mardi 28 novembre 2017

(Sponso) Cinq raisons pour lesquelles il fait bon vivre en Arabie Saoudite




Bonjour mes chères lectrices.

Aujourd'hui j'inaugure sur mon blog une nouvelle rubrique, les publi-communiqués.
j'espère que vous aurez autant de plaisir à les lire que j'en ai pris pour les écrire.
Afin de fluidifier la lecture, et de ne pas mélanger les genres, je prendrai désormais le pseudo de Marie-Pétule quand il s'agira de développer sur ce thème rémunéré qui me tient à coeur: vous parler de mes produits chouchou en toute indépendance.


mardi 21 novembre 2017

Quatre mois. L'amour en plus.




Quatre mois... notre bébé entre dans la courte période où l’être humain progresse le plus dans toute sa vie. 

Quatre mois qui sont passés comme une caresse.
 Je n’ai en tête aucun moment difficile ou de tension, ce bébé est arrivé dans notre famille comme une petite brise légère. Il n’est que douceur, tendresse et sourires. 


vendredi 10 novembre 2017

La mamma. Ou comment parvenir à s'épanouir dans la maternité.




Mon pédiatre, que j’adore, est pied-noir. 
Père de famille nombreuse. Il m’a dit que si mon 4ème bébé était si cool (enfin, pour l'instant), c’était parce qu'il avait la chance d’être entouré. « Enveloppé ». Par le bruit, les câlins, l’amour. 
Et que, grâce à cette sérénité, c’est plus facile, pour une mère, de vraiment profiter, qu’avec un premier enfant (souvenirs...). 


vendredi 13 octobre 2017

Famille nombreuse: notre couple, notre vision, nos convictions.




Cela fait quelque temps que je vous gratifie, ici, de mes diverses pensées sur la vie de famille et autres aphorismes bien sentis... Je pense qu'il est temps d'être un peu plus généreuse avec mes lecteurs et de nous mettre à nus, Jean-Chou et moi, en dressant un autoportrait aussi fin que possible.

Comme vous vous en doutez, on ne construit pas une famille nombreuse par hasard: il faut une certaine vision de l'éducation, des convictions fortes, une foi inébranlable.
Fidélité, sincérité, fiabilité, probité, piété. Voici quelques un de nos piliers. Peut-être même y trouverez-vous une inspiration?


samedi 29 juillet 2017

mardi 20 juin 2017

"Il faut qu'on parle de Kevin", de Lionel Shriver (roman)





Il faut que je vous parle de ce livre...

C'est en lisant un article sur le dernier livre paru de Lionel Shriver, "Les Mandible" (qui apparemment est génial), que je me suis souvenue qu'elle était l'auteur de ce fameux roman à succès, "Il faut qu'on parle de Kevin" .
Ce livre ayant donné lieu par la suite à une non-moins connue adaptation au cinéma, maintes fois récompensée, reprenant le titre original du livre: "We need to talk about Kevin", de Lynne Ramsay, avec Tilda Swinton, John C.Reilly, Ezra Miller.

N'ayant pas non-plus vu le film, j'ai voulu commencer dans l'ordre en me procurant le roman.

Je connaissais le thème (un adolescent commet une tuerie dans un lycée, et le livre, tout en flashbacks, remonte jusqu'à la naissance du tueur pour tenter, grâce au point de vue parental, de comprendre pourquoi l'enfant a commis ce crime) mais me suis sentie tout à fait prête à sauter le pas. Quelle bonne idée j'ai eue!


jeudi 15 juin 2017

Celle qu'on croise dans la rue





Quand on sort le soir, juste tous les deux (avec la pastèque que j'ai bien cachée sous ma robe), les regards des gens sont tendres et empathiques: 

Hier soir, au croisement de cette rue sur la photo, un touriste américain s'est arrêté, avec sa femme et ses enfants adolescents, et m'a dit, nostalgique, que j'étais aussi belle que sa femme quand elle était enceinte, et nous a souhaité tout le bonheur du monde.
Une serveuse m'a regardée, attendrie, en me disant qu'elle aussi avait accouché en été, et que d'ailleurs si je voulais m'assoir sur le canapé, j'y serais mieux.
Un monsieur au restaurant m'a félicitée, en me disant que c'était beau, cette vie en création. Il a trinqué en notre honneur, de loin. Ue petite fille s'est postée près de moi, juste pour me regarder, avec un grand sourire.


vendredi 5 mai 2017

"Au plaisir de Dieu", de Jean d'Ormesson




J'ai refermé il y a quelques semaines "Au Plaisir de Dieu", de Jean d'Ormesson.

Je ne connaissais aucun livre de ce pourtant très célèbre écrivain (j'ai honte). J'avais essayé de lire "Une fête en larmes" il y a quelques années et je l'avais laissé tomber... à croire que c'est plutôt par celui-ci que j'aurais dû commencer. 
Ce livre est un bonheur... et je me demande pourquoi j'ai du attendre l'âge canonique de 35 ans avant de le rencontrer!

J'avais une image positive de l'auteur, plutôt attirée par sa culture, son esprit, son humour et son charme. Ses points de vue engagés, aussi. Et puis son style, sa classe, son raffinement des beaux-quartiers, un peu suranné, rassurant... qui donne envie de s'installer confortablement dans son salon, au coin du feu avec un bon verre de vin, et de l'écouter raconter mille histoires...

"Au plaisir de Dieu" est, tout simplement, le livre de l'histoire de sa famille, une grande famille dont le fief était, pendant des siècles et jusqu'à il y a quelques années, le château de Saint-Fargeau (renommé "Plessis-Lez-Vaudreuil" dans le livre).

Jean d'Ormesson a ressenti le besoin, au moment de la vente du domaine familial après des années d'une stabilité et d'une continuité aujourd'hui disparues, de retracer le parcours de ses ancêtres, leur histoire. Avec toute la vérité et l'honnêteté dont il a pu être capable, sans en faire un hommage exagéré ou des éloges de la première à la dernière page (une famille est tellement complexe, et le point de vue de chacun sur ses membres, notamment ceux qu'on n'a pas connus, est tellement subjectif), mais avec fidélité, loyauté et passion pour ses ancêtres, du temps des croisades jusqu'à celui de ses parents (l'arbre généalogique au début du livre faisant foi!)

lundi 3 avril 2017

L'accouchement dans la littérature: le point de vue du mari, dans "Anna Karénine" (Tolstoï)



Il y a des choses de la vie, banales et universelles, qui sont, paradoxalement, assez peu traitées par les écrivains, et même par les artistes en général.
Parmi celles-ci, il y a l'accouchement.
(Cette exception venant contredire la géniale et très juste citation d'Oscar Wilde, selon lequel, pourtant, "La vie imite l'art")

Le fait que je sois déjà passée par là, et ma grossesse actuelle, m'y rendent peut-être encore plus sensible: je trouve que l'accouchement est une des aventures les plus intenses physiquement et émotionnellement qu'il soit donné de vivre à une femme, et paradoxalement je lis rarement des textes le décrivant (et ne parlons même pas du cinéma, j'attends toujours de voir un accouchement réaliste -et donc, au passage, une bonne actrice?-)


vendredi 10 mars 2017

"Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent", de Béatrice Kammerer et Amandine Johais.



Un des avantages de ma petite rubrique "lecture" sur mon blog, c'est que je reçois régulièrement des bouquins, des premiers romans ou des essais... et j'aime beaucoup m'atteler à lire ce qu'on m'envoie, quand ça rentre à peu près dans le cadre des sujets que j'aborde ici (même si je suis plutôt très ouverte à la découverte!) et en faire ma critique.
Je fais aussi, et principalement, des critiques de livres que je me suis procurée toute seule, comme une grande.

J'ai, cette fois-ci, reçu le livre de Béatrice Kammerer (diplômée en science de l'éducation, fondatrice des Vendredis Intellos, un site participatif d'éducation populaire aux questions de parentalité et d'éducation, journaliste chez Slate et mère de cinq enfants) et d'Amandine Johais (diplômée en droit des affaires, rédactrice web, blogueuse, et membre des vendredis Intellos depuis le début, mère de trois enfants).


"Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent: la parentalité en 9 questions qui divisent" (éditions Belin)... voilà un titre complet et accrocheur!

Lectrice régulière d'essais, je ne suis pas pour autant fan des livres de conseils en tous genres sur l'éducation, la parentalité, plus globalement les guides "psycho" censés nous apprendre à mieux vivre, voire à vivre tout court.
J'aime lire pour réfléchir, me documenter, comprendre... pas pour chercher des réponses toutes faites.
Je suis donc plutôt du genre à fuir les ouvrages de "développement personnel", souvent très marketing, de gourous auto-proclamés, ou, peut-être pire encore, les énièmes bouquins de "blogueuses influentes"sur l'inépuisable sujet de la maternité, qui sont souvent vides et caricaturaux, et dont la fausse impertinence se démode très vite.

Je vous avertis donc tout de suite: ce livre n'entre pas du tout dans cette catégorie.


mercredi 1 mars 2017

Mais comment faites-vous pour accorder du temps à chacun de vos enfants?



"désolée les enfants, vous allez devoir aller sur cette jolie plage, mais tous les trois en même temps. Soyez assurés de mes scrupules les plus intenses. "


"Il faut consacrer du temps à ses enfants". "Au sein d'une fratrie, attention à bien consacrer du temps à CHACUN de ses enfants". "Il faut individualiser ses enfants".

Vous aussi, vous l'entendez parfois, cette règle, dans la bouche de votre entourage? Cet objectif que se fixent beaucoup de jeunes mères, ce credo qui freine même certaines dans l'envie de donner un petit frère ou une petite soeur à leur premier né, trop effrayées à l'idée de créer des injustices entre eux?
C'est même parfois vous-même, comme une grande, qui vous créez cette petite voix intérieure, celle qui vous rappelle à votre culpabilité maternelle...


dimanche 12 février 2017

Couture: une Reine des Neiges revisitée...



Et voici ma dernière réalisation couture.. Carnaval de l'école oblige, une Elsa revue et corrigée pour ma petite dernière, en taille 3 ans (mais qui pourra être rallongée et durer quelques années).


samedi 21 janvier 2017

"Quatre ou pas cap"... la suite.





Je vous remercie beaucoup pour tous vos mots suite à mon précédent billet. Ils concrétisent un peu plus le bouleversement que je suis en train de vivre.
Et, au vu de vos commentaires, j'ai comme l'impression d'avoir, en exprimant mes tergiversations très personnelles, touché à un sujet universel. Quelque soit le nombre de vos enfants, il a remué les certitudes de certaines d'entre vous, voire poussé d'autres dans leurs retranchements! 
Je suis bien consciente que j'ai semé les graines, sans le savoir, de discussions de couple enflammées sur l'oreiller (pardon!)... ce qui aura peut-être pour conséquence, qui sait, de faire mentir l'année prochaine le chiffre décroissant de la natalité que l'INSEE vient de publier, hé hé!


vendredi 20 janvier 2017

Quatre ou pas cap? Questionnements sur le désir d'enfant et monologues intérieurs.




Je crois que là, c’est bel et bien fini, on est arrivé au bout.

On a enfin trouvé notre équilibre avec nos trois enfants. La petite dernière a mis tellement de temps à faire ses nuits... Et tous mes efforts pour retrouver ma ligne? mon corps enfin remusclé, mes maillots deux-pièces, et mes jeans fétiches, que j'ai rachetés en plusieurs quantités? 

La grossesse... quelle épreuve, quand-même, la grossesse! Sans parler de l'accouchement... le dernier a été difficile, douloureux, risqué... l’hémorragie de la délivrance, tu te souviens? Où quand ton gynéco se transforme en vétérinaire de campagne… Du sang partout, une vraie boucherie. Jusqu’aux coudes, il en avait.


mardi 17 janvier 2017

"Tombée du Nid", "Petit à Petit" (de Clotilde Noël), des livres qui poussent à réfléchir sur l'accueil de la trisomie 21 et du handicap.




Cela fait quelque temps que j'ai reçu le deuxième livre de Clotilde Noël, "Petit à Petit", et je n'avais pas encore pris le temps de vous en parler.

Dans un premier billet, je vous parlais de mon coup de coeur pour son premier livre, "Tombée du nid",  écrit à partir de son journal et retraçant le chemin que cette mère de six enfants avait parcouru, avec son mari, pour adopter un enfant trisomique.
Le livre se terminait une fois leur petite Marie enfin accueillie chez eux.