mardi 18 août 2015

Trois enfants (7, 5 et 2 ans): petit bilan avant la rentrée...




L'année dernière, à la rentrée, j'avais écrit un petit bilan sur les avancées et difficultés liées à chacun de nos enfants.
La vie quotidienne grouille de multiples détails, de difficultés qui paraissent importantissimes sur le moment, et le temps les atténue, fait oublier les moments durs, mais aussi les moindres petites choses qui pourtant nous paraissaient existentielles, drôles ou intéressantes...
 Un an après, j'ai envie de faire à nouveau un point... pour poser tout ça quelque part, et pour pouvoir mesurer l'évolution de mes enfants et de notre vie de famille dans quelque temps!








Mon aînée, 7 ans:

L'âge de raison porte bien son nom: je souhaite à quiconque d'être doté d'un enfant de 7 ans au moins un an dans sa vie!
Ma fille passe son temps dans les livres, a dévoré cet été la trilogie "les malheurs de Sophie/ Les petites filles modèles/ les Vacances" de la Comtesse de Ségur. Je me régale à partager avec elle ce qui me faisait rêver petite: lecture, dessin, écriture, activités... et le bonheur de cet âge, c'est que ma fille est sans cesse dans la curiosité, l'attrait de la nouveauté, l'admiration de ce que ses parents font et lui transmettent... Absolument tout l'intéresse: les sciences, les voyages, l'histoire, la religion, la botanique, les insectes, le corps humain, les fées, les balades en montagne... (mais "pas Violetta, parce que c'est trop nul et qu'il y a des choses bien plus intéressantes", assertion qui me convient tout à fait, hé hé). Avec son père on est sous le charme de cette fraîcheur, cette innocence liée à cet âge.
On essaie de ne pas trop "consommer" de jouets ou de choses inutiles, en revanche lorsqu'il s'agit de livres, on s'est fixé comme principe de ne jamais lui refuser ses demandes.
Je me vois toujours autant en elle: ce côté bonne élève, sérieuse, créative, sensible et parfois caractérielle... C'est assez troublant, notamment quand je la vois, chez mes parents, adopter les jouets que j'avais petite, se prendre de passion pour les mêmes livres...

Ajoutée à l'autonomie, elle se débrouille seule le matin quand elle se réveille (à des heures moins indues qu'avant), se lave les dents, se douche à peu près seule depuis les vacances, veille plus tard, regarde Fort Boyard en entier le vendredi soir (ce qui nous rend peut-être encore plus ravis qu'elle!), n'a plus besoin de nous pour trente mille petites choses du quotidien... ce qui laisse plus de place pour une relation de plus en plus intéressante, faite de discussions, de questions et d'échange.
Il est loin le temps (l'année dernière si je relis mon ancien billet) où je luttais régulièrement pour la faire déconnecter, éteindre la lumière le soir, la coucher sans qu'elle réclame dix fois une histoire de plus, un bisou, un calin supplémentaire, ou qu'elle fonde en larmes à cause de l'excitation et des émotions accumulées pendant la journée.
Elle pouvait m'exaspérer souvent à ne pas savoir se mettre en veille... aujourd'hui notre relation est super apaisée, j'en profite un maximum. Et quand elle me dit "maman je t'aime trop, je ne voudrais jamais me disputer avec toi, même quand je serai plus grande", j'ai envie de l'enregistrer...

Le CP a donc été une année géniale: l'apprentissage de la lecture a été une libération, pour elle puisqu'il lui a ouvert la porte d'un monde de découverte et d'imaginaire infinis, et donc lui offre chaque jour une échappatoire parfaite aux questions et soucis du quotidien... et pour nous puisqu'on a vraiment la sensation que notre travail de parents est plus simple, qu'elle se canalise mieux grâce à la lecture, et l'écriture, activité que j'encourage pas mal chez elle, car elle est synonyme, selon moi, d'une grande liberté -bien plus puissante que la liberté matérielle, il y a la liberté d'esprit-, d'un monde intérieur riche et jamais creux, d'une capacité à transcender les moments ennuyeux, voire difficiles de l'existence... qui ne peut jamais nous être enlevée. C'est une vraie force (Vous l'aurez deviné, les chiens ne font pas des chats). Et en plus ça lui permet maintenant d'envoyer toute seule des SMS à ses copines via les Iphones de leur mère respective... what else? (Oh my!)


Mon fils, 5 ans dans quelques jours:

Ah... mon fiston d'amour, mon gros bébé à sa môman, ma merveille du monde... non, je plaisante... régulièrement d'ailleurs je me fais cette remarque; je ne suis pas tellement mère juive avec mon fils, pas complètement en admiration devant lui... j'ai plutôt tendance à lui en demander pas mal, au quotidien... Parfois on réalise, avec son père, qu'on est peut-être un peu trop exigeant avec lui, sans forcément garder en tête qu'il a plus de deux ans d'écart avec sa grande sœur... c'est parce qu'il forme un vrai duo avec elle, est réellement stimulé par elle au quotidien (elle passe des heures à jouer à la maîtresse avec lui, à lui apprendre à écrire, à lire, etc). En clair il fait partie du "groupe des grands"... pour le meilleur et pour le moins facile.
Alors régulièrement on prend le contrepied, on le traite à nouveau comme un plus petit, on accepte qu'il fasse moins et moins bien (pour le rangement, aider à mettre le couvert, débarrasser, se sécher tout seul après le bain...), parce qu'on prend conscience régulièrement qu'il n'est encore qu'un très jeune enfant.
 On oscille donc un peu avec lui, en prenant comme mètre étalon sa grande et sa petite soeur... C'est la difficulté d'avoir un enfant "du milieu" finalement. On a certainement un peu plus de mal à définir quelle est sa place dans la fratrie.

On est dans une phase où notre fils alterne aussi: c'est un grand-petit: Il est de plus en plus fan de Lego, construit des choses vraiment pas fastoches, il a beaucoup d'imagination et a vraiment ce côté "cliché du gars": fasciné par les machins techniques, les roues, les poulies, les moteurs, les volets roulants (tout ce qui passionne sa mère, ou presque ;-)... toujours en train d'élaborer, dessiner des robots, construire des circuits... cela va de soi, il connaît les marques de voitures par coeur, et sait de lui-même reconnaître, de loin, une Fiat 500 ou une Alpha Romeo, rien qu'en devinant le logo.
Un petit côté ingénieur/scientifique, qui aide bien dans ses discussions avec son tonton M. par exemple, qu'il vénère (notamment à cause des Lego Technic d'enfant que mon frère a toujours sur ses étagères dans la maison de famille...)
Il a des envies d'indépendance, sait exactement quels copains il veut inviter à son anniversaire (contrairement à l'année dernière!), ne veut plus faire de sieste, a plein de rêves de choses à faire "quand il sera plus grand"...

 Et en même temps c'est encore un petit: il a pleuré souvent cet été quand on le déposait au mini-club, il n'aime rien tant que passer des heures sur le canapé, en vacances, avec son doudou dans une main, son pouce dans la bouche... est très câlin, et j'en profite bien... mai parfois j'ai cette sensation de devoir le brusquer un peu, voire l'endurcir, parfois volontairement, d'autres fois contre mon gré, car avec trois enfants je ne peux pas tout faire à sa place.
Je dois le remuer un peu pour qu'il lâche son pouce, pour qu'il ne passe pas des heures devant les dessins-animés ou sur un jeu sur l'Ipad (que je limite déjà pas mal), pour qu'il s'habille seul de A à Z, qu'il ne laisse pas traîner ses affaires, pour aller à la piscine, prendre quelques risques en testant des sports qu'il ne connait pas (se mouiller en osant sauter à l'eau, essayer d'enlever les petites roues du vélo, etc...) . Il a tout de même une belle petite vie de pacha, et n'a pas particulièrement envie d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte... Cet été quand je suis allée l'extirper de son mini-club une journée pour l'emmener déjeuner en tête à tête au buffet, puis faire une sieste tous les deux avant de le ramener pour sa chasse au trésor dans la montagne, c'était un peu le plus beau jour de sa vie...

Son gout pour la vie de patachon est agaçant sur certains aspects, mais aussi très sympa: comme l'année dernière, j'apprécie son côté "petit yogi", cette capacité à se reposer, à recharger les batteries avec son doudou: il n'est jamais en surrégime ou surexcité, c'est un garçon relativement calme (bon, pour un garçon, tout est relatif, car il a évidemment besoin de se défouler quelques heures par jour comme ses étonnants congénères masculins), qui trouve des occupations par lui-même, et développe un monde imaginaire riche.
Mais en ce moment particulièrement, on a vraiment cette impression de devoir fonctionner par palier, chaque étape de sa croissance devant s'accompagner de petits moments douloureux: comme si ce n'était pas évident pour lui de vouloir grandir, et de devoir en même temps abandonner ses petites habitudes de grand bébé...
Prochaine étape et non des moindres: essayer de l'aider à se désintoxiquer de l'habitude réconfort-addiction du "doudou-pouce", qui commence à causer des dégâts sur sa mâchoire... pour le "motiver" un peu, le dentiste lui a montré une photo de la "grille anti-pouce", instrument metallique du plus bel effet qu'on installe sur les dents de certains enfants malchanceux... ça lui a fait moyennement plaisir d'imaginer cette hypothèse, bien évidemment.
Allez... Mon petit devient un petit-grand... contrairement à sa sœur qui n'avait qu'une envie: grandir, lui y va à petits pas prudents. A nous, ses parents, d'être là pour le rassurer, lui montrer que même s'il grandit, il aura toujours ses parents près de lui...


Mon bébé, 20 mois:

Ah, cette petite troisième! Quelle riche idée on a eue de la faire! voilà ce qu'on se dit chaque jour qui passe...
Après les quatorze premiers mois sans sommeil, on a commencé à entrer dans une phase plus simple, moins éprouvante... (il suffisait qu'elle comprenne enfin comment faire ses nuits, ça a juste été beaucoup plus long que pour les deux autres!)
Après quelques mois, nous pouvons quasi-officiellement dire aujourd'hui , sans trop prendre de risques, qu'on a le bébé le plus sympa et cool du monde (ou presque)! Plus de problème de sommeil, après la tornade des débuts, c'est devenu un vrai petit chat, qui va à la sieste ou au lit le soir sans broncher, et reste silencieuse le matin dans son petit lit en attendant que ses parents daignent se lever le week-end (vers 9h du matin, pas avant)!

C'est toujours une petite boule d’énergie, qui s'est fait sa place dans la fratrie et dans la famille, à coups de coude parfois, semblant nous lancer régulièrement ce message: "J'EXISTE!".
Elle entre dans l'âge réputé un peu compliqué (terrible two, caprices et compagnie), et souvent avec son père on se fait cette réflexion: elle nous parait moins difficile à gérer que son aînée, et dans une moindre mesure que l'enfant suivant.
 Il y a certainement eu beaucoup de changements chez nous: on est sûrement plus cool, mieux dans notre rôle de parents, on ne se noie pas dans un verre d'eau, le moindre pleur ne nous cause pas de sueurs froides, on reste beaucoup plus zen et fermes, on perd donc moins nos moyens dans les moments fatidiques de crise de pleurs dans les lieux publics par exemple.
Mais on a aussi vraiment l'impression qu'elle grandit plus vite que les premiers: comme si elle avait vite compris que pour être intégrée à la fratrie, il fallait qu'elle se comporte comme eux, de manière plus "mûre": on relève moins de bêtises que n'en faisait sa sœur au même âge, par exemple. On peut la laisser jouer avec eux quelques minutes dans une pièce sans forcément s'inquiéter, ni accourir en entendant un pleur ou un cri (car elle s'est spécialisée dans le cri de hyène en ce moment, pour marquer son territoire...).

Au début de l'été j'étais un peu inquiète d'aller seule à la piscine avec les trois (on a une piscine dans l'immeuble, et dans la maison de mes parents), mais au bout de quelques jours j'ai appris à me détendre, et elle à se débrouiller: munie de ses brassards, je la laissais marcher tout autour sans me stresser pendant que je nageais avec les autres. Petit à petit elle a appris à entrer dans l'eau seule, puis à y sauter (à partir de la première marche)... Et enfin, à se déplacer toute seule dans l'eau. Car je ne pouvais pas matériellement être toujours collée à elle. Au final, cet été, c'est un bébé qui sautait, "nageait" et ressortait de l'eau sans mon aide... Je n'avais jamais eu un bébé comme ça, aussi autonome et confiant en ses capacités!

Je sais que c'est cette place de troisième qui y fait beaucoup: à la fois pour elle, car elle est stimulée sans arrêt par les plus grands et ne pense qu'à une chose; faire comme eux... et pour nous, car elle nous force aussi à lâcher prise, à lui faire confiance et à lui transmettre les clés de l'autonomie, plutôt que de l'assister du matin au soir et de tout lui prémâcher.

Et enfin, avoir fait ce troisième a été une riche idée pour une dernière chose: pour la simple joie d'offrir à ce bébé la troisième place! Chaque jour on constate que c'est une place en or: elle est toujours entourée et choyée par les autres enfants, est habituée dès le début à la collectivité et est très sociable (elle, elle n'a jamais pleuré au baby-club!) et est au spectacle toute la journée: devant elle, un divertissement non-stop lui est offert sur un plateau, proposé par les plus grands et toujours varié, composé de jeux, cris, activités et autres actions et bruits farfelus... pour elle, j'en suis persuadée, regarder au quotidien ce show de la vie à hauteur d'enfant est une vraie leçon de choses, un vrai apprentissage par l'imitation et l'observation, ce qui lui évite, j'en suis sûre, de passer par toutes les bêtises des plus grands... et lui permettra même, plus tard, selon mon expérience d'aînée, de passer entre les gouttes des colères parentales.
Un vrai apprentissage en accéléré des règles de la vie (quand j'en parle avec mon petit frère, il confirme!).

Au fait, je vous ai déjà dit combien on était fans de nos trois doux-dingues?









































                                       
     
Et je ressors ce beau texte publié dans mon bilan de l'année dernière...

2 commentaires:

  1. J'adore lire tes bilans de tes enfants <3 ça me ramène 3 ans en arrière et je vois beaucoup de ressemblances avec les miens (une aîné fille qui a 2 ans d'écart avec son petit frère et un petit dernier qui nous en a fait baver pour dormir la nuit mais qui est quand même un vrai bonheur pour toute la famille !)

    RépondreSupprimer
  2. Ahhhhhhhh j'adore !!!ça me promet ne jolie rentrée pour l'an prochain quand mes puces auront un peu grandi !!

    RépondreSupprimer