lundi 16 mars 2015

Retrouver son corps après les grossesses


Headstand et posture du Scorpion... en progrès!

J'ai eu mes deux premiers enfants à  26 et 29 ans. Naturellement, j'ai retrouvé ma silhouette d'avant bébé au bout d'un an environ: sans faire de régime ni d'efforts particuliers... mais en mangeant correctement et en bougeant. J'ai été très sportive entre 5 et 20 ans (beaucoup de danse)... J'ai donc fait confiance à mon corps (qui a une bonne mémoire) et à mes sensations sans me faire violence, et ça a fonctionné.
 Après une année de kiné, et de gros problèmes de dos (j'ai porté un corset à l'adolescence) accentués par les grossesses, j'ai enfin réalisé, si je voulais que mon corps m'accompagne encore quelques années, qu'il fallait que je me remette sérieusement au sport.




Je me suis mise au yoga, après avoir eu un coup de cœur en suivant une amie à un cours.
Tout de suite, ça a été une révélation, je suis devenue fan.
J'ai continué à faire du yoga "normal" (pas "prénatal" mais vraiment sportif) pendant les 6 premiers mois de ma troisième grossesse, en adaptant certaines postures. J'ai du arrêter quand j'ai senti que ma circulation ralentie par la grossesse provoquait des vertiges. Ça m'a énormément manqué (frustrée) pendant la fin de ma grossesse...

Je m'y suis remise quand mon bébé a eu 5 mois, quand j'ai eu l'impression de ressentir à nouveau, à peu près correctement, les sensations de mon corps, une fois que cette impression de "convalescence" et cet état de faiblesse généralisée (la grossesse et l'accouchement sont de vrais traumatismes!) ont disparu (et après la rééducation du périnée faite, bien entendu).
Mon corps et mon esprit tout entiers réclamaient le yoga... la reprise fut un pur bonheur. C'est une discipline idéale dans beaucoup de situations, notamment pour retrouver son corps de femme après bébé.

Quand mon bébé, en novembre dernier, a eu un an, j'ai constaté que, même si mon corps s'était remusclé, raffermi, tonifié et que j'en ressentais tous les jours les bienfaits, la nature, sur laquelle je m'étais un peu trop reposée, avait moins bien travaillé que les fois précédentes puisque j'avais encore 3 ou 4 kg de trop.
 Pendant un an, avec la fatigue de la vie de famille avec trois jeunes enfants, malgré ma motivation à reprendre une activité sportive, j'avais eu tendance, c'est vrai, pour compenser des gros coups de mou ou me redonner un peu de cœur à l'ouvrage, à me réconforter un peu avec de la nourriture doudou... J'ai un peu trop farfouillé dans le placard à gouter des nains, et grignoté des petites douceurs.
J'en étais consciente, mais je ne me sentais encore pas tout à fait prête à passer à l'étape "mincir". D'autant que je n'ai jamais eu de réels problèmes de poids mais plutôt quelques kilos en trop post-grossesse... je ne m'alarmais pas. Même si je sentais que je m'en approchais petit à petit, tant les effets positifs du yoga commençaient à se constater sur mon apparence.

Il y a un mois, ce petit déclic est venu. Cela faisait des semaines que j'y pensais, mais d'un coup, et je ne sais pas comment l'expliquer, je n'ai plus supporté ce petit gras superflu autour des bras, du ventre, des fesses et des cuisses. J'étais insatisfaite de me sentir gênée par mes petites poignées d'amour en sautant ou en dansant... J'ai bien réfléchi, et j'ai décidé de continuer sur ma lancée: après un mode de vie sain et simplifié grâce au yoga, il était temps maintenant de m'occuper de mon assiette.

Cela fait 2 ans et demi maintenant que je fais du yoga, et un bon mois que j'ai modifié ma manière de m'alimenter.
J'ai déjà minci (j'ai perdu une taille de jean), et je me sens en forme, vraiment bien dans mon corps.

J'ai pensé dresser une sorte de petite liste pour récapituler mes nouvelles habitudes, ma manière de voir les choses en terme de "remise en forme", mes astuces pour me sentir bien dans ma peau.
Je ne suis ni coach ni gourou ni diététicienne ni prosélyte, cette liste n'est en aucun cas une liste de conseils à l'américaine du type "les clés du succès" mais plutôt... une liste de constats de ce qui fonctionne pour moi, de réflexes de bon sens. (A la limite si vous y voyez des conseils, considérez qu'ils me sont d'abord adressés).
Peut-être que, si vous êtes dans la même démarche que moi et que vous recherchez un peu de motivation, ils pourront vous inspirer, vous faire réfléchir ou réagir... vous pouvez bien sûr me donner votre avis ou les compléter. En aucun cas il n'y a à voir de jugement ou de portée générale dans ces petites constatations toutes subjectives. Personne n'est obligé de ressentir le besoin de mincir, ni d'être en phase avec ma conception, propre à ma morphologie, ma philosophie et à mon histoire :-)


- Passer de la volonté à la motivation.

Non, tout n'est pas question de "volonté"... la volonté d'être mieux, on la ressent tous plus ou moins... cela n'empêche pas forcément d'arrêter les mauvaises habitudes...
La motivation, c'est cette espèce de "déclic" (comme quand on arrête de fumer par exemple) qui nous fait voir, tout à coup, la colonne "avantages" plus importante que celles des "inconvénients", dans les changements qu'on imagine pouvoir accomplir, mais qu'on repousse toujours à plus tard. Une fois que la motivation est là, c'est ce qui donne l'impulsion.


- Prendre conscience de son corps, de ses limites, mettre le doigt sur les éventuels "problèmes" à résoudre.

 Se regarder bien en face, analyser où sont ses lacunes en terme d'alimentation et d'activité physique: J'ai clairement identifié les moments de la journée où je grignotais trop, les aliments "réconfort" à faible valeur ajoutée.

-Décider de ne plus être dans l'automatisme mais dans la conscience. 

Vivre, manger, respirer, faire du sport... au lieu de le faire sans y penser, prendre conscience de chaque étape de ces gestes d'apparence routiniers, et du petit miracle de se sentir vivant chaque jour:
observer son ventre se gonfler et se plaquer contre son nombril pendant la respiration abdominale, préparer son repas en y réfléchissant, concevoir son assiette, savourer chaque bouchée, sentir la nourriture sous ses dents, le croquant, le juteux, le doux, l'amer, puis suivre son chermin dans l’œsophage, savoir ce qu'on a mangé et pourquoi... observer les moindres mouvements de son corps quand on marche, quand on se penche, quand on court...

- après bébé, reprendre petit à petit conscience de son corps:

Selon moi, cela ne passe pas que par des petits chouchoutages "passifs" tels que passage chez le coiffeur ou massage, qu'on nous vend de manière un peu "passage obligé" comme une poule aux oeufs d'or du marketing... ça fait certes du bien, mais les bienfaits sont très vite oubliés.
Rien ne me semble meilleur pour le moral que de passer à l'entretien "actif" de son corps: ce ne sont pas des mains expertes qui vont changer notre propre corps, mais bien nous-même, avec du travail.
En revanche, une fois qu'on a repris soi-même le contrôle de son corps, c'est là que les bienfaits des massages me paraissent les meilleurs.

- Trouver un sport

Pour moi le yoga est idéal, puisque j'y trouve cet équilibre passionnant entre exigence et bienveillance, corps et esprit, force et souplesse.
Mes amies qui se régalent dans un sport ont choisi le Pilates, le running, le trapèze volant ou la danse... notre point commun est l'exigeance qu'on y cherche, le sérieux qu'on y met, et ce que cela nous apporte en terme de sensations: on devient accro au plaisir ressenti grâce à l'effort.
Je pense être sur la même longueur d'ondes que Marie, des Mamans testent: je me retrouve pas mal dans ses récits sur sa nouvele passion pour la course à pieds, après avoir eu 4 bébés et accumulé quelques kilos. A vous de trouver ce qui vous convient...
Le sport est, pour moi, maintenant, un devoir: mon corps est une machine, que je me dois d'entretenir si je veux qu'il m'accompagne le mieux possible tout au long de ma vie (que j'espère longue).
Je n'ai pas vraiment le choix. Il fait maintenant partie de mon quotidien et m'apporte énormement, physiquement et mentalement.

Voici une vidéo passionnante d'entrainement de yoga (sous-titrée) qui résume en tous points pourquoi j'aime tant cette discipline:

cliquer sur l'image pour lancer la video
Cliquer sur l'image pour lancer la video

- S'engager et prendre son activité sportive au sérieux

A mon avis, il ne s'agit pas de faire un sport "quand on a le temps", à la légère... mais de réellement s'y tenir. Il me parait judicieux de bannir les phrases toutes faites telles que "je ne suis pas sportive", "je suis fatiguée" ou "je n'ai pas le temps"... qui sont surtout des excuses qui ne trompent que nous.
Le corps humain est conçu pour bouger, se déplacer... pas pour être sédentaire. C'est surtout une habitude à adopter. C'est certes épuisant de se mettre au sport après des années d'inactivité... on est tous dans ce cas. Mais ce n'est pas un argument pour ne pas s'y mettre.

- Se lancer des défis, des objectifs. Rechercher le dépassement de soi.

Personnellement je m'épanouis dans les sports individuels, solitaires, qui me permettent de passer du temps avec moi-même, en silence, et de méditer. Mais comme j'ai une nature un peu feignasse, je ne me sens pas capable de pratiquer seule. j'ai besoin d'être encadrée, d'avoir un prof, d'être entourée, pour ressentir l'émulation du groupe. Ensuite seulement je peux rentrer chez moi et, équipée de ces nouveaux enseignements, pratiquer toute seule.
Les choses intéressantes, l'apprentissage, dans le yoga comme dans tout autre sport, commencent quand on sort de sa zone de confort, quand on a le réflexe de se dire "ah je n'y arrive pas, je pense que je suis au max": il me parait nécessaire de ne pas rester dans ce qu'on sait faire, de ne pas faire du sport "pour la balade", mais d'être un peu aventurier. Repousser ses limites. Je ressens le besoin de ne pas me contenter d'un entrainement routinier, sans surprises, mais j'aime l'idée de changer de prof, de méthodes, d'environnement... pour me faire surprendre et remettre en question ce que je croyais savoir (il y a moult yoga différents, autant que de profs...)
La satisfaction de s'être dépassé et d'avoir atteint des objectifs qu'on ne pensait pas à notre portée fait progresser... et prendre du plaisir.

- Être toujours dans la notion de plaisir 

C'est le plaisir qui me fait faire du yoga, comme toutes les autres sports que j'aime. L'impression de s'amuser, se passionner, apprendre, plus que "faire du sport". Le plaisir des sensations, le plaisir de sentir mon corps travailler, le plaisir des courbatures le lendemain au réveil qui me font me sentir vivante, énergique, souple comme un chat plutôt que vieille et rouillée, et celui de constater mon corps se muscler. Impossible de le faire en ressentant de la frustration! inutile de se lancer sur un coup de tête dans une séance de 300 abdos ultra-violents pour laisser tomber aussitôt dès le lendemain, dégoutée par l'effort.
Idem pour la nourriture: ne pas se lancer dans un régime frustrant, à court-terme et punitif, mais réadapter tranquillement son alimentation en suivant cette nouvelle habitude... toute la vie.
Manger ce qu'on aime, apprendre à aimer ce qu'on mange.

- Acheter beaucoup de légumes 

Toutes les semaines je fais le plein de légumes de saison au marché (févettes, pois, haricots, céleri branche, roquette, pousses d'épinards, chou romanesco, courgettes-fleurs)... presque un peu trop, même. Je me creuse la tête pendant la semaine pour faire des soupes, tartes aux poireaux, gratins de brocolis et autres salades créatives, avant qu'ils ne s'abîment.

- Ne pas monter sur la balance, ni compter les calories.

Je sais à peu près quel est mon poids, mais ça ne m'intéresse pas. Je ne cherche pas à perdre tant de kilos, mais à affiner ma silhouette. J'ai un jean étalon qui me dit si j'ai minci ou pas, mais pour moi savoir exactement combien je pèse n'est pas une information intéressante (comme savoir quel est mon signe astrologique chinois, ou mon âge "chien"). Ça ne m'apporte rien et ça a même tendance à être déprimant, voire angoissant.
Idem pour les calories... c'est comme d'avoir une montre connectée qui nous dit notre rythme cardiaque, notre énergie dépensée et le nombre de foulées réalisées. Il n'y a rien de pire pour devenir control-freak, il me semble plus efficace et sain de faire appel à son bon-sens et à l'auto-observation: Notre corps sait s'il a trop mangé, on peut alléger au repas suivant pour que l'équilibre alimentaire soit respecté sur la journée. Il faut se faire confiance, s'écouter plutôt que se fier à des technologies ou des calculs savants... c'est mon avis.

- éliminer la nourriture non nécessaire 

j'ai supprimé la nourriture-confort; c'est "juste" une habitude à prendre. J'ai supprimé le fromage, le petit chocolat (voire le demi-paquet de Petits Écoliers!) qui accompagnait mon café, les gouters et produits industriels. Je ne mange quasiment pas de produits laitiers, surtout parce que ça ne m'attire pas vraiment.
J'ai bien diminué les doses de féculents (pain, pâtes, pomme de terre... ils sont maintenant des accompagnements aux légumes, plutôt que l'inverse). J'ai diminué les parts de tarte salée, quiche, pizza... je pouvais manger une demi-pizza avant, j'en mange 1/8ème maintenant.
Je mange peu de fruits, assez de protéines et beaucoup de légumes. Il ne s'agit pas de s'affamer, mais pas non-plus de se sentir "plein" une fois le repas terminé. J'ai trouvé l'entre-deux.
Cela ne signifie pas que j'aie supprimé tout plaisir... je ressens du plaisir dans cette alimentation à chaque repas, je suis fan de légumes et de salé. Et je peux me faire plaisir avec des plats riches ou sucrés... mais ils restent exceptionnels, ne font pas partie du quotidien - alors qu'avant j'avais tendance à me lâcher un peu plus souvent- (en revanche je tiens à mon petit apéro quotidien!)

- allier nourriture et activité sportive.

C'est un cercle vertueux: après un bon entrainement de yoga, mon corps réclame de la nourriture saine. Après avoir mangé sainement, mon corps réclame de se remuer.

 - considérer son corps comme un ami:

Faire du sport, pas parce qu'on déteste son corps, mais parce qu'on l'aime!
La vie est ainsi faite, on n'a pas eu le choix, notre corps est celui qu'il est. Inutile de se morfondre ou de le punir... en revanche on peut le faire travailler, l'améliorer, le muscler, le raffermir, l'entrainer vers la bonne direction.
Lorsque je fais une séance de yoga, c'est un moment privilégié que je m'offre, un cadeau que je me fais. En aucun cas une punition que je m'inflige. Je ne peux pas fonctionner à la frustration... ça n'a aucun sens (d'où l'intérêt de trouver une bonne activité, qui nous plaise!)
Après trois grossesses, et même s'il ne m'a jamais causé de souci plus jeune, je me sens bien dans mon corps, je l'aime! (malgré ses défauts)

- L'apparence et l'esthétique sont une conséquence, pas un but

J'ai eu besoin de m'affiner et de réajuster mon alimentation, pas pour convenir à des canons de beauté, pour rentrer dans une robe taille 36 en vue d'un mariage cet été ou pour perdre 3kg avant le maillot comme me le demandent les magazines féminins!
J'ai eu besoin de perdre ce gras superflu pour me sentir à nouveau en phase avec moi, retrouver mon poids de forme, être à l'aise dans mes mouvements, pouvoir bouger, courir avec les enfants, sans me sentir encombrée par des kilos en trop, ni engoncée dans mon jean.
Ce sont les sensations de mon corps que je recherche par le sport... et la conséquence est que l'apparence physique s'améliore automatiquement, tout doucement. (et donc le moral avec)
Ce n'est pas un travail sur l'esthétique que j'ai entrepris, mais un travail de fond, en profondeur, d'entretien de mon corps comme d'une machine.

- partager et prendre du plaisir, favoriser la convivialité.

C'est difficile de changer son mode de vie seul! Le mieux est de trouver un complice, un allié... si le couple s'y met en même temps, c'est encore mieux.
Pour la nourriture, c'est la même chose. On vit en couple/en famille... le mieux est que le menu soit le même pour tous! (mon cher et tendre peut tout de même manger une tablette de chocolat à côté de moi... je reste stoïque)
Jean-Chou fait du trail, je l'encourage, et il me demande de lui faire faire du yoga en guise de préparation physique. On va se balader ensemble en montagne, et on déroule nos tapis ensemble au sommet. On parle yoga et trail ensemble. Nos passions sportives sont un vrai sujet de conversation, un nouveau projet à deux, et ajoutent à notre complicité.
Ce qui, selon les dernières études, fait plutôt bon ménage... (il n'y a qu'à taper yoga+trail sur Google pour le voir ;-)
Lu dans "Nature trail" de ce mois-ci


Voilà.
Quelques petites pensées que j'ai eu envie de partager avec vous. Pas pour vous conseiller, simplement parce qu'il me paraissait intéressant d'en faire un billet.
Plus je consacre du temps et de l'amour à mon corps, plus j'en prends soin, et mieux je vais... Mens sana in corpore sano!
Le corps, le corps des femmes, le rapport au corps, la mécanique du corps, m'intéressent... et je serai curieuse d'avoir vos témoignages, vos ressentis, vos questionnements, sur ce sujet!

~~~~

"Je mange trop, sans doute pour compenser, pour me rassurer. J'ai l'estomac rempli de regrets. Le soir je m'affale devant la télévision, épuisé, avec la ferme intention de ne plus me nourrir. On mange trop dans ce pays. Trop gras, trop riche, trop. On ferait bien de n'avaler que le strict nécessaire. On s'en porterait mieux. Je suis sûr que mon corps n'a pas besoin du dixième de ce que j'ingère chaque jour. Quand je me regarde dans la glace, mon gras me dégoûte (...)
J'exhale un soupir de fatigue, je lève ma lourde carcasse et vais jeter l'emballage de la tablette de chocolat que je viens de terminer. Si je voulais, je pourrais me faire vomir, discrètement. Ça m'éviterait de grossir... J'aimerais tant avoir un corps musclé, noueux, sans graisse, et cette dégaine naturelle qu'ont les minces, sur qui tous les vêtements tombent avec intelligence. Pour me consoler de mes kilos en trop, je méprise les amoureux de leur corps, qui font de la musculation en s'admirant dans une glace. Leurs muscles sont la preuve flagrante d'un narcissisme bébête."

("Catholique anonyme", de Thierry Bizot)



http://feroce.co/yoga-plage/
Un corps et un esprit sain... magnifique video de méditation yoga (cliquer)

à lire, d'autres billets que j'avais écrits sur ce thème:

Ce corps
Ma Yogi family, et ce que le yoga m'a appris

              ~~~~  EDIT ~~~~
Et voici mon billet écrit 4 mois après celui-ci pour mesurer les progrès accomplis: à lire ici


23 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour cet article simple, clair et plein de bon sens! J'ai eu mes jumeaux à 25 ans et j'avais gardé l'aquagym jusqu'à la fin et étrangement je mangeais très équilibré voir moins qu'avant... A leur naissance peu de poins à perdre surtout que j'ai allaité pendant 18 mois, j'avais vraiment faim mais ce besoin de faire quelquechose pour mon corps! Car même si en apparence c'était le même, je ne l'aimais plus. J'ai fait du Hatha Yoga pendant 1 an vers les 15 mois des enfants et j'ai beaucoup aimé! Je vis maintenant au Danemark avec ma famille et j'espère pouvoir m'y inscrire pour la rentrée prochaine! En attendant j'ai 45 min de vélo par jour pour mes trajets et ça fait un bien fou, même en hiver! Et 2h de sport collectif le samedi matin avec d'autres expats. Comme toi j'ai de la nourriture de compensation qui était en fait notre moment de détente avec mon mari, les soirs où on avait 5 min pour se retrouver devant un film avec un petit dessert! Mais je ne mange aucun produit laitier depuis petite et j'essaie de faire nos gâteaux nous mêmes! Je reçois un panier de fruits et légumes et j'essaye de ne faire quasi qu'avec ça mes repas de la semaine et c'est pas mal, on sait plus facilement quoi préparer je trouve.
    Je remarque que je vais manger du chocolat quand j'ai un moment difficile, ou le soir quand les enfants sont couchés. Je ne m'en prive pas pour l'instant mais il faut que j'observe mes habitudes de grignotage.
    Je te rjoins sur l'idée de faire du sport pour remercier et aider son coprs plus que pour suivre les conseil de ELLE. Au contraire je me sens bien quand je fais du sport car je me sens d'un coup libéré de ce regard dur que j'y pose, sur sa forme, son esthétisme! A ce moment là tu as raison, je le sens comme une machine qui fonctionne bien même si c'est dur et j'en suis juste reconnaissante! Mon corps marche et même si j'ai des grosses cuisses, je m'en moque complètement à ce moment là! D'ici mon inscription au Yoga aurais tu des sites, des postures ou autre à me conseiller pour pratiquer à la maison? Quel type de yoga pratique tu? Combien de temps par jour?
    Merci beaucoup pour tes articles, qui sortent des sentiers battus. Faut que je pense à témoigner pour ta page de mamans d'ailleurs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mercià toi!
      Je fais principalement du vinyasa mais aussi un peu d'ashtanga, plus austères et basé sur l'alignement.
      En fait une simple salutation au soleil peut suffire comme entraînement... Chaque étape est passionnante et je ne me lasse pas des les apprendre et de les découvrir. Avec un de mes profs on passe bien 10 minutes sur chaque étape, sur la posture, la respiration...
      Tu peux passer 40 minutes dessus :-)
      Ensuite il y a des variantes, elle se complexifie selon le niveau.
      Regarde déjà la video que j'ai mise dans le billet (Paul Dallaghan): son niveau est extraordinaire, mais tu peux repérer toutes les étapes de la salutation au soleil, et observer l'alignement de ses pieds, mains, son sternum vers le ciel, son dos droit, sa respiration... Il est fascinant!

      Supprimer
    2. Je précise que j'en fais une fois par semaine 1h30 en cours... Et quelques fois dans la semaine, le soir ou le matin, 10/15 minutes. Ça fait office d'étirement ameioré le matinˆ et de relaxation le soir avant le diner. Je rapporte à la maison ce que j´ai appris pour le dispenserà Jean-Chou, hier je lui ai fait faire 45 minutes de pratique.
      Je vais me renseigner pour les vidéos!

      Supprimer
    3. Cette video est pas mal faite car elle explique la salutation au soleil avec 2 nanas, l'une fait les postures "débutant" et l'autre "avancé"
      http://youtu.be/calqBITA7Tc

      Supprimer
  2. Superbe billet.
    Il me parle beaucoup. D'ailleurs tout comme toi je me reconnais dans les billets de Marie.
    Même si je n'ai pas à la base beaucoup de kilos à perdre, après comme tu le dis, ce n'est pas la taille de vêtement qui compte, ni le poids sur la balance, mais comme on se sent bouger, à l'aise avec notre corps.
    J'ai commencé le yoga mais je vais prendre des cours en septembre prochain car j'ai besoin qu'on m'explique certains points, d'échanger.
    J'ai encore beaucoup à faire niveau alimentation.
    Et je vais des exos de gym façon pilates.
    J'aime beaucoup ta façon de penser et de parler à tes lecteurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah génial que tu t'y mettes en septembre!! C'est une fois commencés les cours que tu vas comprendre plein de choses, renforcer tes jambes, tes bras, tes épaules, tes abdos, tes doigts (si si, même les doigts! Et que tu pourras travailler efficacement à la maison! Merci pour ton commentaire.

      Supprimer
  3. Bon, là évidemment je suis en phase de déconstruction corporelle avec cette 3ème grossesse donc à la fois ton billet me parle et me fait envie et en même temps, je sais que ça va pas être pour tout de suite. Mais je vois bien ce que tu veux dire, après ma deuxième, je me suis sentie molle et je suis heureuse d'avoir quand même réussi à retrouver mon corps "d'avant" grâce au sport et à une alimentation saine avant de me relancer dans une grossesse.
    Là je suis un peu en mode relâche: nourriture un peu variée (ça va du super sain au gros n'importe quoi selon ce que mes nausées me laissent faire) et côté sport c'est zéro puisque j'ai trop de risques d'avoir encore des contractions. Donc je regarde beaucoup de vidéos de yoga, je pratique le minimum (relaxation et étirements) mais aucun effort car sinon je contracte... Il va falloir attendre l'année prochaine... Mais bon, comme c'est ma dernière grossesse, j'en profite, je me concentrerai sur mon corps quand ce sera le moment. Là je savoure les sensations (enfin, pas vraiment encore mais bientôt, quand je sentirai bébé bouger), et ça me fait un joli objectif en perspective (outre le machin de 3kg qui me sortira d'entre les cuisses dans quelques mois!). ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A chaque étape de la vie ses priorités... Ton corps fait la plus belle chose qui soit en ce moment, point trop n'en faut ;-)

      Supprimer
    2. C'est vrai... mais je trouve tout de même frustrant de sentir mon corps se ramollir alors que je venais à peine de le retrouver. Je sais que ce n'est que temporaire et bientôt mon énorme ventre me donner l'impression d'être plus tonique mais bon...

      Supprimer
  4. Plein de bonnes idées! Merci! :-)

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi la base c'était vraiment le sommeil. Mon grand a mis 3 ans à faire des nuits correctes et régulières. Avec deux enfants (15 mois d'écart) à gérer souvent en solo la semaine, j'ai eu régulièrement besoin de sucre rapide lorsque j'étais vraiment crevée (souvent) et une grande quantité de nourriture.
    Petit à petit, le besoin de me retrouver se fait déclic et c'est un cercle vertueux : je me nourris + sainement, en conscience (ça c'était presque impossible pour moi avec 2 bébés!) j'ai envie de bouger davantage, ma posture à changé, je médite ou pratique le reiki un peu chaque jour. Bref c'est au quotidien que ça se passe!
    Merci pour ce billet inspirant qui donne envie d'aller + loin (et y a du boulot...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi! C'est super intéressant d'observer les évolutions d'une femme apres avoir accouché... J'ai l'impression qu'on passe à peu près par les memes phases de réappropriation de son corps.
      Mes nuits ont été entrecpupees pendant 14 mois pour ma troisieme, je visualise bien ta souffrance ;-)

      Supprimer
  6. J'ai commencé le yoga parce qu'à 30 ans (et un seul enfant pour le moment) je me sentais rouillée, j'avais envie de retrouver un peu la souplesse de mes 20 ans ; je n'ai jamais été sportive contrairement à toi, mais même (surtout ?) quand on ne l'est pas, on sent vraiment la différence, la diminution de ses capacités physiques sur une décennie. Enfin moi ça m'a frappée presque d'un coup... Des positions que j'aimais prendre intuitivement, des équilibres entre danse et yoga, et dont je m'apercevais que je n'étais plus capable de les reproduire (argh lever la jambe en arrière) alors qu'elles étaient confortables et ludiques 10 ans plus tôt... ça m'a vraiment affectée.
    Bref, au bout d'un ou deux mois de yoga (et de courbatures le lendemain...), c'était merveilleux : je me suis sentie à nouveau déliée, je me suis remise à danser et à sauter dans l'appartement, un vrai regain d'énergie et de souplesse.
    Malheureusement, c'est comme si ça n'a avait été que temporaire : je n'ai plus de courbatures le lendemain du cours, et je n'éprouve plus l'ivresse de cette amélioration brutale de ma condition physique. En fait, je ne suis même pas sûre de m'améliorer encore, de progresser. Il faudrait peut-être effectivement que je teste d'autres cours, d'autres profs - le yoga que je pratique est très doux et il n'y a pas de groupe de niveau, du coup même si je sens une progression sur l'année, j'ai peur de "repartir en arrière" l'année prochaine... Mais ça a déjà été un tel effort pour moi de prendre le temps de trouver un cours pas trop loin de chez moi avec une prof que j'aime bien... Pourtant une partie de moi rêve de retrouver cette merveilleuse sensation d'harmonie, de complicité avec mon propre corps, que j'ai éprouvée brièvement au bout de quelques semaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Milky! C'est sur que tout depend où tu vis... Ici à Nice dans mon studio il y a plusieurs profs, plusieurs niveaux... Et pas mal de profs américains, indiens, scandinaves, qui viennent passer quelques mois dans le coin apres s'être formés au bout du monde, avant de repartir pour de nouvelles aventures... Çe sont des globe-trotters! C'est çe brassage de cultures et de yoga differents qui fait en grande partie l'intérêt de la discipline! Et meme ceux qui ont 20 ans de pratique n'ont pas fini d'apprendre... Normalement tu n'arrives jamais au bout! :-)

      Supprimer
  7. Je ne peux qu'adhérer, car pour moi aussi le yoga est la discipline idéale... il m'a beaucoup manqué durant ma dernière grossesse mais je viens de reprendre (ma petite a 4 mois) et le retour aux inversions est juste fabuleux... longue vie aux yoginis !

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ce post parfait !!!! Tout est clair et bien expliqué et surtout je vais me le garder dans mes favoris à relire la tête reposée ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Pas simple d'accepter nos corps et encore moins après une grossesse. J'ai mis un an pour perdre mes kilos de grossesse la première fois et j'ai perdu 7 kilos de plus ensuite, liés au stress, sans faire grand chose. J'étais bien dans mon corps (d'adolescente retrouvé) mais pas très bien dans mes baskets. J'ai mal vécu la transformation physique la première fois alors je me suis mis moins de pression la seconde (sur la balance ça a donné +22 kg, sans me goinfrer, mais je grossis beaucoup pendant la grossesse). Mon petit dernier va avoir 11 mois, il me reste 3 bons kilos à perdre mais je me sens bien. S'ils se sont envolés dans deux mois je serai aux anges, mais je m'accepte davantage et comme tu l'écris si bien, je prends soin de moi : niveau soins corporels mais aussi je me suis remise au sport (Pilates) ce que je n'avais pas fait depuis une éternité. Non seulement cela me donne du temps pour moi, mais c'est presque un bonheur de ressentir son corps, ses muscles...
    J'aimerais me mettre au running aussi (mais j'attends les beaux jours :-)
    Merci pour ton billet détaillé, il ne faut rien presser en matière de changement physique après une grossesse, on est pas toutes égales et il faut écouter son corps et nos envies.
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. Tu prêches une convaincue! Le yoga et pilates me font grand bien d'autant que je ne peux plus courir à cause d'un problème de genoux ( je suis une ancienne athlète) et oui, le corps a une mémoire et tant mieux! Ces efforts paient finalement ^_^
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. pour une fois, pas vraiment en phase avec ce billet....
    Aude

    RépondreSupprimer
  12. Super billet bien écrit ! D'ailleurs, lorsque vous écrivez "Considérer son corps comme un ami" je suis à 100% d'accord. C'est mon coach sportif à la salle de sport la teste de buch qui fait le lien entre la conception de notre corps et la relation que nous avons avec lui, et que si cette relation est malsaine agir sur lui ne peut être que compliquer !

    RépondreSupprimer
  13. J'aime beaucoup la structure de votre article et je suis entièrement d'accord avec vous sur tous les points ! J'applique tout ceci pour ma salle de sport gujan mestras !

    RépondreSupprimer