mercredi 21 mai 2014

Une marchande pour les enfants... Relookée pour l'été

Au commencement, il y avait ça:

Un ingénieux outillage pour faciliter la vie quotidienne des enfants, tel que cette espèce de mini-four pour les toasts ou encore cet étonnant stratagème asiatique séculaire pour tenir le thé au chaud:



Un superbe et harmonieux présentoir à choses:


Un pèse-trucs, une machine à espresso parceque le jus de chaussette ça commence à bien faire:


Un majestueux étal de marchande en bois, tout à fait satisfaisant, de la marque allemande Roba, accessoirisé de moults petits objets pour la cuisine et le commerce de fruits et légumes, faisant de mes nains de parfaits petits négociateurs de tomates en herbe.
T'y es un gagnant, Serge.
J'avais, au fil des événements commerciaux rythmant la vie de mes vendeurs à la sauvette, rajouté des étiquettes de prix, des petites pubs alléchantes faites à partir de packagings de Ketchup, et autres condiments faisant le ravissement de nos papilles.

Mais les chaises des enfants, sur le coin de la terrasse prévu à cet effet, étant en métal rose, j'ai pris la décision, après de longues minutes de réflexion sur cet épineux sujet, de customiser le tout. 
L'été arrivant, le Festival de Cannes battant son plein pas loin de chez nous, j'ai jugé opportun de pimenter un peu cette terrasse, de minimiser ce côté rustique et enfantin (Les couleurs étant plutôt vives, rouge, vert, orange...) pour mettre l'accent sur des couleurs plus glamour, faisant penser à des vacances à Miami dans les années 50. Oui, rien que ça. 

Intermède: 
Fermez-les yeux, le clapotis de la piscine, le cocktail au curaçao dans votre verre, les lunettes de chat, un magazine ayant pour thème l'entretien ménager sur vos genoux et une jolie gaine décorée de palmiers choisie pour l'occasion: vous y êtes. Il ne manque plus que votre Mad Men de mari daigne enfin rentrer du travail pour siroter son whisky à vos côtés.

Revenons à notre thèse:

J'ai pris le parti philosophique de choisir trois couleurs fortes de la marque Astral: "plongée libre", "envie de fraises" et "vanille ambrée". J'ai ensuite réutilisé le rose et le jaune mélangés à du blanc pour quelques détails de la marchande et des accessoires, un ton ou deux plus clairs.
(J'aime la nuance)

J'ai l'honneur de vous présenter monsieur et madame les coloris, harmonieusement mariés pour l'occasion (prétentieusement prénommés de manière marketinguesque un peu lourde, cependant):


Forte de mes coloris, j'ai ensuite peint avec soin et affection tout ce croquignolet petit équipement, et ce de 22h à minuit (Tout. Va. Bien)
Pas trouvé le temps ailleurs sur les 24h.

J'ai peinturluré soigneusement quelques mignonneries telles que machine à café, cagettes, plats et présentoir à sorbets.
J'ai eu la présence d'esprit de prévoir un astucieux dispositif de rangement tri-tiroirs afin de cacher tout ce foutu bordel qui commençait à m'exaspérer, à savoir: les listes de courses, petits sachets et autres paperasses de comptabilité que tout commerçant sérieux possède dans ses dossiers.
De la vaisselle en inox, idéale pour partir en pique-nique sans bouger de chez soi. Toutes les minuscules petites tasses à expresso en bois, plateaux à poisson et autres couverts à salade.
Munie de mon inénarrable sens pratique, je n'ai pas lésiné sur l'ajout de discrets mais néanmoins efficaces petits crochets multi-fonctions idoines, destinés notamment à l'accrochage d'une jolie petite manique en coton enduit au vichy rouge et blanc rappelant tout en subtilité nos origines françaises.

Et voici le résultat. 

Il manque encore peut être une ou deux affichettes vintage avec quelques gracieuses mais néanmoins pulpeuses pin-up, affalées sur un transat en caoutchouc, apaisées par une caipirinha et un Lexo, dans le plus pur style "vacances peinardes en Floride".

Mon travail (dans le désordre, ça m'inspire):



L'aménagement du territoire:



Sarah Lavoine, à côté, passerait pour une vulgaire décoratrice de gymnase transformé en salle des fêtes.



Remarquez l'ambiance chaleureuse et feng-shui propice au repos et à de bonnes relations fraternelles.
Precisons à l'auditoire que la gouttière, bien présente, est un parti-pris artistique, une humble sculpture offerte gracieusement à notre famille par un artiste niçois respectablé (elle coûte un prix à 6 chiffres apparemment, c'est dire que c'est la classe)



Un rêve devenu réalité: la manique, après plusieurs années sombres, ne traine enfin plus par terre grâce à l'ingéniosité toute maternelle, quoique lente.



Le fameux "foutu bordel" susnommé, désormais judicieusement masqué dans cette exquise commode d'inspiration Louis XV:



Ca fait envie n'est-ce pas? La maison n'accepte pas les chèques. 



Et voici, dans une subtile mise en scène, le rutilant objet de merchandising dans son contexte, en pleine utilisation, par des enfants toniques et vigoureux:
Une véritable symphonie pour les yeux.



Mais laissons les mots et les palabres inutiles de côté, place maintenant à l'émotion:



Vous noterez la mine réjouie de mes enfants, tout enchantés qu'ils sont, après ce chômage technique inhabituel, à pouvoir reprendre le business as usual.


edit (14 juillet 2014):
ajout de visuels récupérés dans le magazine Milk, et d'une lanterne solaire:











1 commentaire: