vendredi 20 juillet 2012

"Allez, file-lui ses trente-mille, c'est un con"

cliquer pour voir la video


Ma fille a un sens de la négo hors-pair.

Elle règlerait le conflit israelo-palestinien en 2 jours, vendrait 25 Airbus A380 à Madagascar, réussirait à vendre un livre à Morandini, ou l'arme nucléaire au Vatican.
Elle refourguerait à Kate Moss un frigo rempli de churros fourrés au beurre demi-sel, convertirait n'importe quel fan des Beatles en un aficionado des comptines italiennes, vendrait l'appart' de son arrière grand-mère à des russes, et se ferait, de surcroit, inviter sur leur yacht pour fêter son anniversaire.

Discuter avec ma fille, c'est un défi quotidien, c'est une remise en question permanente, c'est affiner son contact clientèle même en vacances. C'est une manipulatrice de génie: Et vas-y que je te flatte, et que je ménage la chèvre et le chou, et que je te regarde par en dessous, et que je fais mes calculs en douce.
Avec son père, en théorie, on est plutôt contre la négo avec les enfants, du moins, pas trop souvent. Résultat, on tape haut, on se défend, on fait ce qu'on peut, mais à tous les coups elle sort soit gagnante, soit win-win.
Alors on se dit qu'on va se refaire, que cette année c'est la bonne, que la prochaine fois ce ne sera pas aussi facile.

Mais en fait à tous les coups c'est la même chose: notre fille, c'est le vendeur de bibelots sur le marché dans "les Bronzés".


1 commentaire:

  1. Quoi, tu lui donnes 30 000 d'argent de poche ?!
    Ca doit faire bizarre de négocier avec des "petits"... Doit y avoir un côté touchant "elle est trop forte / mimi" à côté du "non mais quand même, c'est trop"...
    Bon courage à vous !!

    RépondreSupprimer