lundi 30 janvier 2012

Le bonheur des maladies infantiles

Mon cœur, j'ai une idée: si nous allions faire un petit coucou au pédiatre, pour la 20ième fois en un mois? hi hi hi ça risque d'être une petite balade fabuleuse!


Un petit message à caractère informatif aujourd'hui pour vous dire que... j'en chie. Oui.
Depuis le début du mois de janvier, on a la tête dans le bocal: entre les maladies des enfants et la grippe pour les parents (une bonne dizaine de jours), on ne s'en sort pas, là. (voir un de mes anciens posts)
Mes enfants ne sont pas souvent malades... mais quand ils le sont, ce n'est pas à moitié.

On a commencé avec mon fils par une grosse laryngite, traitement en urgence chez le pédiatre. Qui s'est vite soignée pour évoluer vers une bronchite.
Pendant ce temps, ma fille faisait quinte de toux sur quinte de toux pendant que nous, parents, étions au bout du rouleau, complètement grippés, cloués au lit, se relayant minablement pour pouvoir laisser l'un dormir pendant que l'autre allait à la pharmacie de garde pendant le week-end ou simplement, s'occupait des enfants. Bref, on ne s'est pas beaucoup vu, même si on vivait sous le même toit.


Un petit week-end de rêve en amoureux au milieu nous a heureusement permis de reprendre notre souffle... (c'est vraiment, vraiment important, ces moments à deux, qu'est-ce que ça nous a fait du bien!) pour finalement nous replonger encore plus fort dans le rythme infernal avec les enfants.
Ce week-end ma fille a eu, après une conjonctivite; une otite, une gastro ET la varicelle. Tout ça en même temps, et tout ça bien gratiné. Les pharmacies de garde n'ont plus de secret pour moi, notre couple c'est d'abord une équipe, on court toute la journée entre la cuisine, les lessives, les médicaments à donner, la douleur des enfants à soulager... J'en ai marre.
Là, ma fille râle de douleur depuis la nuit dernière, avec quatre réveils en une nuit je n'ai pas beaucoup fermé l’œil, la varicelle la démange énormément, son oreille lui fait mal, et je suis carrément dé-sem-pa-rée devant sa souffrance.

Je me lève, je m'assois, 10 fois par minute. Son père court à la pharmacie dès qu'il a un moment, on n'a même pas le temps de sortir la tête du guidon, nos week-ends sont une succession de moments pourris. Et en plus j'ai eu la bonne idée d'emmener ma fille voir la Colline aux Coquelicots il y a deux jours, film certes joli mais surtout extrêmement chiant, qui a beaucoup ajouté à mon énervement.

Voilà. Aujourd'hui j'ai pas envie de rigoler, j'ai pas d'humour, quoi. Ca fait 3 semaines qu'on est en pilotage automatique et, rhaaaa! putain j'en ai marre. Voilà c'est dit.

"Rien de grave", "tout est normal", "ils font leur immunité", "maladies pédiatriques bénines", "il faut bien l'attraper un jour ou l'autre, la varicelle, le plus tôt c'est encore mieux!", etc... J'ai beau le savoir, que tout ça ce n'est pas grand chose, eh bien il n'empêche que c'est super dur à vivre au quotidien, je n'avais pas imaginé que ces maladies seraient si carabinées, si difficile à supporter pour mes enfants!

Je sais que dès qu'on sera sortis de ce bourbier, je penserai autrement, mais là... vivement que les enfants grandissent, vivement qu'on sorte de tous ces désagréments de la petite-enfance, des couches des cacas liquides cinq fois par jour des gouttes des médocs des pipettes de Doliprane de Clamoxyl de Primalan de Codenfan des désinfections de boutons trois fois par jour des appels à SOS médecins des allers et retours en urgence des journées DVD à rallonge.
Voilà. Fuck.
Et puis à l'heure où j'écris ces (superbes et pleines de gaité) lignes je vois que les yeux de mon fils commencent à faire un début de conjonctivite... je sais que la suite logique c'est l'otite...et que la varicelle de sa sœur risque de venir lui faire une petite visite. Pfiou, quoi.

(bon... j'ai bien conscience que ce message à caractère informatif ne ressemble pas au dépliant publicitaire idéal pour les futurs parents ou ceux qui commenceraient à rêver de se reproduire... mais soyons lucides, dans le tendre bonheur pastel et la féérie à paillettes quotidienne qu'est la parentalité, il faut reconnaître qu'il y a deux trois choses un peu plus merdiques, quand même).

Mais à part tout ça, ça va bien, vous savez!

7 commentaires:

  1. Je n'ai qu'un seul mot: courage! Serrez les fesses en attendant que ça passe (parce que ça VA passer) et regardez des photos de quand vos enfants étaient en bonne santé pour vous rappeler que c'est chouette aussi les nains!

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout dit, et très justement!

    RépondreSupprimer
  3. j'adore ton billet ! Bon, certes on ressent bien ton ras le bol, mais en mêem temps j'aime bien la façon dont c'est écrit.
    j'ai un pote avec deux filles qui sont aussi tout le temps malades, et je sais que c'est dur.
    je touche du bois, pour l'instant mon premier n'a jamais été malade à part le nez qui coule ou le nez bouché...
    Courage donc !

    RépondreSupprimer
  4. Pense au prochain week end en amoureux que vous allez vous faire, dès que la marmaille aura fini d'enchaîner les maladies : ça va être grandiose et rien que d'y penser, tu vas mieux ! Non ?! Mais si. Ferme les yeux : tu as trouvé la force de réserver un vol pour Marrakech, tu es pote avec Arielle et HL qui vont te gaver de thé vert et de philo lyophi, ça va être fun ou bien tu as trouvé une promo d'enfer : un stage de plongée sans bouteille offert par Costa qui ne manque pas d'air. Trop fort, tes amis seront verts. Allez, courage (c'est vrai que c'est pénible - et les otites, ça leur fait drôlement mal). Sinon, faut les piquer. Ok je sors.

    RépondreSupprimer
  5. Bon de commande :
    - enfant : au moins 1
    - tétine : en option
    - otite : 1 par an max
    - gastro : 1 tous les deux ans
    - varicelle : 2 jours max
    - rhume : 1 tous les trois ans en semaine
    ...

    RépondreSupprimer
  6. Pour quelqu'un qui a la tête dans le bocal depuis le début de l'année tu es tout de même bien productive sur ton blog !
    Pour la conjonctivite il vaut mieux traiter toute la famille et pour la gastro toute la famille se lave les mains à la bétadine en prévention.
    Tu peux aussi essayer l'homéo (il faut trouver le bon homéopathe) pour booster tout le monde avant l'arrivée de l'hiver et de ses microbes.

    RépondreSupprimer
  7. Oui on s'en remet et après on en rigole, parole de 8alamaison...
    Pour te faire rire, je pourrais te raconter une épidémie de gastro pendant laquelle un soir, les 6 ont réussi à vomir en l'espace d'une heure, et un seul a réussi à atteindre le lavabo...
    Quand j'étais dans cette période où la salle d'attente du médecin était l'annexe de mon salon, je m'étais engagée bénévolement à l'hopital du quartier à aller lire des histoires 2 heures par semaine à des enfants en long séjour au service pédiatrie. Et quand je rentrais chez moi, que la nuit suivante était blanche, que mon réveil sonnait toutes les 4 heures pour faire des masques à Jo, et que le kiné venait tous les jours, tout en soignant otites, exzéma et bronchiolites à répétition, j'ai appris à relativiser, beaucoup.
    Et puis, l'autre truc qu'on avait trouvé avec chéri, c'était de regarder ou d'écouter des sketches de Gad Elmaleh ou Florence Foresti tous les jours, pour rire, juste pour rire... parce que ça fait du bien de rire tous les 2, et que notre quotidien de garde-malade ne nous faisait pas rire du tout.
    Prends soin de toi

    RépondreSupprimer