dimanche 22 mai 2016

Festival de Cannes, Vieux-Nice, Mud Day et "Allumés de la Pleine lune": une semaine en photos





Cette semaine, nous avons eu l'opportunité d'aller passer une soirée au festival de Cannes.
Comme je ne dis pas souvent non à une petite sauterie sans les nains, qui plus est en portant autre chose que mon jean, j'ai accepté cette invitation!

Le Festival de Cannes ne me fascine pas du tout. J'aime le cinéma, mais j'avoue que ce genre de mondanités organisées sur la Côte d'Azur, et participant aux clichés qui, aux yeux de certains, rendent détestable notre région, n'est vraiment pas mon truc. 
Ajoutez à cela mon peu d'attrait pour le monde de la nuit en général, ainsi que pour la foule (oui, je suis un peu sauvage...), et ça correspond à tout, sauf à du rêve.




MAIS comme j'adore me rendre en observatrice dans toutes sortes d'endroits, j'ai vraiment apprécié ma soirée. J'avais plus de deuxième degré que les gens avec qui j'étais, puisqu'eux travaillaient plus ou moins dans ce monde (même si personne n'est dupe de ce grand carnaval, et qu'eux, contrairement à d'autres, y viennent vraiment pour TRAVAILLER). Je me suis prise à observer les journalistes venant du monde entier, à écouter un producteur, aux yeux pétillant de passion nous parlant de l'aboutissement de la production d'un film comme d'un accouchement, et j'ai trouvé ces gens très intéressants!

En fait, ce festival, comme beaucoup d'autres, est composé d'une minorité de professionnels passionnés et passionnants... et autour d'eux, gravite une faune de parasites, mêlant kitsch, vulgarité, narcissisme, et vide abyssal. Sans parler des pique-assiettes, alcooliques mondains, qui insistent lourdement auprès des videurs pour entrer dans les soirées, touristes en goguette, bandes de garçons un peu désœuvrés en survêt', et de la vision d'horreur des mendiants (pick-pockets?), frôlant les robes longues à 2h du matin, avec leur bébé shooté, dormant dans leurs bras ou dans la poussette...

J'ai "aimé" observer les "Beautés" zonant sur la Croisette, qui, en fait de Starlettes et de glamour, évoquaient plutôt la misère, comme une armée de futures petites Zahia en devenir, bien motivées, à peine majeures.... finissant la soirée, souvent accompagnées d'une copine, auprès de quelques vieux-beaux.
 Si ça n'avait tenu qu'à moi, j'aurais passé la nuit dehors, cachée derrière mon appareil photo, tant le spectacle de ce safari du bling-bling m'a interpelée!

Vers 2 heures du matin, nous avons fini la soirée avec nos amis, autour d'un bon plat de pâtes dans une pizzeria bondée, remplie de vieilles blondes aux seins refaits, fidèles clientes manifestement puisqu'entourées de serveurs aux petits-soins (et fatigués) et carburant, en silence, et entre amies, au vin blanc... de techniciens du cinéma New-Yorkais bien hipster (la chemise de bucheron-le chapeau-melon-la barbe-le crâne rasé, ça se fait encore?), de gens super fiers de leurs badges autour du cou, et de familles de jet-setteurs, leurs enfants rivés à des jeux sur leurs smartphones, au beau milieu de la nuit. J'aurais fait le portrait de chacun, si je n'avais pas eu quelques obligations!

Le lendemain, en récupérant mes enfants, quel bonheur de s'être extirpée de cet univers... je t'enverrais tout ce petit monde en randonnée dans le Mercantour, moi!
Faites que mes filles (et mon fils) n'aient pas trop d'attirance, plus tard, pour ce monde de paillettes et de superficialité! (enfermons les dans un chalet dans l'arrière-pays, tiens!)

Et la Côte d'azur, notre région adorée, est tellement, tellement autre chose que ce que veulent bien montrer les images de ces évènements hautement médiatiques...

La semaine s'est ensuite déroulée normalement...
En se terminant, ce week-end, par un cours de Yoga au top avec une de mes profs préférées, qui va nous organiser des séances de SUP yoga (Stand Up Paddle Yoga en mer méditerranée!) pour le mois de juin, qui me donnent très envie...
Un super anniversaire organisé par une maman de l'école, tout juste débarquée de Paris (forcément, on avait des choses à se raconter!), et qui vient d'ouvrir son compte Instagram ici: @romanyzza
 Une petite balade dans notre Vieux-Nice chéri avec les enfants, pour assister au Mud Day sur la Prom'... pendant qu'on laissait leur père dormir, qui avait couru toute la nuit pour un trail d'une cinquantaine de kilomètres jusqu'à 5h du matin, "les allumés de la Pleine Lune" (oh, un simple petit entrainement avant l'ultra-trail du mercantour, hé hé...)
Ne me demandez pas quand on dort... j'ai la réponse et ce n'est pas bien glorieux!

En attendant, nos enfants rêvent de faire des trails avec leur père, et des randos avec nous en montagne... travaillent bien à l'école, font du sport, aiment les Lego, nous sommes toujours les premiers sur la plage (de l'intérêt d'être réveillés tôt... hum), notre petite dernière est propre, n'utilise déjà plus le pot mais les toilettes comme tout le monde, on ne sort plus la poussette de la cave...  et les paillettes du Festival sont un monde bien lointain et insignifiant pour eux (on y travaille). Jusqu'ici tout va bien, donc!

Quelques photos...




Une Cagole niçoise s'est cachée dans la foule. #OdileDeray






























féminité...



http://www.marche-aquatique-cote-basque.com/10-raisons-pour-le-stand-up-yoga/



https://www.instagram.com/romanyzza/


















































































Pour un peu plus de bleu... mon compte Instagram est ici

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire