vendredi 2 novembre 2012

Point route (option N'importe quoi)

Chères gens.

Mille excuses pour ce délai, je suis un peu longue à la détente niveau littérature, en ce moment.
faut dire que depuis mon Fifty Shades of Aïoli, je croule sous les messages d'admirateurs, implorant mes conseils.
C'est d'ailleurs potentiellement une nouvelle passion qui s'ouvre à moi (d'ailleurs, avec Josiane j'avais déjà lancé une rubrique de conseils pour amoureux, ou même sexo)

En ce moment je suis complètement sous l'eau: j'ai plusieurs projets personnels et familiaux sur le feu (ambition de taux de croissance à 2 chiffres, placements de bon père de famille sur le marché des dents en or, et autres décisions de la plus grande importance concernant la stratégie à appliquer à l'élevage de mes nains et de mon mari)... qui m'accaparent un peu l'esprit.




Et puis j'ai mon fils, que dis-je, ma boule de bowling géante, qui me donne l'impression d'être passée à la lessiveuse 3 fois par jour.
Mon couple à bichonner, pendant les quelques secondes quotidiennes d'intimité qu'il nous reste en ce moment, après s'être levés 1000 (ou 10 000, je ne sais plus) fois le soir pendant le dîner pour convaincre mon fils de rester allongé dans son lit (j'aurais du garder le lit à barreaux, et le retourner... ça m'aurait fait une cage).



Et puis les enfants malades. Le Célestène, le Doliprane. Ma nuit aux urgences pédiatriques pour la laryngite de mon fils (la plus belle nuit de sa vie, on y est allés en camion de pompiers!).
Et les vacances. Halloween. Les sorties au parc, qui sont des moments assez horribles dans la vie d'une mère, avouons-le. Mon fils qui s'éclate à la crèche, dans tous les sens du terme, et qui revient à chaque fois avec un pansement sur le visage. La citrouille, jolie dans mon salon, mais qui pue un peu quand-même, maintenant.


Ces pubs pour les jouets de Noël (deux mois avant!) qui me scandalisent, et ce problème de calendrier de l'avent en tissu à garnir pour DEUX enfants, maintenant.

Heureusement j'ai mes cours de yoga.

je m'améliore, je m'améliore...


Et puis j'ai plein de sujets graves qui me préoccupent, ce gouvernement, ces Pigeons, les robes de Duflot, les lunettes d'Audrey Pulvar, ces prix de l'immobilier, cette mode de trouver l'euthanasie moderne (lisez cet article de Koz-toujours, il est intéressant), mes ventes en cours sur videdressing.com (des soucis! ah ça ma bonne dame!), cette robe Tara Jarmon qui me fait de l'oeil dans la boutique. Cette paperasse à faire, ce choix dans la date. Ce Zlatan Ibrahimovic (mais est-il seulement le fils d'Ibrahim, tiens?), dont je ne pourrais même pas me payer un ongle de petit orteil.
 Ce déguisement zizi d'Halloween qui a illuminé ma semaine.


Et Koh-Lantah, qui recommence ce soir et qui me révolte, un peu plus chaque année.

Ah, ça, il y en a, des sujets sur lesquels on devrait se battre, mobiliser son énergie!
Pour la peine et pour m'excuser du gros bordel intellectuel de mon billet aujourd'hui... je vous propose de vous plonger dans une petite rediff de Josiane (datant de mai 2009)... portant notamment sur cette fameuse émission Koh-Lantah et présentée ci-après.

à bientôt et ne m'en veuillez pas trop, je retrouve mes esprits incessamment sous peu!
avec toute ma désolation, cordialement.


Lisez, cliquez, et mangez-en tous. Comme vous voulez, c'est là de toutes façons:


---

La rubrique de Josiane: spécial télé


(en photo: Denis Brogniart n'a jamais été aussi heureux. Son totem mesure 54 cm pour 3.4 kg. Ils se portent tous deux comme un charme)

Aujourd'hui, c'est sous le signe du petit écran, de la zapette et de la petite bière de 19h que nous ouvrirons cette rubrique. J'ai selectionné pour vous quelques lettres de lecteurs adressées à Josiane. Voyez plutôt:

Bonjour Josiane! Dîtes, je suis un peu désemparée. Depuis qu'y z-ont supprimé les réclames sur France Télévisions, je sais pô comment vous dire ça, mais je suis comme... désemparée. J'ai l'impression de pu savoir quoi acheter, main'nant, au Leclerc, mais surtout, j'me sens très triste. Pourquoi?
(Chrysalinde, Levallois-Perret.)

Bonjour chère Chrysalinde! quel beau prénom! En effet, je vais essayer de formuler votre mal-être: avant, pendant les 20 minutes précédant le film, il y avait des pubs pour ACHETER des trucs qui allaient nous rendre heureux. Du jambon, des serviettes hygiéniques, des conventions obsèques, des voitures, des éditions Atlas, des téléphones, de l'énergie nucléaire, du mascara.
Maintenant, c'est beaucoup plus dématérialisé que ça (ils sont sournois, ces intellectuels). On ne vous demande plus d'acheter quoi que ce soit, mais de réfléchir, de FAIRE ATTENTION. Juste après que Pujadas a rappelé le nombre de mamies écrasées aux arrêts de bus, puis éteint la lumière, donc, on a, dans l'ordre:
Un message du gouvernement nous exposant tout le bien qu'il pense de ses réformes, avec des jeunes gens, dans le décor, manifestement très heureux. Ensuite, on a un médecin urgentiste, sponsorisé par je ne sais quel grand groupe de blanchiment des dents, qui nous dit: "attention au doliprane, point trop n'en faut!" "attention à la dépression, ça vous tombe dessus sans vous prévenir!" "attention à l'hydratation des vieux!" "Attention! Si votre bras pend au bout de votre coude, en laissant s'échapper de manière continue un jet de sang sur votre mur, mieux vaut aller consulter avant de vous rendre à votre travail!".
Ensuite, juste après, il y a un message sur la sécurité routière, avec témoignage à l'appui d'un type qui a perdu toute sa famille dans un accident sur l'Autoroute du Soleil et qui nous dit que c'est con, les accidents.
Viennent enfin les habituelles recommandations sur les 12 fruits et légumes par jour, le cancer de la peau, les clopes qui vont tous nous tuer, les démangeaisons colo-rectales, le numéro vert à appeler en cas de pédophilie chez vos voisins, un truc sur le stress au travail puis une bande-annonce pour le film de Nicolas Hulot.
Laurent Romejko, tout proprêt, conclut le tout en vous assénant une "alerte orange" sur tout le pays.
Là, enfin, vous êtes détendu, prêt à voir votre film documentaire sur les "abus des élites", ou un énième Envoyé Spécial sur la prostitution ou la chirugie esthétique (vous savez, là où les medecins font des dessins et des pointillés au marqueur noir sur les nénés des dames).
Oui, je suis d'accord, Chrisalinde. C'était bien mieux avant la propagande, quand on nous vendait simplement des saucisses.

Chère Josiane. Mon mari, la dernière fois, en voyant Denis Brogniart faire une pub pour les mousquetaires de la distribution, a dit: "Si je croise Denis Brogniart en vrai, j'lui pète les genoux." Qu'en pensez-vous?
(Bernarde-Pivote, Lourdes)
Bonjour Bernarde-Pivote! Ta ta TA ta tata...(musique de Koh-Lanta). Nos naufragés rescapés ne sont plus que six, au large de l'atoll des Koror. Dans ces eaux limpides-z-et poissonneuses, le danger n'est jamais loin. Isabelle, cette sylphyde, commerçante au grand coeur, ex-miss et maman poule, n'en est pas moins une femme de caractère. Cette parisienne têtue veut prouver à ses enfants qu'elle est la maman idéale. Mais c'est sans compter sur la terrible stratégie de Patrick, à la gouaille sans pareille, qui parle un langage compris de lui seul: le patois roannais. Leur rencontre avec les autochtones va changer leur vie, leur façon de voir le monde: en effet, c'est toujours impressionnant de voir que les chinois, avec leur os dans le nez, savent aussi casser des noix de coco, et que, lorsqu'on est loin de ses semblables, rien ne ressemble plus à un étranger qu'un étranger. C'est une grande leçon de vie que nous enseignent ces gens démunis, qui ne possèdent rien sauf leur joie de vivre. Nos aventuriers occidentaux, riches dans la vie mais pauvres dans le coeur, comprennent ainsi que rien ne vaut un sourire. A leur retour en France, ils se le sont promis sur le totem de l'immunité, ils ne seront plus jamais comme avant. Et bla bla bla... et bla bla bla...
Franchement, Bernarde, qui ne réagirait pas avec la même violence que ton mari? Les textes de Denis Brogniart sont tout simplement exceptionnels.

Bonjour Josiane. J'ai toujours trouvé que Benjamin Castaldi était un type bien. Il a d'ailleurs un très bon salaire, et, comme tous les gens riches, il a du, certainement, fournir beaucoup d'efforts pour arriver jusque là. Etant admirative des success-stories à l'américaine, je ne saurais trop vous demander si vous pouviez nous préparer une sorte d'hommage en son honneur, qui pourrait aider les jeunes à suivre sa trajectoire de réussite. C'est possible? merci. (Mathilde Erevenu)
Mathilde. Je pense que ta lettre a mal été acheminée. Malgré mes nombreux points communs avec les ménagères de moins de 50 ans, je ne travaille pas pour TF1. J'aurais beau y mettre toute ma mauvaise foi, je n'ai pas le talent de transformer un poisson pané en bar de ligne, la poussière en or massif ou l'acrylique en cachemire. As-tu déjà vu les mots "crapule", "teubé" ou "bel enfoiré" figurer dans des portraits flatteurs de grands hommes? Benjamin a sûrement un grand nombre de qualités. Seulement, aucune ne m'inspire assez pour réaliser une ode digne de ce nom. J'ai vécu de belles choses avec lui, mais il a tout brisé, tout essuyé d'un revers de main, pour partir avec une pouffe rencontrée dans je ne sais quel club de sport de Neuilly. Alors, tu peux tout me demander, Mathilde, mais pas de m'abaisser à ce point. J'ai ma pudeur et je tiens à conserver le peu de dignité qu'il me reste. Il y a des moments où j'ai envie de tout envoyer balader. Cette rubrique, et même vous, les lecteurs, tiens. Mais je tiens bon, quand-même, par respect pour vous. Ce salaud de benji aura tout détruit. Moi qui pensais être enfin tombée sur un type qui avait pignon sur rue...un homme bien, et stable... Je tuuuut. Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip?$$$$$$$ù:///..........

A l'heure où vous nous lisez, Josiane accuse le coup. Ce petit coup de mou, ne la rendra que plus humaine à vos yeux, j'en suis certaine. Malgré sa bonne humeur, ses conseils qui ont changé la vie de milliers de lecteurs, et ses talents indéniables d'écoute et d'empathie, eh bien, parfois, il arrive à Josiane de craquer. Associons-nous tous à sa peine, et tentons de lui rappeler que nous sommes de tout coeur avec elle. Josiane va se relever, ça, on en est sûr. Elle n'a pas le choix.
A bientôt pour d'autres questions de lecteurs. N'hésitez pas à m'envoyer les votres, et à réagir. je transmettrai le tout à Josiane lors de ma prochaine visite à l'HP.



2 commentaires:

  1. En voilà un article plein d'énergie ! Merci, tu m'as bien fait rire...

    RépondreSupprimer
  2. Hehehe... jouissif :-)

    RépondreSupprimer