vendredi 8 novembre 2013

Le blog sympa du jour: La Mère l'Oie



J'ai découvert il y a quelques mois un blog que je trouve très sympa... Tenu par toute jeune mère de 8 enfants!
Outre le fait qu'elle y montre ses travaux de couture (my God! Mais il faut que j'apprenne à faire ça un jour!), elle y parle, avec humour et recul, de sa famille hors-norme.


Je lui ai envoyé un petit mail avec quelques questions pour qu'elle se présente sur mon blog... Elle a bien voulu me répondre! 
Voici donc quelques infos sur Marguerite, alias Mothergoose:


Quand vient la question “fatidique”, “et sinon, t’as des enfants? combien?”, et que j’y répond, passé le premier regard interloqué (qui ne me dérange pas, je comprends et j’ai pris l’habitude d’être une sorte de personnage de cirque, c’est même drôle parfois!) fusent les questions, presque toujours les mêmes et dans le même ordre : “mais quel âge tu as?” – “C’était volontaire?” – “Pourquoi?” et “Comment tu fais?
- Mais quel âge tu as?
Question assez étrange quand on y réfléchit parce que, bon, 8 enfants, j’aurais pu commencer à 40 ans, ça m’aurait permis de rentrer dans le guiness des records mais ça parait assez improbable...  et puis si j’ai eu 8 enfants c’est sans doute parce que j’ai commencé jeune et en pleine forme (maintenant tu m’en mets 3 de moins de 4 ans dans les pattes, je pète un plomb et souvent je me demande comment je faisais...)

-C’était volontaire?
Aaaah cette question! LA question! celle qui me donne une furieuse envie à chaque fois de faire de l’humour déplacé à deux balles, cette question qui stigmatise la famille nombreuse pour l’associer, finalement à “femme catho qui refuse la pilule et subit sa pauvre vie de servitude”.
Evidemment que c’était volontaire! C’est pas parce que j’ai pas les mêmes rêves que les autres que ce sont pas des rêves (on peut remplacer rêve par envie ou projet)!
-Pourquoi?
Pour la même raison que certain(e)s veulent devenir médecin, ingénieur ou avocat : parce que c’est comme ça que je sentais que je m’épanouirai. Est ce qu’on se demande pourquoi, après un IUP banque-finance, certains bossent au guichet d’une banque et d’autres sont traders? Pas que je sache. Mais si on se pose la question, la réponse semble assez simple (et n’est pas, "certains réussissent, d’autres non") : dans la plupart des cas, quand c’est un choix, c’est une question d’épanouissement personnel. Certains ont besoin d’une vie en dehors du boulot, plus tranquille et d’autres trouvent leur satisfaction essentiellement dans leur taff et dans les montées d’adrénaline.
Pour la petite histoire, avant d’avoir la vocation, j’ai commencé ce genre d’études pour être.... trader (bingo!). Oui, oui, oui, j’ai partagé, à Nantes,  les mêmes bancs, les mêmes amphis et les mêmes profs que notre Kerviel national mais c’est une autre histoire....
Je reviens donc à mes moutons... euh, mes enfants. Vous allez me dire, “ok. Mais pourquoi 8 et pas 5 ou 12?” Et bien parce que 8! Parce que chacun a été désiré, attendu, l’un après l’autre, jusqu’au dernier et là, comme une évidence, j’ai su que c’était le dernier. Peut être ai-je senti, à ce moment là, que j’avais besoin de temps pour moi, pour en avoir  pour eux, peut être etait-ce la trentaine, je ne sais pas trop. Mais je suis certaine que ce n’était pas la lassitude.
A postériori, je me rend compte que, quoi qu’il en soit, c’était sans doute le bon moment.
J’ai adoré ces années où il avait toujours un tout petit, j’y repense avec bonheur et avec joie et toujours en me disant que si c’était à refaire.... je referais (enfin, ça c’est quand j’ai la pêche parce que parfois l’expression “je me casse à Caracasse” résonne sans fin .... je m’égare). Mais je goute avec délectation aux journées en solo depuis que le dernier est à l’école. Mener une vie d’adulte, avec des adultes, prendre du temps pour soi pour mieux prendre du temps pour eux ensuite, refaire des projets pour soi-même, voilà des choses dont je ne pourrais plus me passer. Je n’en éprouvais pas la nécessité avant, ça m’est devenu indispensable maintenant. Mes enfants grandissent, leurs besoins changent, c’est la même chose pour moi. Quoi de plus normal?
Elever une famille nombreuse c’est un métier comme un autre, avec ses dossiers bien chiants, ses dossiers courants, récurrents,  ennuyants et ses dossiers passionnants, trippants, les jours où tu trouves la vie merveilleuse et ceux où tu voudrais tout envoyer valser.
Finalement, c’est pas très différent d’une autre famille (sauf qu’il y a plus de linge et plus de devoirs le soirs).
Enfin, à la question “Comment tu fais?”, je répondrais : Comme tout le monde!
Ben oui! voilà. J’ai pensé, un moment, être trader et gérer des milliers de chiffres, de cours et d’actions,et finalement, j’ai décidé d’être 8 fois maman et de gérer des piles de linge, des tonnes de devoirs et de recevoir des tas de réussites en retour au lieu d’un tas de sous . C’est pas moins bien, c’est pas mieux, c’est ce que j’ai voulu faire. What else?


3 commentaires:

  1. Rhoo bah j'avais mis un commentaire hier mais il est pas passé! Je disais donc merci pour ce billet qui rappelle des choses basiques mais essentielles: les rêves des uns ne sont pas nécessairement les mêmes que les rêves des autres, mais ça n'enlève en rien leur légitimité! Alors bravo à la Mère l'oie pour sa belle famille et je lui souhaite encore plein de jolis rêves à réaliser!

    RépondreSupprimer
  2. j'applaudis à 2 mains et si je pouvais en avoir plus (de mains !) j'applaudirais encore plus fort !!!! merci mesdames pour ce si beua et vrai témoignage !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai 8 enfants aussi et je me reconnais beaucoup ici.....c'est bien de voir que d'autres on les mêmes passions de nous ! Bravo

    RépondreSupprimer