mercredi 1 août 2012

Une mère en vacances

"j'aime accompagner mon enfant dans sa phase d'acquisition de la propreté! C'est pour cela que je revêts parfois cette simple robette, pour être tout à mon aise dans ces moments privilégiés."

J'ai une vie extrêmement facile. Pendant les vacances, mes journées passent à une vitesse, c'est dingue. Je passe le plus clair de mon temps à me prélasser sur mon transat. J'ouvre parfois un œil pour observer mes enfants, ces adorables bambins qui s'ébrouent dans la piscine (ils savent excessivement bien nager et n'ont besoin d'aucune surveillance). Mes fesses, que j'ai fermes et bombées grâce à mes sessions quotidiennes de Pilates, reposent délicatement au bord de la piscine, sur ma foutah Missoni récemment reçue en cadeau. Tout en sirotant une coupe de Champagne à l'ombre, je regarde ma femme de ménage s'activer par cette chaleur, et je suis fatiguée pour elle. Je lui demande parfois de me remettre un peu de crème solaire dans le dos, mais pour le reste du corps je me débrouille seule la plupart du temps (ce n'est pas une esclave!).


J'aime enfoncer mes orteils dans le sable. Cette sensation m'émerveille et m'apaise, m'aide à réfléchir, et me fait patienter jusqu'à l'heure du retour de mon mari (qui signifie par la même occasion "heure de l'apéro"). J'aime prendre le temps de lire et relire mes classiques, des pavés tels que "la Comédie Humaine" (intégrale), "A la recherche du Temps Perdu" ou "La Redoute".

Jean-Chou a beaucoup de chance: il gagne très bien sa vie, tout en travaillant assez peu. En fait c'est lui qui décide s'il doit travailler ou pas. Et même quand il travaille, c'est plus un amusement qu'autre chose. Ce job en or lui est tombé dessus par hasard, un jour. Alors qu'il n'a aucun mérite particulier. Il est donc très disponible pour sa vie de famille, c'est appréciable.
Si j'ai besoin de souffler quelques heures pour aller chez le médecin (même si j'ai une excellente santé naturellement), besoin que je ne ressens jamais en réalité, une foule de baby-sitters se pressent autour de moi pour me proposer leurs services. J'ai l'embarras du choix, elles s'alignent donc toutes sur mes conditions, et mon prix, bien entendu.
Mes enfants sont des amours, ils sont presque aussi faciles à entretenir que des plantes artificielles. Ils font des siestes si longues! Et ils faisaient leurs nuits si facilement, même avant de naître!
Je ris quand je vois mes nounous se laisser déborder (par manque d'organisation, c'est certain), entre les sorties au parc en pleine chaleur à planifier, les caprices à gérer, la couche du petit à changer, les sorties impossibles à la plage, une virée chez le pédiatre à prévoir en urgence, un repas de midi pris sur le pouce, s'épongeant pathétiquement le front. D'ailleurs, je me suis toujours demandé pourquoi les nounous ne portaient jamais de chaussures à talon. Un mystère!

Quand vient, une fois par mois, le jour de congé de mes nounous à domicile, j'adore préparer des jolis petits repas à mes enfants. J'estime qu'un plat joliment préparé,  avec amour et créativité, avec de grandes qualités gustatives, est la moindre des choses à faire pour donner le gout de la gastronomie à mes enfants.




Je vis dans une région magnifique, où les touristes viennent en masse, et dans laquelle il fait toujours beau.  Je n'ai donc aucune raison de me plaindre de la météo, ni d'ailleurs de mon quotidien, car j'ai tout ce qu'il me faut. Je n'ai pas de stress lié au travail, pas de boss qui me pourrit la vie. Lorsque je vais en ville, c'est panier sous le bras, petite robe provençale pour faire local, pour acheter quelques beaux produits de la région et flâner dans les boutiques.
On adore pratiquer des activités sportives outdoor avec mon époux, telles que le ski nautique au réveil, ou une modeste balade à cheval (l'occasion de sortir ma selle Hermès, cuir point sellier!) sur la plage au soleil couchant... (rien de tel que monter à cru pour évacuer les "soucis" de la journée et dormir ensuite du sommeil du juste). En fait pour tout vous dire on ne comprend pas tous ces gens qui font du sport en salle. C'est tellement mieux de profiter de la nature, de la mer, de la plage!

Bref. Vous l'avez compris... je suis en vacances toute l'année!


"Allez mon chéri, on part à l'école maintenant! on va être en retard!"

Une pensée pour toutes les mères au foyer (ou pas!), en vacances (ou pas!)... à qui la société ne laisse pas beaucoup le droit de se plaindre.

(je vous laisse, je dois retourner au bar de la plage, comme tous les soirs, on m'attend pour une super soirée house-trans-électro... il ne faudrait pas que je me mette en retard sur mes mojitos!)

8 commentaires:

  1. J'adore la photo et ton com'! Il faudrait que je me dégotte une petite tenue adéquate chez dior pour ce genre d'occasion...;-)

    RépondreSupprimer
  2. j'adore, tellement vrai. Je suis en maternité et bientot en parental pour 3ans, par choix. Et franchement c'est loin dêtre du repos. Au contraire je trouve qu'aller bosser un un moment de repis contrairement à ma vie d'aujourd'hui. Et contrairement à ce que tu dis, on fait beaucoup en faisant des enfants, on éduque les cotisants des retraites de demain! bisous

    RépondreSupprimer
  3. J'adore !!!! Ent tout cas berk, moi je n'aimerai oas la 1ere vie que tu décris !!
    Et oui la vie d'une maman (au foyer ou au travail) n'est jamais de tout repos, mais quel plaisir de voir ses enfants grandir, de leur apprendre des choses, de voir leur yeux emerveillés quand on leur raconte une histoire, quand on passe du temps avec eux : ça n'a pas de prix. Enfin si, celui justement de s'entendre dire des fois : "mais toi t'as du temps t'es à la maison"... mais bien sûr...

    RépondreSupprimer
  4. J'adore être avec ma fille de deux ans et demi, et quand je suis au boulot, je pense à elle très très souvent. Et j'ai la chance de pouvoir rentrer tôt pour passer au moins 3h/4h avec elle en fin de journée. Mais je trouve que c'est super fatigant de s'occuper d'elle 24 sur 24 (bon je suis handicapée, donc souvent limitée physiquement mais il n'y a pas que ça). Je me rends compte que je n'ai pas la patience que je voudrais et je me remets énormément en cause, du coup je ne sais plus sur quel pied danser et elle le sent. Ce n'est donc pas toujours si évident de passer toutes mes journées avec elle. J'ai l'impression qu'elle et moi on respire aussi de n'être pas tout le temps ensemble. Mais moi, si je dis ça, on me dit que je suis une mère indigne. Finalement on n'est jamais à la place où les autres voudraient nous voir.

    RépondreSupprimer
  5. Rire (un peu jaune mais on ne pourra pas changer les mauvais esprits...)
    Bien écrit et agréable à lire. Je retiendrais le "Chacun sa vie, chacun ses choix, moi je suis bien comme ça." :-)
    Tchin au mojito !

    RépondreSupprimer
  6. Eh bien moi, j'admire les mamans qui renoncent à travailler pour élever leurs enfants, que de travail!!!J'ai choisi 3 ans de congés parentale pour mon fils et suis vite repartie travailler au bout de deux.....Bon courage et fais comme tu les sens, ceux qui critiquent ou ne comprennent pas sont des cons. Isa

    RépondreSupprimer
  7. Alors pour ton quotidien de mère au foyer "version farniente", j'ai envie de dire que les gens te croient aussi pétée de thunes si c'est ce qu'ils imaginent !!!
    Pour le reste, c'est chouette d'avoir trouvé l'harmonie, de ne pas attendre de retour de la société et d'être heureuse de ton choix.
    Moi, je cherche toujours ce qui me conviendra vraiment...

    RépondreSupprimer