

    RépondreSupprimer
  11. c'est vrai que c'est difficile à imaginer pour l'instant ! Mais comme tu le dis, mieux vaut être prévenue. Je vais tenter de préparer mon homme aussi, en douceur ;-) Merci mille fois de nous faire partager cette relativité !! Ton blog est très sympa et très instructif !!

    RépondreSupprimer
  12. @Cha: oui la sonde urinaire, j'en avais JAMAIS entendu parler. Donc quand ils m'ont dit "on va vous sonder", j'ai cru qu'ils voulaient me poser des questions! ;)
    Plus sérieusement, effectivement ça fait peur mais sous péridurale on ne sent strictement rien. Par contre, moi ils me l'ont laissée toute la nuit et ça devient inconfortable (mais pas douloureux) au bout d'un moment. Quand ils l'enlèvent on ne sent rien non plus mais j'ai pas trop apprécié d'être prise par surprise sur ce coup là. Après réflexion, il est vrai que se lever pour aller aux toilettes étant impossible après une péridurale, il faut bien un moyen de se soulager...

    RépondreSupprimer
  13. je fais partie des femmes qui sont tombés des nues après l'accouchement !
    Personne ne nous a dit qu'on allait pisser autant de sang pendant quelques semaines !
    Personne ne nous a dit qu'on allait avoir un super ventre de la mort qui tue...
    Bref, faut absolument informer les futures mamans d'un 1er bébé !

    RépondreSupprimer
  14. Très juste cet article.
    Moi aussi, malgré les cours de "préparation", personne ne m'avait prévenu de la réalité des suites de couches. Ma mère a été très évasive et j'aurais préféré qu'elle soit plus claire !
    Donc ce qui m'a surpris : l'abondance des saignements (oui les couches de règles ne suffisent pas et il faut des vrais couches pour mamies incontinentes, enfin pour moi en tout cas), avec un oedeme important je ne sentais plus mon périné et quand la première envie de pipi est venue ça a fini sur mes pieds sur le pantalon (=je me suis fait pipi dessus...), sans parler de la première "selle" comme on dit, comme tout était dilaté, c'était énorme... Voili, rien de bien grave mais je ne m'attendais pas à ce genre de choses ! ;-)

    Depuis je préviens un peu les copines... en restant soft...

    RépondreSupprimer