lundi 7 mars 2016

"Violette", de Jehanne N'Guyen. Un premier roman sur le deuil et la reconstruction.



J'ai reçu il y a quelques semaines le livre qu'une de mes lectrices a écrit. Son premier roman. Il s'agit de "Violette", de Jehanne Nguyen (aux éditions Quasar)

J'aime lire, j'écris régulièrement des critiques ici, mes lecteurs le savent... je suis donc à chaque fois touchée et ravie que des auteurs m'envoient leur travail.
Après avoir reçu leur livre, je le pose dans ma bibliothèque, bien en vue (je suis assez désordonnée, je lis plusieurs livres à la fois, j'ai une pile-à-lire qui grossit à vue d’œil...) et je me prends à douter: ai-je eu raison d'accepter? Il va falloir que je trouve du temps pour le lire, moi qui ai, comme la plupart des gens je pense, un rapport si instinctif et si inexplicable à la lecture... lire est un acte intime, on ne peut pas forcer quelqu'un à lire... et si je n'aime pas? comment le dire à l'auteur sans le froisser?