mardi 20 septembre 2016

Ernest Pignon-Ernest, Jacques-Henri Lartigue, et trois petits niçois.



Deux merveilleuses expositions vues pendant ce mois de septembre.


























































































 






















"La vie imite l'art..." (Oscar Wilde)


Deux magnifiques expos vues pendant ce mois de septembre:

Celle d'Ernest Pignon-Ernest, (au MAMAC), un de mes artistes préférés, membre de l'"Ecole de Nice"... ce grand dessinateur, peintre et photographe, fait vivre ses œuvres dans le monde entier, en les affichant sur les murs des villes, comme des trompe-l'oeil, et en les photographiant.
On doit aller voir la deuxième partie de l'exposition, une installation à l'Abbaye de Saint-Pons à Nice, qui promet d'être spectaculaire.
J'ajoute que le Musée d'Art Contemporain est toujours une bonne idée avec les enfants... ils s'y régalent à chaque fois, et nous aident même à avoir un œil neuf face à des œuvres qui pourraient nous laisser de marbre...


Ensuite, jai été fascinée par l'expo sur Jacques-Henri Lartigue au Théatre de la Photographie et de l'Image, à Nice (Attention, elle se termine le 25 septembre)
Un documentaire, "Jacques-Henri Lartigue, le siècle en positif", est diffusé trois fois par jour et nous avons pu le visionner, il est passionnant (essayez de vous le procurer!): illustré par ses photos, des images d'archives, ses peintures et son journal intime, il retrace la vie de ce photographe hors-norme, un des plus grands de tous les temps... qui est devenu célèbre à 72 ans, par hasard, alors que toute sa vie il avait tenté d'être plus ou moins bien reconnu en tant que peintre.

Pas une seule de ses photos n'a été faite sur commande: sa production énorme est purement authentique, elle est le fruit d'un besoin viscéral: figer les beaux moments.
Il se dégage de ses photos une réalité et une sensibilité rares. Lartigue a nourri une obsession, toute sa vie, depuis l'enfance: consigner les moments de bonheur en photo. Ce jeune héritier d'une des plus grandes fortunes de France, qui a passé sa jeunesse dorée entre palaces et lieux mythiques de la Côte d'Azur, soirées mondaines, pistes de ski à Chamonix (c'était un des précurseurs de la discipline) et courts de tennis, avait une grande sensibilité, et a estimé, toute sa vie, que le bonheur, comme un air de musique, n'avait de sens que par sa capacité à être enregistré. Force est de constater que cet homme au sourire de jeune homme a eu une très grande capacité pour le bonheur.
Sa conception de la vie, entre regard d'enfant, maîtrise de son propre "temps", légèreté, grande capacité à s'enthousiasmer et grande sagesse, m'a bouleversée... Je me suis pas mal reconnue en lui, dans sa façon de traverser la vie.

Ce qui est passionnant dans son œuvre, c'est que, sans l'avoir voulu (ses centaines d'albums photos n'avaient jamais été vus par personne jusqu'à ses 72 ans), il nous livre un témoignage riche du XXème siècle: les progrès, les inventions, l'apparition de l'automobile, des congés payés, la guerre... Mais aussi un témoignage intime très fort, une sorte de double-vie, oscillant toujours entre aspiration à une vie simple, proche de la nature, et mondanités auprès des plus grands (Kennedy, Sacha Guitry, mannequins, actrices...)
Accessoirement, c'est aussi un génie... qui a découvert, au gré de ses rencontres, de ses voyages et de ses conquêtes, par instinct et pas par recherche, tout ce qui est fondateur aujourd'hui dans l'art de la photographie.
La définition parfaite du bonheur et de la vie est dans son œuvre.
(je cours me documenter un peu plus sur lui et me procurer au moins un de ses livres!)


Pour finir, quelques photos prises au Club nautique de Nice, la semaine dernière... car l'art est aussi dans cette nature sublime que nous offre notre région à la plus belle période: celle qui suit les vacances d'été.
Promesse tenue: inscription faite au Club de la Mer, pour pouvoir improviser des sorties en kayaks, le matin tôt, le soir après l'école, en amoureux...
(Entre le sport, le yoga, le port des tongs 8 mois par an, la vie simplifiée et le temps consacré à nos enfants, oui oui, on a décidé de vivre comme des australiens ;-)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire