mardi 20 novembre 2012

Le mariage homo... et moi



Le mariage homo.
On en entend parler en ce moment... et c'est un peu difficile pour moi d'ajouter mon grain de sel à la discussion. Mais je vais en parler quand-même (vous me connaissez...)

Je suis assez déroutée, parfois consternée, lorsque je lis des articles sur la question. D'un côté comme de l'autre.


Il y a d'abord les fameux "intégristes" très à droite, anti-tout, clichés de "cathos fachos" comme on les appelle, avec les débordements et propos obscènes sur la polygamie, zoophilie et consorts... dont les medias raffolent et qui me paraissent assez peu représentatifs de la société. Braquer les projecteurs sur eux me parait disproportionné, cela crée l'amalgame: non, tous les anti-"mariage pour tous" ne me paraissent pas nécessairement homophobes, à mon avis. Et non, tous les cathos ne sont pas des clichés de MST (Mocassins-serre-tête) coincés, forcément contre toute évolution.

Et puis en face, il y a des allumés pro-"mariage pour tous", complètement extrémistes aussi à mon avis, et qui ne servent pas la cause. Les FEMEN, par exemple, qui manifestent à poil, seins à l'air, déguisées en nonnes avec des inscription "fuck church", "fuck Marie" sur la poitrine, me paraissent, sinon effrayantes, au moins très candides. Apparemment, par "convention", on part du principe que ce mouvement féministe est super-top-cool, parce qu'il est féministe, justement. Mouais. Les manifs agressives, provocatrices, opportunistes (elles vont là où elles sont sûres que ça va castagner) qui utilisent les mêmes recettes que les personnes dont elles entendent combattre les idées, ça ne me plaît pas beaucoup.
(lire article de Slate).

Mmmmouais.

Je ne suis pas super fan des discours "si t'es POUR, tu es le BIEN (ou le mal), si t'es CONTRE, tu es le MAL (ou le bien, donc)" (faut suivre, hein).
Je n'aime pas vraiment la lettre de Virginie Despentes à Lionel Jospin, je la trouve bien-pensante et sentimentaliste.
Je déteste l'article que j'ai lu il y a deux jours sur Madmoizelle.com, "Lettre ouverte aux anti-mariages pour tous", que je trouve vide, manichéenne, moralisatrice, sans aucune argumentation.

Et donc si on oublie un peu ces extrémistes, droitistes, gauchistes, qui se foutent sur la tronche du matin au soir en ce moment dans les medias, on s'intéresse un peu plus aux gens modérés (vous savez, les gens chiants mais nombreux, là, au milieu).
Ceux qui ont un avis sur la question, mais pas forcément tranché. Qui se posent des questions, qui ne veulent pas de prêt-à-penser idéologique qu'on nous sert dans les medias.

Vous allez me dire: ah c'est facile d'être un peu entre les deux, de ne pas s'engager! Tu ménages la chèvre et le chou, c'est pas avec des opinions comme les tiennes qu'on mène des combats et qu'on fait changer les choses.
Eh bien non ce n'est pas si facile, parce qu'en se situant un peu au milieu, finalement on choque un peu tous ceux qui ont les idées plus tranchées.

En fait, le mariage homo me parait être à la fois une évidence, et en même temps une question compliquée. 
Cela me parait normal que l'on évolue sur la question. Qu'on donne des droits aux parents homosexuels, qu'on protège le conjoint survivant en cas de décès.
Il me semble que le bonheur d'un enfant n'a aucun rapport avec l'activité/l'orientation sexuelle de ses parents.
On peut être hétéro, homo, bi, sado-maso, no-sex, fidèle, libertin, fan de concombres, de poireaux, ou préférer les bienfaits du cierge, adeptes du Mommy Porn à l'aïoli avé les boules de pétanque (mea culpa ;-), ou du quicky-dans ma Benz (d'ailleurs vous m'y faites penser, faut qu'on se trouve un créneau cette semaine avec Jean-Chou), et tout ça à la fois même, tant que cela respecte le cadre de la loi... je pense que ça n'a pas d'impact sur les compétences de PARENTS.

En fait je pense que cela n'a aucun rapport, que la vie sexuelle des adultes, ça les concerne, et que ce n'est pas le problème des enfants. Je crois surtout qu'on en fait tout un plat de savoir qui met son kiki dans qui (ça frise l'obsession)... et que c'est trop facile de considérer qu'un couple hétéro aura une sexualité plus "convenable" qu'un couple homo (ah ah ah).
Ce qui fait qu'un enfant sera heureux, bien dans sa peau, c'est d'être élevé par des gens un minimum stables, équilibrés, intelligents et aimants. Enfin, il me semble.
Oui, on me fait remarquer dans l'oreillette que les couples homos sont moins stables que les couples hétéros (enfin bon, tout est relatif, hein)... eh bien c'est peut-être justement en leur permettant de se marier qu'on leur permettra aussi de se stabiliser.
(à lire, sur Slate, une étude américaine très intéressante: L'homoparentalité n'est pas un problème, c'est la stabilité du couple qui l'est)



Je suis POUR, donc, que les homosexuels aient les mêmes droits que les hérérosexuels en terme de mariage, et d'adoption/PMA.
Et en même temps, c'est là mon petit souci intellectuel, je peux comprendre les gens qui ne sont pas de cet avis. Je peux comprendre que certaines personnes soient attachées à l'image traditionnelle du mariage (notamment les personnes religieuses), je pense que tous les "anti" ne sont pas forcément homophobes.
Je comprends les doutes et confusions créées par le problème de la filiation, dans un couple de même sexe, ainsi que des droits des parents, beaux-parents.
Je peux comprendre aussi que certains soient pour une amélioration du PACS, par exemple, mais pas forcément pour un "mariage pour tous".
Je ne suis pas de cet avis, mais je l'entends. Les nuances, c'est ce qui fait l'intérêt du débat... et je trouve compliqué de voir les choses en noir et blanc uniquement.

Cette question m'intéresse, j'en discute d'ailleurs régulièrement par mail avec un copain homo, fortement militant. 
Je suis plus modérée, et évidemment le fait que je ne sois pas "directement" concernée ne me pousse certainement pas à la véhémence sur cette question.

Ce qui est le plus compliqué à concevoir, finalement, c'est cette volonté, forcément révolutionnaire, d'ouvrir le mariage aux homosexuels, et paradoxalement, cette envie, très conservatrice, de "rentrer dans le rang", de bénéficier du "mariage bourgeois, traditionnel", qui permet un cadre stable et assez efficace pour éléver ses enfants et transmettre son patrimoine. C'est vrai que ce concept est à la fois un peu fou, et en même temps tellement normal.

Pour finir, et en guise de conclusion, voici un article de David Abiker que je trouve très pertinent:  Il constate que l'accès au mariage en tant que tel est de plus en plus fantasmé, désiré, qu'on se bat pour y avoir droit (ou au contraire pour défendre ses valeurs traditionnelles), et qu'en même temps, paradoxalement, avec le nombre croissants de divorces et de "consommation du couple", la banalisation des familles re(dé?)composées, l'institution est complètement saccagée, bafouée.

Voici son article:  Et si l'Etat s'intéressait aussi à la durée du mariage de tous et pour tous?
David Abiker insiste sur le fait que la société aurait peut-être tout intérêt à mieux préparer les couples au mariage: statistiquement, les gens mariés sont moins pauvres, moins précaires, plus "stables", moins malades... la société, si elle intervenait un peu plus dans la "préparation" au mariage de ses membres, un peu comme aux Etats-Unis, y trouverait beaucoup d'avantages. Qu'ils soient hétéro, ou pourquoi pas... homo!
Lire l'article très intéressant sur "La Promotion américaine du mariage, le point de vue du conservateur James Q. Wilson", par Julien Damon.

Des avis?




8 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ton article. Même si j'aurais tendance à être plus véhémente, parce que même si personnellement je ne suis pas concernée, j'ai des (très) proches qui, eux, le sont.
    Je trouve particulièrement juste ton passage sur la sexualité des adultes qui ne remet pas en cause leur capacité à être parents.

    Pour ce qui est du mariage "bourgeois, traditionnel" "qui permet un cadre stable et assez efficace pour éléver ses enfants et transmettre son patrimoine", je pense que ça joue dans la décision de certain, mais je pense aussi que c'est une nécessité pour les partisans du mariage pour tous de présenter des arguments rationnels pour défendre leur point de vue. Alors que quand il s'agira de décision individuelle, ça ne reposera pas forcément sur les mêmes raisons. Comme dans les couples hétéros d'ailleurs : je connais des gens qui se sont mariés pour des raisons rationnelles, pratiques. D'autres simplement parce qu'ils trouvaient ça romantique ou par envie de faire la fête. Mais je pense qu'actuellement les homos ne peuvent pas dire "j'ai envie de me marier juste pour le plaisir". J'espère que ça viendra.

    Pour ce qui est de la durée du mariage, je suis athée, je ne me suis donc pas mariée à l'église et n'ai donc pas eu de préparation au mariage. Et je trouve que c'est dommage qu'il n'y ait pas une sorte de "préparation laïque" au mariage, pour donner un temps et des outils au couple pour réfléchir à ce sujet. Parce qu'au sein même d'un couple, il peut y avoir des conceptions différentes du mariage, et que c'est bien de pouvoir en parler.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois qu'effectivement, la sexualité des personnes ne remet pas en cause leur capacité à être parents. Cela ne regarde qu'eux. Le fait que des personnes du même sexe élèvent un enfant ne me paraît donc aucunement problématique, qu'ils soient homosexuels ou pas, qu'ils aient un lien biologique direct ou pas avec l'enfant. Les couples hétéros n'ont en effet pas le monopole du titre de "meilleurs parents". Il existe bien des enfants épanouis dans des familles monoparentales ou d'adoption, quelle que soit leur composition ! Je récuse donc les incantations des intégristes religieux ou autres dont le fanatisme benêt n'a d'égal que l'hypocrisie et en aucun cas, la protection des enfants !
    Or, tout adulte en charge de l'éducation d'un enfant doit lui faire connaître la vérité sur sa conception et sa filiation, quelles qu'elles soient, et aussitôt que possible.
    C'est donc vers le droit à l'accès aux origines de l'enfant qu'il conviendrait de légiférer en parallèle au "mariage pour tous" et à "l'adoption pour tous", pour en finir avec les faux-semblants, les mystères et les mensonges qui nuisent à l'épanouissement de l'enfant.

    RépondreSupprimer
  3. Tu mets vraiment madmoizelle.com et Despentes sur le même plan?
    Cid

    RépondreSupprimer
  4. Je profite de ton article pour poser une question qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines : j'ai vu une émission C dans l'air sur ce thème, et il y avait une invitée (une psy il me semble) qui disait que le problème selon elle n'était pas le mariage mais le droits à l'adoption et à la procréation médicalement assistée pour les homos, parce que selon elle, on ne pouvait pas "essayer de faire croire aux enfants qu'ils avaient deux pères ou deux mères", et depuis, j'ai relu ce type d'argument à divers endroits. Mais QUI a dit qu'on allait essayer de faire croire à un enfant que c'était ses deux pères ou ses deux mères qui l'avaient conçu biologiquement ? Et ensuite, pourquoi ce débat n'est-il pas arrivé avant alors que, si je ne m'abuse, actuellement un/une célibataire peut adopter un enfant, ou le faire toute seule (non ?). Pourtant, personne n'a jamais essayé de convaincre son enfant qu'il l'avait fabriqué tout seul ! Je trouve du coup ce débat très injuste !
    Sinon, à propos du mariage, je trouve qu'il y a une différence entre le mariage religieux et le mariage civil, et c'est bien le droit au mariage civil que demandent les homosexuels... pourquoi pas ? Je ne comprends pas pourquoi ça devrait défriser les hétéros que les homos y aient droit aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui fait qu'un enfant sera heureux, bien dans sa peau, c'est d'être élevé par des gens un minimum stables, équilibrés, intelligents et aimants. Enfin, il me semble.

    Enfin une phrase sensé, intelligente...enfin quelqu'un qui voit l'essentiel
    Je suis révoltée sur toutes ces lois, cette justice incompétente pour les enfants
    Entre les enfants inadoptables trimbalés de famille d'accueil en famille d'accueil jusqu'à qu'ils se retrouvent seuls au monde à 18 ans parce que ses parents n 'ont pas renoncés à leur droits parentaux (malgré le fait qu'ils ne s'occupent pas d'eux) et qu'on ne peut rien faire contre le droit du sang
    Entre ces femmes ou hommes qui ne peuvent adopter car celibataire ou trop vieux
    Mais putain les enfants dans tout ça...on y pense aux enfants....ne seraient ils pas mieux dans un foyer aimant, ne seraient ils pas mieux avec un père ou une mère ?
    Apparemment non.....une femme seule ne peut adopter car l'enfant souffrirait du manque de figure paternel et vice versa...alors quoi..combien d'enfants vivent dans un foyer monoparental ou avec des parents âgés....on leur retire leur garde ??? Bien sur que non....Mais pour autant on laisse des enfants dans des orphelinats, on continue à les trimbaler à droite et à gauche sans aucune stabilité au nom de quoi.....cela pourrait être déstabilisant de n'avoir qu'un pere ou qu'une mere, ou tout ce qui ne rentre pas dans la case "standard"...laissez moi rire !!!!!!!!!!!
    Aujourd'hui les couples homos existent, aujourd'hui les couples homos ont des enfants...le fait est là
    Alors je pense qu'il est tant d’arrêter de faire l'autruche et que ça nous plaise ou non que notre gouvernement reconnaisse également leur existence
    Quoi dire à un enfant qui grandit dans une famille homo....que la loi, que son pays ne reconnait pas un de ses parents comme son parent...que pour son pays ils vivent dans l'inégalité, qu'ils ne sont pas reconnus donc pas normaux
    Qu'est ce qu'il fera de plus de mal à un enfant à votre avis ?
    Les couples homos existent...qu'ils ne peuvent se marier à l'église je conçois...Mais pourquoi ne pourrait il pas à la Mairie ? N'est ce pas se voiler la face que de l'interdire ?...on sait que vous etes un couple, que vous vivez ensemble mais on ne le reconnaitra jms par écrit ??? n'est ce pas hypocrite ??? ces personnes n'ont elles pas le droit comme tout le monde de pouvoir concrétiser leur amour..en se mariant, en achetant ensemble, en construisant leur vie ensemble
    Quand à la question des enfants....j'ai été adopté à ma naissance par un couple d'hetero...ma mère biologique ne savait pas écrire, était très pauvre, ne savait pas qui était mon père....bref vous avez pigé...mais si il n'y avait eu personne pour moi, personne mis à part un couple d'homo....à votre avis qu'est ce qui aurait été mieux pour moi ? me retrouver au portugal livrée à moi meme sans un sous, me prostituer voir meme finir comme ces bébés qu'on retrouve dans les poubelles ? ou ici en france dans une famille composée de 2 hommes ou 2 femmes ???
    Je sais pas vous mais moi je choisis les moqueries des copains au lycée...le regard des autres...une famille aimante...

    RépondreSupprimer
  6. Couac Couac
    Je crois que j'ai vu cette émission dont tu parles
    Ce psy m'a fait bouillir sur place...et ça s'appelle un psy !!
    Il trouvait effectivement anormal de dire à un enfant toi tu n'as pas un papa et une maman mais 2 mamans.....car pour lui bein si il y avait un père car il faut bien un père et une mère pr faire une enfant
    Alors excusez moi, mais moi je trouve qu'il y a une différence entre un père et du sperme et entre une ovule et une mère...mais bon pt etre que je me trompe !!!
    Dire à enfant que bein oui ses copains ont un papa et une maman mais que lui il est différent, que lui il est spécial car il a 2 mamans ou 2 papas...Moi je trouve ça très bien
    En grandissant, en prenant de l'age, il comprendra lui meme qu'il a fallut autre chose pour le concevoir et à ce moment ça veut dire qu'il sera pret à entendre le reste qui relève plus de la technique que de l'amour
    Ma mère me disait qu'elle elle ne m'avait pas fait avec son ventre mais avec son coeur....dès mon plus jeune age j'ai donc tjrs su que j'étais adopté, que contrairement aux autres enfants je n'étais pas sorti de son ventre...et je le claironnais d'ailleurs à tout va ...j'étais differente, spéciale...je n'en ai pas souffert ...petit à petit en grandissant ces paroles ont pris un sens..et j'ai vraiment compris ce que cela signifiait...l'abandon d'une mère qq part...et là j'ai souffert
    Alors dire à un enfant qui ne peut comprendre qu'il n'a pas 2 mère ou 2 père mais bien un père et une mère car pour ce psy géniteur est parent c'est la meme chose, alors que dans la vie de cette enfant, ce père ou cette mère est absente...je trouve ça la chose la plus débile et la plus...bref je n'ai pas de mot pour ça....tu as un père mais il ne veut pas de toi....tu as une mère mais elle t'as donné (mère porteuse)...franchement !!! Non toi tu es spécial tu as 2 mères...tu as 2 pères...on s'est battu comme des lions pour te faire avec notre coeur et on a gagné tu es pres de nous...jusqu'à ce que l'enfant comprenne un peu plus et qu'il soit en age de comprendre la partie technique et la différence entre géniteur et parent....et cette enfant pourrait meme comprendre a quel point il a été désiré....il n'est pas un accident de pillule lui...ou le fruit d'une aventure d'un soir sans amour...lui il a été voulu
    Ma grand mere disait tjrs c'est pas de mettre un enfant au monde qui fait de nous des parents...les chats et chiens mettent bat tous les jours..
    C'est aimer, s'occuper, prendre soin d'un enfant jour après jour qui fait de nous un parent

    RépondreSupprimer
  7. j'invite toutes les personnes qui pensent que l'orientation sexuelle des parents n'influe pas sur la qualité de la vie de l'enfant ayant des parents homosexuels, à regarder ce témoignage d'un homme élevé par des lesbiennes. Peut être qu'avec ça certains vont commencer à arrêter de se masturber intellectuellement.

    RépondreSupprimer
  8. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BrGRrefAQHk

    RépondreSupprimer