jeudi 14 mars 2013

Le nouveau Pape, la foi, et moi



Hier, le nouveau Pape a été élu. Francesco. Le Pape des pauvres.

Je suis allée dans une école privée de 3 à 18 ans. La religion catholique a jalonné mon éducation, j'ai fait tous les sacrements. Je compte un nombre incalculable de bonnes sœurs et de personnes pieuses dans ma famille, des personnes gentilles et dévouées, tolérantes, cultivées et humbles.
Rétrospectivement je considère que mon éducation religieuse a été une chance, car elle m'a permis de réfléchir en connaissance de cause. Depuis toute petite, j'ai entendu les paraboles, les métaphores, les symboles expliqués dans la Bible. Je me suis creusé la tête, je n'ai pas toujours tout compris, je me suis révoltée contre certaines choses, et j'en ai gardé d'autres dans un coin de ma tête.




Aujourd'hui je suis libre et je ne suis pas croyante, mais j'ai aussi la chance de connaître les aspects positifs de la religion. J'y réfléchis souvent, j'évolue.
Elle sera toujours en moi, et elle a une place, forcément, dans l'éducation que nous donnons à nos enfants, à qui j'ai d'ailleurs acheté une Bible destinée à la jeunesse, et des livres sur les grandes religions (un peu de culture n'a jamais fait de mal à personne).

J'ai une tendresse et un profond respect pour ceux qui ont la chance de croire, il me fascinent, ils m'intéressent. Et j'ai du respect pour LES religions.


Je suis choquée d'entendre; depuis hier, des réactions anti-cléricales très violentes à l'égard du Pape, de la couverture médiatique de son élection, du fait que les différents chefs d'Etat s'expriment pour le féliciter. Elles font preuve, selon moi, de mépris à l'égard des millions de croyants à travers le monde, d'irrespect et d'intolérance.
 Cet anti-cléricalisme profond me parait d'ailleurs bien naïf, et réactionnaire (en plus d'être un poil mégalo). En prétendant que la religion est un mal qu'il faudrait combattre, il nie l'importance que la religion a à travers le monde, qu'elle peut être utile aux hommes, et bénéfique pour la société. Ce n'est pas la religion qui est dangereuse, ce sont les extrémismes, et l'utilisation de celle-ci à des fins utilitaristes, par le pouvoir.
Je ris des blagues sur la religion. Les humoristes bouffeurs de curés, quand ils sont talentueux, me font mourir de rire. Je suis très fan de l'humour anar, Groland est une de mes émissions préférées.

Mais je constate que ce sont souvent les personnes les plus farouchement anti-religion qui sont souvent les plus étroites d'esprit. Souvent ignares, elles nourrissent leur discours de tous les clichés et caricatures existant sur le sujet, usés jusqu'à la corde (je vous fais grâce des exemples ici), sans vraiment s'être documentés sur les religions, sans s'en être approchés de vraiment près. 



La religion est passionnante quand on se creuse la tête pour l'adapter à la société, au monde actuel. Les gens qui s'acharnent à la rendre vivante, à la faire évoluer, à la sortir du premier degré, d'une lecture rigide et poussiéreuse, sont des gens particulièrement ouverts et intéressants: ce ne sont pas des gens qui "savent", ce sont des gens qui "apprennent".
J'ai eu dans ma famille des exemples positifs; une grande tante espiègle et drôle, bonne sœur "de terrain", allant de mission en mission à travers le monde. Une grand-mère très croyante, très ouverte et tolérante. 
Je ne me lasse pas d'écouter les gens qui croient, et j'en connais beaucoup que le doute perpétuel habite. Le doute permet de s'éloigner de la bêtise (ce qui est toujours utile en société, n'est-ce pas). Pas mal de mes amis sont croyants.
Les adeptes sans nuances du principe "Ni Dieu, ni Maître", fièrement drapés dans leur savoir, pétris de certitudes, brandissant des idéologies aveuglantes, ont tendance à m'inquiéter tout autant que les obscurantistes religieux. On peut ne croire en rien, être un indécrottable athée, et pourtant comprendre que d'autres croient, non?


Les religions aident à vivre une grande partie de l'humanité, et nier l'apport qu'elles peuvent avoir me parait manquer de réalisme.
  Chacun croit en ce qu'il veut, ou pas, mais je pense que, particulièrement dans le contexte de l'élection du Pape, la religion catholique et ceux qui la pratiquent méritent du respect, autant que les autres religions.
Il ne me parait donc pas choquant qu'on fasse entorse (une fois n'est pas coutume), dans les journaux télévisés, aux traditionnelles infos à rallonge sur la neige en hiver (passionnant; vraiment, le témoignage de madame Michu bloquée sur l'autoroute!), ni que notre gouvernement adresse son respect à la suite de l'élection d'un nouveau chef spirituel, qui est aussi un chef d'Etat, au passage.

Allez, sur ce et pour détendre l'atmosphère, je vais me re-mater le Parrain III.
Pace et Salute!


 pour aller plus loin:

lire l'interview parue dans Elle de Delphine Horvilleur, mère de famille, philosophe et Rabbin:
"Pour rester vivante, la religion doit être bousculée"

un de mes anciens billets, paru longtemps avant JC, sur un documentaire qui m'avait beaucoup plu, suivant des sœurs Bénédictines dans un couvent: "Une bonne foi pour toutes"




8 commentaires:

  1. Dorénavant, il y aura pause tango pendant le caté, en hommage.
    Sinon, tu as parfaitement raison : mort aux cons !

    RépondreSupprimer
  2. Hihihi la pause tango!

    Bien d'accord avec tout ce que tu dis, l'anticléricalisme primaire m'énerve. Moi j'ai trouvé ça beau ce conclave, ce nouveau Pape qui prend ses fonctions avec tant d'humilité. Ca me donnerait presque envie de retourner à la messe. Juste pour ressentir cette paix intérieure qu'à chaque fois j'éprouve après une heure de prière.

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais pu ecrire ce post! Bien dit!

    RépondreSupprimer
  4. J'espère que ce Pape là permettra de changer de regard sur l'église catholique !

    J'ai également fréquenté les écoles privées, éducation catholique, des doutes aujourd'hui, je ne pratique plus, même si j'élève mes filles dans la religion...

    Je te rejoins sur le fait que la religion me semble très nécessaire et bénéfique pour l'être humain, et qu'à ce titre, la religion catholique mérite aussi notre considération... mais l'institution a quand même donné pas mal de bâtons pour se faire battre ces dernières années !!

    Du coup, je suis contente que le pape François semble vouloir revenir à l'essence même de cette religion : le message du Christ (d'ailleurs, je pense que je me sens + chrétienne que catholique, en y réfléchissant !)...

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai été élevée dans aucune religion, je suis agnostique, et j'ai beaucoup de respect pour les croyants. Depuis que je vis en Amérique Latine, je sens que j'ai appris à mieux les connaître et les comprendre qu'en France, et je vois aussi de plus près ce qu'est le poids des institutions religieuses sur les sociétés et les individus.

    C'est pourquoi pour le coup, mon avis sur les institutions religieuses est beaucoup plus contrasté. Oui, un pape d'Amérique Latine, ça change. Oui, il prend le métro et il s'est montré humble dans ses premiers pas en tant que pape. Mais je ne peux pas passer sur ses déclarations honteusement mysogines et homophobes et sur ses liens avec la dictature argentine, bien connus en Amérique Latine.

    L'élection du pape François va-t-elle contribuer à l'émancipation sociale et politique des femmes, à renforcer la démocratie, à protèger les plus vulnérables en Amérique Latine (ou ailleurs)? Je l'espère pour mes frères et soeurs catholiques, mais j'ai très peur. Vu du coin de la planète d'où il est originaire, l'habit ne fait vraiment pas le pape...

    RépondreSupprimer
  6. Gros plomb

    L'Ange Alfredo Astiz

    saint patron des asticots

    faiseur d'archipel argenté

    longtemps noté triple A

    autrement dit USA,

    comme les Mères-Poules

    de la place Saint-Pierre

    (le GPS qui pourvoie

    en bas de laine et tricots

    la bergère préférée

    des barjots et jobards)

    AAA donc lui aussi

    « adonf » combinait

    émotion et information.

    (tout le texte sur lapetiteguerre.overblog.com)

    RépondreSupprimer
  7. Superbe article ! Ca fait du bien ! J'aurais pas du mieux ! Merci !

    RépondreSupprimer
  8. Même si j'ai eu une éducation très différente de la tienne (famille athée avec tendances anticléricales), je suis d'accord avec l'essentiel ton article. J'envie les personnes qui ont sincèrement la foi, et j'ai rencontré de nombreuses personnes pour qui la religion était un moteur très positif de tolérance, de générosité, d'ouverture aux autres... J'aime particulièrement ce passage : "La religion est passionnante quand on se creuse la tête pour l'adapter à la société, au monde actuel. Les gens qui s'acharnent à la rendre vivante, à la faire évoluer, à la sortir du premier degré, d'une lecture rigide et poussiéreuse, sont des gens particulièrement ouverts et intéressants: ce ne sont pas des gens qui "savent", ce sont des gens qui "apprennent"." Malheureusement... je n'ai pas l'impression que ce soit vraiment le cas dans la hiérarchie de l'Eglise catholique. Si je suis plutôt heureuse de l'intérêt du nouveau pape pour la pauvreté et de sa proximité avec les gens, ses positions sur la place de la femme dans la société, l'homosexualité ou l'avortement me font froid dans le dos.

    RépondreSupprimer