mercredi 2 décembre 2015

Ma petite marotte de Noël: la Crèche Provençale...


Région PACA oblige, depuis toute petite, pour les préparatifs de Noël, je suis habituée aux traditions provençales. 
Avec une famille maternelle provenant de la région de Marseille, j'ai rêvé et inventé mille histoires, enfant, devant les petits villages perchés et les cyprès en terre cuite, comme dans le Luberon, que ma mère installait dans la crèche. Je me demandais, certes, si au temps de Jésus les gens s'habillaient vraiment avec des indiennes d'Arles, et s'il y avait une poissonnière, des femmes déjà équipées d'une grosse croix autour du cou, et un ravi... mais ces anachronismes me plaisaient bien.


J'ai toujours ADORE ce moment d'installation de la crèche, que je me suis toujours appliquée à respecter sans aucun deuxième degré, même adolescente (et pourtant, l'ironie et l'humour pour tout et rien, c'est plutôt mon truc)!
 Un petit rituel essentiel à notre vie de famille, que je transmets maintenant avec la même passion et la plus grand sérieux à mes enfants (c'est à se demander si je n'ai pas fait des enfants rien que pour pouvoir avoir une crèche à la maison). Car la transmission des traditions à ses enfants, et de tout l'imaginaire, le plaisir et les questionnements qui vont avec, n'est, selon moi, pas à prendre à la rigolade.
Même si la crèche de ma mère reste plus imposante et bien plus fournie que la mienne (avec multiples moulins, petits ponts, ruisseaux... qui me font trépigner de joie comme une gamine. Si si). Mais je ne désespère pas d'enrichir ma collection au fil des ans (chacun ses petites obsessions).

J'ai acheté il y a quelques années des santons bruts, que j'ai peints.
Le 4 décembre, jour de la Sainte Barbe, nous planterons, comme chaque année, et avec la rigueur la plus absolue, les lentilles (il n'est pas né le fada ou le cacou qui croira m'empêcher de planter mes graines en m'emboucanant, méfi! Je crains dégun!) que nous placerons dans la crèche et qui germeront pendant l'Avent (là encore, une tradition de chez nous, et au passage une petite leçon de choses et de botanique pour les nains!). Je n'ai jamais entendu parler de gui dans mon enfance... j'ai vérifié, et je comprends mieux, c'est parce qu'il est considéré comme porte-malheur en Provence.

Ma mère confectionne aussi tout un tas de petites choses sucrées pour honorer la tradition des treize desserts (nougats, dattes, fruits secs, mendiants, etc...), à disposition pendant tout notre séjour dans de jolis plats, et qu'on grignote quand on passe à côté, au petit-déjeuner, au gouter, etc.

J'ai hâte ensuite d'installer le sapin, et de consacrer une journée en famille à visiter le féérique Circuit des Crèches de Lucéram, petit village de l'arrière-pays niçois, richement décoré avant Noël.

Voici quelques photos de notre crèche... les enfants passent du temps devant, à cacher le petit Jésus, déplacer les santons, faire avancer les Rois Mages un tout petit peu chaque jour, raconter des histoires. 
Cette année, une petit Tour Eiffel s'est exceptionnellement fondue dans le décor... même si pour mes petits santons et leurs pitchounes, qui parlent tous avé l'accent (si, j'en suis pratiquement certaine, ça fait 34 ans maintenant que je les écoute attentivement chaque année), c'était sûrement pas gagné d'avance, vous l'imaginez sans mal.






























 







1 commentaire:

  1. Si vous aimez la région du Luberon, vous adorerez http://luberon.fr !

    RépondreSupprimer