mardi 10 février 2015

Les spaghetti alle vongole: la recette "Saint Valentin" qui envoutera judicieusement votre conjoint.






 Aujourd'hui, pour compléter mon inénarrable rubrique fiches cuisines (en gros, des plats simples, délicieux, rapides à faire et néanmoins exquis, mais, et c'est là tout le sel du plat, rédigés de manière croustillante, absurde, voire borderline), j'ai décidé de vous offrir le privilège de découvrir ma recette des Spaghetti alle vongole.

Recette mise au point dans mon propre laboratoire culinaire à partir d'aliments simples et exceptionnels, qui fait mouche à chaque fois, auprès de moi-même, d'abord (et ce n'est pas rien), mais aussi auprès de mon époux, le vénérable Jean-Chou, mangeur de pâtes de la région Vénitienne de père en fils depuis moult générations (c'est simple, il a de la sauce bolo qui coule dans les veines), ainsi qu'auprès de tous les convives subissant avec un sourire non-feint ma créativité culinaire.



le petit "plus" sémantique pour les incultes, et les conseils pratiques:

Les vongole, autrement appelées palourdes (dans le pays des lumières, de Victor Hugo et de "Camping Paradis"), sont en effet de sémillants petits mollusques. Si vous n'en avez pas toujours quelques unes dans votre sac à main ou dans votre boite à gants (petits coquins prévoyants!), n'hésitez pas à vous rendre d'un pas ferme chez votre plus beau poissonnier, pour vous procurer une quantité honorable de ces affriolants coquillages (je dirais, à la louche, une quinzaine par personne).

Une fois arrivés à destination et vos besoins satisfaits, munissez vous de votre possession palourdesque (ne vous inquiétez pas, ce n'est pas lourd) et rentrez chez vous.


 Les ingrédients pour 2 personnes:

- une trentaine de palourdes, donc (pour ceux qui ont suivi)
- 1 échalote
- 1 gousse d'ail
- quelques brins de persil
- herbes de provence
- vin blanc sec
- sel, poivre
- huile d'olive
- quelques tomates cerises (une dizaine)
- des bonnes pâtes (pas en énorme quantité, les palourdes prenant une part assez importante dans l'assiette)

Ce n'est tout de même pas sorcier! (soupir de lassitude)


La recette (très rapide!):

Faites bouillir l'eau des pâtes. Une fois les pâtes plongées dedans, occupez vous de la sauce dans une autre casserole:

Munissez vous de votre échalote, accompagnée de son fidèle compagnon, l'ail.
Dépiautez nos petits amis, taillez-les, et jetez les violemment dans une casserole où les attendaient patiemment quelques goutes d'huile d'olive et du sel.
N'oubliez pas d'y parsemer du persil grossièrement (je tiens au "grossièrement") coupé, ainsi qu'un soupçon d'herbes de Provence.

Immédiatement, jetez y négligemment les tomates cerises coupées en deux (dans un monde idéal, il faudrait peler les tomates précédemment. Oui mais voilà, nous ne sommes pas dans un monde idéal, vous êtes une mère de famille crevée, échevelée, peut-être même, pour les pires d'entre-vous, encore en pyjama de ce matin, débordée du matin au soir. Votre existence toute entière est bien éloignée des canons esthétiques, sans parler de l'harmonie ou de la volupté, mots littéralement inconnus de votre logiciel. A l'image du monde, d'ailleurs, qui n'est fait que de caisses de l'Etat désespérément vides, de violence, de vulgarité et de haine. Mais c'est un autre sujet. Tout ça pour dire que personne ne vous en voudra si vous ne faites pas la peau de vos tomates. C'est à peine si les gens s'en rendront compte, de toutes façons.)

Incessamment sous peu, versez quelques larmes de vin blanc sec pour que tout ce petit monde fasse trempette (en se réchauffant au passage). Le but étant qu'il y ait assez de jus pour que les pâtes soient bien arrosées de substance vongolesque, sans pour autant les noyer (vous aurez compris la subtile nuance par vous-même).
Dans les secondes suivant cet évènement stratégique (je vous avais dit qu'il ne fallait pas être lent), jetez vos palourdes (précédemment rincées, par politesse pour vos convives. Cette étape hygiénique étant bien évidemment subsidiaire pour des convives relativement désobligeants de type belle-mère, terroriste ou dingue en tous genres), dans la casserole, et recouvrez le tout. Cela devrait durer un peu plus de 5 minutes (Méfiance, ce n'est donc pas le moment d'aller vaquer à vos occupations).

Pendant ce temps, mélangez vos pâtes, veillez à réussir, si ce n'est merveilleusement, au moins parfaitement leur cuisson.
Servez les pâtes al dente, toutes fermes et frétillantes (et non pas cuites et recuites, version "plâtrée", ni coupées en deux, par pitié pour les italiens du monde entier) dans des assiettes creuses prévues à cet effet.

Vérifiez vos palourdes en soulevant astucieusement le couvercle: elles seront cuites et prêtes une fois qu'elles se seront complètement ouvertes sous l'effet de la chaleur. Cette attitude d'abandon, dans la position caractéristique, bien-connue des scientifiques, de la palourdas-alanguitus, toutes dévouées désormais à leur destin tragique (i.e. un décès de type médiéval, fait d'ébouillantage et de noyade, dignes des heures les plus sombres de l'Inquisition), signera la fin de votre séance de cuisine.
Vous pourrez les disséminer sur les pâtes, dans chaque assiette.
Faites quelques tour de moulin à poivre et servez, avec un bon petit vin blanc qui va bien.


Note:
Ce plat est doté de vertu quasi magiques, puisqu'il est désormais célèbre maintenant dans notre maison, pour m'avoir magnifiquement soutenue lors de négociations diverses auprès de l'époux.
Par exemple, quelle ne fut pas ma surprise de réussir, plus facilement qu'à mon tour, à convaincre Jean-Chou d'acheter tel nouveau fauteuil, ou d'esquiver telle contrainte sociale profondément épouisante, simplement en lui servant préalablement (et non sans malice) ce plat succulent. 
La lâcheté du mâle occidental est peut-être en cause dans le phénomène, surtout lorsqu'un match de l'AS Monaco est en train de débuter sous ses yeux ébaubis au même instant, mais je préfère mettre sa magnanimité soudaine sur le compte de mes talents de cuisinière hors-pair, et de l'excellence de cette recette en particulier.
La recette des Spaghetti alle Vongole est aussi fortement recommandée pour d'autres problématiques telles que: fortune, abondance, fertilité, succès dans les affaires, traitement de la constipation et retour de l'être aimé comme un chien auprès de son maître. 

précision de la rédaction
inutile de vous faire l'insulte de préciser qu'une utilisation de palourdes surgelées, ou qu'une cuisson imprécise des pâtes (en clair, trop cuites) fera figure de blasphème et annulera tous les effets bénéfiques promis et attendus. Le mal risquerait de s'abattre sur votre famille entière sur plusieurs générations, la sécheresse et la famine décimeraient vos troupeaux et vous seriez bien embêtés pour traverser les eaux ou faire quelque autre exploit de cet acabit. Pensez-y.)

Sur ce, une bonne Saint-Valentin à vous tous!
(et n'hésitez pas, même si ce n'est pas très raffiné, à boire le reste de sauce à même l'assiette à la fin en faisant du bruit avec la bouche, quitte à avoir le menton tout luisant, j'ai ouï dire que cela favorisait les ébats enflammés et l'endurance de monsieur (ou la tonicité de madame) dans les heures qui suivent la dégustation)


Pour lire d'autres recettes, mêlant subtilement conseils techniques, idées créatives et astuces relationnelles et conjugales, c'est ici.


1 commentaire:

  1. Rhaa zut, j'avais laissé un commentaire mais c'est pas passé!
    Je disais donc: tu es une grande malade mais j'adore! Et le pire c'est que j'essaie toujours tes recettes!

    RépondreSupprimer