dimanche 26 juin 2016

Un week-end en l'honneur de notre ainée













































































































 






Ce week-end, comme chaque année, nous avons organisé l'anniversaire de notre ainée, dans la maison de famille, avec ses copains de classe, et tous ses cousins.

Cette fête a eu une saveur particulière, puisque nous avons accueilli, parmi toute cette petite foule, la meilleure amie de notre fille, sa Best Friend Forever, pendant 2 jours entiers.
 Depuis un an, notre fille savait qu'elles se quitteraient à la fin de l'année scolaire, puisque sa meilleure amie part vivre avec sa famille à l'étranger dès cet été.
Depuis un an, c'est donc un compte à rebours à rallonge...des moments pas faciles, de la tristesse, un sentiment d'injustice...  et ce week-end avec elle a été comme un paroxysme!

Leur amitié est fascinante: depuis la petite section, ces deux-là ne se quittent pas. Jamais une anicroche, elle partagent la même douceur, les mêmes passions, la même curiosité. Elles sont toutes les deux membres de fratries nombreuses (très nombreuse, même, pour l'amie de notre fille).
Elles se sont trouvées, et une telle amitié est rare. Nous apprécions beaucoup cette petite fille, sa bonne éducation, sa gentillesse...

Avec jean-Chou nous avons assisté et participé à un week-end parfait: du soleil, des amis, des cousins, des virées en VTT, des heures de piscine, du réveil au coucher, quelques kilomètres de peau à tartiner de crème solaire plusieurs fois par jour, une vingtaine de couverts à chaque repas, la platrée de coquillettes du soir, des veillées pour les enfants, des jeux, des potions magiques à fabriquer dans la cabane, des concours de corde à sauter, des Lego et des gommettes, des enfants jamais fatigués, qui font les fous dans le dortoir, des parents qui aimeraient enfin boire leur mojito tranquilles mais qui font quand-même quelques allers-retours dans les chambres pour essayer de discipliner tout ce petit monde, une soirée à le lueur de la bougie, et une matinée matinale (sic)... des croissants, du panettone, le soleil levant sur la méditerranée, les jouets vintage de maman, les playmo-les Barbie-les landaus- les triplés, tous les enfants assistant, de loin, en pyjama, à une compétition de paddle dans la baie vers 8h du matin, le match de l'Euro d'un côté, et les cris de joie des supporters entendus dans toute la vallée, l'odeur de la crème solaire sur leurs peaux bronzées, les premières cigales... et puis encore un petit plouf avant de reprendre l'autoroute, pour attaquer cette dernière semaine d'école.

Ce week-end nous a émus, car notre ainée a profité une dernière fois de celle qui était sa meilleure amie depuis quatre ans. De l'ambivalence.. beaucoup de joie et d'instant présent, avec cette pointe au cœur, cette certitude que tout cela aura une fin. En espérant que tout ira bien.
Un amour de petite-fille... accueillie chez nous, dans la maison dans laquelle j'ai grandi... et dont le départ nous touchera... l'identification est obligatoire: même si nous restons assez détachés des histoires d'enfants, qui font et se défont souvent... force est de constater que cette amitié que vivent notre fille et elle est unique, forte, au dessus des autres... et leur laissera des souvenirs pour la vie!

Plusieurs fois je me suis revue, en 2008, le jour de la naissance de mon premier enfant... aujourd'hui ce bébé est devenu une petite grande fille à la vie bien remplie, très entourée, attentionnée et pleine de gratitude, qui nous a remerciés souvent pour ces beaux moments.

Avec Jean-Chou, pendant ce week-end bien rempli, nous avons ressenti un grand bonheur... plusieurs fois nous nous sommes dits, en contemplant les sourires de nos enfants, fiers de les voir si proches les uns les autres, avec leurs cousins, oncles, tantes, grands-parents et amis : ce sont certainement les plus beaux moments de nos vies! (et tant pis pour les heures de sommeil en moins!)
Notre job est de leur fabriquer des souvenirs, de leur apporter le maximum d'assurance et d'amour, dans une époque qui ne sera pas forcément facile... et de les rendre les plus heureux possible. Hier et aujourd'hui, nous avons même eu envie de les rendre encore plus heureux que ça. Une vraie bouffée d'amour.

Ajoutons à cela que notre fils, qui, il y a trois jours, ne voulait pas entendre parler de mettre un orteil dans l'eau, après quelques heures d'entrainement avec son papa, s'est débrouillé comme un chef, en nageant sans brassards ni ceinture, et la tête sous l'eau, avec ça... sans parler de notre petite dernière, qui, du haut de ses 2 ans et demi, saute sans aucune crainte dans la piscine, les bras grands ouverts, comme un écureuil du sommet d'un sapin...

... et vous trouverez des parents fatigués, certes, mais aussi émus, heureux, fiers... et surtout très conscients de leur chance d'avoir cette famille-là, et ces enfants-là.

savourer chaque instant.


#FamilyBuilding


2 commentaires:

  1. Très beau billet et très belles photos. Ce sont des souvenirs magnifiques que tu consignes précieusement. J'aimerais avoir le temps d'en faire autant mais bon...
    Sinon, l'amitié entre ta grande et son amie n'est pas terminée! Tu devrais leur conseiller de s'écrire des lettres. Elles pourront ainsi garder contact, s'envoyer des nouvelles, des dessins, des histoires et, avec un peu de chance, son amie rentrera peut-être en France de temps en temps. Quand j'étais petite, j'ai eu ce genre d'amitié très forte dès la maternelle et j'ai déménagé en fin de grande section. Et bien nous avons correspondu pendant des années. Nous nous envoyions au moins une lettre par mois et nous passions une semaine chez l'une ou chez l'autre l'été. Nous nous retrouvions comme si nous ne nous étions jamais quittée. Ca a duré très longtemps. Et puis nous nous sommes perdues de vue à partir du lycée. J'ai retrouvé son frère sur FB mais elle-même n'y est pas. Ironie de l'histoire, elle est devenue prof elle aussi!
    Tout ça pour dire que ta fille pourra entretenir cette précieuse amitié aussi longtemps que tiendra leur motivation à s'écrire.

    RépondreSupprimer
  2. Ainé de 7, cela me fait très bizarre de voir les mots "famille nombreuse" pour 3 enfants.
    Merci pour votre blog et bon courage dans la vie de tous les jours.

    RépondreSupprimer